Aidez nous à porter notre projet! Nous touchons au but et l'exaltation est immense! Rejoignez-nous!!

Large_quelqu_un_affiche.9.6.hdrerebis-1415228609

Présentation détaillée du projet

 

"On peut dire ce qu'on veut de cet endroit mais on y cosurvit, et il faut s'en cosortir. Et s'en cosortir vivants." Edward

 

 

 

Quelqu_un.menilmontant.light-1415501757

 

Représentations au théâtre de Ménilmontant les 6 et 7 janvier 2015 et en discussion avec le Théâtre l'Essaion.        

 

 

 

LA PIECE :        

 

     Trois hommes enfermés dans une geôle au Liban. Un américain, un irlandais, un anglais. Ils ne savent pas ce qu’ils font là ni quel sort on leur réserve. Fait-il jour ou nuit, ils n’en savent rien non plus. Comment ne pas devenir fou ? Comment remédier à l’ennui, à quoi se raccrocher pour ne pas perdre espoir ?   Dans l’angoisse, la peur, la dérision s’engage alors un combat imaginaire où les personnalités, aussi singulières que touchantes, ou parfois cruelles, se dévoilent. Ils nous font rire, pleurer, s’indigner.   Tourbillon d’humanité ou prisme pathétique de nos existences… L’amour, l’espoir, la folie se mêlent pour nous offrir un spectacle émouvant, drôle et tragique.  

 

Qqun_pour_veiller_sur_moi_repet_034-1415142402        

 

 

 

LE CHEMIN :        

 

     A la lecture de cette pièce et lorsque nous avons commencé à travailler, il nous a semblé important de créer un climat de peur, d’angoisse, d’installer une ambiance. Ceci est primordial dans toute création artistique mais c'était d’autant plus capital dans cette pièce où le décor ne change jamais. Un cachot, sombre.      

 

Qqun_pour_veiller_sur_moi_repet_092-1415155100     

 

Ils ne savent pas s’il fait jour ou nuit et de cela découlent leurs angoisses, leurs délires. Mais pas seulement. C’est aussi l’incapacité d’agir, d’avoir une quelconque efficience sur leur destin qui les amène à perdre pied. Et la destruction progressive de leurs idéaux, de leurs croyances, ou au contraire le rattachement à ceux-ci face au non contrôle de leur existence, construit alors les rapports qu’ils entretiennent les uns avec les autres. C’est dans ce questionnement sur l’Autre et sur eux même que se dévoilent leurs personnalités et avec elles l’inextricable complexité de la nature humaine. Dans tout ce qu’elle a de plus beau, de plus pervers, de plus fragile.   Nous avons toujours peur de critiquer les religions ou leurs coutumes, aussi barbares soient elles. Mais c’est également de cela dont il est question ici. La religion. On le voit bien dans cette pièce, confrontés à une situation extrême, les réactions des trois personnages sont surprenantes autant qu’équivoques. L’athée peut se mettre à croire et le fervent croyant perdre la foi.     

 

Qqun_pour_veiller_sur_moi_repet_091-1415145122    

 

Dans cette tranche de vie se confondent peurs, joies, apitoiement, et bien d’autres sentiments qui, au rythme du temps passé dans le cachot, bousculent leurs aprioris et les nôtres. Ainsi celui que l’on pensait le plus fort peut se révéler être le plus fragile, le plus calme le plus explosif, le plus craintif le plus rassurant avec les autres.    

 

Qqun_pour_veiller_sur_moi_repet_063-1415145590

 

Chacun lutte pour sa survie et les comportements changent au gré de l’expression évolutive et manifeste de leurs angoisses. Que doivent-ils comprendre du mysticisme absurde de leurs geôliers ? Sont-ils coupables d’avoir cru en Dieu et sont-ils ainsi responsables, complices de leur condition ? La religion, asservissement dangereux et perditif ou talisman précieux pour ne pas devenir fou ? Comment réagir face à la mort ou le non-sens d’une situation comme la leur ? La question nous est posée.   

 

Que ferions-nous à leur place ?

 

 

 

L'EQUIPE :

 

Qqun_pour_veiller_sur_moi_repet_080-1415148954

 

     Nous avons tous suivi la formation d'art dramatique du Cours Simon et notre rencontre était évidente, notre envie de jouer ensemble aussi. Chacun par la suite a poursuivi son chemin, enrichi son métier de comédien à travers d'autres structures d'enseignement, ou a eu la chance de travailler avec des metteurs en scènes de qualité. 

 

Fort de nos différences d'âges, de milieux sociaux et d'expériences, nous avons acquis ensemble une réelle cohésion dans le travail et surtout nous avions la même vision du théâtre. Un théâtre simple, qui nous parle et qui parle aux gens. 

 

 

 

Antoine Albertini, Adam

 

     Il aborde le théâtre en parallèle de ses études scientifiques en 2007, avec la compagnie Théâtre Point située dans la ville d’Ajaccio.

En 2009, il intègre le Cours Simon et suit également l’enseignement d’Alan Boone, Gérard Chabanier, Emile Abossolo et Catherine Rétoré à L’Ecole Miroir. Dans le cadre du stage de L’A.R.I.A, il joue le rôle de Sun dans La bonne âme du Se-tchouane de Bertholt Brecht, mis en scène par Pierre Vial. En 2012, il joue dans Salina de Laurent Gaudé, mis en scène par Alan Boone à la Maison du Théâtre et de la Danse d’Epinay-sur-Seine. Enfin, en 2013, il fait parti du projet Y.I.T.A.C pour la création d’un spectacle sur la crise économique mis en scène par Serge Lipszyc, Aurore Prieto, Natalia Stulianou et Sofianna Theofanous. Projet présenté à la Stazzona (Olmi-capella, Corse) et à L’Atrium de Berlin.        

