Contribuez à la restauration de 48 partitions et traités précieux, conservés à la Bibliothèque musicale François-Lang de Royaumont.

Large_royaumont_bmfl_crowdfunding_bandeau_kiss_01-1486465663-1486465670

Présentation détaillée du projet

Royaumont a besoin de vous pour sa première campagne de financement participatif.

 

Objectif : réunir 30.000 € afin de restaurer 48 ouvrages particulièrement altérés par leur usage et les affres du temps, datant des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles.

Ces partitions et traités font partie d'un corpus de 203 documents nécessitant une intervention estimée à 166.000 €.

Un premier palier a été fixé à 20.000 €.

 

Parmi ces trésors d'encre et de papier conservés à la Bibliothèque musicale François-Lang : les premières éditions des œuvres pour clavecin de Johann Sebastian Bach, un corpus de partitions d'opéras et de cantates françaises du Grand Siècle (dont certaines ont appartenu au Grand Dauphin ou à Madame de Pompadour) ou encore un rare exemplaire des Institutioni harmoniche de Zarlino (1594), somme des connaissances musicales du XVIe siècle.

 

Une restauration urgente s'impose pour permettre à Royaumont d'assurer la pérennité de ce patrimoine mis à disposition des artistes, des étudiants et des chercheurs.

 

Bibliotheque-musicale-royaumont-2016-par-benj-travade__22_bd-1487165136

 

Avec ses 1.300 manuscrits et imprimés musicaux, réunis par le pianiste François Lang (1908-1944), la Bibliothèque guide les travaux de nombreux musiciens de passage à Royaumont. Elle a récemment orienté l'ensemble Pygmalion de Raphaël Pichon dans son travail centré sur les opéras de Rameau, permis à Bertrand Cuiller l'enregistrement de son intégrale des pièces de clavecin du même compositeur, soutenu Edoardo Torbianelli dans son exploration de l'œuvre de Chopin et offert à Louis-Noël Bestion de Camboulas la possibilité d'adapter pour l'orgue des œuvres symphoniques.

 

Vous êtes musicien, musicologue, mélomane ou sensible à la création ?

Aidez-nous à restaurer les partitions de la Bibliothèque musicale François-Lang !

Comment ? En donnant de 10 à 10.000 €, avant le 31 mars 2017.

 

____________________________________________________________

 

Un reçu fiscal (66 % du montant du don) vous sera remis avec la contrepartie.

____________________________________________________________

 

 Le projet en 4 vidéos :

 

Les artistes parlent de la Bibliothèque musicale : regardez la vidéo.

Des restaurations urgentes : regardez la vidéo.

Une bibliothèque au service des artistes : regardez la vidéo.

Une histoire de philanthropes : regardez la vidéo.

____________________________________________________________

   

6 questions pour comprendre l'opération de restauration :

 

1. Qu'est-ce que la Fondation Royaumont ?

 

La Fondation Royaumont est née de la philanthropie en 1964, lorsqu'un couple d'industriels lui a fait don de l'abbaye fondée par Saint Louis. Elle préserve et revitalise ce patrimoine à travers la présence permanente d'artistes et son ouverture à tous les publics.

Centre international pour les artistes de la musique et de la danse, ses programmes de recherche et d'expérimentation, de formation et de création s'adressent à des professionnels du monde entier.

A travers le mécénat et la philanthropie, Royaumont tisse un lien étroit avec les acteurs du monde économique et les particuliers engagés pour la culture, prolongeant ainsi l'esprit de ses fondateurs, Henry Goüin et sa femme, Isabel, la sœur de François Lang.

 

Abbaye-royaumont-octobre-2016-par-yannmonel-3447kisskiss-1487773344

 

Royaumont est une fondation privée d'utilité publique qui ne dispose, pour développer son projet culturel, que des subventions accordées par ses partenaires publics, des ressources propres qu'elle génère (visiteurs, spectateurs, privatisations...), et des dons reçus par ses mécènes (particuliers et entreprises). C'est pourquoi la Fondation Royaumont fait aujourd'hui appel à la générosité des citoyens pour mener à bien les travaux de restauration qui s'imposent à elle.

