Agissez pour la liberté d'expression: un mot, une situation, un événement vous révoltent? Nous vous donnons la parole!

Large_fond_d_ecran_kkbb_julie_1_-1454593948-1454593959

Présentation détaillée du projet

" Qu’est-ce qu’un homme révolté ? C’est d’abord un homme qui dit non. Mais s’il refuse, il ne renonce pas : c’est aussi un homme qui dit oui (...) Que signifie ce non ?Il signifie par exemple : « les choses ont assez duré », « il y a des limites qu’on ne peut pas dépasser », « jusque-là oui, au-delà non », ou encore « vous allez trop loin ». En somme, ce non affirme l’existence d’une frontière."

Albert Camus, L'Homme révolté.

 

 

Bonjour à tous et bienvenue sur notre page KissKissBankBank!

 

Si vous avez atterri ici, c'est que nous avons besoin de vous pour pouvoir donner naissance à notre projet « Révolte poétique » (oui oui oui !).

 

Mais qui sommes « nous » et de quoi s'agit-il ?

 

Bonne question!  

Nous nous appelons Florence, Julie et Sixtine et sommes trois étudiantes en Master 2 de Politiques Culturelles à Paris VII – Denis Diderot. Animées par les mêmes préoccupations, une vision similaire de la place et du rôle de l'art dans la société et, aussi, des goûts communs, nous avons décidé de nous lancer dans cette aventure pour la promotion des Droits de l'Homme.

 

 

 

Car en 2015, bien des éléments nous ont amenées nous interroger sur ces derniers, et ce de manières bien diverses: les tragiques attentats de janvier et novembre, bien sûr, mais aussi la nomination de l'Arabie Saoudite à la tête d'une commission consultative du Conseil des Droits de l'Homme ou encore le fait que la Commission européenne, assez logiquement, y ait consacré le mois de décembre 2015. Ces divers événements vécus ensemble sont donc à l'origine du questionnement porteur de notre projet.

 

 

Les_clauzades_-_pieds-1454590322

© Lauréat du Concours "Les chemins de la liberté d'expression" 2015 - Luis, Collège Les Clauzades (Lavaur - 81)  

 

Mais en quoi consiste le projet alors?  

C'est assez simple:

 

Fin 2015, notre désir, notre besoin de prendre la parole était énorme, incontrôlable. Nous avions envie de dire et de crier, à la fois que nous condamnions absolument tout ce qui s'était passé et que nous n'avions pas peur. Ou plutôt que nous avions peur et que c'est précisément la raison pour laquelle nous voulions être unies et solidaires, parce que « l'union fait la force », n'est-ce pas ?

 

Et nous pensons que nous ne sommes pas les seules! ("n'est-ce pas?" bis)

 

En sondant un peu notre entourage, nous avons constaté que le sentiment, l'émotion qui dominait (et domine) est celui de la révolte, comme sentiment fort d'indignation.

 

Nous étions et sommes révolté(e)s. Soit.

 

Et les autres ?

 

C'est ce que nous cherchons à savoir! Dans cette optique, nous voulons réaliser un micro-trottoir filmé dans Paris et ses alentours, afin de savoir si les autres aussi, sont révoltés. Et si oui, quels sont les motifs de cette révolte?

 

L'idée est d'interroger un spectre d'individus aussi large que possible, qui puisse représenter tous les âges, les genres, les origines sociales, les catégories socio-professionnelles etc... au sujet de « ce qui les révolte » (et du possible lien qu'ils font entre « révolte » et « violence », entre « révolte » (toujours...) et « art », notamment). - Nous avons pour cela réalisé un questionnaire bien spécifique que nous avons hâte de pouvoir éprouver ! -

 

Notre hypothèse est que nombre de révoltes trouvent leur fondement dans un Droit de l'Homme bafoué. (On pense par exemple à l'atteinte à la liberté d'expression lors des attentats de Charlie Hebdo... entre autres)

 

C'est ce qui nous a amenées à prendre contact avec la Fédération Française Pour l'UNESCO (FFPU) qui soutient aujourd'hui notre projet. « Révolte poétique » s'intègre à la célébration de la journée des Droits de l'Homme inscrite dans le programme de la FFPU.

