L'histoire incroyable des bébés "volés" de la dictature Argentine racontée dans un livre photo / Los bebés robados en la dictadura Argentina

Large_image-du-projet

The project

Résumé du projet

 

Nous voulons raconter l’histoire incroyable des bébés volés sous la dictature Argentine retrouvés des années plus tard et rendus à leur famille d’origine.

 

C’est un projet journalistique et photographique sur le destin de ces bébés disparus dont à ce jour 109 ont été retrouvé et rendus à leur famille d'origine des années plus tard.

L'aboutissement de ce projet est de réunir les photographies et les entretiens que nous allons réaliser, dans un beau livre. L'ensemble fera également l’objet d'une exposition .

 

Queremos contar la increíble historia de los bebés robados en la dictadura Argentina, y que fueron restituidos a sus familias biológicas muchos años después.

 

Este es un proyecto periodístico-antropológico- fotográfico sobre el destino de los bebés apropiados en la dictadura Argentina, de los cuales 109 han sido encontrados gracias al trabajo de las Abuelas de Mayo y restituidos a sus familias de origen.

 

Livre

 

Le projet en détail

 

A l’origine de ce projet il y a la rencontre entre deux personnes passionnées d’Amérique Latine : Estelle, photographe Française, a rencontré Antonieta, journaliste Chilienne, lors d’un premier séjour photographique en Amérique du Sud en 2004. Elles ont décidée aujourd’hui de se lancer dans le projet 109* qui est journalistique d’une part, ( il entre dans le mémoire de Master II d'Antonieta Oyanguren ) et photographique d’autre part (les photos réalisées seront réunies dans un livre et feront l’objet d'une exposition).

 

Le destin vertigineux de ces enfants enlevés, dont 109 à ce jour ont pu être retrouvés, est une porte d'entrée pour évoquer de façon plus large l'histoire des dictatures d'Amérique du Sud.

 

Este proyecto tiene como origen el encuentro de dos mujeres apasionadas por la América Latina: Estelle Fridlender, fotógrafa francesa que conoció a la periodista chilena Antonieta Oyanguren en su primer viaje fotográfico por Sudamérica el año 2004. Ellas han decidido actualmente lanzarse en un nuevo desafío que es por un lado periodístico-antropológico (tema de estudio de la tesis de Master en Antropología de Antonieta O) y fotográfico por otro, ya que las fotos estarán representadas en un libro y serán parte de una exposición itinerante.

 

El destino vertiginoso de estos más de 500 niños apropiados es una puerta de entrada para recordar y no olvidar jamás la historia de las dictaduras de América Latina.

 

Image-article

Article dans Libération

 

Notre approche est anthropologique et se base principalement sur des entretiens. L'étendue du sujet et la sensibilité des personnes que nous allons interviewer nous impose de prendre le temps de les rencontrer et de les écouter afin de raconter au mieux leur histoires si particulières et intimes. C’est pourquoi nous projetons de réaliser ce reportage sur deux séjours.

 

Nuestro enfoque es antropológico y tiene como base principal las entrevistas. El tema en su globalidad y la sensibilidad de las personas que vamos a entrevistar nos impone tomar tiempo para encontrarlos y escucharlos en fin de contar de la mejor manera sus íntimas historias. Es por esta razón, que proyectamos realizar este reportaje en dos etapas.

 

UN PEU D'HISTOIRE

 

Pendant la dictature militaire en Argentine (1976-1983), une répression brutale s'abat sur les opposants au régime du Géneral Videla.

plus de 30 000, hommes et femmes, vont être parqués dans des centres de détention où ils sont torturés puis assassinés. Des femmes enceintes, avant d'être tuées, accouchent dans des conditions ignobles.

 

On découvre que plus de 500 bébés ont été confiés à des proches du régime militaire afin d'être adoptés par des familles proches du régime. Ces bébés ont ainsi été élevés par des familles ayant participé de près à la mort de leur vrais parents.

 

Grâce aux "Mères de la Place de mai"(1), aujourd'hui 109 enfants ont été retrouvés, certains âgés d'une trentaine d'année.

