La Compagnie Totem Récidive présente : PARTOUT SAUF PAR TERRE Au Festival OFF d'Avignon 2016

Large_affiche-finale-avignon-1460564818-1460564839

Présentation détaillée du projet

UN IMENSE MERCI A TOUS POUR VOTRE SOUTIENT ET VOTRE GENEROSITE !

GRACE A VOUS NOUS AVONS DEJA ATTEINT LA SOMME DE 3000 EUROS!

 

 

MAIS CELA N'EST PAS FINI ! POUR RENTRER DANS NOS FRAIS, NOUS DEVONS ATTEINDRE L'OBJECTIF DE 6000 EUROS, ALORS N'HESITEZ PAS A CLIQUER, CA CONTINUE, ON COMPTE SUR VOUS !

 

 

 

 

AIDE NOUS ET DEVIENS CO-PRODUCTEUR DE NOTRE PREMIER SPECTACLE !

 

Nous sommes 2 jeunes comédiens passionnés. Nous travaillons depuis plus d'un an à la création du premier spectacle de notre compagnie TOTEM RECIDIVE, et avons l'opportunité de jouer au festival d'Avignon cet été grâce à vous et vos dons !!!

 

Chaque euros est un pas de plus qui rend notre spectacle possible. Ne te dis pas que le peu que tu pourras faire ne sert à rien!  Chaque somme, petite soit-elle, est bienvenue !

 

 

 

"On ne se tue pas par Amour. On reste en vie pour réchauffer ses yeux aux clins des larmes. "

 

 

Img_3703-1456330290

 

 

 

PARTOUT SAUF PAR TERRE est le premier projet de la compagnie TOTEM RECIDIVE.

 

 

PITCH

 

                                         « EL : Comment on fait l'amour avec un grand A ?

             L : Tu le prends par la main, tu l'allonges, tu attends un peu et tu lui montes dessus. »

 

Sur scène, un homme et une femme qui se racontent des histoires. Ils sont très jeunes. Ils ne sont pas sûrs d'être entendus mais ils se racontent. Ils jouent aussi beaucoup ; ils ne sont pas sûrs des règles du jeu mais ils jouent. Ils jouent la rupture, ils jouent le quotidien pour ne pas tomber dedans. Ils s'interrogent. Qui est l'homme et qui est la femme ? Quelle est la limite du jeu quand les rôles s'inversent? Qui ne prend pas la question au sérieux, qui ne comprend pas sa réponse.

Leur histoire commence par la fin. 

 

Img_3724-1456330395

 

 

 

"Tu veux que je parle. Bien. Et pour cela tu convoques devant nous des hommes qui ne t’ont jamais reconnue, vue comme je te vois moi, et tu crois avoir le dessus ? Tu t’abaisses et je ne te rejoins pas. Je refuse de me rouler dans la fange avec toi. Oui, il faut garder des choses pour soi, Loris. Cela n’a rien à voir avec le fait d’être franche. Mais qu’est-ce qu’il s’est passé ? Maintenant que je t’ai parlé de l’odeur de ma mère, qu’est-ce qu’il va se passer ? Tu vas avoir peur quand je te lécherai les seins ? Tu t’entends ?  Alors dire tout et son contraire, ça ne te fait pas mal à la cohérence ? Quand tu m’incites à parler mais que tu n’es pas satisfaite de la réponse, tu crois m’encourager à continuer ? C’est don d’amour, ça ? Don d’amour ? Preuve ? Reconnaissance ? De moi en face ? Pas de « moi à côté ». Non. En face. Et désolé que ce que tu vois ne soit pas ce que tu attendais. Mon enveloppe, ma réalité, celle qui te parle de sa mère, des seins de sa mère, tu la vois quelque part ? Le prisme de tes yeux a fait de la place quelque part pour que j’y sois ?  « A côté ». Mais je ne suis pas à côté. Le côté, c’est bon pour les bras droits, les assistants, les partenaires. Je vais te gêner moi, mais je ne suis pas le voisin de pallier. Je me déplace. Je suis doté de mobilité. Ta vision du monde non, je te l’accorde, elle ne bouge pas. C’est toi qui es arrêtée. C’est moi qui me déplace. Je suis en face. C’est face à moi que tu te vois. Je suis partout, ne t’en déplaise. "

 

 

Nos Partenaires:

 

Anis Gras - Le Lieu de l'Autre

T2G - Théâtre de Gennevilliers

AAFA - Actrices et Acteurs de France Associés

Confluences - Lieu d'Engagement Culturel

 

