FannyBaridon présente

Renzu

Soutenez l'édition d'un premier roman ! Fanny Baridon, autodidacte en journalisme, vous invite à découvrir Renzu, un roman noir et addictif

Large_sans-titre-2-1447536128-1447536139

Présentation détaillée du projet

MISE A JOUR :

Je n'arrive pas à y croire et il m'a fallu quelques jours pour le réaliser mais on est arrivés à 100 % ! Tout ça grâce à vos dons ! Que vous soyez famille, amis, amis de la famille ou inconnus, je vous dois beaucoup et je n'oublierais jamais ce que vous avez fait pour moi ! Il nous reste quelques jours pour collecter encore un peu plus, je fixe un deuxième palier à 1500 euros, ce qui me permettrait d'investir dans tout ce qui est promotionnel : Un vrai système d'achat du livre par internet, de la publicité (sachant qu'une publicité dans un journal comme les Antennes coûte déjà plus de 100 euros!), support publicitaire (un stand en carton pour exposer le livre par exemple) et rajouter à vos contributions une petite surprise ! Aller, on partage, on aime la page, on sors les drapeaux à mon effigie et on agite tout ça !!! Fighting !

Pourquoi Renzu ?

 

Renzu signifie Lentille en japonais, que ce soit celle de contact ou bien celle d'un appareil photo. Mais c'est aussi le nom de mon premier ouvrage, écrit en 2012 au retour de mon voyage au Japon. Ce pays, ainsi que Delphine, qui m'y accompagnait, m'ont fortement influencée. Mon amie était photographe, j'ai pu voir à travers elle toute la passion que l'on pouvait mettre dans une photo. Avec un instantané, le moment est suspendu, immédiatement, sauvegardé dans son intégralité, chaque grain de poussière sera à jamais identique. J'ai beaucoup été inspirée par ses travaux et plus particulièrement la photographie de ce couloir lors d'une visite au manoir Asakura à Tokyo. Grâce à elle, je ressens encore le froid et le parfum de bois qui y régnait. C'était galvanisée par ces souvenirs et cette poésie que j'ai choisi de commencer Renzu

 

 

Un petit synopsis ?

 

Citation-1-1447529654

 

Kuze Reijiro, jeune photographe professionnel, a perdu l'inspiration, se contentant de commandes commerciales et délaissant sa production artistique. En proie à une muette dépression, il se rend dans un petit village pour y réaliser un travail et rencontre Syun'Ichi, jeune homme aussi beau que sauvage. Il lui faut, pour son art, pour lui. Commence alors un jeu d'influence pour savoir lequel d'entre eux détruira l'autre, entre vengeance, désir, haine et orgueil.

 

 

 

 

Qui suis-je ?

 

Je suis une jeune femme sur cette terre depuis pile poil un quart de siècle. J'écris depuis au moins treize ans, je ne sais même plus par où ça a commencé. J'écrivais sur des pages libres, je les dévorais, les noircissais, les recouvrait de mon lettrage absolument dégueulasse et j'étanchais ainsi ma soif de m'évader. Étanchée ? Pas vraiment car même aujourd'hui, je fourmille encore de projets. Les premiers "vrais romans" sont nés lorsque j'approchais de la vingtaine et ça par contre, je m'en rappelle précisément. Je me suis réveillée un matin, mon ordinateur portable au pied du lit, j'ai commencé à écrire. Seize page en tout en trois heures, d'une traite, pour me vider d'une histoire qui m’obsédait. Je n'avais pas de prétention, je voulais juste continuer à m'amuser à imaginer l'histoire d'un personnage, puis deux, puis trois etc. Finalement j'ai écrit trois cent deux pages que je ne publierais jamais. Les deux années suivantes, rebelote, un projet ambitieux mais toujours confidentiel quatre cent pages et toujours pas de fin. Après un voyage d'un mois au Japon, je sens renaître cette envie d'écrire et cette fois, d'apposer une fin au bout du projet. Mon premier vrai roman fini c'est Renzu, et j'y suis particulièrement attachée. Actuellement, j'écris toujours, mon deuxième roman en parallèle de mon travail de journaliste aux Antennes de Grenoble et d'animatrice radio sur RMG.

