Un court métrage auto-produit. Une histoire envoûtante, un sujet actuel, une équipe motivée. Nous avons besoin de vous pour le réaliser !

Large_rnna_moodboard_2_-_copie-1484820830-1484820841

Présentation détaillée du projet

 

                  C’est un film en hommage à celle que j’ai vue brièvement lors d’un repérage, avant même la finalisation de l’écriture du film, à celle dont je ne connais même pas le prénom. Difficile de ne pas se rappeler son visage souffrant, sous la tente du campement... Je n’ai pas osé lui demander ce qu’elle avait, j’ai seulement dit : « ça va ? », et timidement elle a répondu « Oui, Dieu merci ».

 

 

Bannie_re_test_4__-_copie-1484651909

 

    

 

     Miram, 32 ans, à la recherche d’une partie d’elle-même, traverse deux grands déserts africains, la mer Méditerranée, l’Italie, et la France pour tenter d’arriver de l’autre côté de la Manche. Elle atterrit  dans un campement de migrants à 60 kilomètres de Calais, et chaque soir elle essaie de monter clandestinement dans l’un des camions en partance dans un ferry pour l’Angleterre. Tentatives de nuit, alimentées par l’espoir nourri le jour. Un quotidien, marqué à la fois par le froid partagé sous les murs déchirés des tentes et l’humidité de la forêt alentour, et par une cohabitation particulière entre les migrants, où s’entremêlent attachement et détachement. Mais Miram n’a pas de temps à perdre, ni l’envie de s’attacher à quoi que ce soit ici. Périple justifié, comme les sacrifices qui s'en suivent, elle est prête à tout pour arriver à retrouver son petit de 4 ans, enlevé par son ex-mari et emmené de force avec lui sur le chemin des migrants... vers l’Europe.

 

 

 

Bannie_re_test_4__-_copie-1484652231

 

   

   

      Penser la migration dans le cinéma, et partager avec le spectateur un certain point de vue, ni jugeant, ni culpabilisant, pour quiconque, telle est ma motivation avec ce projet. C’est un dévoilement cinématographique de certains aspects de la migration irrégulière, mais qui ne se veut pas un témoignage direct, quand bien même je veux raconter l’histoire d’une personne en particulier, venue en France pour un but bien précis.

 

Il ne s’agit pas d’un film sur la « misère » des migrants mais bien sur leur vitalité, leur capacité à s’adapter, et le combat pour la vie qu’ils mènent là où ils débarquent. Ce n’est pas du noir, ni du blanc, plutôt du gris... et bien d’autres couleurs encore.

 

Le film raconte une période de vie qui n’a rien de banal, car elle expose les dimensions de la fragilité humaine confrontée aux impératifs survenus dans un parcours de vie. Nous accompagnons la force et les faiblesses de Miram, explorons les dimensions de sa persévérance, et racontons les conséquences de sa situation d'infortune. Nous nous retrouvons face à ses jours et ses nuits, marqués par la détermination, l’effort, le doute, l’attente, la précarité et l’acceptation. Nous plongeons tout simplement dans l’évidence de son combat. Cette jeune femme, dénuée par moments de parole et d’action, reste dépositaire de son objectif, forte de l’instinct maternel et de l’espoir qui la maintient en vie, presque. En effet, les multiples rebondissements ne semblent pas l’affaiblir, bien au contraire, malgré une mémoire marquée par le périple déjà enduré. Elle et ses camarades du campement, comment parviennent-ils à se ressourcer ? Les traits sont un peu fatigués, mais les yeux brillent. C'est de l'autodérision, de la dédramatisation, cette force de continuer et de garder espoir ! Ils sont confrontés à une réalité synonyme d’aventure plus qu’autre chose, et dans cette aventure ils restent ouverts aux rencontres.

 

Nous abordons un sujet difficile certes, simple à observer, et surtout envoûtant par ses dimensions humaines. Le film est un regard sur la vie, où les Hommes ne sont pas tous égaux malheureusement, mais doivent avoir le même droit d’espérer et de tenter. Un regard sur la vie, celle qui nous entoure, dans laquelle certains sont prêts à s’entretuer pour acquérir une légère couette pour dormir dans la rue.

 

 

Bannie_re_test_4__-_copie-1486035871

 

 

 

Rnna_moodboard_2-1484765444

 

 

 

 

 

                                    Univers cinématographique

 

 

                * Les décors du film :

 

Nos 2 principaux décors sont :

 

-  Un campement de migrants qu’on va construire et mettre en place dans une forêt.

-  La ville de Calais : la plage, le port etc.

 

 

 Moodboard_adonis-1486034421

 

                * Les lieux et leur rôle dramatique :

 

La nature est un élément important dans le film. Plus de la moitié du récit se passe dans un cadre naturel en plein forêt où se trouve le campement des migrants. C’est un lieu qui est censé être ouvert puisqu’il se trouve dans l’immensité de la forêt, mais aucun des deux ne parait ainsi dans le film. La complexité de la situation dévore une bonne partie de l’espace, c’est pourquoi le cadrage est serré, accentuant de la sorte une atmosphère d’emprisonnement. C’est le paradoxe de la nature étouffante que nous souhaitons refléter. Néanmoins, il y a des doux moments de rencontre entre le personnage principal et les paysages qui l’entourent, une forme de symbiose entre les deux mères : Miram et la Terre-mère. La nature joue donc un double rôle dans le film, tantôt imposante, tantôt accompagnatrice.  

