Aidez-moi à financer ma résidence d'artistes en Tanzanie, en partenariat avec l'Alliance Française d’Arusha & l’Institut des Afriques d'Aquitaine

Large_visuel_laurent_valera_crowdfunding_05-1472805343-1472805350

Présentation détaillée du projet

Une légende masaï raconte que Dieu habite au sommet du Kilimandjaro. Avec un splendide filet aux mailles dorées, il capture les nuages et les jette dans le cratère du volcan, faisant jaillir l’eau des sources.

 

Cette légende m'a inspiré l’œuvre "Les glaciers du Kilimandjaro" que je vais réaliser pendant le temps de résidence (voir plus loin...).

 

Mais pour commencer un film que j'ai réalisé illustrant cette légende :

 

 

 

 

 

I - Présentation détaillée du projet :

 

 

 

 

Visuel_laurent_valera_crowdfunding_03-1473095115

 

 

 

* Les glaciers du Kilimandjaro :

 

Depuis plusieurs années, les neiges du Kilimandjaro, réputées éternelles, diminuent rapidement, laissant craindre des réactions en chaîne sur les écosystèmes des plaines qui entourent le massif volcanique. La glace et la neige qui restent au sommet du Kilimandjaro pourraient, selon les scientifiques, disparaître d'ici 20 à 50 ans...

 

Art_contemporain_fonte_neiges_kilimandjaro_tanzanie_arusha_02-1472752390

 

 

 

* L'Alliance Française d'Arusha en Tanzanie :

 

En septembre 2015 je rencontre Ally Gillar, représentant de l’Alliance Française d’Arusha, lors du vernissage de mon exposition « Eau delà de la frontière » à la Galerie MC2a Migrations Culturelles Aquitaine Afriques à Bordeaux. Une vraie rencontre se produit et je lui fais part de mon désir d’ouvrir mon travail artistique sur le thème de l’eau à un autre continent.

 

En novembre 2015, Alicia Thouy, directrice de l'Alliance Française d'Arusha en Tanzanie me propose de m’accueillir pour réaliser une création artistique sur le thème du dérèglement climatique et ses répercussions sur la disparition des glaciers du Kilimandjaro. J’accepte avec enthousiasme son offre d’une résidence d'artiste de 6 semaines qui se déroulera du 1er octobre au 14 novembre 2016.

 

L’Alliance Française d’Arusha est en mesure de m’accueillir et de prendre en charge les frais d’hébergement et de transports sur place. Toutefois le budget de l’Alliance ne permet pas d’assumer l’intégralité des frais de la résidence (billet d’avion, production artistique…). Aussi je fais le pari de parvenir à collecter grâce à votre généreux soutien la somme de 3600 euros nécessaire à ce séjour !

 

 

 

A_visuel_af_arusha-1472804276

 

 

 

* Le projet de résidence :

 

Le projet est conçu en interaction étroite avec la population, les écoles et les artistes locaux autour de la création artistique afin de sensibiliser à l’art à travers ce dérèglement. Des rencontres, des tables rondes, des ateliers participatifs et collaboratifs ainsi qu'un évènement spécifique de 3 jours seront organisés. L'ensemble se fera avec l’éclairage de scientifiques travaillant sur cette thématique.

 

L’exposition de tous les travaux issus des rencontres et de l’œuvre « Les glaciers du Kilimandjaro » aura lieu le 11 novembre 2016 à Arusha – Tanzanie.

 

Dans un deuxième temps l’installation « Les glaciers du Kilimandjaro » sera démontée puis remontée pour être présentée en Région Aquitaine avec le soutien de l’Institut des Afriques. Ainsi elle sera support pour évoquer le dérèglement climatique sous nos latitudes à travers la problématique de la fonte des glaciers pyrénéens.

 

 

Ce projet me tient particulièrement à cœur car il représente la possibilité d’une mise en perspective de mon travail en confrontation avec une autre culture, un autre continent, un autre paysage, un autre climat… mais aussi parce qu’il touche à un symbole : le Kilimandjaro, le plus haut sommet d’Afrique et de ses neiges… éternelles ?

 

L’eau est mon sujet de création depuis 5 ans. Elle m’a conduit vers la prise de conscience de sa rareté en même temps que sa valeur, de son enjeu pour la vie, de la fragilité des éco-systèmes, de l’inégalité de l’accès à la ressource. En m’aidant à me rendre au pied du plus haut sommet d’Afrique et de m’immerger dans les rencontres avec la population, les artistes, les enfants… vous me permettrez de nourrir ma réflexion, mon inspiration et ma créativité.

