Donnons la parole aux hommes et aux femmes qui luttent contre Daech. Participons au premier documentaire de cinéma tourné au Rojava.

Large_en_route-1481344952-1481344983

Présentation détaillée du projet

La nuit tombe. Au loin, les montagnes du Sinjar disparaissent peu à peu dans l'obscurité. La voiture qui devait venir me récupérer ne viendra pas.

Je suis dans le Rojava.

 

Après avoir découvert la communauté kurde durant la bataille de Kobané à l'hiver 2014, j'ai passé plusieurs mois à couvrir la situation du peuple kurde en Turquie, en Irak et en Syrie. J'ai notamment pu assister au couvre-feu de 11 jours instauré à la ville de Cizre dans le sud-est de la Turquie en septembre 2015.

 

Jalonnée de drames, de guerres et de violence, l'histoire du peuple kurde est en marche. Depuis 2011 et les premiers soubresauts de la guerre civile syrienne, une entité politique kurde baptisée « Rojava » voit le jour dans le nord de la Syrie.

 

En juin 2016, j'ai décidé de partir pendant deux mois, équipé d'une caméra, à la rencontre des habitants de cette région. Des montagnes irakiennes du Sinjar, aux rues dévastées de la ville de Manbij, j'ai pu suivre ces hommes et femmes qui paient le prix du sang dans la lutte contre l'Etat islamique.

 

Après avoir publié mes reportages sur le Rojava dans plusieurs médias (Paris Match, Marianne, La Croix, Le Parisien, CNN), j'ai l'immense plaisir de concrétiser mon travail par la réalisation de ce film ambitieux à destination du grand public.

 

Rojava est réalisé de manière indépendante par une équipe de professionnel de l'audiovisuel. Nous avons besoin de votre participation pour finir ce film et le porter sur grand écran.

 

Merci à toutes et à tous pour votre soutien. 

Matthieu Delmas et l'équipe de Rojava

 

Visuel2_kisskissbankbank-1477384160

 

 

Titres_kkbb_0008_le_projet-1477383948

 

Rojava est un film documentaire de guerre, tourné principalement dans le nord de la Syrie, au côté des peuples entrés en résistance contre Daech.

 

Au cours de son voyage, Matthieu Delmas, un jeune réalisateur de 27 ans, a tâché de recueillir les témoignages d'une myriade d'hommes et de femmes, de civils et de combattants, dont le passé, le présent et l'avenir, sont hantés par la guerre. Avec des tranchées pour seules frontières, le Rojava est un brasier aux contours flous, en état de siège permanent.

 

Rojava n'est pas un reportage. C'est avant tout une aventure humaine en territoire hostile. Depuis plusieurs mois, le Rojava, vit sous blocus. Au nord, les chars turcs pointent leur canons. A l'est, le gouvernement régional du Kurdistan (KRG) ferme sa frontière. Au Sud, Daech décapite les « infidèles ».

 

Depuis plus de deux mois, la société de production indépendante, le Groupuscule, accompagne la dizaine de professionnels qui ont décidé de donner vie à ce film ambitieux. Il y a déjà eu, et il reste encore, beaucoup de travail à fournir, et donc de dépenses, pour satisfaire l'ambition de le porter sur grand écran.

 

Nous avons encore 4 semaines de montage image et son, de la traduction en arabe et en kurde, l'adaptation française, une direction artistique et une musique originale à finir. Par la suite il faudra procéder au mixage du son et à l'étalonnage des images pour obtenir le meilleur rendu souhaité. Enfin, il faut préparer les sous-titres et le différentes versions étrangères pour les festivals, ainsi qu'une version pour les personnes malentendantes et une autre pour les personnes malvoyantes (audiodescription).

 

Pour donner la parole aux habitants et faire ressentir les vibrations de ce territoire méconnu, nous avons fait le choix de l'indépendance et de faire appel à notre public. Il y a urgence, ce film est le vôtre, nous comptons sur votre solidarité pour que ce projet soit mené à son terme dans les meilleurs délais et conditions.

