Participez à la prod du documentaire sur Fatia, espoir de la boxe féminine qui part à la conquête du titre de championne du monde en Inde.

Large_capture_d__cran_2016-12-15___19.26.53_copie_copie-1508239761-1508239769

Présentation détaillée du projet

Fatia Benhasamel est une boxeuse de 18 ans. Elle est pleine d’intensité. Elle rêve des Jeux Olympiques. Première étape : le championnat du monde en Inde.

 

Poème sur Fatia : 

Fatia c’est Artémis

Cheveux noués

Hanches étroites

La chasseresse insoumise, la déesse des femmes

Souhait de rester chaste

Son arc : le poing

Son père, Zeus, knock out soudain,

Les enfants dévoués à leur mère Leto, qui se relève,

Fatia c’est Artémis

Sur le ring, c’est le cœur qui saigne

Coureuse des forêts,

Comme l’arbre, la cime coupée

Mais la sève intacte

Ecoute Platon : Artémis, c’est l’intégrité et la décence que son nom parait signifier.

 

Une jeune femme et de la boxe

Fatia pratique la boxe anglaise depuis deux ans et demi seulement. 

Elle est d’origine algérienne et habite Rosny-sous-Bois dans le 93. Elle s’entraine 15h par semaine à la salle de boxe de sa ville : pompes, abdos, squats, shadow boxing...

 

 

Une lycéenne pas comme les autres   

En Novembre, elle s’envolera pour l’Inde pour participer au Championnat du Monde de boxe.

 

Je suis Fatia depuis près d’un an déjà.

 

J’ai capté un moment charnière de sa vie : l’année de son bac, du Championnat de France  ses vacances d’été après le bac, et la fête de ses 18 ans.

Aujourd’hui Fatia a obtenu son Bac S mention bien et elle a décroché les titres de Championne de France et d’Europe.

C’est une jeune femme désormais, elle est en prépa ingénieur et parallèlement, elle prépare le Championnat du Monde.

 

 

Capture_d__cran_2016-12-15___19.05.44-1507796739

 

 

Fatia, une Artémis des temps modernes 

 

Fatia avance la tête haute. C’est une jeune femme combattante, qui dit les choses franchement, sans détours. Sans le formuler, Fatia s’affirme dans un monde dominé par les hommes. Elle n’attend pas qu’on lui donne l’autorisation d’exister dans la société, elle prend sa place et défend son territoire, celui du corps.

 

Quand Fatia combat, c’est très intense.

 

Comme elle le dit elle-même :« J’aime bien aller au combat. Ca veut dire que si on me rentre dedans, je rentre dedans aussi alors que je serais plus efficace à travailler de loin.Avant c’était marche avant quoiqu’il arrive, je pouvais m’en prendre trois, quatre au passage, ça me dérangeait pas tant que j’en remettais. J’aime pas quand il y a des blancs ou des zones inactives, quand c’est mort. Trop d’attente. Je préfère que ce soit intense. ».

 

Quand Fatia est dans les vestiaires avant un combat, elle fait du shadow boxing, elle semble déjà en transe. Une fois sur le ring, Fatia combat sans relâche. Elle ne lâche rien. Son énergie est inépuisable, inextinguible.

 

 

Capture_d__cran_2017-10-09___11.27.05-1507796650

 

Fatia combat comme elle se comporte dans la vie : sans tricher. Elle n’a pas la langue dans sa poche. Elle regarde droit dans les yeux. Mais elle tait ses tourments. Ce sont ses bleus sur les bras qui les racontent à sa place.

 

À quoi servira la collecte ?

Le film est soutenu par la Ville de Paris. Ce qui nous a permis de suivre Fatia pendant 1 an, et de faire la post-production de ce court métrage documentaire. Alors pourquoi cette collecte ?

 

Recueillir les financements nécessaires nous permettrait d’aller au Championnat du Monde en Inde (dans la ville de Guwahati) avec Fatia et de la filmer à une étape cruciale de sa carrière de boxeuse et clore le film sur cette compétition.

Si j'ai pu la suivre au Championnat de France, je n'ai pas eu la chance de la suivre au Championnat d'Europe  et d'assister à cette victoire inoubliable.

Comment rater une nouvelle occasion de la voir devenir Championne? 