 

 

 

Antoine Gorczweski, Edward

 

     Il entre en formation professionnelle au Cours Simon en 2009 dans le cours de David Stzulman. En 2012, lors des représentations de fin d’année au théâtre du Gymnase, il interprète Caligula dans la pièce éponyme d’Albert Camus et joue le rôle de Danny, dans Danny la grande bleue de John Patrick Chanley. En 2013 on lui confie le rôle de Michel dans une adaptation de A bout de souffle de Jean Luc Godard. A cette époque il tourne également quelques courts métrages avec des amis et pour des écoles de cinéma. Il suit actuellement les cours d’Emilie Anna Maillet et Eric Frey au conservatoire du 19ème arrondissement de Paris.        

 

 

 

Pascal PaoliniMickael

 

     Il débute le théâtre en 2006, avec la compagnie Antibea située dans la ville d’Antibes dans les Alpes Maritimes. Il participe ainsi à deux créations de cette compagnie : Le Chandelier d’Alfred de Musset, dans le rôle de Fortunio, et Le Dindon de Georges Feydeau, pour le personnage de Rédillon. Après l’obtention de son baccalauréat littéraire en 2009, il s’installe à Paris. Sous la direction de Chantal Brière, il suit alors une formation de 3 ans au Cours Simon. Il enchaine plusieurs tournages pour la télévision (Parental Advisory, TF1, Plus belle la vie, France3). Il joue également en 2013 le rôle d’Oronte, dans Le Misanthrope, avec la compagnie Les Impromptus. Il suit actuellement les cours d’Emilie Anna Maillet et Eric Frey au conservatoire du 19ème arrondissement de Paris.        

 

 

 

Julien Giustiniani, Metteur en scène  

 

     Il aborde le théâtre dès son plus jeune âge en travaillant des auteurs comme Tardieu ou Obaldia dans l’atelier théâtre de son collège. En 2008, il intègre la formation professionnelle du Cours Simon dans la classe de David Sztulman. Dans le cadre des travaux de fin d’années, il joue le rôle de Motel dans Dreyfus, de Jean Claude Grumberg, ainsi que celui d’Henri dans Les vignes du seigneur, de Robert de Flers et Francis de Croisset, au théâtre du Gymnase. En 2011-2012 puis 2012-2013, il interprète Acaste dans Le Misanthrope de La Nouvelle Compagnie, mis en scène par Nicolas Liautard. En tant que metteur en scène, on le sollicite pour des projets tels que Dieu est amour de Kévin Lipka, joué en 2012-2013, ou Deux frères de Fausto Paravidino, joué en 2013-2014. Il est actuellement en répétition dans une pièce de René de Obaldia, Pour ses beaux yeux où il joue le rôle du Professeur, et en tant que metteur en scène pour Y’a des nuits qui mériteraient pas de voir le jour de Lilian Lloyd.

 

 

 

     Un grand merci à Inès Giustiniani qui depuis le début de cette aventure, n'a eu cesse de nous porter et de contribuer activement à la réalisation de ce projet ambitieux. Assistante metteur en scène, photographe, accessoiriste, cuisinière, réveil matin, son implication est grande et nous ne saurions assez la remercier pour sa gentillesse et son dévouement.

 

 

Qqun_pour_veiller_sur_moi_repet_020-1415140985

 

À quoi servira la collecte ?

Qqun_pour_veiller_sur_moi_repet_001-1415146378

 

 

Cela fait bientôt un an que nous travaillons sur sur cette pièce et nous ne comptons pas les heures de répétitions, de discussions, d'engueulades aussi, et de remises en question.

Plus que jamais nous portons cette envie, ce désir de nous exprimer et de voir nos ambitions se concrétiser. Nous n'avons jamais été si près du but et l'exaltation est immense. Rejoignez nous! 

 

Nous sommes programmé les 6 et 7 janvier 2015 au théâtre de Ménilmontant à Paris et, nous l'espérons, peut-être bientôt au Théâtre l'Essaion.

 

 

Jusqu'à maintenant, les seuls apports financiers ont été les nôtres et c'est pourquoi nous avons à présent besoin de vous pour finaliser notre projet :

 

Droits d'auteur : 1000 euros

 

Création décors : 200 euros

 

Costumes et accessoires : 300 euros

 

Créations musicales, musiciens, SACEM : 150 euros

 

Diffusion et communication : 100 euros

 

 

Et si notre collecte dépassait les 1750 euros?

 

L'argent servirait à rembourser les membres de l'équipe quant aux frais de répétitions et de transport mais pas seulement.

Nous sommes une jeune compagnie et cela nous permettrait d'aborder plus sereinement la suite. En contact avec l'Essaion Théâtre et le Lucernaire notamment, cette collecte est vraiment pour nous une première étape car nous voulons porter Quelqu'un pour veiller sur moi le plus loin possible.

 

 

Quelque soit votre contribution, nous vous remercions chaleureusement et sommes ravis que vous puissiez partager cette aventure avec nous!

 

 

Un grand MERCI de toute l'équipe!

Thumb_dsc_0128-1415159546
Julien Giustiniani

Il aborde le théâtre dès son plus jeune âge en travaillant des auteurs comme Tardieu ou Obaldia dans l’atelier théâtre de son collège. En 2008, il intègre la formation professionnelle du Cours Simon dans la classe de David Sztulman. Dans le cadre des travaux de fin d’années, il joue le rôle de Motel dans Dreyfus, de Jean Claude Grumberg, ainsi que... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Et voilà ! Objectif de collecte atteint ! Gros bisous, T+J
Thumb_default
Un petit quelque chose pour vous encourager dans votre projet! Guilich