 

Visuel1_kisskissbankbank-1477384116

 

 

Titres_kkbb_0009_qu_est-ce_que_le_rojava__-1477383970

 

Le Rojava est un projet politique kurde situé dans le nord de la Syrie. L'idéologie politique est inspirée des écrits d'Abdullah Ocalan, le leader du parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Basé sur le modèle du confédéralisme démocratique, le Rojava dispose d'un contrat social, se veut multi-ethnique, féministe, écologique et social. 

 

Il ambitionne d'intégrer l'ensemble des composantes de la société syrienne et pourquoi pas d'étendre son modèle à l'ensemble de la Syrie. Le territoire de Rojava compte de nombreuses minorités ethniques et religieuses. Turkmènes, yézidis, assyriens, kurdes, arabes, syriaques et même quelques juifs se côtoient à Qamishli, la capitale politique.

 

En ce mois d'août 2016, les FDS (Forces démocratiques syriennes), une coalition dominée par les combattants kurdes des YPG (Unités de protection du peuple), qui compte une part non négligeable de volontaires arabes et chrétiens, certains issus de l'ASL (Armée syrienne libre), lancent une offensive majeure contre les forces de Daech en pénétrant en territoire ennemi à l'Ouest de l'Euphrate, fleuve qui avait été désigné par Ankara comme ligne rouge à ne pas dépasser par les forces kurdes.

 

En traversant l'Euphrate, les kurdes espèrent rallier le canton d'Afrin, au nord-ouest d'Alep, et le connecter au Rojava, assurant ainsi une continuité territoriale, sous contrôle kurde, le long de la frontière turque. Hypothèse inenvisageable pour la Turquie qui ne voit le PYD, parti politique au pouvoir au Rojava, que comme le supplétif syrien du PKK. L'option d'un territoire kurde indépendant à sa frontière sud apparaît d'autant plus inacceptable qu'il pourrait assurer une solide base arrière pour les guerilleros du PKK qui ont repris le combat contre le gouvernement turc depuis l'été 2015.

 

Après avoir franchi le fleuve, les FDS atteignent rapidement les faubourgs de Manbij, libérant des dizaines de villages arabes sur leur passage. Bastion de Daech, cette cité de cent mille habitants était surnommée "Small London" par les membres de Daech en référence à la présence de djihadistes britanniques et européens.

 

Dans les zones perdues, Daech disséminent des quantités phénoménales d'explosifs et de mines artisanales. La ville est assiégées après trois semaine d'offensive. Au gré des combats, les fous de Dieux déplacent les habitants, les utilisant comme bouclier humain. Afin d'éviter des pertes civiles considérables, les volontaires des FDS doivent progresser rue par rue, maison par maison.

 

Le Rojava est la partie jaune sur la carte :

2-sept-2016-syria-interactive-1024x664-1476985210

carte interactive du conflit :  http://umap.openstreetmap.fr/fr/map/desyracuse-syria-civil-war-2-september-2016_100864#7/34.389/40.215  (source : Agathocle de Syracuse)

 

 

Titres_kkbb_0007_le_r_alisateur-1477383992

 

Journaliste indépendant de 27 ans, Matthieu Delmas travaille principalement sur la communauté kurde. Depuis deux ans, il est parti à la rencontre des kurdes de Syrie, d'Irak et de Turquie.

Grand Prix Photoreportage Paris Match 2015

 

 

Titres_kkbb_0006_l__quipe_du_film-1477384023

 

Réalisation, image et son : Matthieu Delmas

Production et direction artistique : Guillaume Boczkow, François Devulder et Christophe Dias (LE GROUPUSCULE)

Montage image : Maxime Brun

Montage son : Jeanne Delplancq

Musique originale : Pion (Louis Delorme, Charles Templier et François Devulder)

Conseiller musical : Pierre Plantin

Mixage teaser KKBB : Jeoffrey Beuvelet (Mille24studio)

Mixage proto-teaser : Fred Deces (Studio FA)

Traduction arabe : Maxime Tabet

Traduction kurde : Umit Sherzan Bulbul

Traduction anglaise : Tal Gendelman

 

Nous remercions toutes les personnes qui contribueront d'une manière ou d'une autre à ce projet comme l'on déjà fait, Reporters Sans Frontières, Khaled Issa, Julie Boucherat, Marion Chesné, Les Chaises, Marc Zeller, Gilles de Selva, Abel 14, Jean-Pierre Gavini, Les Fils de, Les Disques Entreprise, Julie Bataille, Studio Orlando, Anastasia Beloeil, nos familles et amis, et toutes les personnes du Sinjar et du Rojava rencontrées pendant ce voyage.

