Voici le journal d’une révolution, le portrait d’une identité millénaire et un voyage en compagnie des ENFANTS DE LA LIBERTE.

Large_affiche-1

Présentation détaillée du projet

Une histoire...

 

"Nous vivrons libres. Nous resterons debout, sans se précipiter dans notre marche. Dis à tout le monde que nous tenons à vivre libres… »

 

«  Inasen i midden neccin nxes ad nili »

Abdesslam Achahbar, poète Amazigh

 

De la City de Londres à Wall Street à New York en passant par la place Syntagma à Athènes, la Puerta Del Sol à Madrid, le Boulevard Rothschild à Tel-Aviv ou plus récemment du Parc Gézi à Istanbul; ils ont été des milliers dans la rue. 

 

La planète des indignés a manifesté dans plus de 700 villes. A l'image du Printemps Arabe, le mouvement Occupy s'est structuré sur Internet. A l'ombre des questions, il y a pourtant un autre Printemps, une autre révolution, un processus de revendications identitaires et culturelles en marche, questionnant et refaçonnant l'Afrique du Nord de l'intérieur. 

 

                                           

                      Printemps Berbère - PART I : « #OCCUPYIMIDER »

 

 

 

 

 

« #OCCUPYIMIDER »

 

A Imider, ce petit village de l’Anti-Atlas marocain, il est une certitude que la détermination est affaire de conscience collective.

 

Sept villages autochtones berbères située à 200km au Nord‐Ouest de Ouarzazate, protestent, depuis plus de 26 ans, contre une société qui exploite l’une des plus grandes mines d’argent du continent Africain. La Société métallurgique d’Imider (SMI), filiale du groupe minier Managem, directement contrôlée par un holding de la famille royale (SNI), exploite ce gisement depuis 1969 et produit chaque année plus de 240 tonnes d’argent.

 

Alors que la société génère un chiffre d’affaire de plus de 74 millions d’euros, plaçant le Maroc au premier rang africain et au 9ème rang mondial dans la production d’argent, la commune d’Imider offre quant à elle une vision troublante de l’âge de pierre.

 

Massacre environnemental

Des montagnes de déchets toxiques aux colonnes de fumées provenant des cheminées des fours géants de la fonderie, ici la malédiction de l’argent a laissé son empreinte. La spoliation s’est accompagnée d’un désastre écologique et sanitaire. La surexploitation de la mine a provoqué la pollution de leur environnement au cyanure et au mercure, deux produits chimiques que la SMI utilise pour le traitement du minerai. Pollution de l’air, contamination du sol, épuisement des nappes phréatiques, destruction des terres agricoles... Les habitants racontent la disparition de leurs cultures, la mort subite de troupeaux de bétail, mais aussi les maladies...

 

Dsc_0011

 

Ils dénoncent l’utilisation massive de l’eau pour le traitement du minerai. En 2011, la diminution du niveau d’eau dans les puits et du débit dans les robinets atteint plus de 60%. C’en est trop…

 

Imider_04

 

Le sit-in

Face au silence de plomb de l’entreprise, la réaction des villageois ne se fait pas attendre : ils décident de couper l’alimentation en eau de la mine. Résultat : la filiale de Managem perd près de 40% de ses capacités de production à cause du blocus.

Au sommet du mont Albban, à 1400m d’altitude, les habitants organisent un sit‐in depuis Août 2011, dressant des abris de fortune sur lesquels trônent les drapeaux berbères. La résistance s’organise. Un nouveau mouvement voit le jour: Sur la voie de 96. A plus de 6000 km de Wall Street, Occupy Albban est née. Les Enfants de la liberté sont désormais rompu à la pratique des réseaux sociaux, ils connaissent les dossiers sur le bout des doigts. Ils racontent ‘les marches de la soif’, la radicalisation du mouvement avec la coupure de l’alimentation de la mine en eau, le sit-in, les négociations avortées, les mensonges, l'intimidation, l’exclusion et la marginalisation. La jeunesse berbère est notre guide au cœur de l’Agraw, une forme de démocratie participative vieille comme le monde dans les tribus berbères. Au sein de l’assemblée des habitants d’Imider, tous contribuent au combat et s’organisent. Les révoltés d’Imider ne font qu’un lorsqu’il s’agit de leur terre et de leurs droits.

