Un brin de féminisme, dans une fiction inspirée de ma propre histoire pour dénoncer violence, harcèlement de rue, injustice, irrespect.

Large_rebelle-1452118729-1452118748

Présentation détaillée du projet

En tant qu'étudiante réalisatrice, j'aimerais défendre les intérêts des femmes en révélant ce que peu de monde arrive à admettre, en montrant que rien n'est acquis, en rappelant qu'il faut continuer de se battre! Se battre pour l'égalité, pour le respect, contre les entraves à la liberté.  

 

Je prépare la réalisation de mon film de diplômeRebelle qui est pour moi une occasion d'aider la société d'aujourd'hui à ouvrir les yeux sur le manque de respect qui règne encore à notre époque et sur les violences sournoises endurées par les femmes, bien trop souvent acceptées!    

Les femmes ont appris à vivre sachant qu'en sortant de chez elles, elle sont exposées à toutes sortes d'agressivité révélatrices de notre époque. Malgré la marche en avant contre le harcèlement de rue, il reste fréquemment banalisé, cela va du coup de klaxon des voitures alors que l'on marche seule dans la rue, à des commentaires déplacés et irrespectueux sur notre physique par des inconnus,  pour qui la femme n'est qu'une proie. Parfois cela va beaucoup plus loin...  

 

On ne peut pas accepter de vivre dans l'oppression permanente, on ne doit pas reculer. Si on ne le fait pas pour nous, on doit penser au générations futures et à toutes celles qui se sont battues pour nos libertés dont l'on jouit quotidiennement.

 

 

      Capture_d__cran_2016-02-22___18.04.31-1456160893      

 

Christelle ouvre le film dans une tenue de soirée. Elle fredonne une musique de rébellion, on peut déjà sentir le parfum du film.

 

Elle sort en boite de nuit, avec son petit ami et des copains, dans ce type de soirée ou la jeunesse se débarrasse de ses soucis à coups de cul-sec alcoolisés. Le couple semble vouloir se libérer l’un de l’autre: chacun passe la soirée de son côté. Christelle danse avec son ami, Jordan pendant que Raphaël drague des inconnues.

 

Mais aussitôt sorti de cette parenthèse d'insouciance les ennuis commencent. D'abord la jalousie de Raphaël: il se dispute avec Jordan à propos de Christelle. Agacée par ce conflit, elle s’en va.

 

      Capture_d__cran_2016-01-07___21.32.07-1452198858

 

La dispute crée un malaise entre les personnages, aisément visible du fait que les garçons suivent Christelle de loin. Soudain, une bande de jeunes arrive derrière eux. Ils se montrent insultant envers la jeune femme. Raphaël prend tout de suite sa défense, et la tension monte d’autant plus. Christelle, du bout de la rue se retourne. Elle voit son petit ami recevoir un coup derrière la nuque et tomber à terre: c'est la désillusion. Accourant vers son ami inconscient, elle appelle les secours. Dans sa folie l’agresseur frappe encore et encore Raphaël à coups de pieds. La colère de la jeune femme, survoltée par cette effusion de violence gratuite, lui donne la force de le repousser.

 

L'orage retombe quand à l'hôpital Christelle veille auprès de Raphaël. Le calme ne dure pas: un policier arrive enfin "après la tempête”. Christelle est très vite indignée par tant de nonchalance et de nombrilisme. Quoi il en soit le policier ne s’attarde pas sur ce cas qu’il semble juger trop banal.

Arrive alors une infirmière qui demande à Christelle la carte d'assurance de son ami. Étonnamment cette demande anodine va déclencher la suite des péripéties pour l'héroïne.

 

Christelle cherche à appeler Jordan pour qu’il lui amène la carte. Panne de téléphone. Elle part donc la chercher seule.

 

      Unnamed-5-1456079625

 

En chemin un jeune homme se permet de la mettre en garde contre le danger de se promener dans une tenue aussi sexy. Elle se perd, se fait klaxonner par les voitures qui passent, tente de demander de l'aide à un couple qui l’ignore complètement. Toute seule dans la rue, la situation n’est pas la même.

 

Enfin elle rencontre un homme sympathique qui la dépose chez Jordan. Au moment de sonner à l’interphone, elle entend des jeunes rire fort.

 

      Story222-1456161251

 

Elle regarde dans leur direction puis enlève ses chaussures à talons qu’elle serre entre ses poings. Elle utilise l'interphone pour contacter Jordan. Elle lui demande de prévenir la police en prétendant qu'elle se fait agresser. Christelle part alors dans la direction des rires.

 

      Capture_d__cran_2016-01-07___21.39.32-1452199333

 

On la retrouve un peu plus tard assise sur un banc, pleine de sang. On découvre qu’à côté d'elle l'agresseur de Raphaël est étendu sur le sol. Il ouvre les yeux. Christelle le fixe puis ferme les yeux.

 

Elle se revoit frapper l'homme au sol de toutes ses forces jusqu'à ce que quelqu’un attrape son bras pour la stopper net dans son accès de violence puis prendre le pouls du blessé et donner la main à Christelle pour l'aider à se relever.

 

Quand elle ouvre les yeux, Jordan est assis à côté d'elle le regard vide, encore sous le choc de cette violence qui a fini par aspirer son amie, il la serre dans ses bras.

 

Des sirènes de Police se rapprochent.

 

À quoi servira la collecte ?

Dans cette histoire, j’aborde essentiellement l’idée du respect et de la violence: en particulier des hommes envers les femmes (mais aussi des hommes entre eux). En 2015, soixante-dix ans après le droit de vote des femmes en France, près d’un demi siècle après la révolution sexuelle, cette forme de respect est toujours de l’ordre du concept.

 

C'est un sujet qui me tient beaucoup à coeur, et j'espère qu'il contribuera à faire changer les chose mais pour ce faire, il faut qu'il soit bien réaliser, je pense que ce film mérite un budjet à la hauteur des idées qu'il défend et cela ne peux arriver qu'avec votre inestimable soutien.

 

 

La collecte servira défrayer les acteurs et l'équipe de tournage, à la régie (repas,  boissons, hébergement...) à louer le matériel et les lieux de tournage, à acheter/louer les accessoires et si possible vue l'importance de la musique pour le film j'aimerais payer les droits d'auteurs de la musique Rebel Girl du groupe féministe, les Bikini Kill.

 

 

Budget:

 

Pour un tournage de 4 jours, une équipe de 15 personnes, 14 acteurs et 10 figurants

 

- Trajet en train et voitures: 560€

 

- Location du matériel audiovisuel: 740€

 

- Repas et boissons: 2000€

 

- Location des lieux: 300€

 

- Hébergement: 600€ 

 

- Accessoires: 400€

 

- Maquillage: 400€

 

Total: 5000€

 

 

Thumb_img_2455-1448384078
Coralie.Gaume

J'ai toujours, eu besoin de m'exprimer par l’art, avec la photographie, la peinture, la vidéo et mes scénarios. J'écris des scénarios depuis l'âge de 15 ans, rêvant de les voir à l'écran un jour. Aujourd'hui je mets tout en oeuvre pour obtenir mon diplôme de réalisatrice afin de réaliser mes longs métrages qui attendent avec impatience dans mes... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bonjour Coralie, bravo pour ton court-métrage, et bravo de vouloir faire évoluer les mentalités, c'est pas simple ! bises, Marie-Pierre