Ils nous soutiennent : 

 

La Petite Halle de la Villette

Le Studio de Formation Théâtrale

La Compagnie Les Entichés

La Compagnie l'Âme dans la Pluie - Théâtre des Lila's

L'Univers du Possible

 

 

 

Img_3683-1456330624

 

 

 

NOTE D'INTENTION

 

Echange entre l'auteure et la metteure en scène

 

Unest----- Message transféré ----------

De : "Christine Tzerkézos" <christine.tz@laposte.net>

Date : 18 déc. 2015 15:39

Objet : re RE re RE intuition intention

À : "Laurie Soulabaille" <laurissou@gmail.com>

Cc :

 

L : Comment tu fais pour avancer et faire avancer les comédiens sans savoir/pouvoir dire où tu vas /où tu les emmènes ?

 

C : Mais parce que mon travail part des comédiens, des personnes. Bien évidemment c'est aussi dans la particularité d'une écriture de plateau. C'est ça que j'aime. Une idée de départ : travailler avec ces deux très jeunes comédiens que j'avais formés, avec qui j'avais déjà fait deux spectacles, qui me connaissent donc très bien et avec qui je partage un univers.

Et puis c'est un vrai casting aussi. On veut parler d'amour. Ils sont beaux.

Leur jeunesse parle. Tu es jeune aussi.

Tu parles de l'amour de ta jeunesse aujourd'hui. Et de la leur aussi.

Après justement, dans le processus de création c'est indispensable pour moi de ne pas savoir. Ne pas être dans la notion de résultat permet d'être dans un processus de création. Je sais instinctivement où je vais. La dramaturgie vient du sensible dans les premières étapes de travail.

 

L : Pourquoi vouloir parler d'amour ?

 

C : L'Amour c'est vaste et insondable. C'est défini et indéfini. C'est après avoir vu avec Thomas et Loris le " Mademoiselle Julie" de Strinberg (un de mes textes-phare) mis en scène par Fisbach qu'est né le projet. Sur un désir de théâtre pour un désir de théâtre.

Un couple. une situation sociale bien définie chez Strinberg. Et nous, sur un intime qui devient universel. Comment une jeunesse d'aujourd'hui se reconnait dans l'amour dans un contexte si particulier.

C'est vous qui jouez. Thomas, Loris et toi Laurie, l'auteure. Avec vos 20 ans et tes 30... Moi je donne juste à voir et à entendre. Et puis l'amour quoiqu'on en dise, c'est le drame.

Et le drame c'est le théâtre...

 

L : D'où t'est venue l'idée d'aborder le travestissement ? Et pourquoi vouloir le traiter au sein d'un couple hétérosexuel ?

 

C : Tout est parti de Viviane. Viviane, c'est un travail fait avec Thomas à partir d'un film de Chéreau " Ceux qui m'aiment prendront le train". C'est un des personnages joué par Vincent Perez qui interprète sublimement un travesti.Thomas vient un jour au plateau habillé en femme.

Nous voyons réellement une femme.

nous ne voyons plus Thomas.

Je voulais tester les limites de nos libertés au sein d'un couple qui non seulement se pose des questions sur eux-mêmes mais aussi sur le "deux". La présence d'un homme-femme trouble la femme qu'il aime. Pourquoi son besoin d'être aussi une femme face à celle qu'il aime ?

Qu'est ce que ça met "en jeu " pour elle ?

Est-ce que c'est un jeu ?

attise t-elle leur sexualité ?

Est elle une rivale ?

C'est quoi être une femme ?

C'est quoi être un homme ?

 

 

De: "Laurie Soulabaille" <laurissou@gmail.com>

À: "Christine Tzerkézos" <christine.tz@laposte.net>

Envoyé: Mardi 15 Décembre 2015 00:03:33

Objet: Re: RE : Re: intuition d'intention

 

C : Est-ce que tu avais déjà pensé au théâtre avant de nous rencontrer ? Je veux dire par là, quand tu as rencontré Thomas et Loris qu'est-ce qui a attisé ton écoute ? Et d'abord, que vous êtes-vous dit précisement ?

 

L : On a parlé de nous, on s'est reconnus des sensibilités. On a parlé de votre projet de mettre en face un homme et une femme, d'interroger leur façon d'être homme ou femme dans le monde d'aujourd'hui. Comment on aime l'Autre.