 

Capture-d__cran-2013-10-05-_-16.59.45

 

Répression et intimidation

Face à l’ampleur du mouvement de protestation, les autorités usent de tout l’arsenal dissuasif : tentative de corruption, menaces, harcèlement, intimidation, puis répression ouverte. Déjà

en 1996, pendant 48 jours, les villageois avaient occupé les abords de la mine jours et nuits. La police dispersa le camp, brûla les tentes, détruit la nourriture. Bilan de l'opération:1 mort, plusieurs blessés et 23 personnes condamnées à de lourdes peines de prison.

La série noire ne faisait que commencer. En Octobre 2011 Mustapha Outchoubane est arrêté par les forces de police. Mustapha est mécanicien, employé de l’entreprise ‘Glomine’ sous-traitant de la SMI assurant la maintenance de ses équipements. Mustapha ne cache pas son soutien aux populations d’Imider, il devient membre actif du mouvement de protestation ‘Sur la voie de 96’. Le 5 Octobre 2011, la SMI accuse le jeune homme d’avoir volé 18g d’argent de la mine, pour une valeur de 15 euros. Le métal est retrouvé dans le véhicule de service qu’il conduisait. A l’issu d’un procès expéditif, il est condamné à 4 ans de prison ferme. Pour les résistants Mustapha paie le prix de son engagement. Ils dénoncent un complot monté par la compagnie minière et les autorités locales.

 

Police

 

Après 26 ans de combat, aucun signe de faiblesse ne semblent les atteindre, seule la sagesse semble les avoir gagner. Pourtant, une question se pose: Leur détermination suffira‐t‐elle pour faire fléchir une entreprise telle que la SMI ? Sans compter que le 15 Août 2013, la Société métallurgique d’Imider a obtenu la certification de son système de management environnemental selon la norme ISO 14001.

Mais comme nous enseigne le proverbe berbère ‘le bien de la corruption s'envolera même si tu le lies avec des chaînes en fer’ …

 

La résistance Berbère

L’homme profite des ressources prodiguées par la terre mais change la face du monde par l’exploitation insatiable qu’il en fait. #OCCUPYIMIDER est le journal d’un combat, la caméra prend le temps de la rencontre avec les femmes, les enfants, les hommes berbères, ces indignés de la première heure déterminés à se faire entendre, ainsi que leur terre. Ni la répression, ni le climat ne semble entamer l’esprit combatif de ces enfants de la liberté.

La résistance berbère n’est pas un mythe, elle s’incarne ici même, au sommet du mont Albban.


 

 

 

6-6-pic-imider-last

 

Voici le journal d'un combat, le portrait d'une identité millénaire et un voyage en compagnie de ceux que l'on appelle les ENFANTS DE LA LIBERTE.

 

Le projet...

 

Printemps Berbère : #OCCUPYIMIDER est la première partie d’une œuvre écrite et réalisée par Adeline Bailleul et Tarek Bouraque, jeunes fondateurs de GlobalFronteras Production.

 

Avec Printemps Berbère nous proposons de dresser le portrait de la résistance Amazigh, restée à l’ombre des bouleversements qui refaçonnent l’Afrique du Nord. Une lutte menée par des peuples tels que les Rifains du Rif, les Imazighen de l’Atlas, les Tachelhit du Sous, les Kabyles de la Kabylie, les Touaregs du Sahel, les Chaouis de l’Aurès, les Nefousiens de Nefusa, Les Canariens des Iles Canaries…

 

La résistance Berbère est de nature profondément protéiforme, à travers la culture, l’identité, la langue, les frontières et les États, le droit des femmes… nous avons choisi d’interroger ses problématiques en partant d’une histoire humaine, à la rencontre de plusieurs communautés dans différents pays afin d’illustrer leur quotidien, leurs batailles, leurs réflexions et leurs espoirs.