Photol_kisskissbankbank-1477382930

À quoi servira la collecte ?

Titres_kkbb_0005_les_objectifs_de_collecte-1477384048

 

Voici ce que ce financement participatif pourrait nous permettre :

 

OBJECTIF I / 20 000 €

On fini le film à l'arrachée ! Cela permet de payer les finitions du film (étalonnage, mixage, adaptation et sous-titrage) et la première copie pour les inscriptions en festivals = 16 000 € hors taxes (+ 2 800 euros pour contreparties et 1 200 euros de commission KissKissBankBank) 

 

OBJECTIF II / 50 000 €

Cela permet de financer 1/4 du budget de production* = 37.500 € hors taxes (+ 8.500 euros pour les contreparties et 4.000 euros de commission Kiss Kiss Bank Bank).

 

OBJECTIF III / 100 000 €

On respire, on finance 1/2 du budget de production* ! avec un total de 75.000 € hors taxes (+ 17.000 euros pour les contreparties et 8.000 euros de commission Kiss Kiss Bank Bank).

 

OBJECTIF IV / 150 000 €

On finance 3/4 du budget de production* ! avec un total de 112.500 euros hors taxe (+ 25 500 euros aux contreparties et 12.000 euros de commission Kiss Kiss Bank Bank).

 

OBJECTIF V / 200 000 €

On rentre dans nos frais !!! avec un total de 150 000 euros hors taxe (+ 34.000 euros aux contreparties et 16.000 euros de commission Kiss Kiss Bank Bank).

 

MERCI A TOUTES ET A TOUS !

 

Teaser_fr_v20_premix.00_00_42_15.image_fixe001-1476457521

 

*Budget de production = 

Droits artistiques = 25.000 €

Salaires + charges sociales = 70.000 €

Matériel et frais de tournage = 15.000 €

Prestations de post-production = 30.000 €

Assurances et promotion = 5.000€

Frais généraux, imprévus = 15.000 €

Contreparties KissKissBankBank = 34.000 €

Commission KissKissBankBank = 16.000 €

Thumb_logo_fond_blanc-1476982089
Le Groupuscule

www.legroupuscule.com Le Groupuscule est une société de production et de création basée à Paris. Nous réunissons des équipes talentueuses sur les films et les projets graphiques que nous produisons. Nous croyons à la rencontre des individus, des idées et des techniques réunis dans un but commun. ROJAVA, est le premier long-métrage que nous... Voir la suite

FAQ Questions les plus fréquentes concernant le projet

+ Pourquoi les producteurs ne mettent pas tout l’argent ?

Les producteurs ne mettent pas tout l'argent, leur travail est d'aller en chercher. Ce qui n'est pas toujours simple, particulièrement pour des documentaires. Parmi les sources de financement, nous avons, les producteurs et l'équipe choisi de demander au maximum de personnes possible de soutenir le film. Cela nous permettra d'avoir une véritable indépendance mais cela constituera aussi (si cela marche) un signal fort pour trouver d'autres partenaires. S'ils voient que des milliers d'entre vous veulent que ce film existe, ils seront plus à même de s'engager !

+ Avez-vous un distributeur pour ce film ?

Pas pour le moment. Nous cherchons les meilleurs partenaires pour accompagner et pour cela nous devons avaner pour que le film soit le plus convaincant possible.

+ Les équipes du film sont-elles payés ?

Pour le moment, aucun membre de l'équipe n'a encore pu être payé. Du fait de l'urgence pour ce film à être travailler, nous avons commencer dès le retour de Matthieu et nous cherchons en parallèle les financements pour atteindre le budget qui nous permettra de rémunérer les équipes au tarif conventionné. En raison de son fond, nous voulons que ce film ait une forme unique, c'est pourquoi il nous faut présenter des intentions forte et donc travailler pour le présenter de façon concluante par rapport à nos intentions.

+ Et si vous n’avez pas le budget pour finir le film ?

Nous le ferons coûte que coûte, comme nous voulons le faire. