Aidez-nous à pimenter la Déclaration universelle des droits de l’homme !

Large_palabre_visuel_kisskiss-1433923160-1433923168

Présentation détaillée du projet

Palabres en quelques mots

 

“Palabres” est un projet de création numérique et artistique à caractère social. Il comprend tout d’abord l’enregistrement vidéo de la lecture des 30 articles de la déclaration universelle des droits de l’homme par des personnes qui s’exprimeront dans leurs langues maternelles correspondant à une des 280 langues locales camerounaises. Chaque article sera lu par une personne différente afin de proposer une interprétation nouvelle véhiculée par les émotions du lecteur. Cette démarche implique un travail de lecture, d’analyse, de traduction et d’adaptation des textes ainsi qu’une compréhension des cultures et traditions de chacune des ethnies visées par le projet.

 

Chaque vidéo prendra la forme suivante :

 

 

Pourquoi ce projet ?

 

Si nous avons choisi de réaliser ce projet, c’est parce qu’étant deux soeurs originaires du Cameroun, nous avons été particulièrement touchées par les récents évènements survenus dans le nord du pays, aux frontières du Nigéria et du Tchad. Ne pouvant rester inactives face à ce déferlement de violence, nous avons pensé que le meilleur moyen d’agir à notre niveau serait d’exploiter nos compétences artistiques pour véhiculer un message de paix, d’échange et de communication entre les peuples. Ce message passe notamment par le choix du haoussa, langue appartenant à une ethnie musulmane du même nom que l’on rencontre principalement dans ces zones de conflit. Il passe aussi par le choix du douala, notre langue maternelle appartenant à une ethnie du même nom, largement véhiculée dans la ville de Douala, capitale économique cosmopolitaine. Par ailleurs, résidant en France et affectées par les différents évènements relayés dans les médias, nous pensons que ce projet est un excellent support de réflexion sur le dialogue interculturel et le rappel des valeurs universelles.

 

  Cameroun-1433920904

 

Comment allons nous le réaliser ?

 

Le départ pour le Cameroun se fera début Août. Une fois sur place nous organiserons à Douala, des ateliers avec l’association SABON KALLO constituée des jeunes élèves et étudiants Haoussas, l’association AGAPE venant en aide aux enfants de la rue et l’association Ndol'a Kristo, chorale chrétienne réunissant des personnes de tout âge. Les participants rédigeront un manuscrit en haoussa et en douala, comprenant sous la forme de 30 articles, l'esprit de la déclaration universelle des droits de l'homme sans pour autant en être une parfaite traduction. Ils pourront ensuite s'exprimer devant la caméra pour réaliser l'adaptation audiovisuelle. À la suite de la phase d’enregistrement des vidéos, une exposition sera réalisée à Douala puis à Marseille. Chaque article sera associé à des dessins et des photographies prises sur le terrain. Les dessins, des portraits principalement, appuieront la part d’intimité liée à l’adaptation de chaque article. Les photos quant à elles, seront un aide à la visualisation des cultures et phénomènes sociaux.

 

Dessins_kisskiss-1433925066

Portaits, Debora Din Ebongue

 

Classe_petit-1433922000

Salle de classe abandonnée en pays bamiléké, Diane Din Ebongue

 

Pri_re_petit-1433922024

Prière durant l'Aïd al fitr à Foumban, Diane Din Ebongue

 

À quoi servira la collecte ?

Nous avons réussi à obtenir le soutien de plusieurs structures dont Urban Prod et Orange verte pour une aide au développement du projet et le prêt du matériel audiovisuel. Plusieurs structures locales dont Resulam, Sabon Kallo et Ndol’a Kristo nous accompagne dans la mise en place du projet au Cameroun.

 

Nous sommes heureuses d’avoir pu susciter la participation de tous ces acteurs. Notre apport personnel nous permet de financer une partie des billets d’avion, le logement, les repas sur place. Il nous faut encore trouver un moyen de prendre en charge différentes dépenses qui peuvent difficilement faire l’objet d’un partenariat en nature.

 

Nous avons donc besoin de la somme de 1800 euros pour financer les dépenses suivantes :

 

Une partie (environ 50%) des billets d’avion : 800 euros

Le matériel nécessaire aux expositions et aux ateliers (location vidéo projecteur / écran, matériel d’arts plastiques, fournitures de bureau, supports et accroches pour les oeuvres, pot pour le vernissage) : 500 euros

La logistique (internet, téléphone…) et le transport sur place des experts et participants : 300 euros

La communication autour du projet (affiches, flyers) : 200 euros

 

Si nous parvenons à dépasser le montant de la collecte, nous pourrons réaliser les ateliers et l'exposition à Douala dans de bien meilleures conditions, en investissant sur un matériel plus approprié (la location d'une salle coûte à elle seule 100 euros/jour minimum). Nous pourrons également organiser l'exposition accompagnée d'un débat à Yaoundé, la capitale, ce qui donnerait beaucoup plus de visibilité au projet. 

 

En guise de remerciement, nous vous proposons, une série de contreparties liées à la découverte des cultures avec lesquelles nous allons travailler. Nous vous tiendrons régulièrement informés de nos avancées sur kisskissbankbank et sur la page facebook du projet.

Le site sera mis en ligne au mois de Septembre.

 

Merci pour votre participation ! 

Thumb_profil_kisskiss_petit-1433923206
D2DE_project

Nous sommes Diane et Debora Din Ebongue, deux soeurs vivant à Marseille et désireuses de se lancer dans la création artistique participative. Médiatrice numérique issue d’une formation en audiovisuel pour l’une et étudiante en arts plastiques pour l’autre, nous aimons nous servir de l’art comme outil d’expression d’une parole démocratique. Les passions... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Go go go les Din Ebongue Bong ! :)