Table-ronde pour promouvoir les possibles en matière de développement territorial responsable et innovant, en Martinique et zone Caraïbe.

Large_image_financement

Présentation détaillée du projet

 

 

                                                              20140207_202439      

 

Un développement territorial responsable passe par l’implication de tous les acteurs. Les entreprises ont un rôle essentiel à jouer, notamment grâce à la RSE. Agir en favorisant les circuits

 

courts, donc les producteurs présents sur leur territoires et ceux, lorsque la matière première n’y est pas disponible, appartenant au commerce équitable, c’est intégrer les préoccupations sociales, environnementales, et économiques dans ses activités. La Martinique a ici une carte à jouer pour valoriser ses potentiels, répondre aux problèmes environnementaux causés notamment par le Chlordécone, trouver des réponses au fort taux de chômage et à un besoin de formation professionnelle adapté aux évolutions globales. Cette table-ronde vise à mettre en perspective, à partir d’exemples concrets, l’apport de la RSE (Responsabilité sociétale et environnementale des entreprises; c'est à dire intégrer les préoccupations sociales, environnementales et économiques dans ses activités)dans un développement territorial responsable pour un territoire tel que la Martinique. Acteurs, chercheurs, institutionnels participants à cette table-ronde échangeront autour de cette question, entre eux et avec le public pour faire avancer la réflexion et les initiatives de chacun(e).

 

 

CONTEXTE

Située au coeur des Caraïbes, aux portes des Amériques, Département d’Outre-mer issus de deux siècles de colonisation, la Martinique est le berceau d’un territoire particulièrement riche en termes de biodiversité et de production agricole. Pourtant, son économie reste immanquablement dépendante des cultures d’exportation en particulier sur les filières de la banane et du sucre. La banane est le premier produit d’exportation et représente 57,8 % de la production agricole de l’île. Les plantations occupent 20,3 % de la surface agricole utile et 54% du PIB agricole en Martinique. La canne à sucre est la 2ème culture du territoire. Elle représente 13,7 % des surfaces agricoles avec une concentration de plus en plus forte avec des exploitations de plus de 50 hectares qui représentent 6,2 % des exploitations pour 73,4 % de la surface exploitable. La Martinique se retrouve alors la même situation que beaucoup de pays « du Sud » qui exportent toutes leurs productions agricoles et doivent importer les denrées alimentaires dont ils ont besoin pour la consommation locale.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette situation : l’héritage colonial, la concentration du pouvoir économique au profit d’une minorité de propriétaires fonciers, l’application des tarifs douaniers,…tous ces éléments freinent le développement d’une économie locale de subsistance. En plus de la monoculture induite par des modes de production agricole intensifs, ceux-ci impliquent l’usage d’intrants chimiques qui nuisent à l’humain et à l’environnement forestier et maritime. Dans ce contexte, comment garantir la sécurité et la souveraineté alimentaire des Martiniquais ? Les pratiques volontaires des entreprises et du tissu économique local peuvent-elles participer à une meilleure régulation de l’économie locale. Sont-elles entendues par les pouvoirs publics ? Autrement dit, la Responsabilité Sociale des Organisations a-t-elle des réponses à apporter à ces enjeux sociétaux et environnementaux ? Quelles sont les solutions proposées par les entreprises, les associations et les pouvoirs publics ? 

 

PERTINENCE

A l’initiative la société civile (association, PME, syndicats), la Martinique voit émerger des projets fondés sur une réappropriation des savoirs et des territoires, et une relocalisation des circuits économiques. Amap, de filières courtes en commerce équitable, restauration des jardins créoles constituent quelque unes de ces innovations sociales et économiques. Présagent-elles d’un nouveau modèle de développement territorial pour la Martinique ? Quels sont les principaux freins et leviers rencontrés par les acteurs ? Comment réagissent les pouvoirs publics, les Institutions et les entreprises conventionnelles ? Ces dynamiques constituent-elles une incitation à renforcer la responsabilité sociétale de ces organisations ? Afin de donner des éléments de réponses à ces questions, Rencontres solidaires Nord Sud propose d’organiser un table-ronde « acteur – chercheurs » afin d’encourager le regard croisé sur cette thématique sociétal. Organisée dans la cadre d’un colloque de recherche sur la RSE, cette table-ronde permettra aux acteurs de terrain de prendre du recul sur leurs actions et aux chercheurs d’être sensibilisés aux réalités de terrain des acteurs locaux. Grâce à une animation dynamique, ils pourront échanger leurs points de vue et analyses de façon constructive.

 

 

Contexte et objectifs du projet

 

La table-ronde Commerce équitable, circuits courts : Quelles perspectives pour un développement territorial responsable de la Martinique ? qui aura lieu en Martinique dans le cadre de la IIIème Conférence internationale sur la  RSE (http://rsemartinique2014.e-isiam.com/index.html) le 26/02/2014 au Campus Schoelcher (UAG Martinique), s’inscrit dans une démarche plus globale, la proposition de mise en place d’un Pôle Territorial de Coopération Économique Innovation Sociétale proposée par Muriel Jean. Proposition faite après que l’intérêt de la démarche ait été présenté auprès de responsables de collectivités martiniquaises ; ainsi que les atouts de la mise en réseau des porteurs d’un développement territorial responsable ouverts sur l’espace Caribéen notamment.

La rencontre entre Eugénie Malandain, spécialiste du Commerce équitable ayant proposée une table-ronde lors de la précédente édition de la Conférence internationale de la RSE et de Muriel Jean, spécialisée en ESS _et plus particulièrement l’ESS en Martinique_, permet la mise en place de la première amorce concrète de ce grand projet.