 

(1) Les Mères de la place de la place de Mai est une association des mères argentines dont les enfants ont "disparu", assassinés pendant la dictature militaire (1976-1983). Leur nom provient de la place de Mai en face de la Casa Rosada du gouvernement à Buenos Aires,  où elles effectuent des rondes depuis 1977. Depuis près de trente ans, elles se sont battues pour retrouver leurs enfants enlevés.

 

La apropiación de bebés fue una práctica sistemática de terrorismo de Estado que consistió en el secuestro, desaparición y ocultamiento de la identidad de hijos de detenidos-desaparecidos, mediante partos clandestinos y adopciones ilegales a familias adherentes al régimen de Jorge Videla. Esto, en el marco de la sangrienta dictadura militar autodenominada Proceso de Reorganización Nacional que rigió Argentina entre 1976 y 1983, y que dejó más de 30.000 desaparecidos.

 

La Asociación Abuelas de Plaza de Mayo estima en unos 500 los niños que desaparecieron en esas circunstancias y cuya identidad ha sido sustraída, y es la principal organización de derechos humanos en impulsar la búsqueda, recuperación y atención especial de los mismos. Hasta Septiembre 2013, han sido recuperados 109 nietos, algunos con treinta años de edad.

 

Image-article-lemonde

 

article paru dans Le Monde

 

Comment imaginer le traumatisme qu'on subit ces enfants dont la vie a basculé une première fois à leur naissance lorsque leurs parents ont disparus ou sont morts puis une deuxième fois lorsqu'ils découvrent que leurs famille non seulement n'est pas la leur, pis, qu'elle est directement ou indirectement liée à la mort de leur vrais parents.

 

Cómo poder imaginar el traumatismo que viven estos “niños” una vez que se enteran que a los que creen ser sus padres biológicos muchas veces fueron los propios asesinos de sus verdaderos progenitores.

La complejidad psicológica de las situaciones que deben vivir los nietos encontrados ha llevado a que la respuesta de cada uno sea única e incomparable. Los jóvenes deben enfrentar mecanismos familiares, institucionales y culturales de mentira sistemática sobre su propia identidad que son muy difíciles de comprender en toda su magnitud por la mayoría de las personas.

 

 

Pour aller plus loin :

 

Articles :

article dans le journal El Pais lien vers article

article dans Emol, journal Chilien lien vers article

Livres : Moi, Victoria, enfant volée de la dictature argentine de Victoria Donda R. Laffont, 2010 L'impunité des bourreaux: L'affaire Gelman de Carlos Liscano, François Bourin éditeur, 2007

Documentaire :

Documentaire d'Alexandre Valenti : "Argentine, les 500 bébés volés de la dictature "

 

Why fund it?

L’argent récoltée grâce à vous servira tout d’abord

 

à aller en Argentine : 2 billets A/R 1600€

à l’impression du livre : 60€ (l’exemplaire)

le logement et les transports sur place : 1000€

Il faut penser aussi

à l’assurance du matériel photo : 80€

et aux frais de communications (téléphone, taxiphone, internet, etc...) : 40€

 

Soit un total de 2780 €

D’où le montant demandé de 2800 €

car il faut penser aux 8% de frais pour Kisskissbankbank

( sans qui rien de tout cela ne serai possible )

 

El dinero recaudado gracias a todos ustedes servirá primero para viajar a Argentina: 2 pasajes de avión ida y vuelta, 1600€

A la impresión del libro con fotos y textos: 60€ cada ejemplar

Al alojamiento y transporte en Buenos Aires: 1000€

Material fotográfico : 80€

Gastos en comunicación (teléfono, conexión a Internet, etc.): 40€

 

Lo que da un total de 2780€

Por eso el monto total del proyecto es de 2800€, ya que hay que pagar el 8% de gastos a Kisskissbankbank (que sin su apoyo este sueño no sería posible).

Thumb_avatar-projet
estelanto

Antonieta Oyanguren Titulaire d´un diplôme de journalisme / communication obtenu en 2001 à l´Université Diego Portales de Santiago du Chili. et d’un Master 1 spécialité anthropologie à l´Université Sorbonne Nouvelle - Institut des Hautes Etudes de l´Amérique Latine (IHEAL) obtenu en 2012. Actuellement, elle réalise un Master 2 sur le sujet de « La... See more

Newest comments

Thumb_default
besos! exito !
Thumb_default
bisous et bon courage - Marc
Thumb_default
J'y crois! Bravo...