Pour répondre à ta première question, j'ai toujours de près ou de loin, fréquenté le théâtre étant quelqu'un qui aime les mots, segmente les langages et se méfie des discours. Le théâtre répond à tout ça. Questionne la légitimité du Dire. C'est la responsabilité de la parole qui me semble importante dans l'écriture du théâtre.

Et puis il y a une émotion au théâtre qui n'appartient qu'aux spectacles vivants, je veux dire la proximité du souffle et de la chair des comédien-ne-s.

 

C : Qu'est-ce qui nous relie toutes les deux ?

 

L : Spontanément je dirais l'énergie, l'esprit de contradiction, les fortes têtes. Je ne sais pas si on sait être discrètes.

 

C : Avec Thomas et Loris, nous avons déjà une histoire de travail. Qu'est-ce qui t'a plu dans l'idée de travailler avec nous sur une écriture de plateau ?

 

L : Le vertige de ne pas savoir où on va mais d'y aller ensemble sur des questions qui me sont sensibles. Sortir de la zone de confort. Partir à l'aventure d'un travail créatif. Au début, j'avais besoin de comprendre où tu voulais en venir et tu n'étais pas capable de le formuler. Avant qu'on ne se fasse confiance, j'ai paniqué. J'ai vu tes façons non conventionnelles d'accoucher. Je me suis demandée si c'était une stratégie calculée ou une intuition géniale. Et puis ce que j'ai vu naître m'a plu.

 

C : Je me souviens d'une répétition au tout début ou tu as été très choquée et ou tu m'as dis que j'instrumentalisais les comédiens. Pourquoi ?

 

L : Tu leur demandais d'aller très loin, je n'avais pas réalisé le pouvoir de marionnettiste du metteur en scène ou pour le dire autrement l'abnégation, la dévotion de l'acteur à la scène- tu vois je dis la scène, je ne dis pas le metteur en scène. Et puis j'ai vu ton travail et celui de Thomas et Loris, la confiance qu'ils avaient en toi en tant que "guide". Et même temps tu les guidais vers eux-mêmes. C'est un peu gourou que d'être metteur en scène. Ce qui m'a fait dire le mot "instrumentaliser" je pense.

 

C : Qu'est ce qui est le plus difficile pour toi dans ce projet ?

 

L : Lâcher-prise. et en même temps c'est ce que je voulais.  

 

 

 

Notre travail se concrétisera avec une sortie de résidence les 3 et 4 juin 2016 ainsi que du 25 au 29 octobre 2016 à Anis Gras, Le Lieu de l'Autre à Arcueil 

Et grâce à votre générosité au Festival OFF d'Avignon 2016 au Théâtre des Lila's à 19h 

 

 

 

DISTRIBUTION:

 

 

Auteure

Laurie Soulabaille

 

Sans-titre-1456330066

 

 

Laurie Soulabaille s’est formée aux Sciences humaines à la croisée de la Linguistique et de la Sociologie. Elle est obsédée par le sens à donner aux choses, absurdement possédée par les mots. Elle écrit. Elle enseigne le français en France, en Espagne, au Mexique, l’anglais en prison et l’alphabétisation en centres sociaux.

Elle côtoie le théâtre, fascinée par la parole qu’il permet. Elle rencontre Thomas Bouyou, Loris Reynaert et Christine Guérin, respectivement comédien, comédienne et metteur en scène, animés par le désir de travailler ensemble sur une écriture de plateau. Son écriture se greffe. L’aventure prend.   

 

 

Mise en scène

Christine Tzerkezos-Guerin

 

Christine-1456330086

 

Elle a débuté comme comédienne dans la Compagnie de Jacques Durbec à Marseille, puis au sein de la Compagnie Witkacy. Son séjour à Paris lui permet de tourner dans deux longs métrages de Pierre Granier-Deferre et Gérard Lauzier ainsi que pour la télévision. Formée avec Jack Garfein et Jack Walzter, elle a travaillé aux côtés d’Ariane Mnouchkine, Jean-Gabriel Nordmann ou encore Abbès Zahmani. Elle s’est tournée résolument vers la mise en scène et la direction d’acteur depuis 1995. Amoureuse de théâtre contemporain, on lui doit, entre autres, des créations sur des textes de Pascal Rambert, Marguerite Duras, Camille Laurens ou encore Yasushi Inoué. Christine enseigne en école professionnelle depuis 15 ans, prépare au casting, accompagne/coach les acteurs et danseurs professionnels et intervient également dans les écoles en primaire et lycée.