 

Logo_60_ans-1454517295

 

En plus du micro-trottoir, nous voudrions lancer un appel à création sur ce même thème de la révolte afin de réaliser une exposition pluridisciplinaire.  Alors à vos crayons, pinceaux, micros, appareil photos : montrez nous ce que la « révolte » vous inspire !

 

Flyer_concours___e_ve_nement__kkbb_julie-1454586953

 

Une fois ces matériaux réunis et le film terminé, nous aimerions diffuser et exposer ces productions et si les moyens nous le permettent, organiser un événement ouvert à tous au cours duquel seraient conviés artistes professionnels et amateurs, où des ateliers  et performances, portant toujours sur la révolte, seraient proposés.  

Car nous sommes intimement persuadées que la révolte, et cette « fougue » qu'elle confère peut être envisagée comme un matériau de création, peut « inspirer », peut être « transformée » pour devenir art...

 

Qu'en pensez-vous ?

 

Nous, en tout cas, nous voulons y croire... Et le mettre en évidence avec notre projet !

 

Donner la parole à tous et faire de la révolte un matériau d'inspiration artistique, dans un esprit à la fois citoyen et créatif : telle est notre ambition !

 

Mais pour que ce joli projet voit le jour, nous avons besoin de vous !

À quoi servira la collecte ?

Cette collecte est donc essentielle pour que notre projet Révolte Poétique voit le jour!

 

Nous avons besoin de moyens pour pouvoir réaliser le micro-trottoir filmé, surtout, ainsi que pour mettre en place l'événement final.

 

Voici en détail le budget réel (minimum) dont qu'il nous faudrait obtenir:

 

- 1000€ pour la location du matériel (caméra, micro, stabilisateur, logiciel de montage - le tournage s'étale sur 3 semaines a priori).

- 150€ pour la communication relative à l'événement (impression de flyers, affichage).

- 200€ pour les impressions des oeuvres récoltées suite au concours et les éventuels agrandissements (pour les photographies par exemple)

- 300€ pour la location de la salle qui accueillerait l'événement

 

TOTAL: 1650€

 

 

Mais alors pourquoi mettre un objectif de 500€?

 

Pour assurer un "minimum syndical": vous l'aurez compris, pour que l'ensemble du projet soit réalisé, il nous faudrait bien plus... Mais nous choisissons de "prévenir" plutôt que "guérir"

Plutôt que de prendre le risque de tout perdre en affichant un objectif élevé, nous aimons mieux fixer un objectif qui nous paraît plus réalisable, quitte à le dépasser (n'est-ce pas??).

Nous avons également soumis notre projet à des financeurs éventuels tels que la FSDIE, le CROUS ou les mairies de Paris, desquels nous attendons des réponses pour le moment.

 

 

Nous acceptons donc tout acte de générosité sensé ou insensé, et comptons sur vous!

 

Révoltons-nous!

Thumb_img_7632-1454592991
JulieParobeck

Bonjour, Nous nous appelons (de gauche à droite) Florence, Julie et Sixtine. Nous nous sommes rencontrées cette année, dans le cadre de notre M2 pro de politiques culturelles et nous sommes immédiatement bien entendues: Nous partageons un intérêt commun pour toutes les formes de créations contemporaines, d'abord, et accordons beaucoup d'importance... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bonne réussite dans votre projet! Bisous
Thumb_default
bravo pour votre projet que je soutiens et vais le faire de nouveau tourner afin que vous puissiez être davantage aidés pour une bonne et brillante réalisation - your mum...
Thumb_default
Bon courage les filles ! ;-)