Conception d'une œuvre multimedia autour de la phrase d'Isaac NEWTON : "Les Hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts".

Large_bandeaukkbb_nb_wall

Présentation détaillée du projet

Isaac NEWTON écrivait au début du 18e siècle : "Les Hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts".

Trois siècles plus tard, nous n’en sommes toujours pas sortis.

 

M’intéressant alors à quatre murs contemporains : la barrière entre États-Unis d’Amérique et Mexique, la DMZ entre les deux Corée, les grillages de protection des enclaves Espagnole au Maroc à Ceuta et Melilla, et enfin la clôture de sécurité entre Israëliens et Palestiniens en Cisjordanie, je cherche à construire un onirisme singulier présentant, de manière neutre dans un premier temps, la rationalité de ces ouvrages, tant physique qu’intellectuelle, puis en les qualifiant dans un second temps de mon propre point de vue comme l’entrave visible entre les peuples, l’oppression dressée.

 

Alors si le titre de cette création est Plébiscite, c’est pour rappeler que c’est le peuple, la plèbe, qui doit s’attacher à s’autodéterminer, à choisir le vivre ensemble, à choisir le pont et détruire le mur.

 

Étant sélectionné pour représenter la France aux 7ème Jeux de la Francophonie à Nice du 6 au 15 septembre 2013 dans la catégorie "Création Numérique", je souhaite créer l'œuvre originale qui nous défendra au mieux.

 

Autour de la thématique imposée par le Comité International des Jeux de la Francophonie (CIJF) : "Les Droits de l'Homme, la paix et la démocratie", je compte concevoir une œuvre audio-visuelle complète (et dépassant le cadre restreint imposé par les Jeux pour offrir au public en dehors des Jeux une œuvre pertinente) alliant musique électronique, vidéo et scénographie.

 

J'ai l'ambition d'honorer ma mission en créant un spectacle multimedia (avec l'aide d'une équipe artistique constituée de Plasticienne, Metteur en Scène, Créateur Lumière, Scénographe), cependant ma capacité à l'atteindre est notamment liée à votre collaboration ainsi qu'aux subventions publiques sollicitées.

 

Merci par avance pour votre contribution, vous le pouvez grâce au bandeau de gauche (non l'autre gauche) dès 1€.

 

 

 

 

Intention de création : Plébiscite

Télécharger le dossier de presse

 

Le projet consiste en la création d’une œuvre originale de création numérique répondant à la thématique “Les droits de l’Homme, la paix et la démocratie”.

Selon la réglementation des VIIes Jeux de la Francophonie France/Nice 2013, le format vidéo-jockey est attendu, à savoir : animation visuelle en temps réel, par création ou manipulation d’images en temps réel en direction du public, en synchronisation avec la musique. Cette performance multimédia peut inclure aussi des musiciens, comédiens ou danseurs sur scène en même temps que le vidéo-jockey.

 

 

Critique et contournement du format

Le format “vidéo-jockey” attendu est à la fois prometteur et hermétique. En effet, la promesse faite permet d’envisager une œuvre multimedia visuellement riche, mais en soit elle est hermétique car enracinée dans un code emprunté à la culture électronique de club et finalement, éloignée d’une scénographie pertinente et transversale.

L’objet même de cette création tend à convoquer les codes du “video-jockey” tout en les détournant au profit d’une narrativité et d’une mise en scène la rapprochant de la performance intermedia. Ainsi, en proposant une œuvre de type intermedia, je tente d’approcher une transversalité où les formes d’art se contaminent entre elles, contrairement à l’œuvre multimedia où les différents constituants artistiques restent indépendants les uns des autres.

 

 

La scénographie et mise en scène

En l’état actuel de la réflexion, la scénographie se doit d’être sobre afin d’amplifier le rôle et l'impact de la projection vidéo. En effet, avec des éléments scénographiques de type boîte blanche ou panneau blanc mobiles, je donne la possibilité à la mise en scène de jouer avec ces éléments et de transformer le décor au gré de la progression de la performance.

Il est envisagé que la scénographie soit conçue par Grégory David et Abdellatif Baybay, et réalisée par Sandra Guillen et Ronan Virondaud.

 

Voir les réflexions : http://www.plebiscite.it/pre-scenographies

 

 

La musique

Composée et interprétée par Grégory David, le paysage sonore sera une composition originale entremêlant des éléments de synthèse sonore ainsi que des matières concrètes. L’objet final ressemblera très certainement à une œuvre de musique concrète dans l’écriture similaire à Artificiel.

 

 

 

La lumière

Réalisée par Bruno Teutsch, elle fournira une cohérence entre la scénographie et le volume de l’espace occupé. Par des jeux de clair/obscur, et d’une forte illumination depuis le sol et en latéral, la création lumière participera aux tensions visuelles en donnant la teinte, absente des images et vidéos projetées.

 

 

La vidéo

À base d’illustrations faites par Sandra Guillen et de vidéos filmées, traitées et montées par Grégory David, la matière vidéo sera convoquée en direct et s’intégrera dans la performance globale, offrant alors une dimension narrative supplémentaire.

