Participez au financement du défilé de lancement de la première collection Anthony Azevedo !

Large_logo-kisskiss-1483557042-1483557049

Présentation détaillée du projet

" Styliste de formation, le 15 février 2017, je ferais défiler ma première collection à Toulouse. Pour mener à bien ce projet, j'ai besoin de vous ! "

 

2017-01-07__33_-1484003757

 

TRY ON TODAY - Bryan dans la silhouette n°7 

 

2017-01-07__42_-1484003862

 

TRY ON TODAY - Alice dans la silhouette n°4

 

 

Anthony Azevedo est né le 5 juin 1993 à Toulouse.  A 15 ans, il intègre le Lycée Gabriel Peri pour se former aux métiers de la mode. Il y découvre la couture main, machine, le modélisme et se passionne aussitôt pour l’univers du textile. Bilingue, il décolle pour Séville où il travaille dans les ateliers de Pablo Lanzarote et Fernando Claro.

 

 

2017-01-09-1484002980

 

Création réalisée pour le défilé de Pablo Lanzarote 2012.

 

--> Collection Pablo Lanzarote 2012

 

Fernando_claro_pasarela_542739764_683x-1484004046

 

Fernando Claro lors du défilé Couture 2016.

 

--> Fernado Claro Costura 

De retour en France il pose ses valises à Paris, chez la Styliste Christelle Santabarbara et le directeur artistique Michel Dupré. Inspiré par tout ce qui gravite autour de lui, Anthony a trouvé sa voie. Entre collections, shootings et fashion-week, le jeune homme de 20 ans commence à penser à ses futures collections.

 

2017-01-09__2_-1484003087

 

Edito Personal Shopper par Michel Dupré.

 

--> Michel Dupré Book

--> Dupré Santabarbara

 

Perfectionniste, il intègre l’Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués et des Métiers d’Art - Olivier de Serres pour maîtriser les différents métiers du design textile.

 

Projet de diplôme : 

--> "Habla despacio si hablas de un amor tan lejos" - diplôme - juin 2016 - vidéo par Romy Texier

 

 

Au long de ces années de formations, Anthony dessine, découpe, créée pour le futur. Son diplôme et ses croquis en poche, il est de retour à Toulouse. Il s’installe chez En Couture Simone, l’atelier de son amie de toujours, sa camarade de classe, la couturière Margot Clemente. Ici, il créée de toute pièce sa première collection « Noirs ». Son objectif, interroger une teinte unique en lui faisant traverser différents états et différentes matières. Inspiré par la douceur des œuvres du grand Gaultier et le côté obscur du talentueux Soulages, Anthony laisse libre court à son imagination dans une première collection qu’il qualifie d’étude, précisant avec modestie qu’elle pourrait se compléter à l’infini.

 

--> En Couture Simone <3

 

2017-01-07__1_-1484000264

 

[ TRY ON TODAY ]- avec Margot, lors de l'essayage avec Alice et Bryan.

 

 

 

INSPIRATION & TENDANCE

 

Extrait de diplôme – juin 2016 - Les Noirs. 

-  Habla despacio si hablas de un amor tan lejos -

                              

 

LES NOIRS.

 

 

                               Ils sont nombreux et représentent pour chacun d'entre nous, un état, un sentiment et mêmes des objets, tous différents. Après une enquête  réalisée auprès de  mon entourage, différentes visions du noir sont apparues. J'ai tenté d'en comprendre leurs provenances et leurs points communs.

 

                               L'homme a toujours eu peur du noir, il est un être diurne rassuré par la lumière. Il n'est pas un animal nocturne, mais il a réussi à apprivoiser la nuit et l'obscurité. Il a peur de l'obscurité et de ses dangers, peur des êtres qui vivent la nuit et rôdent dans le noir, peur des animaux dont le pelage ou le plumage est couleur de ténèbres, peur de la nuit, source de cauchemars et de perditions. Ces peurs viennent de très loin et plus précisément de l'époque où l'homme n'avait pas encore maîtrisé le feu.