 

 

 

II - Calendrier du projet :

 

 

1 - Départ pour Arusha : samedi 1er octobre 2016. Départ de Bordeaux à 06h30. Arrivée à l'aéroport international du Kilimandjaro à 23h20.

 

2 - Pendant 6 semaines : je réside et travaille à Arusha. L'Alliance Française assure mon hébergement soit chez l'habitant afin d'être au plus près de la vie locale ou à la maison des hôtes de l'Alliance.

 

 

* Le travail : sensibilisation au changements climatiques et à ses répercussions sur la fonte des glaciers du Kilimandjaro et la gestion de l'eau au travers d'une approche artistique.

 

- avec les scolaires : tous les matins je vais rencontrer des scolaires qui s'initient au français en écoles primaires, collèges et lycées, publics et privés. Après présentation de mon travail artistique et des raisons de ma venue en Tanzanie, ils vont avec l'aide de leurs professeurs entamer un travail sur la thématique de la fonte des glaciers du Kilimandjaro.

 

- avec des artistes Tanzaniens : les après-midi seront consacrés à la rencontre avec des artistes tanzaniens. Nous travaillerons alors à la mise en œuvre d'une production artistique sur le thème de la résidence.

 

- travail de création artistique personnel : réalisation de l'installation "Les glaciers du Kilimandjaro".

 

 

3 -  Exposition des travaux réalisés : vendredi 11 novembre : vernissage de l'exposition des travaux que nous aurons tous réalisés à l'Alliance Française à Arusha. Le week-end qui suivra sera consacré à des échanges et des rencontres de sensibilisation à la fonte des glaciers du Kilimandjaro.

 

4 - A partir du 14 novembre : je prend la route pour 3 semaines de découverte du pays : randonnées sur le Kilimandjaro, découvertes de quelques parc nationaux mythiques (Serengueti, N'Gorongoro...), le lac Victoria... IMPORTANT : ces 3 semaines sont totalement autofinancées ! La levée de fonds de Kisskissbankbank ne financera en rien ces 3 semaines !

 

5 - Démontage et emballage des œuvres : le week-end du 3 et 4 décembre. L'installation "Les glaciers du Kilimandjaro" reviendra à Bordeaux grâce à vos dons. Effectivement 46kg sont financés dans l'appel à dons. Un maximum d'autres travaux pourrons également revenir. L'ensemble des travaux numériques (vidéos, photos...) reviendrons avec moi.

 

L'excédant de la campagne de financement aidera à faire plus que prévu (retour d'autres travaux plus conséquents) et aide complémentaire pour l'exposition du retour à Bordeaux.

 

 

6 - Retour pour Bordeaux : lundi 5 décembre. Arrivée à Bordeaux le 6 décembre à 11h45.

 

 

 

 

III - Partenaires actuels :

 

 

 

Partenaires-1472755940

 

- L'Alliance Française d'Arusha qui m'invite à venir.

 

- Oikos, ONG environnementale italienne.

 

- L'Institut des Afriques pour l'exposition retour à Bordeaux.

 

 

 

 

 

IV - L’œuvre principale que je vais réaliser grâce à vous, " Les glaciers du Kilimandjaro " :

 

 

Art_kilimanjaro_artist_contemporary-1472752494

L'installation " Les glaciers du Kilimandjaro"

 

 

La fonte des glaciers est devenue une image emblématique du réchauffement global de notre planète. La hausse des températures peut modifier la végétation qui nous entoure, mais il est très difficile de percevoir ces changements sur les paysages. En revanche, un grand glacier qui se réduit comme peau de chagrin marque davantage les esprits et fait prendre conscience de l'influence du climat sur le monde.

 

 

Le Kilimandjaro est un site emblématique de l’Afrique. Il en est le plus haut sommet (5892m). La raréfaction des chutes de neige à son sommet induis la disparition rapide de ses glaciers. Le dérèglement climatique du à la déforestation au pied du Kilimandjaro accentue également ce phénomène.

 

Au pied et sur les pentes du Kilimandjaro poussent de grands arbres, qui eux-mêmes couvent des caféiers et des bananiers. Ce système traditionnel de culture, appelé méthode Chagga, fait vivre plus d’un million de personnes. Mais dans les années 1990, le cours du café s’est effondré et les habitants se sont tournés vers le commerce du bois.

 

Des milliers d’hectares ont été arrachés, transformant des forêts entières en désert. La température a crû de trois degrés, les pluies ont diminué de 20%.