 

Le projet se compose de plusieurs films documentaires, avec pour commencer #OCCUPYIMIDER, que nous souhaitons par la suite réunir dans un web-documentaire interactif baptisé Printemps Berbère .

 

Ce projet est ambitieux, risquée et coûteux mais il est aussi une autre lecture des évènements que nous voulons proposer, une facette cachée que nous souhaitons mettre en image afin d’ouvrir le débat. Pour cela nous avons besoin de votre aide pour démarrer.

 

 

 

Pourquoi ? 

 

Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Iles Canaries...

 

Après deux printemps sanglants celui de 1980 et celui de 2001... du Maroc à la Tunisie, l'Algérie, la Lybie, l'Egypte en passant par l'Azawad et les Iles Canaries: le troisième Printemps Berbère est en marche

 

Après avoir apporté une aide décisive à la chute du régime, les Amazigh de la Libye post-Khadafi revendiquent la reconnaissance officielle d'une culture et d'une langue longtemps qualifiée de 'poison colonial'. Une demande qui alimente de vifs débats. 

 

En Tunisie, depuis la chute de Ben Ali, toute une génération tentent de se ré-approprier son identité revendiquant l'héritage berbère comme une composante irréductible de l'identité du pays. 

 

Au Maroc, où la revendication culturelle berbère est plus ancienne, le Palais, conscient de sa charge subversive a tenté de prendre les devants. Dès l'été 2011, la nouvelle constitution censée répondre à la contestation sociale et politique consacrait la reconnaissance officielle de la langue Amazigh. Une ouverture maîtrisée puisque la loi fondamentale renvoie à d'hypothétiques lois organiques. 

 

En Algérie, berceau du mouvement culturel berbère où la sanglante répression de Printemps noir de 2001 restent dans tout les esprits, on assiste à un véritable âge d'or de la production cinématographique et littéraire berbère. De nouveaux espaces de rencontre s'offrent aux différentes cultures. 

 

Aujourd'hui se dévoile un processus de revendication identitaire qui prône le pluralisme culturel, religieux et politique.

 

Sans oublier la publication en Juillet dernier, d’un manifeste pour la fondation d’une révolution Amazigh par Inekaren, l’organisation révolutionnaire Canarienne : ‘Ceci est un défi pour notre peuple ancestral, mais nous avons retardé ce projet pour trop longtemps. Il est le temps de commencer à construire et d´arrêter de nous faire entraîner par des vents qui ne soufflent pas en notre faveur.’

 

La route n'est pas facile pour les peuples qui luttent pour parvenir à leur liberté mais après tout la révolution commence à l’intérieur de soi-même, et c’est une chose que les Enfants de liberté nous ont démontré.

À quoi servira la collecte ?

Entre la France et le Maroc, GlobalFronteras Production est née de la rencontre entre deux journalistes, Adeline Bailleul et Tarek Bouraque. 

 

Dsc_00411

 

Notre méthode est celle du terrain, évoquer les faits et les idées à travers les hommes, donner la parole à ceux qui ne l'ont pas, apporter une autre lecture des évènements. GlobalFronteras est le projet de deux réalisateurs émergents pour qui l'indépendance justifie les sacrifices. Afin de garantir l'indépendance de nos productions, nous avons misé sur des méthodes DIY avec des projets auto-financés : des heures de voyages, en bus, à pied et en auto-stop, des tonnes de thon en boîte et d'avocats!, deux sacs à dos et des heures de tournage clandestin et de montage mais surtout des rencontres humaines inoubliables. 

