Participez au financement de notre documentaire pour nous aider à suivre le rêve d’Emmanuelle : participer aux Jeux Paralympiques de Rio.

Large_le_r_ve_olympique5-1454625218-1454625228

Présentation détaillée du projet

Avis aux contributeurs ! Le tournage se poursuit cette semaine à Turin, reprise de match pour Emmanuelle Mörch, suivez toute l'actualité du documentaire sur : https://tackk.com/0zcuvj

 

Le Pitch

 

Participer aux Jeux Paralympiques de Rio en septembre 2016. C’est le rêve d’Emmanuelle, paraplégique suite à un accident de snowboard.

 

La jeune femme est actuellement 25ème joueuse mondiale de tennis en fauteuil. Mais pour décrocher son ticket pour le Brésil, elle doit encore se qualifier en figurant parmi les 20 premières joueuses mondiales.

 

Pour ce faire, elle participe à des tournois aux quatre coins du monde afin de récolter les points nécessaires à sa qualification.

 

Emmanuelle-1454598974

 

 

Pourquoi ce film ?

 

Si de mon côté, je suis très motivé pour défendre ce projet, cela tient à mon histoire personnelle. J'ai toujours voulu réaliser un film consacré au tennis. Sans doute par passion pour ce sport. J’ai commencé à l’âge de cinq ans, en jouant contre un mur avec une raquette en plastique et une balle en mousse avant de rejoindre un vrai club et faire mes premières armes en tournois. C’était l’espérance forte de mon enfance, l’expérience marquante. Cela m’a appris l’intensité, une certaine exigence. C’était exaltant, mais aussi assez âpre. Des heures et des heures d’entraînement pour perfectionner un geste, une trajectoire, accroître son endurance ou encore renforcer son mental. C'est grâce au tennis que je me suis aguerri, que j'ai appris à perdre avec dignité, que j'ai connu l'émotion de la victoire.

 

Le haut niveau, c’est une compétition permanente, une lutte pour la performance. Cela m’intéressait d’en parler. Surtout que j’ai consacré une grande partie de ma vie au tennis. 25 ans, ce n’est pas rien. Et quand on écrit un film, on puise nécessairement dans ce qu’on est, dans ce qu’on a vécu et j’avais envie de revenir là-dessus.

 

Quand on parle de tennis, on pense tout de suite à Roger Federer, Novak Djokovic, Raphael Nadal ou les sœurs Williams chez les dames. Ce sont les grandes stars du circuit depuis des années. Ils collectionnent les titres et les gains. Mais derrière ces grands noms du tennis mondial, se cachent d’autres joueurs professionnels totalement méconnus du grand public. Ils sont des centaines en France à s’aligner essentiellement sur des tournois Challengers et Futures, passages obligés pour grappiller des points ATP et accéder au plus haut niveau mondial.

 

J’ai d’abord pensé à écrire un film sur ces joueurs professionnels de « l’ombre » évoluant en deuxième et troisième division professionnelles. Mais un article consacré à une jeune joueuse de tennis en fauteuil, Emmanuelle Mörch, a suscité mon attention. Paraplégique suite à un grave accident de snowboard à 18 ans, c’est grâce à son incroyable détermination qu’Emmanuelle s’est hissée à la 25ème place mondiale du tennis en fauteuil. Aujourd’hui, elle veut concrétiser un rêve : participer aux Jeux Paralympiques de Rio en 2016.  Pourquoi viser si haut ? Pourquoi ce besoin d’aller au sport de haut-niveau ? Le courage de la jeune femme m’a particulièrement ému. Où a-t-elle puisé toute cette force pour rebondir ? Cela paraît extraordinaire surtout à 18 ans. J’ai tout de suite voulu savoir qui elle était, comment elle vivait, comment elle s’est relevée de son accident et comment le tennis lui a donné goût à la vie. Je n’ai pas mis longtemps à trouver son adresse mail pour lui proposer une entrevue. Emmanuelle a accepté volontiers. Elle a particulièrement été sensible à mon passé d’ancien joueur de tennis.