 

                               Je ne pense pas qu'il existe une symbolique universelle des couleurs, indépendantes du temps et de l'espace et commune à toutes les civilisations. Il existe cependant  un point commun retrouvé à travers plusieurs civilisations, celle que le noir représente la nuit.

 

                               Vers 50000 ans avant le temps présent, la découverte du feu commence à exclure l'immense peur des ténèbres commence à reculer. Ainsi le noir n'était plus totalement noir. Le plus ancien de ces pigments est le charbon noir obtenus par la combustion de différents bois, écorces, racines, coques ou noyaux.  La nuance du noir obtenu est plus ou moins brillante, plus au moins dense.  Nous pouvons, dès l'apparition du noir parlé d'une gamme des noirs.  Les peintres Paléolithiques produisent alors des nuances de noir grâce à la variation de combustion de différents matériaux. Couleur de la nuit et des ténèbres, couleur des entrailles de la terre et du monde souterrain, le noir est aussi la couleur de la mort. Dès le Néolithique, le noir n'est ni diabolique ni malfaisant mais il assure le passage vers l'au-delà. Nous pouvons le caractériser d'un noir bénéfique, signe ou promesse d'une renaissance. Il représente la dimension fécondante de la terre. Pour la Bible, il en va autrement. Le noir biblique est la couleur des méchants, des ennemis et de la malédiction divine. Il sera associer à la couleur de Satan. Pour les mythologies antiques, l'enfer est donc noir. Privé du feu, élément divin et sacré, l'enfer devient un lieu de souffrance contre le froid et l'obscurité.

 

                               La divinité des Germains et des Scandinaves, Nott est vêtue de noir, parcourt le ciel sur un char tiré par un cheval de même couleur. Le noir n'est donc pas la pire des couleurs. De plus ils distinguent dans leurs significations, les différents noirs existants. Le noir mat et terne est inquiétant  et souvent mortifère, un autre est dense, fécond et sa brillance éclaire les ténèbres et permet de voir la nuit. Les inquiétudes liées à la nuit s'estompent. Ainsi, il image ce noir "lumineux" au plumage d'un oiseau qui pour eux observe le monde et connaît le destin des hommes : le corbeau. Pour les Germains, il est positif, à la fois divin et guerrier. Il sera l'animal de divinité comme Odin, dieu de la connaissance et de la magie, maître de la vie et de la mort mais aussi de la guerre. De plus, pour la Bible, le corbeau est un oiseau impur et diabolique. Cette image du noir apporte alors à son existence une image négative opposée à celle apportée par les Germains pour qui le corbeau restera un oiseau sacré.

 

                               Pour la théologie chrétienne à ses débuts, le blanc et le noir forment en effet un couple de contraires et opposent le Bien et le Mal, le jour et la nuit et donc la lumière et les ténèbres. Cependant il existe des exceptions bien que le code symbolique ne puisse s'inverser. Le blanc négatif n'existe pas mais le noir, envisagé isolément peut dans certains cas être pris en bonne part et exprimer telle ou telle vertu. Ainsi, le vêtement monastique, dès la fin de l'époque carolingienne, le noir tend à devenir la couleur uniforme des moines. Ce noir promet un avenir de longue durée. De plus il est signe d'humilité et de tempérance.

 

                               Après l'an mil, la couleur noire commence à se faire très discrète dans la vie quotidienne et dans les codes sociaux, puis ouvre une bonne part de son ambivalence symbolique. Dans l'antiquité romaine et pendant le haut Moyen Age, le bon et le mauvais noir cohabitaient : d'un coté la couleur était alliée à l'humilité, à la tempérance, à l'autorité ou à la dignité; de l'autre elle renvoyait au monde des morts et des ténèbres, aux temps de pénitence, aux péchés et aux forces du Mal.