 

 

 

 

 

AVEC:

 

 

 

Thomas Bouyou

 

11390293_1602338673338319_729863491895297329_n-1456330101

 

Habité très jeune par le désir de jouer, Thomas débute au sein de la compagnie shakespearienne londonienne The Hampstead Players, avec laquelle il travaille pendant cinq étés dès ses dix ans. Il jouera notamment dans Hamlet, Macbeth, ou Le Songe d'une Nuit d' Été, en anglais. Il poursuivra au long de ses études scolaires, une formation de chant avec Anne Bréchemier à Toulouse. A la suite de l'obtention de son baccalauréat et d'un stage avec Jean-Pierre Garnier, Thomas intègre le Cours Florent pendant un an où il rencontrera Elise Lebargy, jeune réalisatrice avec qui il entame prochainement le tournage d'une web-série. C'est lors d'un voyage de trois mois aux Etats-Unis qu'il décidera d'entrer à l' Academy of Arts University de San Francisco sous la direction de Diane Baker, Damon Sperber et Janice Erlendson pour y suivre une formation intensive de l'acteur pendant un an. Il tournera dans deux courts-métrages : « Le début de la fin » de Judith Mabonga, et « Mister Smiley Face » réalisé par Naureen Virani. Il retourne enfin en France pour suivre la formation professionnelle Actor's Sud à Marseille sous la direction de Robert Manara. Il y sera formé par Stéphanie Lemonnier, qui le mettra en scène dans Homme Sans But de Arne Lygre ; Laurent Bariohay qui le dirigera dans le moyen-métrage « A qui le tour ? » ; Jean-Gabriel Nordmann et enfin Christine Tzerkezos-Guérin, avec qui il travaille aujourd'hui. Il y rencontre Loris Reynaert avec qui il fonde la compagnie TOTEM RECIDIVE. Il s'apprête à jouer au Festival OFF d' Avignon 2016 dans une création originale écrite par Laurie Soulabaille et mise en scène par Christine Tzerkezos-Guérin aux côtés de Loris Reynaert, créée au T2G – Théâtre de Gennevilliers et à Anis Gras – Le Lieu de l' Autre. Il travaille aussi avec la compagnie Les Entichés, dirigé par Millie Duyé dans une autre écriture de plateau, le projet Le Renard envieux qui me ronge le Ventre se jouera en Juin 2016 au Théâtre El Duende d'Ivry-sur-Seine ainsi qu'au Théâtre de l' Opprimé à Paris.

 

 

 

 

Loris Reynaert

 

 

Img_8317-bordermaker-1456330112

 

Après des études littéraires et deux ans au conservatoire Darius Milhaud d'Aix en Provence en chant, Loris suit une formation d'un an à l’École de Cinéma et Télévision de Québec. Elle est formée notamment avec Garry Gagnon, Gabrielle Rochette et Jean-jacqui Boutet et tourne dans plusieurs courts-métrages dont Thérapie de Samuel Auger, qui lui rapportera le prix de meilleure actrice pour la session 2010-2011. Après s'être formée pendant un an à la caméra, elle revient ensuite en France pour se former à l'art de la scène et intègre l'école Actor's Sud à Marseille dirigée par Robert Couturier Manara. C'est là qu'elle y rencontrera Thomas Bouyou et Christine Tzerkezos Guerrin. Ils collaboreront sur deux spectacles : L a beat Generation et humanitéAnimalité/.  Elle travaillera aussi avec Laurent Bariohay, Stephanie Lemonnier, Jean Gabriel Nordmann et Ali Bougheraba. Elle quitte ensuite Marseille pour aller au Studio de formation théâtrale de Vitry sur Seine dirigé par Florian Sitbon où elle continuera sa formation en travaillant l'interprétation, la diction, le chant, la danse et l'acrobatie théâtrale avec Elisabeth Tamaris, Vincent Debost, Elisabeth Mazev, David Nunes, Clément Victor et Florian Sitbon. Pendant ces deux années au studio de formation théâtrale, elle jouera notamment les rôles de Dromio et Pinch dans La Comédie des erreurs de W. Shakespeare, mis en scène par Vincent Debost, dans DIX, création de plateau dirigée par Elisabeth Mazev, et dans une adaptation de fragments d'un discours amoureux de Barthes mis en scène par Florian Sitbon, tout trois joué au théâtre de l'Opprimé. C'est aussi là bas qu'elle fera la rencontre de Millie Duyé et de la compagnie Les Entichés et pour qui elle jouera dans la nouvelle création Le Renard Envieux qui me Ronge le Ventre, qui sera joué en juin 2016 au théâtre El Duende d'Ivry sur Seine. Elle crée en 2015 la compagnie Totem Recidive avec Thomas Bouyou et Laurie Soulabaille. Leur première création est mise en scène par Christine Tzerkezos Guerrin, dans un texte original de Laurie Soulabaille. Créée à Anis Gras et au théâtre de Genevilliers, elle sera jouée en Juin 2016 à Anis Gras, le lieu de l'Autre ainsi qu'au Festival OFF d'Avignon en juillet 2016.

