Financez notre prototype de sas de rinçage écologique des Équipements de Protection Individuelle

Large_securestia-1456425358-1456425374

Présentation détaillée du projet

Bonjour à tous,

 

Nous sommes quatre étudiantes en Master 1 Management de la Santé, de la Sécurité et de l'Environnement de Travail (MSSET) à l'Institut d'Ingénierie de la Santé (2IS) d'Amiens. Nous nous sommes lancées le défi de monter une start-up agissant pour la santé et la sécurité au travail. Notre start-up a récemment été baptisée Securestia en référence à l'anglais "secure" qui signifie "sécurité" et à la déesse grecque de la protection "Hestia".

 

logo.jpg

 

 

Notre start-up proposera un sas de rinçage écologique des Équipements de Protection Individuelle (EPI) et un service de formation sur les risques pour la santé liés à l'utilisation de produits phytosanitaires.

 

Nos connaissances en matière de santé, de sécurité au travail et notre curiosité nous ont amenées à travailler sur les risques pour la santé des agriculteurs qui utilisent des produits phytosanitaires. Nous avons recherché des informations sur ces risques et sur les moyens de s'en protéger. Nous avons découvert qu'une étude bordelaise ("Apports de l'ergotoxicologie à l'évaluation de l'efficacité réelle des EPI* devant protéger du risque phytosanitaire : de l'analyse de a contamination au processus collectif d'alerte" de Alain GARRIGOU, Isabelle BALDI et Philippe DUBUC) montrait qu'il existait une inefficacité des Équipements de Protection Individuelle (EPI) quant à la protection contre les produits phytosanitaires. En effet, les combinaisons de protection recommandées par les acteurs de la prévention ne protègent que pour des risques dans le milieu industriel et n'ont pas été prévues pour un usage en agriculture. De plus, l'étape de retrait des protections est souvent source de contamination au niveau de la peau. Pour ceux et celles d'entre vous qui ont déjà porté une combinaison de travail, il est très difficile d'y entrer ou d'en sortir sans toucher la face extérieure de celle-ci. C'est en touchant cette face externe (sans ses gants) que l'agriculteur entre en contact avec les produits phytosanitaires qui se sont déposés à la surface de la combinaison.

 

Les pesticides peuvent provoquer des allergies cutanées, des cancers et des maladies dégénératives telles que la maladie de Parkinson pour les personnes qui sont en contact régulier avec de tels produits.

 

Nous sommes donc parties de ces constatations pour créer notre sas de rinçage écologique des Équipements de Protection Individuelle (EPI*). Ce sas permet de limiter la contamination cutanée qui survient lorsque l'agriculteur retire ses protections de travail.

 

En octobre, nous nous sommes lancées dans la réalisation de la maquette de notre produit.Wp_20151113_15_40_38_pro-1456477039Actuellement notre maquette est finie mais notre idée ayant évoluée, certains éléments ne correspondent plus.Wp_20151119_17_40_38_pro-1456477569

 

Aussi nous souhaitons participer à des manifestations locales, régionales et nationales (Challenge Amiens Campus, Championnat régional puis national des start-up, Hackathon) afin de faire connaître et de développer notre produit. Pour cela, nous avons besoin de construire un prototype fonctionnel de notre dispositif et nous avons donc besoin de votre soutient financier pour l'achat de matériel.

 

Nous vous remercions chaleureusement de l'attention que vous porterez à notre projet et toute participation même minime sera appréciée.

 

Si vous souhaitez nous poser des questions sur notre projet, vous pouvez nous contacter par e-mail en cliquant sur le lien suivant : Securestia. Nous vous répondrons dans les meilleurs délais.

 

Marisa, Yohanna, Stéphanie et Morgane.

 

 

 

*EPI : Équipements de Protection Individuelle

À quoi servira la collecte ?

La collecte de ces 140 euros nous servira à acheter les différents matériaux qui composeront notre prototype. Celui-ci sera à l'échelle 1/32. Il sera composé de matériaux ordinaires (verre synthétique, acier inoxydable principalement) pour la structure et de systèmes d'arrivée et d'évacuation des eaux (PVC et cuivre). Ces matériaux seront achetés dans le commerce (magasins de bricolage et sites de vente en ligne) et ne bénéficieront pas de tarifs préférentiels (pas de grosse quantité et donc pas de réduction possible du prix unitaire d'achat). Dans un souci d'économie, nous monterons notre prototype nous même.

 

Bac 49 €

Parois 30.60 €

Portes 61.20 €

Structure et plomberie 42.65 €

Petit matériel et accessoires divers 50 €

-------------------------------------------

Total :      233.45 €

 

Nous ne demandons pas l'intégralité des 233.45 € car nous comptons financer aussi par nous même notre prototype (autant que notre budget étudiant nous le permette).

 

Si toute fois, la collecte dépassait notre attente, nous utiliserions cet argent pour l'achat de tous les matériaux et pour les futures besoins du projet (cartes de visites, flyers, goodies...)

Thumb_sam_0189-1456415770
Morgane.Diemer

Je m'appelle Morgane DIEMER, j'ai 23 ans et je suis étudiante en Master 1 Management de la Santé, de la Sécurité et de l'Environnement de Travail (MSSET) au sein de l'Institut d'Ingénierie de la Santé (2IS) d'Amiens. Je fais partie d'un groupe composé de trois autres étudiantes de la même formation. Amies dans la vie et complémentaires par nos... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Excellente idée! Bisous ma fille!
Thumb_default
Je trouve ce projet très intéressant ! Etre agriculteur est un métier difficile sans qu’en plus ils aient un risque d’attraper des maladies liées aux produits utilisés. Très bonne initiative que de se préoccuper de leur santé. Aillant rencontré des agriculteurs, ils ont souvent peu de temps et sous-estime l’aspect dangereux des produits phytosanitaires. Il est donc judicieux de vouloir les sensibiliser à ce problème et de leur proposer une solution simple, efficace et rapide pour le résoudre. Merci pour eux et merci pour nous, car n’oublions pas que les agriculteurs sont à la base de notre alimentation, et cela se ressentira dans nos assiettes ! Excellent les filles, continuez comme ça !