Ce projet est un film impossible, une conquête, une guerre. Minimal et pharaonique, qui existe avec votre soutien.

Large_photo_robocop_kisskiss

Présentation détaillée du projet

Rob__

 

ROBOCOP EX-VOTO

est un film long métrage remake de Robocop de Paul Verhoeven.

La durée du film envisagée est de 2h40, double quasiment celle du film de Verhoeven.

C’est à la fois un film d’anticipation et un péplum, qui se déroule dans un futur apocalyptique et moyen-âgeux.

Le film est à la fois un film linéaire destiné au cinéma et il est conçu comme une installation filmique sur trois écrans (comme le Napoléon d'Abel Gance)

les scènes se déroulent avant et après leur actions mêmes.

La bande son est celle du film de Verhoeven, augmentée d'une création sonore issue des sons du tournage.

Les acteurs et les images sont littéralement traversés par le film de Verhoeven, par son mystère même.

 

 

 

Fete

 

 

SYNOPSIS:

 

Un homme noir, soldat d’une armée en déroute, agonise, le corps dévoré par une peste bubonique.

L’armée a fait place à la police. Guerre civile, couvre-feu.

 

Nous sommes à l’abord d’une grande ville à l’architecture futuriste dévastée, auprès d’un pont entouré de grillages et barbelés, aux mains d'une armée, miliciens armés de machettes et de mitraillettes.

 

Ils font feu sur lui.

Son corps est démembré, exsangue, perclus de circuits électroniques. Oripeaux d’armures anachroniques, médiévales et futuristes, soudés dans la chair.

 

Notre Robocop est une figure de saint Sébastien dévoré par un ergot, grillé sous des sunlights d’un tournage abandonné. Un vétéran laissé au bord du monde amnésique, un composite de mythologie biblique et de fiction contemporaine.

 

Une femme auprès de lui, pleure.

 

Il traverse le film, comme le Christ le Golgotha.

 

 

 

Eric

Maliklna_rob_

 

 

L'histoire du projet remonte à 2009 avec la video ROBOCOP Memory Room  : Le Cyborg se rappelle à son humanité perdue.(Voir Teaser)

 

Puis en 2011 une série de visions subjective de Robocop sur l'idée de " plasticité neuronale"  du cyborg, celle de la présence de l'âme dans la machine, qui  donne lieu à une installation à la Galerie Warmgrey à Paris.

 

Le projet emporte des soutiens institutionnels: l'aide du CNC avec le DICREAM et de L'INSTITUT FRANÇAIS avec HORS LES MURS qui emmène le film à DETROIT.

 

Detroit, la ville de ROBOCOP.

Detroit, l'emblème de la fin du monde industriel.

Dans le jardin de la famille qui m'héberge au milieu d'un quartier gangréné par la misère, un petit écriteau retient mon attention :

To garden is to open your heart to Heaven.

Dans les ruines nous filmons L'enfant errant, un plan séquence qui sera la première scène du film (voir teaser)

 

Le Robocop de Verhoeven de 1987 exposait la société du spectacle triomphante dans laquelle nous vivons.

Le capitalisme outrancier y est une machine de mort. Robocop défend le service public contre les intérêts financiers des puissants prêts à toutes les destructions.

Nous arrivons au bout de ce système.

 

Et Detroit est une leçon. De joie.

Après ce monde, il y en a un autre, qui se relève, celui guidé par la foi.

 

Robocop est le Christ .

 

Ainsi le prétend Verhoeven lui-même.

 

Le film et l'engagement du film vise à soutenir, à porter à développer cette vision.

 

L'univers est militaire - L'OCP ( Omni Consumer Product) est dans notre film une SMP ( société militaire privée).

La nôtre.

Nous sommes en guerre.

L'esthétique militaire s'hybride d'éléments moyenâgeux- influencé par les cinéma russe d'Eisensein.

Nous cherchons à produire du temps. Nous cherchons à accomplir.

 

Je pense à Herzog qui fit passer son bateau par dessus  la montagne.

Je pense à chaque plan de ce film qu'une montagne est en train de se jeter dans la mer.

 

Le film réunit autour de lui, des artistes, des acteurs, rencontrés dans le sillon de ma vie.

Certains depuis 20 ans, d'autres hier.

Il y a dans ce projet une fête.