C’est dans le décor de la ville de Calais qu’apparait la confrontation de deux univers : le nord et le sud. Les prises de vue sont plus larges afin d’illustrer la « minime » place qu’occupe Miram dans cette ville et sa situation inconfortable. 

 

 

10479098_10152720124235339_1393983618489331000_o2-1485004650

 

 

                 * Action et caméra

 

Le rythme de l’action est à l’image de l'effervescence de Miram dans sa quête. La caméra, à l’épaule en général, sera proche d’elle et mettra en scène ses émotions. Dans l’arrière-plan, se déroule le quotidien des habitants du campement. Le principe est de regarder ce qui peut être vu, réellement, en évitant d’en faire un spectacle et le montrer frontalement. Quelques arrêts volontairement insistants et dispersés sur le cadre dans lequel se déroule le récit, sont bien là.  

 

 

                  * Couleurs et lumière

 

La lumière dans le film traduit l’univers du personnage principal là où il se retrouve à chaque fois. Le but n’étant pas d’avoir un éclairage qui flatte l’œil du spectateur, mais plutôt qui va de pair avec la situation et l’expression du récit. A l’intérieur des tentes, l’éclairage oscille entre le clair-obscure, tout comme la tonalité psychologique des personnages (espoir et coup de mou). L’atmosphère dans le campement est assez lourde, l’attente rend les couleurs fades, celles des habits, du décor etc. Une symbolique de l’effacement, reflétée aussi par l’aspect brumeux, vivement sollicité dans les plans extérieurs, où la lumière naturelle est privilégiée en grande partie. 

 

 

Img_0100-1485004815

 

 

                 * La musique

 

Miram est étrangère par rapport aux lieux où elle se retrouve, la musique utilisée dans le film lui est aussi étrangère. Des extraits de chansons et des morceaux de musique qui ne lui ressemblent pas et n’ont aucun lien avec ses origines. Elle qui vient de l’Afrique, nous lui consacrons plutôt des morceaux occidentaux.  Le défis d’accompagner un personnage avec des airs en rapport plutôt avec les lieux de l’action qu’avec lui, tout en véhiculant l’émotion voulue.

 

 

Calais-mairie-1485004905

 

 

                                      Références artistiques:

 

Moodboard_adonis2-1486035751

 

 

 

                                     A propos du scénario

 

« Ce film relate à sa manière le fléau actuel de l'immigration, non dénué de sens car chaque compagnon de route de Miram subsiste grâce à une motivation qui lui est propre. Que ça soit la recherche d'un eldorado imaginaire, d'une vie meilleure ou encore d'un être cher, le plus important est d’y croire. Pour Miram, entre le froid, la mise en danger de sa propre vie, l'abnégation complète, et la dénaturation de son corps de femme, sa raison est là : pouvoir serrer à nouveau son enfant dans ses bras ».  Gratia Mahop

 

 

 

 

Bannie_re_test_4__-_copie-1484667127

 

 

Gratia Mahop - Miram

 

Gratia_mahop_1-1484667659

 

 

Passionnée par le jeu d'acteur depuis mon jeune âge, je m'y suis investie réellement il y a 3 ans. J'ai joué notamment dans deux longs métrages, "Fastlife" de Thomas Nguidjol, puis dans "Toute première fois" de Noémie Saglio et Maxime Govare avec Laurent LAFITTE de la Comédie française, et dernièrement dans une série policière "Emma" diffusée sur TF1.

 

 

Cynthia Saint-Fleur - Neny

 

 Cynthia_saint-fleur__15_-1484667691

 

Comédienne qui vient de la scène, formée au conservatoire, j'ai joué dans une quinzaine de pièces classiques et contemporaines et j'étais dernièrement à l’affiche des Monologues du vagin d’Eve Ensler. Face à la caméra, vous me retrouvez dans la Saison 2 des Témoins, série réalisée par Hervé Hadmar. Ayant eu un véritable coup de cœur pour le scenario et particulièrement sensible à la cause des migrants de par diverses expériences personnelles et familiales, j'incarnerai l'un des personnages principaux de "Rien ne nous arrivera".

 

 

Clara Couturet - Aatifa

 

10-1484667908

 

Née en 1996 à Addis-Abeba en Ethiopie, j’ai commencé le théâtre en 2014 en intégrant  le laboratoire de l’acteur à Paris. J’ai joué dans le film de Kamal Robinson, Benoit Magne ainsi que dans le film de Nicola Trame.