 

Le traitement graphique de cette matière vidéo sera sobre et s’approchera d’une esthétique noir ou blanc fortement contrastée. Aussi, il est envisagée d’avoir des images issues du réel, en couleurs, rompant alors l’esthétique globale et faisant retomber l’onirisme de cette création artistique en la raccrochant au contemporain, à la vérité du monde. Ainsi, le lien sera fait entre les éléments poétiques de la création et le propos défendu, ancré dans le réel.

 

 

La trame narrative

La narration s’articule selon 3 phases, où chacune exploite une caractéristique vidéo de la scénographie. Dans tous les cas, le public est de plain-pied avec l’œuvre.

 

Destruction du pont de Mostar en Bosnie

Noir brutal.

Le vidéo-projecteur à jardin illumine une seule face du mur. Le contenu projeté symbolise le pont de Mostar et la vie qui s’y déroule. Il n’y a pas d’élaboration dramatique de la situation et nous aboutissons à sa destruction, sans prévention, brutalement, froidement.

La lumière se coupe, et l’autre face du mur semble irradier de lumière.

Pont_de_mostar  

 

 

Mostar_detruit

Érection et destruction des murs

Le public est contraint à se déplacer de l’autre côté du mur scénographié afin d’accéder au contenu vidéo-projeté depuis cour.

Nous assistons alors à une élaboration dramatique qui construit des murs, brise des humains, des peuples. Le jeu scénographique utilise aussi le vidéo-projecteur au zénith pour réaliser un jeu d’ombre projeté comme si la lumière venait depuis jardin et traversait le mur scénographié, à l’image du soleil traversant les poteaux de la plage de Tijuana.

Alors que la tension atteint son climax, le mur scénographié est abattu et les briques s’écroulent sur le plateau, au milieu des spectateurs.

2009_01_29_frontiere_mexique_usa1   2009_01_29_frontiere_mexique_usa3

Tissons les liens

Au milieu des décombres, les spectateurs peuvent enfin évoluer à leur guise afin de se positionner plus aisément, plus librement dans l’espace.

Le vidéo-projecteur au zénith projète des animations sur les briques issues du mur scénographié. Chacune de ces briques symbolise des peuples, des densités de population, des entités de vie. Isolées, dans un premier temps, ces briques se voient être reliées, petit à petit, par des routes, des ponts, des ponts aériens. Le lien se tisse, l’Homme échange, la paix se fait.

Le spectateur témoin de ce qui se passe, à ses pieds, sous la forme d’une cartographie aérienne devient lui aussi l’élément d’un tout.

La fin du spectacle se fait simplement par la contemplation des liens qui se tissent et de la lumière qui se fait progressivement dans l’environnement.

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte a pour objet de participer à la conception et la réalisation du spectacle "Plébiscite" qui sera présenté aux 7ème Jeux de la Francophonie afin de concourir dans la catégorie "Création Numérique".

Votre collaboration solidaire servira à l'acquisition de matériel et la production de contenu visuel (animations, vidéos, illustrations). Le salariat des personnes impliquées est associé aux subventions publiques et/ou aux contributions des mécènes ainsi qu'à la vente du spectacle après les Jeux. Les personnes physiques seront rémunérées lors des représentations sous la forme de cachets d'intermittence.

 

Le budget se compose de la façon suivante (débit/crédit) :

Création

   Illustrations + Création du matériel de communication = -2 600,00 €

   Création lumière (5 cachets) = -1 200,00 €

   Mise en scène = -2 000,00 €

   Création audiovisuelle et développement = -5 000,00 €

   Résidence de création = -5 000,00 €

   Construction d'éléments plastiques de scénographie = -2 200,00 €

   Collaboration ponctuelle (danseur, comédien : 3 cachets) = -600,00 €

Sous-Total = -18 000,00 € / 0,00 €

 

Matériaux/Matériels

   Matériaux de construction pour la scénographie (bois, tissus, métal, etc.) = -2 000,00 €

   Matériel de lumière et de transport = -4 000,00 €

   Matériel de projection vidéo = -2 850,00 €

   Ordinateurs de pilotage audio/vidéo = -4 300,00 €

Sous-Total = -13 150,00 € / 0,00 €

 

Merchandising/Communication

   CD audio x1000 = -650,00 € / +2 000,00 €

   DVD video (captation en résidence + Making-Of) x1000 = -575,00 € / +1 500,00 €

   Carte postale 10x15cm x1000pc = -100,00 € / +0,00 €

   Carte postale 10x21cm x1000pc = -200,00 € / +0,00 €

Sous-Total = -1 525,00 € / +3 500,00 €

 

Participations

   Prêt d'un lieu de travail et du matériel de création = +5 000,00 €

   Collecte de fonds collaborative privée (KissKissBankBank) = +7 000,00 €

   Frais bancaires et de fonctionnement = -560,00 €

   Subventions publiques = +11 835,00 €

   Fonds propres (Grégory DAVID) = +5 000,00 €

   Co-Production AMMD = + 1 000,00 €

   Pré-vente du spectacle (aucune à ce jour) = +0,00 €

   Vente du spectacle (5 représentations, amortissement net) = +500,00 €

Sous-Total = -560,00 € / +19 735,00 €

 

