Financez une nouvelle manière d'approcher l'art: la votre!

Large_07059ca5f4f106ce063056f2f062f324-1410263107

Présentation détaillée du projet

 

 

L’idée de ce projet est partie du constat que j’ai pu effectuer lors de mes stages en médiation culturelle. Le domaine culturel, surtout l’art contemporain, jouit d’une mauvaise réputation. Les personnes sont désireuses d’aller au musée, mais se retrouvent confrontées à un domaine qui leur échappe, faute d’outils pour comprendre.

 

Nous avons besoin d’outils pour comprendre le monde, mais les outils pour comprendre l’art ne sont pas forcément accessibles. L’envie de comprendre, mais la peur de paraitre ridicule et d’être face à une incompréhension sans explications découragent parfois le visiteur.

 

Puis, j’ai remarqué que les enfants ne bénéficiaient pas d’espaces dédiés dans les institutions culturelles : il n’y a pas de tables à langer, les enfants doivent respecter un certain silence, ce qui renvoie l’image d’un musée assez sinistre. Après avoir muri l’idée, j’ai eu le précieux conseil d’une artiste et professeur à l’ESAM de Caen qui m’encouragea à développer l’idée et à persévérer dans cette voie.

 

 

 

Ce projet s’imagine comme une découverte, pour découvrir l’art à la manière de l’émission « C’est pas sorcier », avec des outils pédagogiques et un discours adaptés aux publics.

 

Il s’imagine également comme un lieu d’éveil. La France, malgré la mise en place d’évènements culturels populaires comme la journée du patrimoine ou la nuit des musées, est en retard en matière de politique familiale dans le domaine culturel. En s’inspirant du Canada, où les institutions culturelles organisent des ateliers Parents-Poupons, ce projet tend à mettre en place des projets d’éveil artistique à destination des très jeunes enfants, dès 6 mois. Dans un cadre adapté au bébé ainsi qu’au jeune parent, les bébés pourront découvrir les œuvres de manière sensorielles, grâce aux sons, aux odeurs, aux images et aux textures, voir aux textiles. Une véritable immersion dans l’œuvre pour les éveiller tout en douceur, sur une période adaptée à leur âge (environ 30 minutes) pour les éveiller sans les sur-stimuler. Les ateliers des bébés sont pensés en collaboration avec une éducatrice de jeunes enfants.

 

 

Dsc_0079-1409917059

 

 

 

 

 

Au musée il faut respecter un certain silence mais avec ce projet, les bébés auront le droit de gazouiller au milieu des images d’art, les enfants pourront s’ébahir ou exprimer leur dégout devant une œuvre.

 

Pour les enfants plus grands, il s’agit de faire évoluer la découverte de l’art avec l’évolution des enfants. Les ateliers ludiques sont mis en place pour découvrir le monde (découverte des couleurs, formes, fruits, légumes…) au travers de l’art, pour développer leur curiosité. Les travaux des enfants seront mis en avant lors de mini-vernissages, pour encourager leur créativité et leur confiance en eux.

 

 

Dsc_0084-1409917727

 

Dsc_0135-1409917301

 

 

 

 

 

En terme d’exemple d’atelier, les enfants pourront étudier Daniel Spoerri en prenant un goûter à l’atelier, pour partager un moment convivial, puis se servir des restes et résidus du goûter pour créer un tableau en revivant la démarche (à la manière) de l’artiste. On pourra aussi aborder Picasso avec des Monsieur Patate pour les plus petits (portraits cubistes).

 

Les ateliers s’adaptent, en fonction des divers centres d’intérêts. Par exemple, les adolescents pourront découvrir le Pixel Art ou bien encore le Street Art. Les adultes pourront découvrir que l’art nous entoure et que l’on peut en avoir partout, dans la publicité ou via les pochettes de disques par exemple.

 

 

 

Dsc_0193-1409917527

 

 

 

 

Ce projet se veut aussi être un lieu de rencontre. Un lieu de rencontre pour les parents de jeunes enfants, en proposant des ateliers à destination des enfants, mais également à destination des parents accompagnés de leurs enfants. Ce sera un lieu d’échange et de rencontre également avec des ateliers-discussions, pour découvrir une œuvre, un thème artistique, un artiste, de manière conviviale et décontractée, autour d’un café ou d’un apéro.

Enfin, surgie la volonté de faire se rencontrer l'art et le monde extérieur, avec de nombreuses collaborations, afin de montrer que "l'art c'est la vie" et qu'il est partout. Par exemple, en travaillant avec des agriculteurs locaux, pour découvrir des fruits et des légumes (oubliés, d'autrefois) via la constitution de natures mortes.

