L'idée est de nous joindre tous les uns aux autres pour ne faire plus qu'un, et pousser au plus loin UN CRI DE FRATERNITÉ aux migrants.

Large_visuel_kisskiss-1492548886-1492548943

Présentation détaillée du projet

Tout commence par ce cri qui me déchire les entrailles et me pousse à abandonner mes pinceaux pour prendre mes fusains et partir à l'assaut d'un lieu immense et impossible à trouver dans notre capitale quand on est artiste fauché.

Mais je dois les émouvoir là-haut, car sur mon chemin je rencontre providentiellement des êtres émus par mon intention. Et sans doute croient-ils à ma sincérité.

Car c'est un cri profond, sorti de la colère et de l'impuissance, qui m'a précipité dehors vers les autres comme vers vous aujourd'hui. Parce-que j'y crois. Comme je crois profondément depuis toujours que l'Art aide à  l'altruisme.

 

Capture_d__cran_2017-04-18___20.05.06-1492538896

 

L'émotion nous relie à nous-mêmes et aux autres. Elle nous rend meilleurs. Elle a mis sur ma route des êtres plein d'espoir et de force, habités par le même désir. Celui de fraternité.

Tout a commencé avec l'équipe du journal "le 1", passeport joyeux pour des horizons plus larges et plus singuliers.

Ce sont eux qui ont commencé cette ronde humaine.

 

Combat_d_artistes-1492541686

 

Ils m'ont mise en contact avec Delphine Bürkli, Maire du 9ème arrondissement à Paris, qui m'a trouvé un lieu provisoire et providentiel, avec le défi de faire en 5 semaines un travail de 3 mois.

Alors j'ai donné mes nuits et mes jours à ce dessin que je voulais le plus grand possible. Mon mur ne dépassait pas 6m, je m'y suis résignée, et je crois que seule sa longueur pouvait m'en convaincre!

 

La_recherche_14-15-1492542994

La_realisation_0-1492542916

 

Je termine en temps et en heure mon fusain, avec l'étrange sentiment qu'il ne m'a jamais appartenu et que ma main obéissait à d'autres. J'ai éprouvé un bonheur immense, ivre de ce vertige en haut de mon échelle, seule la nuit, accompagnée le jour de la visite régulière des ouvriers du bâtiment, Momo, Yassine, Abdel et bien d'autres, curieux de voir apparaître leurs frères dans cette colonne de "voyageurs d'infortune", comme l'écrit Erri de Lucca. Je leur dois beaucoup.

Ce dessin a vu surgir de l'épaisseur de la nuit des êtres dont les histoires se croisent ou se répondent, il les a mis en marche dans une perspective qui m'échappait parfois, et il y a dans cette composition des rapports aux proportions humaines impossibles qui fonctionnent pourtant. Des visages se sont effacés pour donner plus de place à d'autres. Et la lumière, la lumière surtout, a donné le rythme et le sens à cette marche lente, à ces pas plein d'espoir.

 

Capture_d_e_cran_2017-04-18_a__21.32.52-1492544057

 

Et puis à cette ronde humaine s'est greffé Laurent, Laurent Gaudé, avec ses mots dans ses mains et sa foi en un humanisme de combat. Et il a écrit ce texte pour le fusain, ce dessin de 6m de long et de 2m70 de large. C'est lui qui a trouvé le titre du tableau: "nos ombres"

 

Capture_d_e_cran_2017-04-18_a__21.41.03-1492544551

 

Capture_d_e_cran_2017-04-18_a__21.41.10-1492544629

 

Realisation_65-66-1492544810

 

Cette ronde humaine ne cesse de s'élargir à chaque fois que quelqu'un voit le dessin. C'est une histoire pleine de beauté et d'humanité, une histoire qui m'émerveille. Elle devait débuter à Venise, portée par mon galeriste vénitien mais il n'est pas prêt et prend des forces avec des formats plus petits pour nous porter en avant et nous donner les moyens plus tard d'exposer "nos ombres" là-bas. Alors je l'ai proposé à Delphine Bûrkli, en remerciement à ce qu'elle a fait pour moi, et c'est elle qui l'expose dans ses lieux à partir du 26 Avril.

Et là encore le dessin poursuit sa route et sème.

Il accompagnera la cérémonie de commémoration de la shoah du 30 Avril, puis servira de scénographie à la pièce du très talentueux Tony Harrisson. La pièce s'appelle "Les exilés", elle sera donnée en représentation à la Mairie d'abord, puis au théâtre du lucernaire, avant d'aller en 2018 en Avignon.

Le fusain sera enfin à l'origine de l'intention de la Mairie et du journal "le 1" de réunir le 4 mai tous les protagonistes de ce beau projet, dans un entretien  entre Eric Fottorino et moi-même, accompagnée de Laurent Gaudé.

 

Affiche_mairie-1492545925

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte m'aidera a financer le catalogue de l'exposition puisqu'il est et sera mon seul outil de diffusion de notre cri, et je compte bien dépasser les frontières de notre pays, puisque ce cri retentit aux 4 coins de la terre. C'est moi, christelle labourgade , et moi seule, qui percevrait les fonds sur mon compte bancaire, fonds pour lesquels je vous serai à jamais reconnaissante.

 

Capture_d_e_cran_2017-04-18_a__22.38.46-1492548046

 

Le tableau est fragile et bien trop grand pour être bougé dans tous les sens. Si le catalogue convainc alors le tableau se déplacera. L'Italie est certaine dans un avenir plus ou moins proche et je vais en Juin à Berlin pour tenter de trouver un galeriste au cœur aventurier et humaniste.

De plus les 4 évènements à la mairie m'apporteront, le temps de l'exposition du tableau, 4 publics différents, susceptibles de partir avec sous le bras un catalogue. (je n'ai pas mentionné une conférence littéraire avec Erick Orsenna le 27 Avril)

Sans compter les visiteurs non attendus. Un kakémono à l'extérieur de la mairie signale l'évènement.

 

Pour une impression de 100 exemplaires en quadrichromie (les noirs doivent être beaux, et la couleur les rend plus profonds) l'imprimerie la plus intéressante me propose pour:

un format de 215x242mm comptant 124 pages imprimée en quadrichromie à l’exception de 8 pages vierges et de 46 pages noir et blanc sur munken lynx 120g et munken lynx 300g pour la couverture Total : 2034,90€ + 126,00€ pour l’option d’une page intérieure à rabat.

 

J'ai commandé 100 exemplaires seulement car je ne peux m'engager à payer plus, mais l'idéal serait d'en avoir 300.  Au moins dans un premier temps.

 

Surtout si vous m'aidez à le diffuser en le distribuant vous-mêmes!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thumb_nuit_3-1492552392
christellelabourgade

PEINTRE Je préfère reprendre des extraits d'un texte de Sabine Puget, galeriste qui a toute mon admiration et qui fait elle aussi partie de cette si belle ronde humaine. "Christelle Labourgade c'est d'abord une rencontre, elle débarque dans votre vie sans armes ni bagages avec son regard d'enfant, étoilé, rieur, écarquillé pour s'émerveiller de... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
La rue des Tournelles admirative de ton parcours comme de ta détermination. Un grand bravo, Biz
Thumb_default
Merci Christelle de lancer ce cri pour ces êtres en détresse auxquels l'Europe oubliant son passé et ses valeurs, ferme la porte.
Thumb_default
Merci Christelle de lancer ce cri pour ces êtres en détresse auxquels l'Europe oubliant son passé et ses valeurs, ferme la porte.