 

                               Jusqu'à la fin du XVe siècle, le chat est souvent regardé comme un animal fourbe et inquiétant. Avec le temps il deviendra peu à peu le compagnon familier que nous connaissons.  Cependant le chat n'est pas le seul animal à représenter le noir. L'ours, le bouc, le sanglier, le loup, le chat, le corbeau, la chouette mais aussi des animaux hybrides ou chimériques comme le basilic, le dragon, la chauve-souris ou encore le satyre et le centaure imagent le noir grâce à leur plumage, leurs pelage ou parce qu'ils vivent la nuit. La non-connaissance de ce bestiaire explique la quiétude apportée au noir.  Ainsi le noir mêle des sentiments sombres comme la cruauté avec la ruse, le mystère, la fourberie et l'imprévu. Nous en avons peur.

 

                               Le noir Biblique et mortifère ne disparaît pas complètement - les affaires de sorcellerie et les liens au deuil continuent à le mettre en scène- mais nombreux sont les espoirs où le noir se revalorise et devient une couleur respectable, une couleur à la mode et même une couleur luxueuse. Dès la fin du XIIIe siècle, les pratiques vestimentaires urbaines font du noir une couleur digne. Grâce à l'évolution de la teinture sur soie et laine, les princes s'avèrent avoir un goût immodéré pour cette couleur. Le noir devient une couleur royale jusqu'à l'époque moderne.

Longtemps la teinture en noir est restée un exercice difficile. Seul l'emploi de la noix de galle, matière très chère, permettait d'obtenir de beaux tons uniformes, pénétrant profondément les fibres. Cela place le donc le noir à l'échelle d'une couleur luxueuse. Les plus hautes sociétés sont donc très attirées par le noir sur leurs vêtements.

 

                               Cependant, la mode du noir ne plait pas seulement à la bourgeoisie. De très grands ducs, comptes et seigneurs prônent le noir dans leur armoire. A la fin du XIVe siècle le duc de Bourgogne Philippe le Bon reste fidèle à la mode mais explique que ce choix fait preuve de deuil envers son père ainsi qu'à l'échec de croisade contre les turcs.  Ainsi, bien que le noir s'avère être une mode, il renvoie à chacun d'entre nous un sentiment. Ici, il gardera l'image d'un noir négatif. Le noir royal et princier se maintient jusqu'à l'époque moderne ou le noir se renforce d'un noir moral, celui du costume religieux. Il devient une couleur digne et vertueuse.

 

                               A la fin du XVe siècle, le noir entre dans une nouvelle phase. Il acquiert au sein de l'ordre chromatique un statut particulier qui vise peu à peu à ne plus le considérer comme une vraie couleur. Les expériences de Isaac Newton ne laisse plus de place au noir ni au blanc. Elle deviendront deux composantes  de lumière distinguées des autres couleurs.

 

 

"Noir comme le corbeau", "noir comme le charbon", "noir comme la mûre", "noir comme l'encre"

 

 

                               Le noir semble être dompté après les expériences de Isaac Newton et celles de  Goethe qui refuse d'admettre la théorie qui démontre que les couleurs puissent leur origine dans la dispersion de la lumière blanche. Le noir n'est plus rebelle et ne semble plus incontrôlable. Au lendemain de la Première guerre mondiale, peintres, graphistes, stylistes et couturiers redonnent au noir son statut de couleur véritable et en font un des symboles de la modernité. Le noir devient peu à peu la couleur dominante du vêtement masculin notamment après le héros de Shakespeare, Hamlet, lui-même habillé d'un costume noir.  Avant de s'épuiser dans les années 20, le noir arrive dans les classes sociales plus pauvres. En effet, la saleté et la pollution grandissantes semblent avoir moins de prise sur le noir.  Dix ans après s'être perdu des gardes robes, le noir revient en force et redevient une couleur moderne.

                               Pierre Soulage (1929) applique le noir à la spatule et au couteau, ainsi son geste primordial pour intervenir avec le noir devient si important.  Selon comment la matière est appliquée, des formes prennent forme. Le noir devient volume. Plus tard il définira le noir "d'outrenoir" pour qualifier un noir de l'au-delà, comme pendant période Néolithique, le noir reprend ses formes positives. Les stylistes et les couturiers ont assuré la présence du noir dans l'univers social et la vie quotidienne. Le noir du design n'est ni princier, ni luxueux, ni sale mais il s'agit d'un noir raffiné, sobre, élégant, fonctionnel, joyeux et lumineux. Cette image du noir arrive dans les populations et celui-ci se démocratise.

