Soutenez "Quartier Nomade", un film FR/NL qui vous invite à une traversée de 4 saisons et 4 villes par le point de vue des forains belges.

Large_quartier_nomade-1500383951-1500383960

Présentation détaillée du projet

Il y a cinq ans j'ai démarré un grand tour de manège qui m'a permis de connaître une communauté implantée dans l'histoire Belge. Des hommes et des femmes qui vivent au gré des saisons, dans un quartier presque comme les autres,  un "Quartier Nomade"

 

Capture_d_e_cran_2016-11-18_a__19.14.51-1500243465

 

Munie de ma caméra, j'ai accompagné la communauté foraine Belge durant leur grande tournée annuelle : Liège, Alost, Anvers, Bruxelles. Je l'ai fait avec pudeur, sans interview ni voix off, laissant l'instant parler de lui-même.

 

 

En observant leur vie de famille, leur difficulté et leur culture, le film s’interroge sur la tradition inconsciente qui les parcourt. De quels résidus impalpables s’agit-il ? Serait-ce celui de nos villes, de nos traditions, de nous … dans la communauté à laquelle inconsciemment nous appartenons. Dans cette tournée annuelle et au travers de ces personnes attachantes, je souhaite vous faire découvrir une essence révélatrice de notre propre culture.

 

Capture_d_e_cran_2016-11-18_a__19.12.13-1500243368

 

« Quartier Nomade » est un documentaire bilingue FR/NL . L’essentiel du film, filmé le plus souvent en plans larges, s’attache à faire ressentir des impressions : la beauté des saisons, les allées de la foire, les corps dans leur environnement, la douceur des vies de famille, les rituels sociaux, la transmission, leur rapport aux politiques des villes qu'ils traversent. J'ai travaillé sur la lenteur de la vie qui coule afin que le spectateur ait le temps de se faire petit à petit sa propre histoire … et peut-être ainsi puisse découvrir au travers des forains, le miroir qui est tendu.

 

 

 

Diffusion

La diffusion sera réalisée en 2 temps.

 

Dans un premier temps, le film est destiné à la diffusion dans un des nombreux festivals documentaires nationaux et/ou internationaux. Montrer ce film en festival permet bien sûr, s’il obtient des prix, de pouvoir rayonner plus facilement. Mais c'est aussi l’occasion de pleinement échanger sur les aspects de cette thématique : la transmission des cultures et de leur background inconscient.

Le film pourra faire découvrir, aux yeux étrangers, les particularités de la culture qu’il dévoile. Parfois la distance permet de mieux interroger ce qui semble aller de soi. Par exemple, le simple fait d’avoir ces foires au milieu des villes, alors que cela n’existe pas dans certaines contrées.

Il y a aussi des points en commun avec d’autres pays européens où les communautés foraines vivent des préoccupations identiques. Le film serait l’occasion d’inviter des forains du pays pour évoquer ces problématiques.

 

 

Capture_d_e_cran_2017-06-09_a__16.51.36-1500243092

 

Dans un deuxième temps, nous pensons important de permettre une diffusion non-commerciale et locale (centre culturel, salle des fête, ville et village point culture, médiathèque, école, bibliothèque, ciné-club.…). Là où la foire passe, nous tenterons de programmer une projection.

Nous aimerions que ces séances soient un endroit de discussion et de rencontre avec les habitants des quartiers et quelques représentants des forains. Nous organiserions ainsi en présence de la réalisatrice des discussions non seulement autour du film mais aussi à propos du lien de la foire avec les habitants. Peut-être aussi discuter des coutumes et traditions locales qui s’entremêlent à cette période de foire.

Si les moyens sont disponibles, nous aimerions pouvoir faire venir dans les villes le centre de documentation et des archives de la kermesse. Ce centre nomade de documentation a été mis en place par la défense des forains belge. Depuis plusieurs années, cette association foraine tente de faire reconnaître la kermesse comme un patrimoine immatériel. C'est déjà d'ailleurs le cas en Flandre depuis 2014.

 

Capture_d_e_cran_2017-07-18_a__11.27.26-1500370086

 

 

Pourquoi un crowdfunding ?

Le film est tourné. J'ai pu bénéficier d'aide pour cette première phase. Le montage image est presque terminé. Cette levée de fond servira à la finition du film (la post-production). C'est ce qui permettra de le diffuser sur grand écran. Sans ces dernières étapes, le film ne pourra pas être visionnable en salle.

