Soutenez « Raconte-moi une histoire », un singulier carnet de voyage, tiré de mon itinéraire de quatre mois en Asie centrale !

Large_couv_bisssse-1458661374-1458661385

Présentation détaillée du projet

 

Au fil des rencontres, d’histoire en histoire, à la façon d’un cadavre exquis démesuré, « Raconte-moi une histoire » vise à collecter et transmettre, de la France à l’Asie centrale en passant par la Russie, les anecdotes, légendes ou souvenirs des personnes croisées.

 

Le projet

 

Le départ approche ! En mai débutera un voyage de quatre mois. A bord du Transsibérien je relierai Moscou à Irkoutsk sur le lac Baïkal. Je rejoindrai ensuite la Mongolie et sa province de l'Arkhangaï où j'achèterai un cheval. Après une randonnée d'un mois vers l'ouest et quelques sauts de puce en bus, j'atteindrai le Kazakhstan, et partirai à la découverte du Kirghizistan, du Tadjikistan et de l’Ouzbékistan (ou comme dirait ma mère « ces pays en –stan »), jusqu’en Iran. 

 

Mongolie-paysages-1459265858

 

Partir seule, voir la Sibérie, fouler l’Altaï et l’Iran, chevaucher en Mongolie, c’est un rêve de gamine, un projet resté en toile de fond et repassé sur le devant de la scène il y a un an : une fois que le barreau est passé, une fois que les études touchent à leur fin, je vais voir là-bas si j’y suis.

 

 Carte-1458660945

« Quelque chose en vous grandit et détache les amarres, jusqu’au jour où, pas trop sûr de soi, on s’en va pour de bon. » (Nicolas Bouvier, L’Usage du monde)

 

Vagabondage entre égoïsme et humanisme – Voyageur, on plie bagage d’abord par égoïsme, pour satisfaire notre propre besoin d’aller se heurter à l’ailleurs. Et pourtant, dans les mots de l’exploratrice Alexandra David-Néel : «Celui qui voyage sans rencontrer l’autre ne voyage pas, il se déplace.» Avec un certain humanisme, et sans doute l’«attendrissement gobeur et niais» (Nicolas Bouvier) de l’aventurier débutant, je souhaite profiter de mes pérégrinations pour rencontrer l’autre, collecter et transmettre ce qu’il voudra bien me raconter.

 

Des histoires, on en entend mille en voyage, on en comprend moins de la moitié, on en oublie les trois quarts, on en transmet le centième. Pourtant une histoire, comme un conte et une légende, laisse percer un aspect de l’identité d’une personne, une partie de sa vision des choses, des reflets de sa culture. C’est une porte ouverte par l’autre, sur l’autre, la transmission d’un patrimoine immatériel (aïe ! la juriste est de retour).

 

Eléments de langage - D’après mon vieux dictionnaire des synonymes, « histoire » signifie annales, archives, chroniques, commentaires, mémoires, vie, anecdote, historiette, récit.

 

***

Et concrètement ? Concrètement, j’inviterai les personnes dont je croise le chemin à me raconter une histoire ou l’Histoire, ou des histoires. Par le biais d’une voix, d’une photographie, d’un son ou d’un objet en rapport avec leur récit, ils me transmettront un fragment d’eux-mêmes, à charge pour moi de le faire voyager,  de le raconter, de le transmettre à mon tour, éventuellement de l’échanger contre d’autres en chemin.

 

Par exemple, ce vieil homme en Sicile qui m’a longuement parlé dans le train de Cefalù à Messine. Il avait rendez-vous chez le juge (mais ne s’en émouvait pas plus que ça) ; visiblement des magouilles avec sa petite entreprise lui avaient valu une assignation, et il voulait que sa fille étudie le droit comme moi. J’ai raconté cette histoire au conducteur qui m’a prise en stop dans la ville d’après, lui m’a expliqué à son tour que sa fille faisait du commerce, qu’il en était très fier. Sans enregistrement, ni photographie, j’avais déjà pu tendre un fil entre ces deux personnes, et entrevoir une partie de leur vie. Alors pourquoi ne pas le faire à l’échelle de l’Asie centrale, et avec un peu plus d’équipement ?

 

***

 

Pourquoi ?  Ce projet est un prétexte pour rencontrer l’autre. C’est un moyen de communication lent. C’est un outil pour valoriser des histoires individuelles, les partager, les inscrire dans une petite pièce de marbre, de vous les ramener.

 

C’est un carnet de voyage protéiforme. De ces bouts de conversations, je souhaite constituer plusieurs recueils : récits et dessins, enregistrements sonores et photographies.

 

Le rendu sera multiple :

* publication sur internet et tirages des photographies réalisées

* publication du carnet de voyage écrit, mettant en page la retranscription des histoires et les dessins 

* montage et diffusion des sons collectés : témoignages audio, balades sonores, musique et chants

 

Le retour de voyage ayant lieu en septembre, je prévois trois mois maximum pour mettre en forme et finaliser ces différents supports. Le rendu final sera donc disponible entre novembre et décembre 2016.

