Rêvons rue, c'est le 9 juin 2012 ! De la place de la République à la place Ste Marthe, un spectacle déambulatoire réunissant les 200 personnes l'ayant conçu, réjouira les rues de Paris. Une mixité d'expressions artistiques contemporaines à visée citoyenne et chaleureuse, insolite et festive, se côtoieront pour habiter autrement la ville.

Large_visuel_kisskissbankbank-1

The project

Rêvons Rue est le premier temps fort du réseau de La Fabrique des Impossibles, après 2 ans d'existence ! Cette déambulation ne sera que la partie « visible » de l’iceberg, la présentation du projet construit depuis plus d’un an dans différents quartiers de Paris et villes de banlieue.

Pendant des mois, des habitants de la région parisienne, curieux, bavards, rêveurs, avides de découvertes et de rencontres, artistes, bricoleurs.... ont créé des partenariats permettant l’expression citoyenne via la création artistique. Des équipes artistiques et des structures locales (aujourd'hui une vingtaine) œuvrant dans divers domaines se sont mis en réseau et ont mutualisé leurs rêves, leurs outils, leurs compétences, afin de proposer des ateliers gratuits et ouverts à tous (chorégraphie, théâtre, photographie, écriture, arts plastiques...).



Atelier mouvement, le 10/03/12. Des artistes de La Zinneke Parade de Bruxelles (www.zinneke.org), sont venus partager leur expérience de la création participative pour l'espace public, avec les artistes et participants engagés dans le projet Rêvons Rue, autour d'un atelier de mouvement et de construction monumentale. Ce week-end est l'un des temps de collaboration que nous avons régulièrement avec d'autres projets européens.

 

 

 Il a semblé évident et important de faire naître du fruit de ces ateliers, un projet émanant de l’ensemble du collectif. Rêvons Rue, c’est précisément le moment où ce projet collectif artistique sera présenté dans l’espace public. Cette initiative, riche d'énergies humaines, reste pauvre en moyens matériels : nous privilégions la récup', les échanges de service, et les bonnes volontés des nombreuses personnes convaincues de la nécessité de nos actions.


Or, le projet a pris aujourd'hui une ampleur innattendue qui nécessite des moyens financiers qui permettront de valoriser au mieux le spectacle du 9 juin.  Avant ça, La Fabrique des Impossibles propose des temps festifs et conviviaux... mais aussi, des rendez-vous d’échanges autour de thématiques qui nous concernent tous, pour imaginer des collaborations alternatives, déconstruire les schémas officiels du fonctionnement administraif, du fonctionnement des territoires, des circulations entre les territoires, des relations inter-professionnelles et des échanges culturels.


                  

 

Atelier construction, le 10/03/12

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous pouvez retrouver toutes les informations sur le projet Rêvons Rue (quartiers participants, la déambulation du 9 juin, les ateliers…) sur notre site et blog : http://www.lafabriquedesimpossibles.com/

 

Qui suis-je ?

Au commencement, nous étions 3 étudiantes fraîchement salariées. Suite à diverses expériences personnelles et professionnelles en France et en Europe, suite à de nombreuses rencontres ici et là, nous avions senti l'intérêt, le besoin, de proposer de nouveaux espaces de réflexion et de création collectives. A l'heure où nous ne cessons les progrès en terme de communication technologique, nous ne prenons plus suffisamment soin des relations humaines, sur nos territoires de vie. Les arts nous sont apparus comme un levier de partage et d'échange particulièrement porteurs.

Notre projet est donc né d'une envie un peu folle, que notre jeunesse insouciante mais clairvoyante nous a permis d'entreprendre : construire un projet culturel sans concept de départ, avec de simples objectifs 

- re-penser les schémas traditionnels de fonctionnement de notre société ( détricoter "les barrières" de la création en privilégiant la création participative, favoriser la mutualisation à tous niveaux, décloisonner les discilplines et les domaines de compétences, déconstruire les frontières géographiques des territoires adlinistratifs)

- travailler et collaborer en réseau, de façon horizontale et non pyramidale

- ne pas contraindre la création à tous prix 

- agir autour de la nécessité de ré-appropriation de nos espaces publics (sans couleur militante précise: en tant que citoyen avant tout, dans un esprit convivial, tolérant, et dans l'optique de "bousculer" sans provoquer)

Aujourd'hui, notre association compte environ 20 membres actifs*, une centaine d'adhérents, une quinzaine d'artistes de métier, une dizaine de structures partenaires, et 10 projets de création réunissant environ 200 habitants de Paris et de plusieurs villes de banlieue.

* Notre association est composée d'une bande de joyeux lurons très organisés, qui à force d'énergie et de bonne humeur pourrait vous décrocher la lune...

Nous sommes tous mobilisés bénévolement autour du projet. Chacun d'entre nous apporte sa pierre à l'édifice avec ses envies et compétences. 

A la coordination, Jules, Mélanie, Lucile, Caroline, Camille, Djim, Lola, Bertrand... A la communication, Manu, Anne Cha', Chloé, Sylvain et Alison, à la recherche de partenaires financiers et échanges de services, Pierre, Aude, Stéphanie, Anne, Sabine... A la technique, Michaël, Léna, Fabrice... A la photo, Sophie et Laurent. A la cuisine pour nos soirées de soutien, Antoine !!!!!

 

C'est nous ! En pleine préparation de notre dernière fête de soutien le 16 mars 2012.

Why fund it?

- Achat de matériaux et d'outils (pour les constructions monumentales du spectacle) : 300 euros

- Réalisation et impression de documents de communication : 100 euros

- Location de matériel pour l'organisation et l'encadrement de la journée du 9 juin : 250 euros

 

 

Déambulation test dans les rues de St Ouen, le 11/03/12