 

 Capture_d__cran_2017-10-09___11.09.17-1507796756

 

Je réalise le film accompagnée d’un chef opérateur et d’un ingénieur du son. Nous devons louer du matériel pour une semaine de tournage : caméra, objectif, trépied, perche, micro HF et praticable (petite table) pour être à hauteur de ring pendant les combats.

Nous devons également payer nos déplacements (billets d’avion, taxis etc) et nous loger sur place.

Si nous dépassons les 10 000€ l'argent servira à améliorer la post-production du film en nous permettant notamment de faire le mixage et l'étalonnage dans de véritables audis de cinéma pour avoir la meilleure qualité d'image et de son possible. 

Nous espérons soumettre ce film dans les meilleurs festivals internationaux comme le Festival de Cannes, le Festival de Clermont-Ferrand, ou des festivals spécifiquement documentaires comme le FID Marseille, Visions du Réel,  et nous espérons qu'il fera l'objet d'un achat télévisuel.

 

 

La réalisatrice: Talia Lumbroso

 

16298869_10105887975262179_8415198045559737985_n-1507797162

 

Après une hypokhâgne-khâgne et l’obtention d’une licence de lettres modernes, j'ai effectué mes études à la New York Film Academy en 2006, puis à la London Film School.

 

Mon premier documentaire Faut le temps que ça passe  qui laisse entendre des témoignages de maitres sur la mort de leurs animaux domestiques. Avec Le Champ de Bataille, j'ai poursuivi mon travail et j'explore les questionnements d'une jeune femme de 28 ans, Lola, au sein de sa famille. Mon personnage principal essaie de s’émanciper pour exister en tant que femme en dehors d’une famille qui l’étouffe. Elle se bat avec un corps qui l’encombre, se souvient de la première fois qu’elle a eu ses règles, et de ce que cela signifiait d’être élevé par une mère qui craignait que ses filles deviennent des femmes. Le film a été sélectionné au Jameson Film Festival en Hongrie, au Stockholms Women’s Film Festival ainsi qu’au Festival Silhouette et au Festival d’Amiens en 2014.

 

Le documentaire sur Fatia me permet de poursuivre ce travail sur le féminin, la mue.D'un film psychologique, je passe à un film mythologique. 

Le corps de Fatia change en même temps que ses questionnements s’amplifient. Lors de mes repérages, je comprends que pratiquer une activité sportive intense à l’âge où le corps est en mutation, c’est se soumettre à une contrainte libératrice.

Quand elle boxe, est mon troisième court métrage documentaire. Je suis aussi en écriture de mon premier long métrage que je développe actuellement dans l'atelier scénario de la Fémis. Il explore autrement, par le biais du fantastique, le thème du corps féminin.

 

 

 

La production : Triade Films 

 

Le film est produit par Triade Films, la société crée par Martin Berléand oui  a produit de nombreux courts métrages sélectionnés dans des festivals prestigieux tel que Toronto, Rhode Island, Busan, Aubagne... et des documentaires pour la télévision.

 

http://www.triadefilms.com

Capture_d__cran_2017-10-09___11.30.07-1508188900

 

Comment nous dépenserons l'argent:

Voyages  pour les 4 personnes et frais sur place d'hôtel et de nourriture : 6200€

location du matériel sur place (caméra, lumière, son et machinerie): 2 900€

frais bancaires et kisskissbankbank: 900€

Notre société de production Triade Films percevra l’intégralité de la collecte afin de gérer la production de ce film comme nous le faisons avec chacun de nos projets. 

 

Si nous dépassons l'objectif

Merci pour votre soutien ! Grace à votre aide nous allons pouvoir faire un travail de post-production supérieur à ce que nous avions prévu. Nous pourrons notamment étalonner et mixer le film dans de véritables Auditorium de cinéma, et peut-être même si votre générosité nous le permet pouvoir suivre Fatia encore quelques jours supplémentaire pour enrichir le film.

 

 

Thumb_tri_logo_2017_200px-1507795689
Triade Films

Triade Films est une société de production cinématographique et audiovisuelle, qui produit des films, courts métrages et documentaires pour le cinéma et la télévison.

Derniers commentaires

Thumb_default
Superbe projet! Bon courage!
Thumb_default
Plein de succès à ce beau projet !
Thumb_default
Impatiente de découvrir le film ! Paulina