 

Il y a quelques mois, nous avons décidé de lancer notre société Global Fronteras Production afin de poursuivre de notre rêve. 

 

'Printemps Berbère' fait partie de nous, de nos propres réflexions identitaires et d'une passion commune pour l'image, les mots et les Hommes. Ce projet a pris vie au cours de notre dernier voyage au Maroc. En Septembre, nous sommes parti à Imider dans l'Anti-Atlas Marocain pour effectuer un premier repérage. Ce fut l'occasion d'une première rencontre avec ces enfants de la liberté. Ils nous ont accueilli et partagé leurs revendications, souffrances et combat. Invité au coeur même de l'Agraw puis au sommet du mont Albban qui fait face au gisement d'argent exploité par la SMI, en marchant sur leur terre, le documentaire a pris vie.

 

Capture-d__cran-2013-10-05-_-17.50.28

 

Ce projet est risqué, nous le savons, de nombreux diffuseurs se sont montrés très intéressé par son portentiel filmique et éditorial mais ils restent pour le moment encore frileux à financer sa production intégrale. Voilà pourquoi nous avons besoin de vous pour cette grande aventure transmedia. Nous sommes prêt à tout donner et nous avons la détermination pour y arriver. Nous y croyons, grâce à vous, votre coup de pouce sera décisif et nous permettra de réaliser #OCCUPYIMIDER en lançant la grande aventure de Printemps Berbère.

 

Le compte à rebours est lancé, en travaillant comme nous savons le faire, nous avons besoin de 5500 euros minimum afin de réaliser et produire le premier documentaire. Outre nos démarches auprès des diffuseurs, nous sommes lancés dans une campagne de recherche de partenariats afin d'organiser des projections à l'international et, projet qui nous tient particulièrement à coeur, une projection spéciale destinée aux habitants d'Imider avec la présence des acteurs de la société civile.

 

Nous avons besoin de vos contributions pour partir sur une base solide et réaliser ce rêve.

 

Billets d'avion : 300 euros

Déplacement et logistique sur place: 500 euros

Traduction: 250 euros

Location de Matériel : 2500 euros

Canon Legria XA20

EOS 5D Mark III + 24-105mm

Trépied Manfrotto

Accessoires

Contribution à la Post-Production : 1500 euros

Commission KissKissBankBank : 450 euros

 

Comptez sur nous pour tout donner sans concessions en échange, nous faisons appel à votre confiance. Faites circuler ce projet autour de vous, sur les réseaux sociaux, au bureau, en famille, entre amis... Faites nous part de toutes vos remarques, posez nous toutes les questions qui vous viendraient en tête. Nous pensons que tout les projets se nourrissent d'échange. 

 

Merci à tous pour votre soutien, votre confiance, vos encouragements et votre intérêt. Ce projet était le notre, c'est aujourd'hui le votre, diffusez le partout où vous irez. 

Retrouvez nous par email :

bailleuladeline@globalfronteras.com & bouraquetarek@globalfronteras.com

Twitter : @globalfronteras 

Facebook : Global Fronteras Production

Notre site : www.globalfronteras.com (en cours de développement)

 

 

UN GRAND, ENORME, ETERNEL MERCI. 

Adeline & Tarek

Thumb_capture_d__cran_2013-10-05___15.38.12
GlobalFronteras

GlobalFronteras Production est née de la rencontre entre deux journalistes franco-marocain, Adeline Bailleul et Tarek Bouraque. Leur méthode est celle du terrain, évoquer les faits et les idées à travers les hommes, donner la parole à ceux qui n'en n'ont pas, apporter une autre lecture des évènements. GlobalFronteras est le projet de deux réalisateurs... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Je compte sur vous, mais pour être honnête je ne m'inquiète pas :)
Thumb_default
Projet très prometteur, bonne route et bon courage !
Thumb_default
yeah ! ;)