Soutenez la protection de la faune et la flore Africaine en finançant un stage de recherche en écologie!

Large_e673590e609b794920a9458da30e7652-1418192807

Présentation détaillée du projet

Protéger la faune et la flore est un devoir pour les générations à venir. 

Protéger, c'est observer, connaître et convaincre

 

Timinthebush-1417347091

 

Actuellement, en école d'ingénieur en agronomie et en environnement (AgroParisTech, ex. INA- PG), j’ai toujours été passionné par la biologie animale et végétale, l’étude de la complexité des systèmes vivants, et de tout ce qui a trait à l’expérimentation, c’est pourquoi ce stage m’est apparu comme une opportunité exceptionnelle de confirmer mes motivations dans le secteur de la recherche en agronomie/écologie.

 

Je réalise un stage (du 10 septembre au 28 février) dont l’objet est l'étude des petits carnivores (chacal à chabraque, civette africaine, hyène brune, caracal …) en vue de les protéger des fermiers locaux . Ce stage se déroule au sein d’une réserve Sud Africaine située dans le Limpopo. Mogalakwena River  est une réserve de 1500 ha qui abrite également un centre de recherche auquel je suis rattaché. Lien vers le site site du centre de recherche : http://www.mogalakwena.com/research/research-centre/

 

 Mapmrc-1417009397

 

Bien que la plupart soient protégés parce que menacés d’extinction, les petits carnivores d’Afrique du Sud sont la cible des fermiers locaux qui les accusent de décimer leur bétail et, ainsi, n’hésitent pas à leur tirer dessus à vue.  Malgré ces accusations, ces animaux sont par nature des charognards, qui se nourrissent principalement sur des carcasses d’animaux morts ou tués par d'autres carnivores plus grands et plus puissants qu’eux.

 

Bh-1417350581

 

L’objectif de mon stage est l’étude de ces petits carnivores pour améliorer leur image.

Pour cela, il faut Observer pour mieux Connaître et Convaincre.

 

 

Observer

L’intérêt, mais aussi la difficulté de cette recherche résident dans les particularités de l’observation : ces mammifères sont exclusivement nocturnes et très territoriaux (dans un espace très étendu). De fait, les observations directes sont pratiquement impossibles. Techniquement, j’utilise donc des  « camera traps » (appareil photo avec détecteur de mouvement) et des track-plots (surfaces lissées afin d’imprimer le passage d’un animal). Je recherche et collecte également leurs fèces dans toute la réserve.

 

 

Connaître

Les photos et les empreintes me permettent d’estimer leur nombre et leur répartition au sein de la réserve.

L’ identification des restes au microscope (poils, plumes, débris végétaux, restee d’insectes …) trouvés dans les fèces m’apporte des éléments quant à leurs régimes alimentaires et devrait me permettre d’apporter la preuve que les animaux d’élevage (chèvres et moutons) ne constituent qu’une infime partie de leurs régimes alimentaires.

 

 

Convaincre

Enfin, ce projet  se terminera par des entretiens et des échanges (que j’espère détendus) avec les éleveurs locaux pour les convaincre que ces carnivores ne sont pas responsables des attaques sur leur bétail et les amener à modifier leurs pratiques d’élevage pour prévenir ces attaques. La meilleure solution pour protéger les animaux de rente demeure l’édification d’une clôture séparant l’espace d’élevage du reste du bush (surtout au moment des naissances) car, trop souvent, les animaux d’élevage sont laissés errants, formant ainsi des cibles privilégiées. 

Des programmes similaires ont été menés pour le léopard et le guépard qui ont débouché sur une meilleure cohabitation des hommes avec ces espèces. 

 

School-1417351077

 

Convaincre, c’est aussi avoir un rôle pédagogique. En effet, mon projet consiste aussi à se rendre dans des écoles primaires locales afin d’expliquer aux jeunes générations à quel point il est primordial de prendre soin de la vie sauvage et de son environnement. Effectivement, on peut supposer que sensibiliser les plus jeunes à ces problématiques permettra une évolution durable de leurs représentations et de leurs pratiques agricoles

À quoi servira la collecte ?

Le marché du travail est tel qu'ici l'employé (et surtout le stagiaire européen) doit payer pour travailler. Ainsi tous les frais sont à ma charge et les conditions dans lesquelles je réalise ce stage ne me permettent pas de bénéficier du statut de boursier sur critères sociaux.  Voilà pourquoi je fais appel à votre soutien.

 

Voilà la liste des frais dont je dois m’acquitter :

- Frais d’obtention du visa de travail volontaire : 300€

- Frais médicaux (vaccins (rage, hépatites et fièvre jaune) et antipaludéens) : 270€

- Frais de transport (avion + transfert de l’aéroport jusqu’à la réserve) : 1200€

- Logement pour 6 mois : 1650€

- Matériel de dissection et de laboratoire (pour l’observation au microscope) : 300€ - Les déplacements jusqu'aux écoles (estimation) : 200€

 

Le total s’élève à près de 4000€ (frais de bouche exclus). Le soutien financier demandé correspond à la différence entre le budget estimé et le budget réel.

 

Ce stage reste pour moi une expérience exceptionnelle mais beaucoup plus coûteuse que prévue…  Je vous remercie par avance de votre participation qui me permettrait de l’effectuer dans les meilleures conditions.

Thumb_img_8106-1417359558
Timtim

Timothée Gilles 22 ans Etudiant en école d'ingénieur agronome (AgroParisTech, ex. INA-PG), niveau master

Derniers commentaires

Thumb_default
gros, peut-être.....mais là surement...!!!! et puis en plus qui c'est qui te fait passer le CAP.......des milles (tu chopes l'allusion???) ???? Ben c'est ch'gros !!!!! Bises mon gars.
Thumb_default
Bravissimo!!!! de la part de mamie jeanine
Thumb_default
Bravo !!!