 

Cette table-ronde permettra donc à la fois :

 

                -   de promouvoir les possibles en matière de développement territorial responsable et innovant, sur le territoire, voir à l’échelle Caribéenne (présentation d’un possible PTCE Caribéen Innovation Caribéenne également faite dans ce sens). Ici plus particulièrement avec la filière agro-alimentaire.

              -    d’intéresser les partenaires potentiels et privilégiés à ce PTCE ; Pôle Territorial de Coopération Economique qui a pour ambition d’être un élément moteur du renouveau économique Martiniquais mettant en place un outil, un partenariat qui affirme haut et fort, au-delà des annonces, la volonté d’accompagner, de valoriser, de promouvoir des innovations favorables à un développement territorial responsable, quel que soit le domaine : T.I.C., culture, services, agriculture & agro-alimentaire, écotourisme… 

Les intervenants de la table-ronde seront donc les interlocuteurs privilégiés dans la phase d’étude de préfiguration.

 

Ce rendez-vous sera donc une introduction à l’étude de préfiguration du PTCE* martiniquais Innovation Sociétale.

   *Un Pôle Territorial de Coopération Economique (PTCE) se définit comme un groupement d’acteurs sur un territoire – initiatives, entreprises et réseaux de l’économie sociale et solidaire, petites et moyennes entreprises, collectivités locales, centres de recherche et organismes de formation – qui met en œuvre une stratégie commune et continue de coopération et de mutualisation au service de projets économiques innovants de développement local durable.   

 

 

                                                                 20140207_202439

 

Vous partagez les valeurs de l’Économie Sociale et solidaire, pour une société plus respectueuse de l'humain et de la nature?

Vous pensez que la Martinique peut, doit valoriser ses potentiels à travers ces valeurs?

Vous voulez aider une porteuse de projets volontaire, pugnace, énergique, convaincue ?

Ou plus pensez que cette table-ronde doit exister et vous souhaitez l'exprimer?

Alors participez à la collecte.

Chaque euro sera le bienvenu; je le vivrai comme un encouragement à continuer à travailler dans ce sens.

C'est ensemble que nous pourrons faire évoluer la société dans laquelle nous vivons.

Alors faisons-le ensemble !

 

 

Mon blog d'infos sur l'ESS pour partager avec le plus grand nombre les informations qui peuvent m'apparaître utile pour moin et pour tous ceux qui s'intéressent à un mieux vivre-ensemble.l

À quoi servira la collecte ?

- Ma demande plancher de 2300€ permettrait de couvrir les frais matériels incompressibles que j'ai dû et dois encore engager pour la réalisation de cette table-ronde: A savoir mon billet d'avion d'Octobre, la location du logement, la location de la voiture pour pouvoir démarcher de façon efficace, le pack outremer une semaine de mon opérateur téléphonique + les mêmes frais incompressibles pour février.

J'ai fait, à chaque fois, en sorte de prendre ce que je trouvais de moins cher grâce à internet, ai et vais profiter d'une location à prix modéré, ne compte pas les frais de bouche et autres dépenses types parking, photocopies... ni, évidemment à ce montant, le coût du travail intellectuel.

- Si la collecte arrive à 3100€, je pourrais en plus rembourser forfaitairement 700€ sur le billet d'avion de ma collègue Eugénie, qui m'a à l'origine parlé de cette Conférence dans laquelle la table-ronde va se dérouler et qui m'a accompagné dans la mise en place de ce travail. A ce jour elle n'a pas encore pris son billet.

- Si la collecte arrive à 5300€, vous m'accompagnez dans ce travail en finançant tant les frais matériels que j'ai et vais engagé, que le coût forfaitaire du travail intellectuel que la mise en place de cette table-ronde m'a demandé et me demandera encore le 26/02 prochain.Vous me permettez en plus d’indemniser ma collègue pour son billet d'avion.

- Si la collecte arrive à 6400€ vous me permettez d'être en accord avec mes valeurs. En effet, avec cette somme vous me permettez de couvrir mes propres frais matériels et mon coût forfaitaire de la mise en place de la table-ronde, mais également d’indemniser ma collègue à hauteur de 700€ pour son billet d'avion qu'elle n'a pas encore pris à ce jour et son accompagnement dans la mise en place de ce travail.

- Si la collecte atteint 13 000€, alors là. MERCI, Merci de votre confiance car ainsi vous permettez la prise en charge totale du projet. A savoir, non seulement les frais de travail préparatoire et déplacements, mais également les frais de bouche sur place pour moi et ma collègue. Vous me permettez même d'inviter à déjeuner les intervenants qui interviendront gratuitement à la table-ronde. Et c'est important pour moi de pouvoir faire ce geste.

Vous me permettez aussi de faire le livret pédagogique restituant les interventions de nos participants, le travail de réflexion sur ce thème pour partager cette recherche-action avec le plus grand nombre et pouvoir s'y appuyer pour un prolongement. Votre soutien dans mon action, mon expertise me confirme que je dois continuer, en indépendante ou salariée, dans cette voie. :-))

 

 

Dans tous les cas, merci de votre confiance. Chaque euro est pour moi un encouragement.

Thumb_2012-04-21_17.58.45
muriel_ESS

Au tout départ ce projet est né de ma mise en contact avec une collègue, Eugénie Malandain, spécialiste du Commerce équitable. Elle avait proposé une table-ronde lors de la précédente édition de la Conférence internationale sur la RSE et souhaitait en savoir plus sur le territoire où se déroulerait cette année la Conférence: la Martinique... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bravo! C'est un très beau projet, un très beau début. Je fais passer le message.
Thumb_default
vive les initiatives porteuses de notre avenir!