Le street art est-il un moyen de contester la crise économique à Lisbonne? Pour le découvrir, soutenez notre reportage audiovisuel !

Large_imagefinale

Présentation détaillée du projet

Des bâtiments vides mais une population qui dort de plus en plus dans la rue, voilà le triste paradoxe que connaît Lisbonne. Cependant, ces constructions laissées à l’abandon connaissent une seconde vie grâce à l’initiative des artistes de rues. Graffitis, stickers, pochoirs et toute autre forme de street art font partie intégrante des bâtiments de la ville portugaise. Qu’il soit de type militant, anti-système ou simplement une démonstration du style graphique de l’artiste, le street art portugais est devenu incontournable!

 

Lors d'un premier voyage à Lisbonne, nous avons constaté qu'il existe une manière à part entière de contester la crise économique de 2008 et les mesures d’austérité prises par le gouvernement. Il est indispensable de mettre en lumière cette situation si particulière, puisqu'elle est encore trop peu connue du reste du monde. Jamais, depuis la révolution des œillets de 1974, les murs de la ville n’ont eu autant de choses à dire. Nous voulons découvrir les secrets de cette problématique et dès lors, un second voyage direction Lisbonne s'impose!

 

9-blu-old-mural-in-lisbon-painted-may-2010-_-ba-street-art

Blu – "Sucking the planet dry"

 

Cette forme d’art contestataire connaît depuis quelques années une énorme croissance, une effervescence qui n'est pas anodine. En effet, en 2008, la capitale portugaise comptait 4000 immeubles abandonnés, pour la plupart pris d'assaut par les graffeurs. Si aujourd'hui la situation financière n'a pas évolué, le côté artistique a, quant à lui, fait de Lisbonne une nouvelle capitale du street art.

 

«Lisbonne est aujourd’hui l’une des capitales européennes du street art au même titre que Berlin, Londres et Bristol», assure Laura Ramos, ex-journaliste portugaise, août 2012.

 

Merry-crisis-in-portugal-by-stra

STRA- "Merry crisis", décembre 2012

 

«Ces messages sont la voix d’une génération. [...] En l’espace de six ans, ajoute-t-elle, j’ai vu le street art passer d’une pratique minoritaire, cantonnée à quelques spots, à un mouvement décloisonné proche du phénomène de mode.» explique Laura Ramos.

 

 

Street Art : Vhils investit Lisbonne - videos.arte.tvArte - Vhils, jeune prodige du street art, sculpte des oeuvres monumentales sur les maisons abandonnées à Lisbonne.

 

Beaucoup de questions restent en suspens: quel est le lien réel entre la crise économique et le militantisme artistique? Lisbonne est-elle un cas isolé ou existe-t-il d'autres villes portugaises touchées par ce phénomène? Quel est l’intérêt de la population extérieure au monde artistique sur cet art ? En a-t-elle conscience? Pour répondre à ces questions, votre aide nous est précieuse. Y croyez-vous? Alors, aidez-nous !

 

Notre projet:

 

• Un reportage audiovisuel de 15 à 20 minutes

 

• Un Tumblr, c'est-à-dire un blog sur lequel seront rapportées nos différentes initiatives. Des liens vers des articles, vidéos, photographies et autres y seront également postées. Ce blog sera un espace ouvert à la discussion et vos commentaires, réactions, avis seront les bienvenus.

 

• Une page Facebook sur laquelle nous posterons régulièrement nos recherches, des vidéos et des photos. Nous vous tiendrons informés de nos avancements.

 

• Une exposition de notre reportage audiovisuel auquel vous aurez contribué. Les différentes photographies et vidéos récoltées sur place seront également présentes.

 

 

Primeminister

Crédit Reuters/Rafael Marchante- Artiste: Nomen Dubius

  

 

Qui sommes-nous?

 

Photoprofilfacebook

Louise Vanderkelen (21 ans), Audrey Lavis (22 ans), Martin Caulier (22 ans) et Boris Vanacker (22 ans)

 

Nous sommes quatre étudiants en Master 1 en journalisme à l'IHECS (Bruxelles). Nous avons une passion commune: découvrir et informer! Ayant déjà travaillé ensemble à plusieurs reprises, nous avons développé un esprit d'initiative propre à notre équipe. Le thème du street art nous tient particulièrement à coeur et nous sommes plus que prêts et motivés à relever ce défi! 

À quoi servira la collecte ?

Pour mener à bien ce projet, votre soutien nous est plus qu’indispensable!

Il nous permettra d'exploiter toutes nos ambitions et de saisir toutes les opportunités qui se présenteront à nous. Plus l'investissement sera important, plus grande sera la qualité de notre reportage.

 

Budget nécessaire:

 

• Transport:

      - Vol aller-retour Lisbonne : 4x 150= 600 €

      - Taxi/ location voiture/ transport en commun: 200€

 

• Logement: 300€

 

• Interprète: 400€

 

Bien sûr, cette liste n'est pas exhaustive. Le but n'étant pas que vous financiez l'entièreté de notre projet mais que vous nous aidiez à réduire nos dépenses.

 

Nous comptons sur vous! Faites-nous confiance.

 

N'oubliez pas de nous suivre sur notre fan page Facebook ainsi que sur notre Tumblr.

 

Merci et à bientôt pour la suite de l'aventure!

 

 

N.B.: L'oeuvre principale, située sous le titre, a été réalisée par l'artiste C215. L'intitulé "Quand la crise fait le mur" a été ajouté par nos soins.

Thumb_merry-crisis-in-portugal-by-stra
LvsAudrey

Motivation, persévérance, recherche et découverte sont les maîtres-mots de notre projet ! Motivation, perseverance, searching, and discovering are our main goals!

Derniers commentaires

Thumb_default
La barre des 1500 est peut-être dépassée, mais rien ne me retiens de continuer à vous soutenir! Il n'y a plus qu'à récolter du travail, de la patience, et de la motivation! Bonne chance! La sista* Manonne
Thumb_default
Bonne chance dans les rues de Lisbonne. Nonkel Filip
Thumb_default
GREAT! Soutien au Bo et à ses 'comparses' : Chantal - Marie-Paule - Nadine - mama. Signé Zegirls