Plus possible de rester immobile face aux drames migratoires aux portes européennes. AIDEZ MOI à créer ce témoignage ... FINANCEZ LE ...

Large_kiss_kiss_2-1441629139-1441629151

Présentation détaillée du projet

 

"Je suis humain. Rien de ce qui est humain ne peut m'être étranger" (Terence)

 

Je suis photographe professionnel. Photojournaliste. Et je suis avant tout un être humain, un habitant comme vous de cette planète Terre.

 

Ma biographie et moi dans la presse....

http://www.traces-sensibles.fr/bio-presse/

 

Zoom-1441629584

 

L'histoire des Hommes est jalonnée de ces drames, de ces gens jetés sur les routes, de toutes ces guerres où ce sont toujours les civils qui paient la facture au prix fort. Des femmes, des enfants, des hommes et des animaux. Le cortège funèbre de toutes les oppressions, des dos courbés, des regards dans le vide, de toutes ces vies qu'on oublie, qui se brisent, qui ne verront jamais plus le soleil.

 

Ce qui se passe aux portes de l'Europe est intolérable. Comment peut on, humainement, laisser mourir des gens qui fuient la guerre, la répression là, devant nos frontières ? Comment ne pas porter assistance à des mains qui se tendent ? Nous habitons la même terre, il n'y en a pas deux. Nous respirons le même air. Nous avons tous les mêmes regards. Nous sommes tous humains.

 

Ce cliché du corps du petit syrien rejeté sur la plage et recueilli par un humanitaire turc n'a pas été le déclencheur de ma démarche. J'avais pris conscience bien avant de ce qui pouvait se jouer là, à nos frontières. Il y a bien longtemps que je fréquente le milieu noir, j'aime ces gens et j'aime l'Afrique. Depuis toujours. Et quand on est à l'intérieur, on ressent avec eux ce qui se passe, ce qu'ils pensent ; on comprend mieux et totalement ce qu'ils peuvent ressentir face à une société raciste, même si elle ne l'est pas forcément ouvertement malgré cette parole libérée, décomplexés,  que le Front National "autorise" ici en France. Le fossé est grand, trop grand. Et on a l'impression confuse et funeste que l'on ne fait pas grand chose pour que la chose évolue, bien au contraire même.

 

Les images médiatiques défilent. Elles nous emplissent la tête, les oreilles. Sans recul. La crise est partout, elle nous englue dans notre routine, notre quotidien. Nos propres difficultés. Nos propres situations. Générant le rejet de l'Autre, le besoin de trouver un bouc émissaire, attisant le feu du racisme, de la haine. Et le creusement de ce fossé encore plus profond entre nous tous.

Je pense qu'il faut que nous retrouvions tous le sens des priorités, que nous replacions enfin l'Humain au centre de ce que nous voulons comme société, celle ci et celle dans laquelle vivrons nos enfants. Il n'est que temps que nous redevenions frères, en tout cas que nous fassions tout pour favoriser cette possibilité, cette urgence.

 

Ma démarche est simple : donner la parole à ceux qui ne l'ont pas. Donner une image à ceux qui n'en ont plus. Montrer la réalité telle que on ne la voit jamais, la réalité par celles et ceux qui la font et par par le récit de tel ou tel journaliste. Montrer et laisser la parole comme je peux le faire dans d'autres projets photographiques, tels que "La Diaspora Noire en France et dans le Monde" ou "Gens des cités et des banlieues" Des gens qui finissent par ne plus parler qu'entre eux, qui finissent  par nous voir comme des ennemis avec les stéréotypes les plus éculés ; exactement comme nous, nous pouvons les voir ou plutot les "imaginer". 

 

Un livre peut changer une vie. Les mots peuvent encore changer le Monde. Une photographie peut encore, je le crois, avoir ce pouvoir. Une photographie avec quelques mots, les leurs. En combinant les deux, les photographies dans un livre on peut encore aller loin, faire changer les mentalités, aplanir les incompréhensions et les défiances et au bout du compte restaurer une unité humaine. 

 

Et S'ENTRAIDER, c'est cela qui nous sauvera. TOUTES et TOUS

 

 

Je souhaite donc aller auprès de ces personnes. Je souhaite leur donner la parole, leur redonner une image. Je souhaite aussi leur tendre la main, être avec eux pour leur dire : "Nous sommes ensemble"

À quoi servira la collecte ?

La collecte servira uniquement à ces choses essentielles et simples :

 

    - Paiement du voyage aller-retour jusqu'en Sicile, par ferrie en classe normale.

          

           TOULON - CORSE  240 euros aller retour, environ

            CORSE - ITALIE   100 euros aller retour, environ           

            ITALIE - LAMPEDUSA   100 euros aller retour, environ

 

 

    - Paiement de l'hébergement sur place, je compte rester une quinzaine de jours.

             

            HOTEL sur LAMPEDUSA    1000 euros, environ      

   

    - Paiement de la nourriture sur place et pendant les voyages             

 

                  Environ 600 euros

   

  - Paiement du tirage des photographies

 

      Dependant du nombre de photographies effectuées, du format de celles ci et de celles retenues   

                 Environ 300 euros

   

 - Achat de quelques accessoires photographiques 

 

            Il va s'agir de cartes mémoires, flashs supplementaires, un objectif, batteries.

         

                 Environ 800 euros   

 

 - Voyage en Suisse pour présenter mes photographies à l'éditeur du livre  

 

               Deux/trois jours sur place  voyage compris environ 800 euros

 

    Chaque dépense fera l'objet d'une facture, vérifiable et transparente.

 

 

Si la collecte rapporte PLUS que le montant prévu j'essaierai UNE de ces trois possibilités :

                                         

 

                                  - Un nouveau voyage, vers un lieu différent pour rencontrer d'autres réfugiés avec à la clef un deuxieme livre

 

                                   - Un reportage ici en France et en Europe sur vous toutes et tous qui avez accueilli tous ces gens, d'une manière ou d'une autre

 

                                  - 

Thumb_20140616_1_2_3_1_1_obj6658933_1-1441480928
Traces sensibles

Photographe profesionnel depuis 1998. Né en 1966, à Nairobi, capitale du Kenya. Part à 20 ans à Paris. Commence des études de cinéma à l'Ecole Supérieure d'Etudes Cinématographiques, où il suit des cours d'histoire du cinéma, du documentaire, des cours techniques en optique et en son, ainsi que dans le domaine de l'image,en sort diplômé en... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Olivier, ma participation est modeste mais proportionnelle à mes moyens. J’espère néanmoins que tu réussiras dans ton projet et que beaucoup d'autres comme moi y participeront. Ce sont les petits ruisseaux qui font les grandes rivières. Michel.
Thumb_default
belle initiative
Thumb_20140616_1_2_3_1_1_obj6658933_1-1441480928
PLUS QUE JAMAIS URGENCE à aller sur PLACE pour ramener de VRAIES images ASSEZ d'images détournées, servant le RACISME et le REJET de l'autre AIDEZ MOI à aller à la rencontre des réfugiés et des migrants