 

 

L’œuvre que je propose est inspirée d’une légende massaï qui ne pouvait que me marquer car elle traite de l'eau ! Elle raconte que Dieu habite au sommet du Kilimandjaro. Avec un splendide filet aux mailles dorées, il capture les nuages et les jette dans le cratère du volcan, ce qui fait jaillir l’eau des sources.

 

 

Cette œuvre est constituée d’un patchwork de tissus suspendu au-dessus d’un sol en terre glaise (la forme est celle du Kilimandjaro à l’envers).  Le fond du « cône » en tissu est tapissé à l’intérieur d’un revêtement isotherme.  Tous les jours quelques glaçons sont déversés dans le cône. La glace fond petit à petit est goutte au travers du tissu sur la terre. A cet endroit la glaise reste humide et ne craquelle pas. Quelques graines de végétaux des steppes tanzaniennes s’y développent comme autour d’une source, formant une petite oasis. Au-delà, la glaise se fissure progressivement se transformant en zone désertique.

 

 

 

Art_tanzania_kilimanjaro_artist_contemporary-1472753246

 

 

 

 

 

 

 

 

V - Un peu plus sur moi et mon travail sur l'eau :

 

 

C’est en 2011 que l’eau prend toute sa place dans mon travail afin de répondre à un concours pour les Talents Contemporains de la Fondation François Schneïder à Wattwiller (France). Cette fondation qui a pris corps dans les anciens ateliers des sources thermales de Wattwiller se consacre à aider des artistes plasticiens qui travaillent sur le thème de l’eau.

 

Ainsi est née l’œuvre Source de vie avec laquelle j’ai été finaliste. Je travaillais sur des anamorphoses de mots où une même structure générait deux mots : un mot ombre et un mot lumière par des jeux de miroirs. C’est progressivement que l’idée m’est venue de faire jouer à l’eau cet effet miroir et de renvoyer via des reflets l’anamorphose de « SOURCE » : « De VIE ». En laissant l’eau des gobelets s’évaporer disparait peu à peu « de vie » : plus d’eau, plus de vie.

 

 

Art_contemporain_kilimandjaro_source_de_vie-1472764525

 

 

 

Avec la vidéo Remember me !  c’est une eau mémoire et une eau lien que je mets en mouvement. Mes influences sont une combinaison entre les résultats des travaux du Professeur Luc Montagnier, prix Nobel de médecine en 2008, qui a repris et démontré les travaux de Jacques Benveniste sur la « Mémoire de l’eau » et le sentiment de connexion appelé « sentiment océanique » qui se rapporte à l'impression ou à la volonté de se ressentir en unité avec l'univers.

 

Ainsi je percevais un enchainement d’évidences : l’océan originel d’où provient le vivant, vivant porté par l’eau depuis la nuit des temps, se développant et se complexifiant, créant des structures corps qui, comme de peur de quitter cette eau-mère, emmenaient l’eau avec eux. Tout ce processus de réflexions jusqu’à visualiser le ressac incessant et immuable depuis des milliards d’années sur terre mais déjà en mouvement depuis bien plus longtemps dans l’espace et l’univers via les comètes…

 

D’où l’idée de filmer l’océan ici, chez moi dans le bordelais, en plongé et suffisamment près pour que l’image devienne courbe et donner l’illusion d’une vision de la terre vue de l’espace. L’écume devient alors au fil des images des pays, des continents ou la stratosphère parcourue de nuages… Accompagnée d’une bande son « échos du monde » qui nous donne l’impression et la capacité de pouvoir entendre l’ensemble de la vie terrienne à un instant donné cette vidéo donne à voir un monde d’eau, ou tout le vivant y serait lié et interconnecté par elle.

 

 

Eau_art_artiste_contemporain_ocean_eau_video_bordeaux_pauillac-1472764769

 

 

 

 

 

Avec les lavis de la série Toxic et O j’ai essayé de rendre la richesse, la complexité et la fragilité de l’élément eau aux travers des dernières gouttes d’eau présentes dans des verres.

 

Je me suis interrogé en observant les traces anodines d’eau après séchage des verres retournés sur les éviers de cuisine sur notre facilité d’accès à une eau potable de qualité. C’est alors que l’idée m’est venue d’associer ces dernières gouttes à une toxicité potentielle future.