 

 

Dsc_0115-1409917951

 

 

 

 

 

L’utilisation des nouvelles technologies est un atout de ce projet. Il s’agit de se servir positivement de ces nouveaux outils. Page internet et réseaux sociaux pour fédérer et communiquer avec le spectateur ou futur spectateur, utilisation de tablettes tactiles pour les petites mains, jeux sur vidéoprojecteur (espaces interactifs). Les visites virtuelles sur grand écran rétablissent également un lien : ces visites virtuelles sont un atout pour le spectateur curieux qui ne peut se déplacer pour faire les musées aux quatre coins du monde, mais le spectateur réalise cette visite seul, ou en comité restreint. La visite virtuelle permet de se retrouver, pour effectuer la visite en groupe, afin d’interagir ensemble sur les œuvres. L’art créé du lien.

 

Quel art est-il? est mobile, et se déplace dans les crèches, les écoles, les collèges, les réseaux d'assistantes maternelles, les MJC, les maisons de retraite. Ce service de proximité se fixe pour mission de réduire les inégalités culturelles et d'ouvrir l'art pour tous. Cette mobilité permet de se diversifier et d’aller plus loin, avec la volonté de se tourner vers des publics éloignés du champ de l'art, notamment en désirant développer des ateliers au sein des IME, des maisons de retraite. La proximité permettrait aux structures paramédicales, pour qui une sortie au musée est souvent compliquée et onéreuse, d'étendre ses interventions au domaine culturel.

 

 

Le choix du financement participatif n'est pas un hasard. La participation est le maître-mot de mes ateliers. C'est partir à la découverte de l'histoire de l'art, en posant des questions, en étant curieux de tout. La volonté et l'envie des aventuriers de l'art est primordiale, car je ne suis que le "passeur des arts", celle qui fait passer ces aventuriers de l'autre côté du tableau!

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

Les dons serviront à l'achat du matériel pour le bon fonctionnement des ateliers. Et oui, les idées sont là, mais il faut les concrétiser davantage!

 

Entre autre, l'achat de peintures (spéciales bébés et autres), crayons, feuilles.... pour s'exprimer comme un artiste. ( environ 500€)

 

Des blouses, pour pouvoir être libre, sans avoir la corvée de linge ensuite! (environ 100€)

 

Les tissus pour la confection de tapis d'éveil d'art, pour les bébés... et les plus grands. (100€)

 

Différents livres pour avoir une "caisse découverte": une petite bibliothèque avec des livres ludiques et drôles sur l’art. (environ 200€)

 

Une tablette tactile, car l'histoire de l'art est partout, avec des applications pour petits comme pour grands! Ça va changer de Candy Crush Saga!! (300€)

 

Un vidéoprojecteur, pour transformer le sol et les murs en surface de jeux interactifs. (200€)

 

Une imprimante portable, pour imprimer les travaux avec photos. (200€)

 

Des jouets (figurines d'animaux, dinette....) pour transposer les œuvres dans le monde des enfants. (environ 200€)

 

Des jeux de société "art" à découvrir pendant les ateliers. (200€)

 

Et de quoi ranger tout le matériel dans ma voiture, car je suis mobile! (200€)

Thumb_image222-1409910630
janefevrier

Ayant grandi loin du monde de l’art, je le découvre au lycée. Et quelle découverte! L’histoire de l’art fut une révélation. Apprendre les histoires des œuvres, avoir les clefs pour les comprendre, j’avais l’impression qu’un autre monde s’ouvrait à moi. Un monde que je pensais alors bien trop éloigné, fermé et hautain. Le bac en poche, je me suis... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Voici le message que j'ai envoyé à mes amis: Depuis que mes enfants ont eu l'âge de marcher je les ai "entrainé" dans les musées, Louvre , Orsay, Beaubourg, Hôtel Salé (qui vient de réouvrir)....Au début ça chahutait, ça râlait mais leur curiosité était en éveil et cela a fini par les intéresser.Je pense que l'enseignement scolaire et académique n'ouvre pas assez la voie de la connaissance et n'apprend pas à apprécier l'art sous toute ses formes. Je suis un "Artlover" et suis content de pouvoir donner un p'tit coup de pouce à cette initiative pédagogique.Alors si vous partagez mon avis..... Bonne chance à votre projet
Thumb_default
Courage ma belle, on croise les doigts et on y croit!!
Thumb_default
En espérant que tu trouves toute la somme ! bon courage