Du haut de sa jeunesse, Jean Racine bouscule. La littérature de son temps et ses convenances. Jamais auparavant, un texte ne fut si érotique. Puis Jean Racine compose. En orchestrant un tourbillon d'hommes et de femmes, écartelés entre le pouvoir, l'amour, la révolte et la mort. Et Jean Racine interpelle. La nature humaine d'hier, et avec une étonnante modernité, la nôtre. En se jouant des siècles, il s'adresse à nous. Comment? En parlant de l'urgence. De l'urgence d'agir et de vivre. Ce faisant, il forge un miroir et nous met face à notre réalité, celle de notre société contemporaine. Dans ce documentaire de création, des apprentis comédiens d'une vingtaine d'années, à travers un atelier avec la tragédienne Anne Delbée, découvrent et témoignent de cette modernité.

Large_capture_d__cran_2012-05-11___09.57.19

The project

Synopsis

Quinze apprentis comédiens d'une vingtaine d'années, participent à un atelier théâtral dirigé par Anne Delbée, auteur, metteur-en-scène, tragédienne et spécialiste du dramaturge français Jean Racine. En travaillant sur Andromaque, elle critique ouvertement la vision muséale de nombreuses mises en scènes actuelles de Racine et souhaite avant tout aller à l'essentiel: Andromaque est une pièce sur l'amour et la mort, Andromaque ou l'urgence des sentiments.

Guidés par la connaissance intime et passionnée d'Anne Delbée, les élèves vont accomplir une plongée dans l'univers du poète - sa vie - ses choix - son siècle. C'est l'occasion pour eux d'appréhender une diction, un jeu et de s'abandonner à l'incarnation de personnages incandescents sans jamais oublier l'émotion et la force d'un plaidoyer. Ils vont toucher du doigt des questions d'actualité brûlantes posées par Racine qui avait leur âge lorsqu'il écrit la pièce. Jeux de pouvoir, révolte et érotisme émanent de cette tragédie faisant alors d'Andromaque une héroïne du XXIe siècle.

 

   

Informations complémentaires sur le projet:

Note de la réalisatrice

Au commencement de ce projet, quelques vagues souvenirs de mes années de collège ; Racine se mélangeant allègrement avec Corneille ; quelques vers poussiéreux dans un coin de la tête et rien d'autre. Bien des années plus tard, voyant Francis Huster jouer le Cid, je m'étais dit que ce théâtre-là n'était pas pour moi. Je reconnais l'importance de conserver le patrimoine tant qu'on ne me l'impose pas!

Mes études, puis mes expériences professionnelles m'ont entraînée vers la musique et la danse. Le théâtre est toujours resté assez éloigné. De nouvelles tentatives, sporadiques, me font toujours dire que le théâtre est trop bavard. Tous ces mots déclamés avec emphase sonnent faux à mon oreille...

C'est avant tout la passion d'Anne Delbée pour Racine et sa langue, ses références à notre monde contemporain pour m'évoquer Andromaque (actualités, cinéma, photographie), qui m'ont décidée à la suivre et à développer ce projet documentaire. Racine Roman, l'ouvrage qu'elle lui a consacré, m'a fait découvrir l'homme et le poète avec un style poignant. Un artiste qui écrivait pour ne pas mourir.

Pour Anne, la Tragédie est une morale de vie, le plateau de théâtre un espace originel ou tout est possible. Cette phrase résume tout à fait l'enjeu du film. Redécouvrir la Tragédie, ses origines, son essence et sa dimension contemporaine. Observer et rendre palpable les enjeux du comédien sur un plateau de théâtre, lieu de tous les possibles. Assister à la création d'un objet théâtral unique.

 

 

Pour Anne Delbée,  metteur en scène, Andromaque est une héroïne du XXIème siècle

 

« Le poète pose un terrifiant face à face entre deux êtres humains. Pyrrhus prend en otage Andromaque. Amoureux de sa captive, ce qu’il veut d’elle à tout prix, ce n’est pas la posséder, c’est probablement chose faite. Il désire obtenir le pardon pour ses crimes. Andromaque peut alors faire le choix d’aimer et de pardonner les crimes de Pyrrhus. En le pardonnant, elle sauverait toute l’humanité. Si elle décide au contraire de continuer à se venger, il n’y a pas de fin.           

C’est un problème contemporain épouvantable. Ici, Racine ose dire qu’au-delà du bien et du mal, il y a l’amour. Ce n’est ni l’amour chrétien, ni un code d’honneur, mais la seule question d’être à la hauteur de son Désir. La tragédie met ici en avant le choix au sens sacrificiel, la force de pouvoir dire “non” pour avoir conscience de sa propre vie. Il semble qu’aujourd’hui, en Occident, tout est fait pour anesthésier les questions, la douleur, la révolte et la mort. Sollicités sans arrêt sous l’effet d’une pression médiatique, la délation, la moquerie, le cynisme ou la résignation, la tragédie nous apprend à ne pas accepter la normalisation, le calibrage. Grâce au personnage d’Andromaque, nous découvrons que nous ne pourrons plus, tout comme elle, nous accommoder à la servitude, à l’humiliation, à une “morale du troupeau”. »

 

 

 

 

Qui sommes-nous ?