 

Emmanuelle5-1454599015

 

J’ai rencontré Emmanuelle le 11 novembre 2015 dans son club à Antony. Ce jour-là, elle n’était pas seule. Elle était accompagnée de sa camarade de double, Charlotte Famin, qui est numéro un française de handi-tennis. J’ai assisté pour la première fois à une séance d’entraînement de joueuses de tennis en fauteuil. J’ai étais très surpris par leur qualité de jeu et plus particulièrement par la vitesse de leur déplacement en fauteuil. J’ai pu échanger quelques mots avec l’entraineur Jean De Saintilan. Il m’a assuré qu’Emmanuelle était sur la bonne voie pour participer aux jeux paralympiques à Rio en simple. En doubles, avec Charlotte Famin, elles pourraient même décrocher une médaille.

 

Après l’entraînement, Emmanuelle m’a proposé de manger au restaurant. J’ai bien entendu accepté. Cela m’a permis de m’immiscer, le temps d’une après-midi, dans le quotidien de la jeune sportive. Elle m’a parlé de son accident tragique, sa période de convalescence difficile, l’apprentissage d’une nouvelle vie… et sa rencontre surprenante avec le tennis. « Je n’aimais pas le tennis, je détestais ça, je ne regardais jamais Roland-Garros à la télévision » m’a-t-elle avoué avec le sourire. Et pourtant, depuis 2009, elle ne quitte plus sa raquette.

 

Rêve olympique ne sera pas le récit d’un film sur le handi-tennis. L’objectif est de permettre de mieux comprendre ce qui peut animer Emmanuelle à réaliser un défi comme celui-là : Participer aux jeux paralympiques. Cela peut même paraître « sans grand intérêt » voire marginal du point de vue de certains. C’est justement ce qui en fait un sujet intéressant : montrer qu’un rêve peut prendre n’importe quelle forme et surtout que certaines personnes osent vivre leurs rêves alors qu’une majorité rêvent leur vie.

 

Avec  Rêve olympique, je veux créer une œuvre intimiste. Je vois l’occasion de raconter une aventure humaine unique et forcément émouvante. Le film sera une plongée au cœur du défi sportif d’une jeune femme paraplégique.  Je suivrai, pas à̀ pas, le parcours sportif d’Emmanuelle jalonné de combats, de sacrifices.

Je mettrais en avant l'effort de la jeune femme. A la fois l'exaltation qu'elle éprouve à jouer, mais aussi la violence du jeu.

Imaginez donc ce que peut endurer Emmanuelle après avoir passé des heures dans son fauteuil à taper dans la balle, à prendre des virages, reculer, freiner, seulement avec la force de ses bras. Où trouve-t-elle cette énergie qui l’anime ? Où va-t-elle la puiser ? Pour répondre à ces questions, elle a une devise : « Ne jamais se laisser aller ». C’est aussi ce que je veux montrer dans le film.

Faire changer les mentalités sur le handicap est également une de mes intentions. Le regard que l’on porte sur le handicap doit évoluer. Ce film y participera. Emmanuelle se bat chaque jour pour vivre et partager la vie comme chacun d’entre nous peut le faire et même bien au-delà. Elle ne réclame aucune compassion ou attention particulière. Elle veut transmettre l’envie de se battre, la seule valeur qui lui donne envie de vivre cette vie et de se surpasser.     

 

Pawel LISIAK

 

Emmanuelle7-1454517466

  

 

En immersion

 

Rêve olympique est une percée dans l'intimité d’Emmanuelle Mörch, joueuse de tennis en fauteuil de haut niveau. Mon objectif sera de suivre la jeune femme d’avril jusque septembre 2016, le point d’aboutissement étant les jeux paralympiques de Rio (qui se dérouleront du 7 au 18 septembre 2016). Je filmerais Emmanuelle, pas seulement sur un court de tennis, lors d’un entraînement ou d’un match, mais également en dehors du court, je la suivrais dans sa vie de tous les jours, c’est-à-dire, au domicile de ses parents, lors de ses déplacements, en train ou en voiture etc.  Rêve olympique proposera une immersion dans un quotidien que l'on a peu l'habitude d'explorer. En effet, chacun d'entre nous, nous avons eu à côtoyer un jour ces personnes, dites différentes, mais nous avons eu que très exceptionnellement l’occasion de partager leur vie quotidienne. Ce documentaire sera également le portrait d’Emmanuelle. Une femme aussi forte que délicate dont la routine est de faire en toute simplicité ce que peu d'entre nous seraient capables de faire.