 

 

2. Qui était François Lang ?

 

Originaire d’une famille juive installée en Alsace depuis le XVIIe siècle, François Lang naît le 27 février 1908 à Paris. En 1923, il passe le concours d’entrée au Conservatoire de Musique et de Déclamation de Paris en jouant le Concerto italien de Bach ; il est admis dans la classe de piano de Lazare Lévy. Il suit également des cours avec l’Espagnol José Iturbi pour le piano, Marcel Dupré pour l’orgue et le chef d’orchestre Paul Paray pour l’écriture. A partir de 1927, il donne des récitals dans plusieurs villes de province. Dès 1929, il joue à l’étranger, notamment avec l’Orchestre Symphonique de Paris, alors dirigé par Pierre Monteux.

 

X11-_franc_ois-lang_droits_re_serve_s_en_netbd-1487164811

 

Les œuvres qu’il met à son répertoire sont extrêmement variées et vont de Bach ou Scarlatti à Debussy, Falla, Albeniz ou Ravel. Parmi les compositeurs du Groupe des Six, il semble s’être lié d’amitié plus particulièrement avec Germaine Tailleferre. La compositrice a créé le 3 mai 1934 son Concerto pour deux pianos, voix et orchestre avec François Lang sous la direction de Pierre Monteux. Elle lui a également dédié en 1935 une Berceuse pour piano seul.

 

De 1931 à 1941, François Lang a rassemblé une collection exceptionnelle de documents musicaux. Il les a acquis lors de grandes ventes de bibliothèques musicales, comme celle de Claude Debussy, ou chez des antiquaires français ou étrangers visités à l’occasion de ses tournées. On y trouve des partitions d’opéras français des XVIIe et XVIIIe siècles, des manuscrits de Berlioz ou encore des éditions annotées par Debussy.

 

Le vendredi 26 novembre 1943, François Lang a été arrêté par la Gestapo. Incarcéré à Grenoble, il a été transféré à Drancy. Malgré l’intervention d’Alfred Cortot, il a quitté Drancy le 7 décembre 1943 par le convoi n°64 pour le camp d’Auschwitz. Il y est probablement mort en janvier 1944, à quelques mois de la fin de la guerre. Sa mémoire a été honorée après la seconde guerre mondiale par sa sœur, Isabel Goüin, et son époux, Henry, qui ont rassemblé à l’abbaye de Royaumont sa collection musicale, ses objets d’art et instruments de musique. 

 

 

3. Qu'est-ce que la Bibliothèque musicale François-Lang (BmFL) ?

 

Cette bibliothèque s’est développée autour de l’ensemble de documents musicaux (partitions et traités, manuscrits et imprimés du XVIe au XXe siècle) rassemblé par François Lang.

 

 

A352_partition_piano_bibliotheque_royaumont_parmichelchassat_2009-1487951916

 

La Fondation Royaumont a pu en faire l’acquisition grâce au mécénat d’entreprise du groupe Métro. Enrichie par plusieurs dons (notamment une collection privée consacrée à Rameau d'environ 1.700 documents et la bibliothèque musicale de Jean-Yves Hameline) et complétée par une bibliothèque d'étude de 4.000 documents, la BmFL est située au premier étage du bâtiment des cuisines, dans une salle largement éclairée entre le cloître et le Jardin des 9 carrés.

 

Au cœur du projet culturel de Royaumont, la Bibliothèque musicale offre depuis 2009 aux artistes et aux chercheurs, professionnels et stagiaires accueillis en formation, un lieu de travail musical et musicologique unique. Elle favorise la rencontre entre pratique artistique et recherche.