 

Anne Delbée, auteur, metteur-en-scène et tragédienne

 

Anne Delbée est à la fois tragédienne, metteur en scène et pédagogue. Cette amoureuse de la tragédie est aujourd’hui reconnue comme la spécialiste incontestable de Racine. Elle a souvent collaboré avec Antoine Vitez et a signé la mise en scène d’une cinquantaine de spectacles pour le théâtre et l’opéra. De Racine, sa Phèdre (1995-costumes de Christian Lacroix) a marqué l’histoire de la Comédie Française. Elle a également présenté sa trilogie Racinienne Andromaque / Bérénice / Phèdre au Festival d’Avignon. De Claudel, elle a porté à la scène plusieurs pièces dont Tête d’Or à la Maison de la Culture d’Angers en 1983 qu’elle reprendra à la Comédie Française en 2006. En 1983, elle reçoit le Prix des lectrices de Elle pour son ouvrage Une femme, Camille Claudel publié aux Presses de la Renaissance. Début 2008, Anne Delbée est nommée présidente du Syndicat National des Metteurs en Scène (SNMS).

                           

“Le théâtre est-il un art de vivre ? Grâce à la Tragédie, évidemment, puisqu’elle est un art de mourir. Au bout de tant d’années de complicité avec le théâtre, je me consacre totalement à la tragédie, qui m’enseigne quotidiennement la liberté fondamentale de l’être humain à faire ses choix. La Tragédie invente une autre forme de vie et nous emporte dans une autre possibilité. La Tragédie c’est quand vous être auprès d’une personne qui va mourir, et que vous essayez de capter ses derniers mots. L’acteur doit donner le texte avec cette force-là, sans psychologie, on n’a pas le temps pour cela. On doit tout de suite donner de la clarté, celle de la voix et de l’être humain. J’essaye d’inviter les jeunes acteurs à suivre cette démarche.”

 

 

Catherine Maximoff, réalisatrice et scénariste. Après des études musicales au conservatoire, puis une maîtrise de langue et de communication à l'université, elle se tourne vers l'univers de la danse. Pendant 5 ans, elle travaille à la production et à la programmation d'un festival de danse contemporaine. Puis deux ans à la Cité de la musique de Paris dans le département danse.

Son approche du cinéma se fait l'écho de cette expérience pluridisciplinaire. Depuis 2001, elle a réalisé plusieurs films de danse ainsi que des documentaires de création, sélectionnés et primés dans des festivals internationaux, en collaboration avec des chorégraphes et des compositeurs contemporains. En parallèle, elle développe une activité de scénariste en participant à un éventail de projets variés, du court d'animation au long de fiction.

Ses dernières réalisations :

Wayne McGregor - Going somewhere

A moment in time

From Ashes

Voyage

Aperghis, tempête sous un crâne

Uzès quinet

Daïté

 

 

 

Why fund it?

L'appel que nous vous lançons en vue de collecter les fonds a une double vocation.

La première concerne le recouvrement des frais liés à la phase de post production, soit le montage image et son, l'étalonnage, le mixage ainsi que la traduction et le sous titrage en anglais. Pour cela, nous recourrons à un personnel professionnel chevronné, reconnu pour sa rigueur, sa sensibilité et sa capacité à porter un regard critique pertinent. Cette étape est envisagée différemment selon les productions. Pour nous, fort d'une expérience forgée depuis une quinzaine d'année, il n'y a pas l'ombre d'un doute, il s'agit là d'un tournant crucial dans le cheminement d'une création audiovisuelle. Le montage par exemple, est un enjeu décisif sur lequel nous n'insisterons jamais assez. A la fois espace de réflexion et laboratoire orthopédique d'un film, il exige du temps: un luxe de nos jours, mais la garantie d'un travail de qualité, et un savoir-faire que l'on ne peut réduire à son seul aspect technique. 

 

 

 

L'autre part des fonds collectés sera employé à faciliter la rencontre entre le film et un public, voulu le plus large possible. Convaincus du potentiel cinématographique de "Racine, le déchaînement des passions", ainsi que de ce que représente une projection sur grand écran, nous souhaitons, par votre aide, le doter des armes idéales pour une telle aventure. Cette volonté exige en amont, la mise en place d'une stratégie en deux temps: d'abord, rechercher à l'échelle nationale les salles, comme les structures culturelles intéressées par la projection du film et l'organisation d'avant-premières. Ensuite, mener une campagne de promotion et de communication, sur la toile évidemment, mais aussi dans le réel. Pour mener à bien cette mission, votre soutien nous permettra de recruter un attaché de presse compétent.

Vos contributions seront réparties entre ces deux étapes à hauteur de 3 000 euros pour assurer la post-production et 4 500 euros pour assurer la distribution

 

Comme vous l'aurez remarqué, l'expérience à laquelle nous vous convions est singulière. En participant à cette aventure, non seulement vous vous greffez à un travail de longue haleine, mais cela offre aussi à votre geste la possibilité d'une large visibilité. Rejoignez-nous vite !

Thumb_lfdp_logo_mini
les films du présent

Depuis un peu plus de quinze ans, nous produisons des films avec la volonté de faire connaître la démarche d'artistes d'aujourd'hui, et en particulier de chorégraphes et compositeurs, qui nous parlent du monde dans lequel ils vivent, dans lequel nous vivons, dans toute sa complexité. Nous souhaitons, tels des passeurs, transmettre leur vision du... See more