Marcel Proust en 1913 : (en parlant de Odette de Crécy)

 "En robe noire comme toujours parce qu'elle croyait qu'en noir on est toujours bien et que c'est ce qu'il y a de plus distingué."

 

                               La petite robe noire créée en 1926, deviendra un emblème de la marque de Gabriel Chanel et accentuera la modernité du noir dans la société. Il est de même avec le tailleur, symbole d'élégance discrète et pratique. le noir perdure jusqu'à nos jours comme moderne, créatif, s'rieux et dominateur. "Les blousons noirs", les "rockers" et tous les mouvements qui ont affichés leur révoltes sous forme de vêtement noir on plusieurs ancêtres comme les pirates qui font du noir et de la tête de mort, des signes de rébellion. Il s'agit d'un noir rebelle et anarchiste.  Il sera utilisé par plusieurs partis fascistes au début du XXe siècle qui malheureusement lui redonneront un aspect négatif.

 

                               Aujourd'hui le noir n'a plus rien d'agressif ni de tabou, bien qu'il fût rejeté par nos générations antérieurs il est aujourd'hui à l'image du chic. " Dis moi quelles couleurs tu portes sous ta robe et je te dirai qui tu es. " Cette phrase fait référence au fait que le blanc soit sage et hygiénique et que le noir lui est indécent et immoral réservé aux femmes libertines. Dans toutes les langues européennes, il existe de nombreuses locutions d'usage courant qui soulignent la dimension secrète, interdite, menaçante ou funeste de la couleur noire. "Marché noir", "bête noir", liste noire", trou noir", "avoir des idées noires", "broyer du noir" mettent en scène une fois de plus une image négatif. Cependant selon la langue parlée et la culture vécue font varier les sentiments donnés au noir.  Selon certaines cultures, le noir éloigne le noir, ou bien que le noir lui-même ait peur du noir.

 

                               De nos jours, le luxe du noir, né vers la fin du 14ème siècle est encore bien présent. Le caviar et l'eau noire en sont les images. Le noir semble être rentré dans le rang des couleurs préférée, se plaçant au troisième rang sur six, quels que soient le sexe, l'âge ou le milieu social. Nous pouvons en conclure que le sentiment et la significations du noir se construit en fonction de ses cultures et du lieu dans lequel nous trouvons.  Positif ou négatif, je suis certain que le noir nous réserve encore de belles découvertes.

 

 

Serait-il devenu une couleur moyenne? Une couleur neutre ? ou Une couleur comme les autres ?

 

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte sera repartie de la façon suivante :

 

300 € : Location de la salle

700 € : Rémunération intervenants extérieurs projets

500 € : Réception / buffet

200 € : Fabrications Contre Parties

200 € : Location lumières

 50 € : Frais Kiss Kiss Bank Bank

 50 € : Frais Divers

 

Si nous dépassons l'objectif nous reverserons les bénéfices à l'ensemble des intervenants bénévoles pour l’événement. Nous tenons déjà à les remercier pour le temps, la gentillesse et l'attention qu'ils nous apportent  pour mener à bien ce projet. <3 

Thumb_dsc01844_-_copie-1483957735
AnthonyAzevedo

Anthony Azevedo est né le 5 juin 1993 à Toulouse. A 15 ans, il intègre le Lycée Gabriel Peri pour se former aux métiers de la mode. Il y découvre la couture main, machine, le modélisme et se passionne aussitôt pour l’univers du textile. Bilingue, il décolle pour Séville où il travaille dans les ateliers de Pablo Lanzarote et Fernando Claro. De retour... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Que alegría participar en tu proyecto...y estar presente para compartir este gran momento el 15 F!! Un beso
Thumb_default
Avec tout mon soutien...et parce que ta première weddingdress était wahou!!! Bisous et bonne chance, tu le mérites!!! See U
Thumb_default
Je veux mon bisou