Au lieu d'être incarcérés, certains mineurs en difficulté peuvent partir 3 mois au Bénin. Ce système est-il vraiment efficace à long terme?

Large_capture_d__cran_2014-02-21___12.20.45

Présentation détaillée du projet

Les séjours de rupture, c'est quoi ? Quand un mineur est jugé pour un délit ou un crime, il est placé sous la tutelle d'un juge de la jeunesse. Pour éviter l'enfermement en institutions protégées (IPPJ), le jeune en difficulté peut demander à être envoyé au Bénin afin de s'isoler de son milieu qui ne lui convient plus. Ces séjours existent depuis 2009 en Belgique. Ils permettent à 80 mineurs par an, en communauté française, de reprendre confiance en eux à l'étranger pendant leur séjour. Ce système leur permet de ne pas subir l'enfermement. Au Bénin, ils participent à la vie locale et s'investissent dans un projet pédagogique personnel, pour une durée de trois mois. 

 

 

Capture_d__cran_2014-02-20___18.25.17

 

Source: Asbl Amarrage

 

Pourquoi traiter ce sujet ?

 

Répressions, sanctions et exclusions sont trois réalités vécues par les jeunes en difficulté en Belgique. L'enfermement dans une institution a montré ses limites dans de nombreux cas. Partir au Bénin semble être une alternative qui répond mieux à ces attentes que les projets pédagogiques que proposent les IPPJ. Après leur retour, les jeunes disposent d'une prise en charge de deux mois leur permettant de réaliser leur projet et de participer à un stage en entreprise. Ces deux mois sont-ils suffisants pour qu'un jeune puisse se réinsérer? Cette rupture permet-elle au mineur de reprendre sa vie en main ? Qu'en est-il de son suivi après son retour? C'est l'enquête que nous souhaitons mener grâce à votre aide.

 

Concrètement ?

 

Ce reportage de quinze minutes se déroule dans le cadre de notre mémoire médiatique de fin d'études. La date de diffusion est prévue fin janvier 2015. A travers des témoignages de jeunes, d'éducateurs et de professionnels du secteur d'aide à la jeunesse, nous allons essayer de comprendre dans quelles mesures ces séjours de rupture permettent une meilleure réinsertion de ces mineurs à long terme. Notre reportage ne se limite pas à notre petit pays. En effet, nous comptons nous rendre au Bénin afin de vous faire découvrir les séjours de rupture 

 

Tout au long de la mise en place de notre reportage, nous allons effectuer une veille d'information en rapport avec le sujet. Les liens pertinents seront publiés sur une page Facebook https://www.facebook.com/sejoursrupture créée spécialement pour notre projet. Cela permettra de lui donner une certaine visibilité et un suivi. Ensuite, nous créerons un blog où nous publierons nos propres articles ainsi que des capsules vidéos filmées lors de nos tournages. Ces productions aborderont les thèmes de la justice pour les jeunes, des projets créés par rapport à ceux-ci pour envisager leur réinsertion sociale de la meilleure manière qui soit. 

 

Présentation du groupe

 

Nous sommes étudiantes en journalisme en première année de Master à l'IHECS (Institut des Hautes Etudes en Communication Sociale) à Bruxelles.

Sarah, c'est une grande blonde passionnée de médias et de rencontres. Céline c'est l'autre blonde curieuse et dynamique du groupe à l'organisation essentielle et Nastassja c'est le troisième petit bout de femme, amoureuse des rapports sociaux et déterminée à découvrir le monde.

 

Capture_d__cran_2014-02-20___23.10.13

 

Depuis 5 mois, nous avons approfondi le sujet des séjours de rupture et nous le concrétisons petit à petit. Ce projet est le premier d'une longue série de notre future carrière journalistique. 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

Pour financer ce projet, nous travaillons déjà toutes les trois de notre côté. Cependant, nous sommes conscientes que se procurer une telle somme requiert de l'aide extérieure. C'est pourquoi nous faisons appel à vous. Le total par personne pour un voyage de 10 jours s'élève donc à 1334 euros par personne; 

 

- Billet d'avion = 720 euros

- Vaccins obligatoires et conseillés = 55 euros

- Visa = 62 euros

- Passeport = 71 euros

- Logement et nourriture = 330 euros

- Déplacements sur place = 40 euros

- Assurance = 56 euros

 

Pour nous trois, nous arrivons donc à la somme de 4000 euros. L'argent récolté par le KissKissBankBank nous permettra de financer environ un tiers du voyage de chacune d'entre nous. 

Thumb_ihecs
NuyensSarah

Nous sommes étudiantes en journalisme à l'IHECS et dans le cadre de notre travail de fin d'études, nous réalisons un reportage sur les séjours de rupture. Après 4 mois de recherche et de documentation, nous sommes maintenant prêtes à concrétiser ce projet qui nous tient à coeur. La motivation et la bonne humeur sont au rendez-vous !