 

Citation-2-1447529680

 

 

Les thèmes traités :

 

Dans ce livre, il sera question d'acceptation de soi, de ses préférences, de son apparence, de ses choix. Les photographies serviront autant de thérapie que de poison à Reijiro, qui sera sans cesse ballotté entre culpabilité et envie, entre bien et mal. Par ce biais, j'aborde des thèmes aussi variés que l'homosexualité, la crise d'adolescence, la responsabilité parentale, les conséquences de la précarité ou encore le milieu de l'art. Aucun de mes personnages n'est un saint, aucun ne prétends faire les bons choix ou suivre des conseils avisés. C'est pourquoi, à mes yeux, ils sont parfaits.

 

 

Le projet :

 

Fin 2015, j'en arrive à me questionner sur ma "carrière", sur ce que je veux pour ma vie et choisis de publier Renzu, de ne plus avoir honte de ce texte, de l'assumer et enfin de le montrer au public. Confidentiel jusque là, après l'avoir confié à quelques connaissances (dont certaines issues du milieu de l'écriture) et avoir recueilli leurs critiques, je décide de me lancer. Seulement, mon salaire de bénévole rémunérée (Au sein d'un service civique) au journal Les Antennes, ne me permet pas de lancer ce projet, tout juste ai-je de quoi remplir mon réfrigérateur et comme je ne me nourris pas de livres, je décide de faire appel à votre générosité. Pour moi, ça représente énormément de choses, j'ai même du mal à l'exprimer tant chaque euro offert me touche. Je souhaitais un objectif bas, plus bas que les principaux projets de lancement éditorial, pour que ce soit à mon image, accessible, convivial et humain. 

 

 

 

 

Pourquoi ne pas se tourner vers une maison d'édition :

 

Bonne question. Je ne voulais pas donner à un éditeur l'occasion de refuser mon projet tout simplement. Sachant que seulement 5% des livres publiés par an sont dus à de nouveaux auteurs, je ne prétendrais pas faire partie de cette élite. J'avais envie de prendre en main Renzu, de veiller à la publication de A à Z (je réalise toutes les mises en pages, la communication etc) et de le donner de main à main, que ce soit en temps réel ou par la poste pour avoir la chance de remercier ceux qui me permettent d'exercer ma passion.  

 

 

Qu'est-ce que ma "Newsletter" ? 

 

En vous inscrivant à la Newsletter, vous aurez le droit, dans votre boite mail à un petit mot de ma part, de temps en temps. Son contenu ? Des photos de l'avancement pendant et après le projet, ce qui se passe  pour le livre, les retours qu'il aura, des  vidéos et surtout, un mail, après la collecte pour vous remercier et vous solliciter. Vous solliciter ? Encore ? Ne craignez rien, aucun apport pécunier ne vous sera demandé mais vous aurez la possibilité de choisir le design de la couverture du livre ! Participez vous aussi à la création du livre.

 

 

 

"Ce n'est pas mon livre, c'est notre projet.."

À quoi servira la collecte ?

Budget-1447529757

 

 

Que se passe-t-il si la collecte dépasse l'objectif ? 

 

1) Je pleure de joie

2) Je tremble de joie

3) Je commande plus de livres, 300, les devis sont déjà prévus, un second objectif  est fixé à 1500 euros !!!

Thumb_10392500_10153015207054497_447491443443558405_n-1447537524
FannyBaridon

Je suis une jeune femme sur cette terre depuis pile poil un quart de siècle. J'écris depuis au moins treize ans, je ne sais même plus par où ça a commencé. J'écrivais sur des pages libres, je les dévorais, les noircissais, les recouvrait de mon lettrage absolument dégueulasse et j'étanchais ainsi ma soif de m'évader. Étanchée ? Pas vraiment car même... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Coucou Fanny, je te souhaite plein de réussite pour ton projet, et de pouvoir écrire encore plein d'autres ouvrages ! Sophie
Thumb_moi_2
Et bien je te dis merde, tout simplement ;-)
Thumb_default
Tous mes encouragements !