 

La comparaison des éditions d’une même œuvre musicale permet aux artistes comme aux chercheurs de mieux saisir les desseins de son auteur. C’est encore plus vrai lorsqu’on retrouve les notes manuscrites du compositeur, par exemple ses esquisses, ses épreuves corrigées ou ses éditions annotées après une première interprétation. Les partitions disponibles dans le commerce ne tiennent pas toujours compte de ces précieuses indications.

 

 

Bibliotheque-musicale-royaumont-2016-par-benj-travade__57_bd2-1487951938

 

La BmFL nourrit et inspire une grande partie des programmes musicaux de Royaumont, notamment certains concerts du Festival et plusieurs thématiques de formations. Elle accompagne, tout au long de l'année, les travaux de chercheurs accueillis en résidence. Elle organise également des colloques, en partenariat avec les instituts de recherche et les établissements d’enseignement supérieur qui valorisent la réflexion musicologique et la pratique artistique.

 

 

4. Qui travaille à la BmFL ?

 

Les collections de la Bibliothèque musicale ont notamment inspiré Raphaël Pichon et l’ensemble Pygmalion pour son approche renouvelée des opéras de Rameau et permis à Bertrand Cuiller l’enregistrement de l’intégrale des pièces de clavecin du compositeur dijonnais. Depuis 2014, la BmFL accompagne le pianofortiste Edoardo Torbianelli dans sa démarche d’interprétation historiquement informée de l’œuvre de Chopin. Elle offre à Louis-Noël Bestion de Camboulas la possibilité d’explorer le répertoire tout en adaptant des oeuvres symphoniques à l’instrument Cavaillé-Coll présent dans le Réfectoire des Moines.

 

 

Formation-messthaler-torbianelli-royaumont-21mai2016-par-benj-travade-kisskiss-1487952001

 

La BmFL accueille régulièrement des groupes scolaires pour des projets pédagogiques, tels qu’en 2014, Berlioz à l’école, en collaboration avec l’orchestre Les Siècles dirigé par François-Xavier Roth

La BmFL organise également des colloques et des séminaires de recherche plus particulièrement orientés d’une part sur l’histoire des collections musicales et d’autre part sur une "musicologie pratique" qui entend privilégier la rencontre entre musicologues et interprètes intéressés par la question des sources.

 

Parmi les nombreux artistes et ensembles ayant bénéficié des ressources de la BmFL, on compte aussi :

- Natalie Dessay, soprano

- Vanessa Wagner, piano

- Ensemble Correspondances, direction Sébastien Daucé

- Adrien La Marca, alto

- Ghislieri Choir & consort, direction Giulio Prandi

- Blandine Rannou, clavecin

- Arnaud Marzorati, ténor

- La Risonanza

- Les Paladins

- Les Cris de Paris

 

A355_piano_bibliotheque_royaumont_parmichelchassat_2009-1487952036

 

5. Quels ouvrages vont être restaurés ?

 

Depuis l'ouverture de la BmFL, les partitions des fonds précieux n'avaient fait l'objet que de restaurations sporadiques. C'est pourquoi en 2015, il a été confié à Coralie Barbe une expertise générale de l'état sanitaire du fonds François Lang.

 

Sur les 410 volumes expertisés, 203 nécessitent un traitement de consolidation, 115 ouvrages demandent une maintenance. Enfin, 92 documents exigent une restauration approfondie, et c'est sur ce dernier corpus que la campagne 2017 va porter.

Une sélection de 48 ouvrages - partitions et traités - nécessite une intervention prioritaire. La campagne de restauration envisagée en 2017 ne concerne donc qu'une partie de la collection. En fonction des dons recueillis, le nombre d'ouvrages traités pourra naturellement varier.

 

Bibliotheque-musicale-royaumont-2016-par-benj-travadebd-1487605521

 

L'ensemble des 48 volumes prioritaires regroupe : 

- 26 partitions d'opéras français des XVIIe et XVIIIe siècles : œuvres de Lully et ses contemporains directs en grandes partitions et formats oblongs, dont un rare exemplaire des Amours des déesses de Quinault, qui nécessite une restauration urgente.