 

Qui suis-je?

 

 

Portait-1459263026

 

Mes géniteurs ces baroudeurs

 

Depuis petite j’ai beaucoup voyagé avec ma famille : Sri Lanka, Inde, Thaïlande, Laos, Birmanie, Cambodge, Etats-Unis, une manière de me rendre compte très tôt de l’infini des cultures, modes de vie, terres et paysages. 

 

Cimg0337-1459264951

 

Inde

 

 

Cela a fait naître en moi le goût de l’ailleurs, et surtout de l'autre, et je suis partie découvrir la France, ses pays frontaliers, les campagnes roumaines, les lacs albanais, les rues de Bangkok et la folie de Los Angeles. Ce que j'aime et retient en premier lieu de ces voyages, ce sont les gens rencontrés.

 

Img_0689-1459523724

Albanie

 

 

Img_0477-1459265313

Roumanie

 

 

Img_0488-1459265339

Roumanie

 

 

Touareg-1459265560

 

France

 

 

Photo_iphone_251-1459265360

 

Thaïlande

 

Juriste de formation, exploratrice en préparation

 

Après l’effort, le réconfort. J’ai aujourd’hui terminé les études de droit, en obtenant le barreau (précieux sésame ouvrant la voie vers la profession d’avocat) en décembre dernier. Spécialisée dans les droits de l’Homme et des minorités, j’ai travaillé au sein de l’association Sherpa, dans la lutte contre les violations des droits de l’Homme et de l’environnement par les entreprises multinationales.

 

Photographe en herbe

 

Depuis un certain temps je me suis intéressée à la photographie, et c’est devenu une passion (en témoigneront mes colocataires qui ont constamment dû subir mes assauts, l’œil derrière l’appareil).

 

Dscf1183-1459265534

 

 

Lien vers mon compte Flickr

 

Je ne pourrais non plus me passer du dessin et de l’écriture, qui m’animent depuis mon enfance.  

 

À quoi servira la collecte ?

Pour partir, j’ai besoin d’un petit coup de pouce !

Le budget total s’élève à 5 600€.

 

Bdget3-1458661125

 

Visas – 600 €

Quotidien – hébergement + transport + nourriture = 25 €/ jour = 3 100 €

Assurance – 200 €

Vaccins – 300 €

Achat d’un cheval et son équipement en Mongolie – 400 €

Transport aérien de Paris à Moscou et de Tachkent à Téhéran – 600 €

Matériel (équipement couchage, électronique, GPS, appareil photo, vêtements, cartes) – 400€

 

= 5 600 €

 

Une partie du matériel a déjà été achetée (300 €), et mes économies s’élèvent aujourd’hui à 4 500 €. Il reste 800 € à trouver ! 

 

Si la collecte dépasse les 800 €?

Je tiendrai déjà à vous remercier infiniment pour votre aide! Ces sous me permettront d'avoir un peu plus de confort et de marge sur le choix de mon équipement. Je pourrai améliorer le matériel notamment par l'achat :

 

- d'un enregistreur audio numérique portable Tascam DR-O5 V2 : 100 €

 

10216918_800-1459323960

 

- d'une tente de randonné ultra légère, tel que la Zephyros de Terra Nova 150€

 

Zoom_zephyros_1_tent_1-1459324994

 

Thumb_porrtai-1458663851
TamSita

Je m'appelle Tamsin et j'ai 24 ans. Je vis à Paris et ai terminé les études de droit l'année dernière. J'enchaîne depuis les petits boulots pour mettre des sous de côté et mener mon projet à bien. Pour le reste, voir la partie "Qui suis-je?" plus haut!

Derniers commentaires

Thumb_default
quelle belle aventure qui t'attend , nous te souhaitons une très bonne traversée, soit prudente et il nous tarde déjà de la partager avec toi et Charly !!! bisous bon voyage JC et Domi
Thumb_default
Un projet magnifique à tout point de vue. C'est tellement beau d'aller au bout de ses rêves. On est de tout cœur avec toi. F&L
Thumb_default
De vastes ombres cheminent par la plaine comme les nuages au ciel, et, dans le lointain inconcevable, si seulement on le regarde longtemps, se haussent et s'étagent les unes sur les autres des images brumeuses et fantastiques... On a un peu peur. Mais si l'on regarde le ciel vert pâle, semé d'étoiles, où l'on ne découvre ni nuage ni tache, on comprend pourquoi l'air tiède est immobile, pourquoi la Nature est sur ses gardes et craint de bouger : elle a peur et pitié de perdre ne fût-ce qu'un moment de vie. On ne se rend compte de l'insondable profondeur et de l'infini du ciel qu'en mer, ou alors dans la steppe, la nuit, au clair de lune. Il est terrible, sublime et affectueux, il a un air de langueur et d'invite, sa tendresse donne le vertige. Puisque te voilà bientôt sur les pas de Tchekhov, à contempler l'insondable profondeur du ciel couvrant la steppe, belle route à toi Tamsin. Je t'embrasse bien fort, Dominique