 

La base est La générale de Sèvres- un lieu d'artistes autogéré , auxquels nous avons contribué il y a quelques années sans savoir qu'il nous ferait ce cadeau de pouvoir produire ce film, en l'accueillant.

 

De là, nous tournons, et aussi dans des lieux péri-urbains, sous des ponts et sur le marbre de châteaux abandonnés.  Nous tournons tout l'été. Le film sera livré à l'automne 2015.

Je posterai au fur et à mesure du tournage des rushes, des photos pour vous donner à partager notre beau monstre.

 

 

 

Gun

Tout_ocp

David

Secretaire_sein

Malik

Clara1Jeanlouis___

Arnau_dick_miroirLes_gars_parkingEve_verte-1407906323

Jim_seguinGars_seguin_island-1407904249

L_arbre-1407904094

REALISATION: JULIETTE BINEAU

PRODUCTION:DOKIDOKI EDITIONS, DECO,

JULIETTE BINEAU, AURELIE DELAFON

CAMERA PARIS : FRANCOIS FLEURY 

 

ASSISTANAT:  AURELIE DELAFON 

LUMIERES: OTTO MUEHLETHALER et FRANCOIS FLEURY

 

 

SON : PAUL VERHOEVEN 

CREATION SONORE : ALAIN MAHE

 

INSTALLATION MAPPING VIDEO : ERIC MINKKINEN

 

EQUIPE A DETROIT

CAMERA: HEATH MOERLAND et JOEL RAKOWSKI

 

ERIC ABRAGOUA: ROBOCOP  

ANNE STEFFENS:  LEWIS

EVE DEQUIDT: ANNE 

ACHILLE PANIBRATCHENKO : L’ENFANT

JEAN-LOUIS COULLO’CH : PILATE 

RENAUD BERTIN : BOB MORTON

TRAVIS KERSCHEN: DICK JONES

DAVID TV: BILL ROOSEVELT

ARNAUD LE GLANIC : CLARENCE BODDIGER

JIM STICKEL:  EMIL

SAMI BETKA: LEON

HELENA VILLOVITCH : HELENA 

EDITH BALDY : EDITH

CLARA CULLEN : LA JEUNE FILLE

OLIVIER BROU: LE SUPPLIANT

DAMIEN SCHULTZ : KINLEY

JEROME GUIGUE : DOCTEUR MACMAN

VALERY WOLF : SAL

FREDERIC DANOS : MAYOR

PERLE PALOMBE : LA SECRETAIRE

ANGELE MICAUX : L'AUTRE FILLE

YAGOS KOLIOPANOS : LE JEUNE HOMME

MALIK BOUTEBAL: FENECK JACKAL

JORIS LACOSTE:  SERGENT REED

GIANFRANCO PODDIGHE: THE SERGENT2

DOMINIC FOREST: CECIL

BARBARA SIEGEL

EMILIE BAH

AURELIE DELAFON

LUC ARASSE

ANDREI PANIBRATCHENKO

( distribution en cours)

 

 

 

 

Logos

 

 

 

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

Nous avons déjà tourné une grande partie du film, grâce à l'aide du CNC (Dicream) et de Culture France Hors les Murs . Il nous reste encore environ 15 journées de tournage, puis la post-production et enfin l'installation.

 

Le film installation ne se cantonnera pas aux festivals, nous le diffuserons à Paris et à Detroit, dans des lieux tels que la Générale de Sèvres, la Générale Parmentier, le Garage Mu, le centre George Pompidou, la Gaité Lyrique...

 

Il nous manque 5 000 € pour aller au bout du film, du tournage et de la post-production.

 

Merci de votre attention, de votre lecture, de vos partages… et de vos dons, je l'espère...

 

 

 

L_equipeRob_aurelie

Ju_eve_murphy_mort2-1407904516

Eric_ju_parkingTournage_seguin_island-1407904552

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thumb_ju_gu-1407905304
Juliette Bineau

J’ai fait du théâtre avant de faire des films. Puis j’ai fait des films et des vidéos. Les formats sont variables, longs et courts. Mon travail s’est concentré sur le remake de fiction. Mes films sont diffusés dans le champ de l’art, aux Rencontres Internationales, au Palais de Tokyo, au Point Ephèmère, au Centre Georges-Pompidou, à la Gaîté... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
bonne continuation! la Russie avec vous!!
Thumb_default
Pretty fancy moves, Juju!