Total = -33 835,00 € / +33 835,00 €

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À propos de Grégory DAVID

 

http://www.groolot.net

http://soundcloud.com/groolot

http://shop.groolot.net

http://vimeo.com/groolot

 

 

Maine Libre, Le Mans. Un créateur hors normes aux Jeux de la Francophonie

 

 

Ouest-France Sarthe du dimanche 10 février 2013, page 4

 

 

 

 

Précédentes performances

Tchernobyl Tremblements (avec les photographies de Jean-François DEVILLERS)

 

 

groolot en vrai

 

 

 

Portfolio de groolot en vrai

Portfolio_groolot1

 

Portfolio_groolot2

 

Portfolio_groolot5

 

 

Portfolio de Sandra GUILLEN

Portfolio_sandra-guillen4

 

Portfolio_sandra-guillen1Portfolio_sandra-guillen5

 

Portfolio_sandra-guillen6

 

 

 

Thumb_affiche_groolot_en_vrai_cropped
groolot

Né le 10 mars 1980, à Bourges (18). Bercé pendant la grossesse à L’apocalypse des animaux de Vangelis, mon univers musical est un mélange de Murcof, The Future Sound Of London, Front 242, René Aubry, Pink Floyd, Klaus Schülze, Arvo Pärt, Eric Satie, Triton. Je rencontre dès 6 ans mon premier instrument de musique : le Gmebogosse. Cet... Voir la suite

FAQ Questions les plus fréquentes concernant le projet

+ Qu'est-ce que "Les Jeux de la Francophonie" ?

Organisés tous les quatre ans, dans l’année post-olympique, les Jeux de la Francophonie invitent, sous la bannière de l’amitié, la jeunesse de l’espace francophone à se rencontrer au travers d’épreuves sportives et de concours culturels.

Le français, langue commune des pays engagés, favorise le dialogue entre les participants et avec le public. Langue olympique, il se met au service des deux langages universels, le sport et la culture, pour affermir les liens créés par les rencontres.

+ Qu'est-ce que la catégorie "Création Numérique" ?

Le concours de création numérique, au titre des activités de développement, est introduit pour la première fois au programme officiel de la VIIe édition des Jeux de la Francophonie France/Nice 2013.
Cette nouvelle discipline s’inscrit dans l’esprit de cette édition qui se voudra moderne, jeune et mobilisatrice. Elle s’adressera aux jeunes artistes créateurs des États et gouvernements de la Francophonie. Elle s’inscrira également dans les missions et thématiques développées par l’OIF.

+ Qui sont les concurrents ?

Ce concours opposera 8 créateurs/artistes sélectionnés (individus ou groupes), hommes ou femmes, âgés de 18 à 35 ans.
Voir : http://www.jeux.francophonie.org/Selections-aux-epreuves-de

+ Qui organise le concours de "Création Numérique" ?

L’organisation du concours est sous la responsabilité technique du Président du jury "création numérique" désigné par le CIJF et en concertation avec l’Institut de la Francophonie Numérique (IFN).

+ Quelle est la thématique de création ?

Cette épreuve a pour thématique imposée « Les droits de l’homme, la paix et la démocratie. »

+ À quoi doit ressembler la création ?

Le concours de création numérique consiste en la création d’une œuvre audiovisuelle. Cette épreuve relève d’une performance dans le sens ou cette création doit pouvoir être restituée, arrangée et améliorée en direct sur une scène.

+ Comment le concours se déroule-t-il ?

Le concours se déroulera en deux phases :
• La phase éliminatoire/qualificative
Lors des Jeux de la Francophonie, sur sept jours (ou soirées) maximum, les candidats devront présenter leur création, un par un, pour chaque catégorie, en les projetant sur un écran géant (en salle fermée ou de plein air) devant un jury et ouvert au public. Chaque participant (individuel ou groupe) aura 30 minutes pour préparer son matériel pour sa présentation (matériel disponible) et 15 minutes maximum pour présenter sa création et convaincre le jury.
• La phase finale
La soirée de la finale se déroulera sur une scène (fermée ou en plein air) sera ouverte au public et permettra la présentation de trois créations finalistes (individus ou groupes) au concours de création numérique.
Ils auront 20 minutes maximum chacun pour convaincre le jury de la pertinence de leur création.

+ Quelles sont les récompenses ?

Les créateurs/artistes ou groupes lauréats reçoivent, dans l’ordre, la médaille d’or, d’argent et de bronze.

+ Sommes-nous payez pour participer aux Jeux de la Francophonie ?

NON. Aucun cachet n’est dispensé aux artistes. Ils bénéficieront des retombées médiatiques de l’évènement et de l’ouverture auprès des professionnels internationaux de leur discipline présents toute la durée des Jeux.

Derniers commentaires

Thumb_default
Félicitation !! premier objectif atteint...
Thumb_default
Bon courage camarade! Samy
Thumb_default
Bon courage à tous...