Qui est Richard Lindner, l'artiste qui réunit Andy Warhol, les Beatles et Jean-Paul Gaultier ? Un film. De Hanovre à New York. Avec vous ?

Large_couv_orange_lindner-1418634718

Présentation détaillée du projet

P1240825-1418058803

 

Peintre américain, d’origine allemande, loué par Andy Warhol ou Roy Lichtenstein, Richard Lindner (1901-1978) est considéré comme le « père spirituel du Pop Art. »

 

The-beatles-sgt-peppers-lonely-hearts-club-band-box-set-itunes-1967-1418062555  Pochette_sergent_peppers-1418047712

 

Si vous ne connaissez pas ses peintures, en revanche vous avez certainement dû apercevoir son visage dans votre discothèque !…Sur la pochette de l’album mythique des Beatles  Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band. Conçue et réalisée par l'artiste, Peter Blake, en 1967, elle est sans doute la plus célèbre de l'histoire de la musique et se présente comme un véritable "portrait de famille" où apparaissent les personnages à qui les Beatles veulent rendre hommage, "sans qui les Beatles n'auraient pas été les Beatles", d’après la note inscrite à l’intérieur de l’album.

                                                                   

622x350-1418058871   Prada-ss-2014-campaign-steven-meisel-7-1418145850

 

Il sera une source d'inspiration pour Jean-Paul Gaultier qui le met explicitement à l'honneur dans sa collection Les Rap'pieuses en 1990. Plus récemment, le défilé Prada, printemps-été 2014 fait référence à l'oeuvre de Lindner.

 

 

Mais qui est Richard Lindner ?

 

Richard Lindner a construit une œuvre riche et dérangeante, exposée dans le monde entier mais qui reste néanmoins, assez peu connue du grand public.

 

 The_meeting-1418059660    

 

Le projet Richard Lindner est né de cette constatation paradoxale et aussi d’une envie de retracer l’histoire emblématique d’une génération, une histoire qui commence en Allemagne et se poursuit par-delà l’Atlantique.

 

Exilé de son pays natal, Lindner arrive à New York en 1941. Cet écartèlement entre deux mondes sera au centre de son œuvre, l’inspiration provenant du déracinement même. Aussi, toute sa vie il restera un « go between », un promeneur entre sa nouvelle patrie, les Etats-Unis, et ses origines en Europe.

 

Né à Hambourg en 1901 et mort à New York en 1978, Richard Lindner commence sa carrière en Allemagne comme illustrateur et caricaturiste dans la lignée de George Grosz ou d’Otto Dix, réalisant des affiches de cinéma et des illustrations pour des magazines.

 

Juif de Nuremberg, il fuit l’Allemagne nazie et s’installe à Paris. En 1941, il quitte la France pour l’Amérique où il obtient en 1948 la nationalité américaine. Exilé à New York, il commence à peindre au lendemain d’une des périodes les plus troubles de l’histoire. Ce sentiment instinctif de liberté ne le quittera plus.

 

A la scène culturelle européenne se superpose désormais le spectacle prosaïque de la rue. C’est dans cette jungle urbaine qu’il crée son œuvre, traversée de ses influences culturelles et de ses obsessions intimes, transformant le spectacle de la ville moderne en tableau de l’aliénation existentielle : la femme corsetée, fardée, provocante et dominatrice ; les personnages issus de la pègre ; les couples désunis.

 

                              The-street-1963-1418062735

 

A partir des années soixante, Lindner trouve son style et excelle sur de grands formats avec des couleurs vives et transparentes. Il acquiert une place à part dans le monde de l’art new-yorkais avec de spectaculaires compositions dans lesquelles il transforme des icônes de la culture de masse – Disneyland, Marylin Monroe ou des superstars du rock – en emblèmes complexes du vide. 

 

42nd-street-1418062792     F-b-i-on-east69th-street-1418062814  

Richard-lindner-marilyn-was-here1967-1418146561

 

Nourrie des enseignes publicitaires et du graphisme journalistique, nul doute que son esthétique aux couleurs vives voire flashantes et très plastiques, ait influencé un mouvement artistique tel que le Pop Art. L’admiration que lui vouaient, Andy Warhol et Robert Indiana, Roy Lichtenstein et James Rosenquist, Jim Dine et Hans Namuth fut sans contexte incitative de la révolution Pop.

Très apprécié d’une certaine jeunesse contestataire, Lindner a entretenu un lien fort avec les jeunes générations du fait d’avoir parfaitement intégré la société contemporaine au sein de sa réflexion.