 

 

 

Bannie_re_test_4__-_copie-1484668012

 

 

Team_complete-split2-1485964203

 

Emna Najjar – Réalisatrice

 

Emna_najjar-1484697546

 

Journaliste, passionnée de cinéma. Après une thèse en sciences de l’information et de la communication, je suis revenue à ma passion, en suivant des formations en réalisation et en écriture de scénario. J’ai réalisé un premier court métrage « Miel Amer » qui a participé aux journées cinématographiques de Carthage en 2014. J’écris beaucoup, ça reste sur le bureau, pas de subventions, mais là je vais essayer de faire bouger les choses... plus plus, en m’adressant à vous et en sollicitant votre soutien.

 

Bande annonce de Miel Amer (2014) de Emna Najjar

 

Sélection officielle du Catharge Film Festival 2014 :

Carthage-festival-film-1484935285

 

 

Adonis Ben RomdaneChef opérateur

 

Adonis-1484673072

 

Je suis un jeune chef opérateur et cadreur diplômé de l’Ecole supérieure de l’audiovisuel et du cinéma à Tunis. J’habite Paris et je travaille sur plusieurs projets entre la France et la Tunisie. J’ai collaboré à divers projets de fiction, des longs métrages et des courts ainsi que des documentaires, des spots publicitaires et des clips. « Terre Glaise » de Florian Vignes, « Cinemagic » de Jonathan Babinard, « Catharsis » de Tahar Mhamdi, « Authentic » de Anthony Lemaitre, « Fan de G » de Fabrice de Boni, « Moon in the dark », de Tiff Lacey et Sean Bay.

 

Mon site

Mon Tumblr

 

 

Antoine Mossessien Assistant réalisateur

 

Antoine_mossessian-1484673090

 

Diplomé de l’Esra,

 

 

Aurélie BidaultScripte

 

Aure_lie_bidault-1484673127

 

Après une formation en histoire et esthétique des arts contemporains, je me suis tournée vers le théâtre contemporain, puis vers le cinéma avec la même curiosité pour les projets et les nouvelles aventures. En tant que scripte, j’ai participé aux tournages de plusieurs courts métrages : « Le trajet et un moment de faiblesse » de Nicolas Robini, « Là-dedans » de Léo Dazin, « Erreur médicale » de Samuel Marciano, et à un long métrage « L’ami » de Michel de Carl Denot et Pascal Merdrignac.

 

 

Catherine Constant-GrisoletProductrice

 

Dsc_0008-1485260767

 

Diplômée de l’INSAS et comptant 30 années d'expérience dans l'industrie cinématographique, d'abord comme monteuse image puis comme directrice de postproduction et directrice de production, elle est formatrice au CEFPF depuis 2001, coordinatrice pédagogique à L’ESRA depuis octobre 2012 et directrice des productions de l’ESRA depuis 2014. Ancienne présidente de l’Association des directeurs de postproduction, elle crée, en 2001, sa boite de production Wild Track Productions.

 

 

Hugo AbrahamDirecteur de production

 

Img_3041-1484744060

 

Diplômé de l'ESRA Production, j'ai commencé mon parcours professionnel au sein de la société GEDEON Communications en tant qu'assistant de production. Spécialisé dans la logistique et l'organisation de tournage, j'ai eu l'occasion d'intégrer toutes sortes de projets, captation, publicité, habillage télé, film d'entreprise, etc... Je souhaite aujourd'hui me concentrer sur le tournage de fictions, l'aventure que constitue "Rien ne nous arrivera" me permet d'amorcer ce chemin.

 

À quoi servira la collecte ?

Notre projet est en auto-production, ce qui signifie que le financement est uniquement basé sur les revenus de cette collecte et des épargnes personnelles. Nous sommes tous bénévoles, mais malgré cette première concession faite par l'équipe, il nous reste encore beaucoup de frais à couvrir.

 

* Nous allons recréer un campement qui doit avoir l'air crédible et nécessite donc un nombre important    d'éléments à réunir et à mettre en scène.

 

* Nous souhaitons notamment louer le minimum de matériel nécessaire pour assurer des prises de vues de qualité.

 

* Nous devrons loger l'équipe, payer ses transports et la nourrir. Et une équipe, ça mange beaucoup !

 

* Enfin, et c'est la partie la moins glamour, il nous faut payer des assurances pour le matériel mais aussi pour la location des décors. Et c'est aussi un budget conséquent !

 

Vous l'aurez compris, nous attendons beaucoup de cette collecte ! Participez et partagez-la le plus possible autour de vous !

 

Nous comptons sur vous !

 

Fundjaugeobjectifs3500-1484696301

 

N’hésitez pas à nous apporter votre soutien. On vous remercie d’avance, vraiment.

 

 

Thumb_rnna_moodboard-1484845153
RNNA

C’est un film en hommage à celle que j’ai vue brièvement lors d’un repérage, avant même la finalisation de l’écriture du film, à celle dont je ne connais même pas le prénom. Difficile de ne pas se rappeler son visage souffrant, sous la tente du campement... Je n’ai pas osé lui demander ce qu’elle avait, j’ai seulement dit : « ça va ? », et timidement...

Derniers commentaires

Thumb_default
Bravo Emna