- Un rare ensemble de 3 volumes intitulé Cathedral music (Londres, 1760-1773), anthologie d'œuvres sacrées anglaises des XVIe et XVIIe siècles.

- 4 volumes de cantates françaises : Les Nuits de Sceaux de Bernier, deux livres de Clérambault, un de Stuck.

- 3 partitions pour clavier : un exemplaire des Nouvelles Suites de 1728 de Rameau et deux recueils de J-S. Bach, Exercices pour le clavecin, éditions Peters (1801-1802), et XV inventions pour le clavecin de Hoffmeister (1815).

- Un ensemble de 12 traités et méthodes, parmi lesquels figurent les trois ouvrages les plus anciens de la collection : Margarita Philosophica de G. Reisch (1504), Institutioni harmoniche de Zarlino (1588-1589) et Les Préludes de l'harmonie de Mersenne (1634).

 

 

6. Quelles restaurations vont être effectuées ?

 

La campagne de restauration va consister essentiellement en un entretien des reliures recouvrant les ouvrages qui présentent un état de sécheresse important. Du fait de leurs procédés de décoration (marbrures à l’acide ou à la soude, par exemple) ou d’une hygrométrie basse, les cuirs du XVIIIe siècle se sont progressivement asséchés et sont devenus pulvérulents. Certaines reliures présentent également des plats très déformés, signe de variations thermo-hygrométriques importantes.

 

Bibliotheque-musicale-royaumont-2016-par-benj-travadebd2-1487605540

 

En ce qui concerne les traitements, deux méthodes ont été retenues par l’atelier de Coralie Barbe, restauratrice diplômée de l’Institut national du Patrimoine :

- la confection d’une nouvelle reliure, à l’identique ou de conservation,

- la conduite d’un traitement de consolidation / restauration. 

La maintenance, qui consiste en la consolidation de petits éléments se détachant, en la stabilisation du cuir ou le redressement des coins, pourrait être envisagée sur place, afin de limiter les déplacements de collections. Les consolidations et restaurations devront en revanche être réalisées dans un atelier extérieur. 

À quoi servira la collecte ?

Cette opération permettra à la Fondation Royaumont de financer la restauration de 48 ouvrages précieux (partitions et traités musicaux) issus de la collection François-Lang, sensiblement détériorés par le temps et l'usage.

 

Trois phases de collecte sont prévues :

 

Avec 20.000 €,

31 documents pourront être restaurés :

- 3 cantates

- 18 opéras

- 2 volumes de musique vocale sacrée

- 2 volumes de musique instrumentale

- 6 traités

 

Avec 10.000 € supplémentaires,

15 documents pourront être restaurés :

- 1 cantate

- 7 opéras

- 1 volume de musique vocale sacrée

- 1 volume de musique instrumentale

- 5 traités

 

Au-delà de 30.000 €...

Tout euro supplémentaire permettra de restaurer de nouveaux ouvrages : la restauration des 203 documents de la bibliothèque musicale nécessitant une intervention a été estimée à 166.000 €.

Thumb_royau2017_3-1-1485511983
Royaumont

Royaumont, centre international pour les artistes de la musique et de la danse. Créée en 1964, la Fondation Royaumont est propriétaire de l’abbaye qu’elle occupe. L’abbaye est fondée par Saint Louis en 1228. Les moines la quitte à la Révolution. Elle devient alors filature de coton puis noviciat de 1864 à 1905, date à laquelle elle est rachetée par la... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Nous devons protéger et entretenir notre patrimoine culturel ,pas seulement avec des mots, mais aussi par des actions.
Thumb_default
continuez lang l'a bien fait ...............
Thumb_default
Bonne chance ! Il faut soutenir ce projet car ces documents qui nous sont parvenus doivent être restaurés pour que de futures générations puissent en prendre connaissance, et que la transmission s'effectue en dépit du Temps.