Soutenez de jeunes étudiants motivés ! Aidez nous à financer notre projet d'exposition de photographie sociale ! Nous avons besoin de VOUS !

Large_affiche-1447096304-1447096319

Présentation détaillée du projet

 

 

L'objectif est atteint, merci MERCI M E R CI ! A nous de le dépasser à présent !

L'édition du livre a commencé, un exemplaire de 40 pages, grand format sera présenté le soir du vernissage, qui aura lieu à Paris courant janvier ou février. Le lieu exacte reste à définir, j'ai déjà rencontré plusieurs personnes à ce sujet, dont la mairie du 19ème qui souhaiterait l'exposer dans différents centres culturels, 

Merci à tous ceux qui participent, en parlent, partagent et nous soutiennent.

Grâce à votre participation, l'édition d'un livre plus ambitieux est en cours, 130 pages de photos, représentant un an de travail avec les élèves.

Ne lâchons rien !

 

Book1-1448706548

 

Il est important de rappeler qu'en participant à ce projet vous soutenez non seulement des étudiants parisiens, mais également vous recevrez en contrepartie le tirage de votre choix, parmi les différents travaux présentés sur mon site web julesviera.com, encadré et signé format A4.

 

Cadre-1448707473

 

 

Le Projet

 

Kikibabapelmel-1447166176(photographies sélectionnées pour l'exposition, prévue pour février 2016)

 

Je m'appelle Jules Viera, je suis photographe social depuis environ un an, et artiste plasticien depuis 2010. Il y a quelques semaines je décide de proposer un projet d'exposition à certains élèves avec qui je travaille depuis un an. Très vite ils acceptent le projet et nous sélectionnons trente six photographies dédiées à l'exposition. Nous souhaitons aujourd'hui trouver les fonds nécessaires à la location de la salle, l'impression et l'encadrement des photographies et l'édition d'un beau livre. Les élèves et moi-même participons bénévolement à cette aventure, qui je l'espère verra le jour, le temps d'une semaine ou deux, dans un espace culturel du 19ème arrondissement de Paris au mois de Janvier/Février 2016.

 

Les élèves de terminale professionnelle du Lycée VAUQUELIN, Paris 13, les élèves de l'unité pédagogique pour élèves allophones arrivants et moi-même vous invitons à découvrir notre histoire.

 

La genèse de ce projet commence en 2013 lorsque je suis embauché par l'éducation nationale en qualité d'assistant d'éducation dans un lycée des métiers. Théo, un de mes collègues et aujourd'hui ami, étudiant en école de cinéma anthropologique à cette période, est en charge des reportages lors des différents événements du lycée Vauquelin, Paris 13. Confortablement en retrait, je prends le temps de découvrir certains élèves, comme Hussain, Ali, Clardel, Melissa, Del Roy, Ouamourou et bien d'autres, avec qui, aujourd'hui, nous avons tissé des liens solides, enrichissants et complices. Dépassant les prérogatives de mes tâches d'assistant d'éducation et de photographe, nous entreprenons ce projet spontanément lorsque mon collègue Théo quitte le bureau, un an plus tard, me léguant cet espace d'expression sauvage. Début 2014 nous commençons instinctivement, à l'occasion d'une sortie pédagogique à l'Assemblée Nationale, une série de photographies qui allait bientôt devenir mon premier reportage à long terme et mes premières recherches en photographie sociale. Depuis, toujours dans le même esprit de spontanéité et d'improvisation, l'idée d'une exposition est née autour d'une sélection de trente six photographies fidèles aux différents moments que nous avons partagés. Ce témoignage émouvant de leurs espoirs et de leurs doutes dévoile des émotions touchantes dont le secret n'appartient qu'à ceux qui m'ont laissé généreusement les capturer.

 

Kikibabawawa-1447094256

(Ouamourou, élève de classe de CSI / UPE2A)

 

Quelques heures avant que je ne rédige ce texte, je partage une discussion avec Nicolas, un élève de terminale. Le moteur du débat se construit autour de deux questions - « Pourquoi faire une exposition de nos photos ? », « Pourquoi nous montrer ? nous ne sommes rien ». Ces questions existentielles ne s'expriment pas uniquement dans le mécanisme d'un manque de considération personnelle, mais davantage dans le désir de participer à cette course vers la célébrité, dans laquelle naissent d'inquiétantes névroses consuméristes, frustrations personnelles et professionnelles. Nous nous sommes interrogés sur la nature de cette qualification dangereuse, ce « rien » dans lequel notre estime de soi se noie quotidiennement et dont nous nous cachons en faisant crari, en faisant style de. Dans l'esprit de nombreux élèves, la synthèse de cette problématique revient à penser que seule la célébrité et ses artefacts nous permettent d'atteindre le « sommet » de la reconnaissance et du mérite. Exister dans le désir d'être admiré.

 

Ce projet culturel a pour ambition de repositionner au cœur du débat le rayonnement et l'influence de nos actions. Un espace commun dans lequel chacun mesure sa singularité et accepte l'importance de sa place dans la société, où la sensibilité intuitive de chaque personne est prise en compte avec sincérité, loin des humiliations dénigrantes d'une machine économique, législative et sociale parfois aussi cruelle qu'injuste.

 

Dossier Presse : julesviera.com/crari/doss_press.pdf

 

Kikibaba-1447094244

À quoi servira la collecte ?

Les frais de vernissage (boissons et petits fours), de communication (édition et impression des cartons d'invitation, tracts, affiches, etc...), les frais de contreparties kisskissbankbank et d'organisation seront à ma charge.

 

Pour nous aider à financer l'exposition nous avons besoin de :

 

- 700/800 euros pour la location de l'espace d'exposition

(je visite actuellement différentes galerie afin de trouver l'emplacement idéal pour le vernissage)

 

- 600/800 euros pour l'impression et l'encadrement des photographies

(KODAK Nation)

 

- 200/300 euros pour l'impression d'un beau livre, qui sera présenté le soir de l'exposition

(Blurb, impression en ligne)

 

 

Si le crowdfunding s'avère plus efficace que prévu (dépassement du montant désiré) nous l'utiliserons pour imprimer un livre plus ambitieux, et voire même davantage de photographies et peut être même sur des formats plus généreux, également nous pourrons revoir la location de la salle, dans le but d'organiser un second événement.

Thumb_avatar-1447097726
Jules Viera

Il y a quelques années je reçois mon premier appareil photo reflex. Un Olympus E-300. Je n'étais pas prédestiné à faire de la photo, mais depuis trop longtemps mes proches ressentaient en moi l'envie de découvrir cet exercice. Cet apprentissage, brut et sauvage, allait développer ma curiosité et quelques années plus tard, je m'envolais pour un long... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Voilà une derniére petite contribution symbolique suis un peu désolé de ne pas pouvoir y mettre davantage mais content que ton projet ait pu aboutir ! Bonne continuation xxx
Thumb_default
waouuur!!!! bonne concrétisation pour ton projet ;)
Thumb_default
UN PROJET PLEIN DE SENS pour des jeunes en quête de sens...bravo Jules tu laisses une trace sur leur chemin de vie, une trace valorisante, qui met en valeur de jeunes gens plein de ressources!