 

Le montage son : Nous sommes sur la foire. Le son est donc très particulier. Un travail colossal attend Sarah Gouret (ingénieur du son). D'abord nettoyer les bandes son, peut-être reprendre du son seul si nécessaire, faire en sorte de donner une identité sonore bien particulière au film.

 

La musique : Pour les séquences, plus poétiques ou plus délicates, Michael Grébil créera des univers sonores à partir des sons de la foire existants. Notre envie est de donner un rythme, une mélodie à des sons réels.

découvrez ses compositions ici

 

Le mixage est une opération qui se fait en studio qui permet de mélanger les sons et de trouver l'unité sonore du film.

 

L’étalonnage : C'est donner le vernis au film, un travail sur la couleur et la lumière. C'est le peindre avec délicatesse … pour lui donner son identité.

 

Titre et sous-titre : La typographie amène une stylisation au film. Manu qui est graphiste a accepté de réfléchir avec moi afin de trouver la typographie qui pourra désigner le film.

 

Le « DCP » : C'est un formatage qui se fait en laboratoire et qui permet au film d’être projeter en salle et sur grand écran.

À quoi servira la collecte ?

Le budget réel est de 30 000 €. Ce budget total me permettrait d'une part de terminer le film dans une bonne qualité et d'autre part avoir le financement nécessaire pour bien le diffuser sans contrainte. Malgré tout nous savons que nous pouvons terminer le film de façon plus artisanal, plus fragile, correctement à partir d'une somme de 15 000€.

Nous avons pourtant choisi de mettre comme premier palier 10 000€ car nous sommes conscients qu'une campagne n'est pas facile et que vous êtes tous très sollicités pour des projets, tous aussi magnifiques les uns que les autres. Dans le cadre de cette campagne, si nous atteignons ce premier palier, nous nous en servirons comme marchepied pour obtenir de l'aide extérieure et terminer ce projet.

 

Palier 1 : L'artisanat et la débrouille - 10 000 €

Post-production son (montage son, musique, léger mixage) :7000 €

DPC : 1200€

Commission à la plateforme KissKissBankBank 8 % : 800 €

L’édition DVD: 500 €

 

Palier 2 : Les finitions - 15 000€

Post-production : (montage son, musique, mixage, étalonnage) : 12 000€

DCP : 1200€

Commission à la plateforme 8 % : 1200 €

L’édition du DVD : 500€

 

Palier 3 : Finition plus léché: début de diffusion - 20 000€

Post-production : (montage son, musique, mixage, étalonnage....) : 15 500€

DCP : 1200€

Commission à la plateforme 8 % : 1600 €

L'édition du DVD : 500€

Envoi en festival: 1200€

 

Palier 4 : Finition et diffusion - 25 000€

Post-production : (montage son, musique, mixage, étalonnage....) : 16 000€

DCP : 1200 €

Traduction sous-titrage EN : 2000€

Commission à la plateforme 8 % : 2000 €

L'édition du DVD: 500€

Envoi en festival: 1200€

Diffusion (affiche, flyers ...) : 2200€

 

Palier 5 : Nirvana - 30 000€

Post-production : (montage son, musique, mixage, étalonnage....) : 18 000 €

DCP : 1200€

Traduction sous-titrage EN : 2000 €

Commission à la plateforme 8 % : 2000 €

L'édition du DVD : 500€

Envoi en festival : 1200€

Diffusion (affiche, flyers, kit pédagogique, aide d'un stagiaire ...) : 4700 €

 

 

Thumb_alexandra_rice_id_mini-1500377366
Alexandra

Née en 1973 à Montréal, Alexandra Rice a débuté très jeune ses activités artistiques professionnelles en tant que danseuse. À 23 ans, elle vient faire ces études de théâtres au conservatoire Bruxelles. Depuis, elle mène une carrière de comédienne et metteuse en scène, entre autre dans le théâtre jeune public. Voilà maintenant presque 20 ans qu’elle vit... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bonne chance !
Thumb_default
il etait temps de mettre fin au suspense, c 'est pas un Hitchcock! bonne m.. pour la suite et quand vous en aurez de trop vous me les rendrez!
Thumb_default
Bon courage. Simon