 

 

EQUIPE TECHNIQUE:

 

Céation lumière et scénographie

Nicolas Damien

 

"Issu d’une famille théâtrale, c’est dès mon plus jeune âge que je fus baigné dans ce milieu,  il m’est apparu rapidement que le spectacle vivant était un savant mélange « d’artistique » et « de technique». La notion d’alliance entre la technique et l’artistique, dans le but commun de  concrétiser les désirs d’un artiste ou d’un metteur  en scène en vue de rencontrer un public exigent, voilà un des aspects de ouille ce métier qui me passionne. C’est en suivant cette voie que je tente de construire ma carrière depuis plusieurs années. C’est donc tout naturellement que je propose mes compétences à la maîtrise d’usage, le management de projet et de la sécurité dans les secteurs d’activités du spectacle et de l’événement en complément de mon activité de directeur technique. A ce titre, j’assure pour différents, établissements, productions et compagnies l’étude et la conduite de projet, afin de garantir la faisabilité d’un événement dans les domaines techniques, logistique et de la prévention des risques."

 

 

Régisseur

Charles Dunnet

 

Img_7143-2-bordermaker-1456330165

 

 

Charles Dunnet est né à Paris en 1989. Il y commencera le théâtre au lycée Victor Hugo en 2005 en suivant les cours dispensés par Marion Ferry. Par la suite il poursuit des études théâtres dans différents établissements. Il intègre le conservatoire Jacques Ibert où il reste un an, puis étudie trois ans au conservatoire Maurice Ravel avec François Clavier et en 2014 intègre le Studio de Formation Théâtrale de Vitry dirigé par Florian Sitbon.

Il a pris part à plusieurs projets dans le cadre de ses différentes écoles (Les Mariés De la Tour Eiffel de Cocteau au conservatoire Jacques Ibert ;  14 juillet de Romain Rolland et le Revizor de Nikolaï Gogol avec le conservatoire Maurice Ravel ; La Comédie des Erreurs de Shakespeare et DIX, une écriture de plateau mis en scène par Elizabeth Mazev, avec le Studio de Formation) et en dehors ; dans des courts métrages, des figurations et des séances de doublage. Depuis 2014 il travaille avec un collectif montpelliérain, la Carte Blanche, sur une création de Mathias Labelle, Denis, qui traite de la question de l'individu dans nos sociétés modernes. Depuis 2015 il travaille aussi avec la Compagnie les Entichés sur une création de Millie Duye dont le titre est Le renard envieux qui me ronge le ventre et qui questionne nos rapports aux genres et aux normes sociales et sexuelles. Est également en cours une autre création, dans le cadre du Cycle d'Insertion Professionnel du Studio. Il s'agit d'une commande à l'auteur Aïat Fayez qui a écrit une pièce pour le groupe, le spectacle traitera des relations de couples.

 

 

À quoi servira la collecte ?

Cette collecte nous servira à :

 

1200 € : Location de la salle au théâtre des Lila's

 

360 €: Frais d'inscription au Festival OFF

 

300 € : Affiches, flyers,..

 

240 € : Frais KissKissBankBank 8%

 

900 € : une partie du logement pendant tout le mois

 

 

Si votre générosité est grande et que nous dépassons le budget fixé:

 

nous pourrons:

 

-payer le loyer intégralement pour le mois à Avignon.

 

-le défraiement ( trajet aller/retour, nourriture,...)

 

-les costumes et décors.

 

-rembourser les frais avancés à la compagnie Totem Récidive pour la création du spectacle.

 

Thumb_img_3687-1459460308
Totem Récidive

La compagnie TOTEM RECIDIVE a été créée en Octobre 2015 pour le spectacle PARTOUT SAUF PAR TERRE.

Derniers commentaires

Thumb_default
Pour vous payer des grecs !
Thumb_default
Continuez plein d'enthousiasme !!! bon vent à votre projet ! bises de Irène
Thumb_default
Ce sera un grand plaisir de venir vous voir à Avignon - tous nos voeux de réussite. Michèle et Jean-Pol