 

Richard-lindner-miss-american-indian1970-1418146684

 

Une partie de l’art de Lindner va devenir un art vestimentaire. Il utilise et décline toutes les pièces typiques des vêtements à la mode, en montrant les affinités de ceux-ci avec le cirque. Les cheveux de toutes les couleurs arborés par les punks, les fermetures éclairs, sont directement empruntés au système de représentation suggéré dans ses tableaux. La peinture de Lindner crée la mode.

 

Richard-lindner-corsage1971-1418146778

 

En 1990, Jean-Paul Gaultier témoigne son admiration pour Lindner dans une collection intitulée Les Rap'pieuses, inspirée pour le graphisme et les couleurs vives de l’œuvre du peintre. Le couturier reprend en effet le motif de la femme corsetée, figure privilégiée de l’imaginaire de Lindner, inspirée des patrons et corsets qu'il a vus dans son enfance, à travers le trou de la serrure, dans le magasin de sa mère.

 

Nourri de témoignages de spécialistes de l’œuvre de Lindner, le film s’efforcera de faire le lien entre le peintre et l’homme en s’appuyant sur les archives de l'artiste : photos, films d'époque et collections d'objets personnels qui ont contribué à forgé son univers artistique.

 

La première étape de notre tournage va nous conduire à Hanovre, où la Fondation Ahlers Pro Arte organise, à partir de février 2015, la plus importante rétrospective de l'œuvre de Richard Lindner, depuis ces dix dernières années.

Puis, la majeure partie du film sera réalisée à Paris, au printemps 2015.

 

Enfin, nous nous rendrons à New York, sur les traces des lieux emblématiques  qui on été le support fétiche de l’artiste : le magasin Macy's ; Times Square ; les rues de Manhattan,...

 

Ainsi, Richard Lindner se propose de retracer l’histoire et l’influence de cet artiste majeur du XX° siècle, à la fois héritier et passeur, avec ses incessants rebondissements marqués par le passage de l’Europe à l’Amérique.

 

La réalisatrice, Maryline Moine, a débuté comme programmatrice et productrice à la télévision et à la radio. Plus tard, elle a développé la collection DVD du Musée du Luxembourg. En 2011, elle écrit et coréalise avec Christian Guyonnet, METABILAL, consacré à l’œuvre de l'artiste Enki Bilal.

Richard Lindner est son second film.

 

Liste_des_ilustrations-1418404600

 

À quoi servira la collecte ?

Au début du mois de février 2015, aura lieu à Hanovre l'une des plus grandes rétrospectives de l'oeuvre de Richard Lindner.

 

En attendant de boucler le financement du film (en cours), nous ne pouvons pas manquer cet évènement rare, qui nous permettra de filmer les toiles de Lindner rarement réunies, rarement exposées. 

Nous rencontrerons des spécialistes et des amoureux de son oeuvre, recueillerons les impressions brutes des visiteurs.

 

Nous avons besoin de votre aide pour financer :

- le tournage à Paris (une journée) du départ de certaines oeuvres de Richard Lindner,

- le déplacement à Hanovre de la réalisatrice et de son équipe (un cadreur, un preneur de son, un chargé de production), durant deux jours,

- le tournage de l'accrochage et du vernissage de l'exposition "Richard Lindner - Gross Stadt Zirkus"

 

 

 

Le budget nécessaire se répartit entre

- les salaires et charges sociales du cadreur et de l'ingénieur du son : 2 300 €

- les frais de déplacement et d'hébergement : 2 700 €

- les moyens techniques image et son : 1 800 €

 

Et si l'objectif est dépassé ?

Vos généreuses contributions serviront à promouvoir le projet, auprès des coproducteurs et partenaires que nous cherchons en Allemagne et aux Etats-Unis.

 

Et bien sur, on vous donnera des nouvelles de notre parcours.

Thumb_capture_d_e_cran_2014-12-09_a__09.52.49-1418115210
Making On

MAKING ON, créée en 2008 par Laurent Combelles et Géraldine Ioos-Combelles développe différents projets de fictions et documentaires, tout en assurant de nombreuses productions exécutives, captations et productions de films institutionnels. Laurent, c'est l'homme de terrain... de tous les terrains, grâce à sa longue expérience en direction de... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
May the force be with you
Thumb_default
Chère Maryline, Je te souhaite une merveilleuse année! Que santé, joie, rires, sérénité et la réussite de ton projet t'accompagnent tout au long de 2015. A très vite. je t'embrasse. Gisèle
Thumb_018_-_version_3
Superbe projet ! À la hauteur de ceux déjà engagés par Géraldine Ioos Combell, exigeant, et qui excite la curiosité ! Bravo et bonne chance !