 

Effectivement, comme sur une scène de crime retrouver le poison dans ces traces rondes et communes. J’ai alors dilué des produits chimiques toxiques dans de l’eau, rempli de quelques gouttes des verres avec cette eau polluée et retourné ces verres sur des feuilles de papier. Les gouttes se répandent en cercles en suivant le rebord des verres puis peu à peu les produits corrosifs utilisés attaquent la couleur des feuilles de papier. D’autres produits ont teinté les papiers blancs…

 

Peu à peu j’ai remplacé les toxiques par de la peinture diluée et mis en avant la beauté plastique et la complexité de ces traces. J’ai laissé la place à une eau belle et vivante qui mue de ses propres aspirations organisait et mélangeait les couleurs de façon extrêmement subtile et délicate. Puis j’ai utilisé des supports moins perméables et ainsi l’eau s’infiltrait et donnait naissance à une cartographie riche et complexe qui se révélait sur l’envers des supports (toiles perméables). J’ai nommé cette évolution Aspirations d’eau.

 

 

 

Art_contemporain_kilimandjaro_source_de_vie_o-1472797801

 

 

 

Art_artiste_contemporain_eau_vie_peinture_aspirations-1472804367

 

 

 

 

Pour l’installation Lumières de sirènes c’est l’horreur de ces milliers de migrants anonymes morts noyés dans la méditerranée qui est à l’origine de ce travail. Cet œuvre fait partie d’un ensemble de travaux sur le drame de l’immigration clandestine Afrique-Europe.

 

Portée par l’eau Lumières de sirènes développe deux axes de réflexion : l’accessibilité à l’eau potable et l’Europe vue comme un miroir aux alouettes.

 

Au sol le continent Africain. Il est composé de centaines de gobelets d’eau. Il est éclairé par une lampe depuis le plafond. Sur le rideau derrière des centaines de ronds lumineux. L’ensemble de ces ronds créé l’Europe. Suivent le remplissage des gobelets un reflet est projeté sur le rideau. Le continent africain au sol génère par des jeux de reflets à la surface de l’eau des gobelets le continent européen sur le rideau (même procédé technique de reflets que pour l’œuvre Source de vie). Un ventilateur balaye l’espace d’un léger courant d’air troublant la surface d’eau des gobelets. Ainsi les reflets sont à leur tour balayés d’ondes, troublés comme un mirage.

 

 

Art_contemporain_kilimandjaro_lumiere_sirenes-1472798203

 

 

 

Lien vers une partie de mes travaux sur l'eau sur mon site web.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

Afin de finaliser et financer ce projet je suis en quête de partenaires :

 

 

1 - Le budget : 3 602 €

 

La collecte se décompose comme suit :

 

- Billets d’avion A/R Bordeaux – Kilimandjaro = 740 €

- Visa de séjour en Tanzanie = 50 €

- Indemnité de vie sur place  (10 € par jour) = 420 €

- Frais de production et retour de travaux = 2200 €

- Frais de la plateforme Kisskissbankbank (5%) = 174 €

 

L’hébergement sur place, les transports locaux ainsi que la coordination de la résidence et des rencontres avec les scolaires et les artistes tanzaniens sont assurés par l’Alliance Française d’Arusha.

 

 

2 - Si le montant est dépassé ?

 

- L'excédant servira à ramener plus de travaux réalisés sur place (paiement de suppléments bagages : environs 150€ par 23kg supplémentaires).

 

- Aide supplémentaire au montage et à la production de l'exposition du retour à Bordeaux. Cette exposition se déroulera dans le cadre de la deuxième éditions de la Semaine des Afriques à Bordeaux. Cet évènement est proposé par l'Institut des Afriques de la Région Aquitaine la dernière semaine de janvier 2017. Le lieu de l'exposition est encore à définir.

 

 

3 - Les possibles :

 

Il serait formidable de pouvoir présenter cette exposition dans des villes tout au long de la vallée de la Garonne afin de sensibiliser grâce à elle au dérèglement climatique mondial, à la fonte des glaciers pyrénéens et à l'impact de cette fonte sur la ressource en eau douce ! Nous, du grand sud-ouest sommes directement concernés !

 

 

Un grand merci d’avance de votre soutien à la réalisation de ce projet  :-)

 

Thumb_01_lv_portet_02-1472728133
laurentvalera

Je suis artiste des arts visuels, installé à Bordeaux. Après un diplôme en Génie Civil j’intègre en 1998 l’École des Beaux-Arts de Bordeaux comme auditeur libre pendant 4 ans. Là je m’initie à un travail artistique et à un processus créatif, avec comme ligne conductrice le vivant et ses énergies. Ma pratique artistique se rapproche de l’art conceptuel... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bon vent, l ami!!!
Thumb_default
Bon voyage et de belles créations.....
Thumb_default
mets en plein les mirettes :-)