 

Emmanuelle8-1454518400

 

 

 

L'équipe du film

 

Pawel LISIAK Auteur - Réalisateur

 

Dès l’âge de 12 ans, j’ai commencé à réaliser des « petits films » qui étaient plus des essais que des œuvres abouties avec la caméra VHS de mon père. Plus tard, j’ai suivi mes premiers cours de cinéma au lycée en filière spécialisée audiovisuelle à Amiens où j’ai obtenu mon baccalauréat. Par la suite, j’ai décidé de m’orienter vers une école de cinéma, ESRA à Paris où j’ai choisi la section réalisation/mise en scène. Après cette école, j’ai poursuivi mes études de cinéma à l’université de Picardie Jules Verne à Amiens afin d’apporter une consistance à ma réflexion dans des domaines très divers. Après mon master 2, je me suis dirigé vers une filière professionnelle de cinéma documentaire que je poursuis toujours actuellement.

 

Pawel_lisiak-1454625574

 

 

Isabelle Vang 1ère assistante réalisatrice

 

Isabelle a travaillé deux ans au sein de la télévision locale "Lisieux TV" où elle est amenée à présenter régulièrement des reportages. En 2014, elle prête sa voix au documentaire "Les Ruines de l'espoir" qui retrace le parcours des rescapés de la bataille de Lisieux. Ce premier contact avec le monde de l'audiovisuel la pousse à poursuivre dans cette voie et en septembre 2014 elle fonde l'association Herkules Productions en collaboration avec le réalisateur Pawel Lisiak. Parallèlement à ce projet, elle travaille au développement et à la réalisation d'un documentaire sur la communauté Hmong.

 

Profil-isabelle-tt-width-306-height-630-fill-0-crop-1-1454625980

 

 

À quoi servira la collecte ?

Combien coûte le film ?

 

Nous avons décidé de faire un film destiné à un public très large, dans le monde entier. De sortir du cercle des convaincus pour avoir le maximum d'impact.

 

Nous avons donc besoin de moyens à la hauteur de notre ambition.

 

Le film devrait coûter aux alentours de 20 000 euros.  Il nous manque aujourd'hui la moitié du budget ! 

 

Les 2 000 euros de la collecte nous permettront de suivre Emmanuelle lors des jeux paralympiques au Brésil à Rio (Jeux paralympiques 2016). Suivant le succès de la collecte, nous envisageons de voyager dans différents pays afin de suivre Emmanuelle lors des tournois.

 

Je serais accompagné d'une équipe de tournage opérationnelle mais réduite pour optimiser les coûts, pour enfin commencer le tournage.

 

Les jeux paralympiques approchent à grands pas ! Il devient urgent pour nous de finaliser notre projet !

 

LES 2000 EUROS DE LA COLLECTE SERVIRONT :

 

Pour le tournage à  Rio au Brésil  (transports, hébergement hôtel, repas, location du matériel de tournage)

 

 

SI NOUS DÉPASSONS LES 2 000 EUROS, AVEC 4000 EUROS 

 

En plus de Rio, nous pourrions accompagner Emmanuelle dans d'autres tournois en Europe. 

 

 

AVEC 10 000 EUROS

 

Nous pourrions suivre Emmanuelle sur tous les tournois de l'année 2016 en plus de Rio.

 

 

 

 

 

 

Merci, merci merci.... à vous tous et à Kisskissbankbank qui donne l'occasion aux créateurs de projets de solliciter le soutien du public au delà des tendances imposées! 

Thumb_pawel_lisiak-1454521861
herkulesproductions

Dès l’âge de 12 ans, j’ai commencé à réaliser des « petits films » qui étaient plus des essais que des œuvres abouties avec la caméra VHS de mon père. Plus tard, j’ai suivi mes premiers cours de cinéma au lycée en filière spécialisée audiovisuelle à Amiens où j’ai obtenu mon baccalauréat. Par la suite, j’ai décidé de m’orienter vers une école de cinéma,... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Emmanuelle est une personne incroyable, et extrêmement motivante ! Je vous souhaite pleins de bonnes choses pour le tournage !
Thumb_default
Emmanuelle, j'admire ton courage et ta détermination! En espérant que ton rêve olympique se réalise, bonne continuation!
Thumb_default
Préparez vous à voyager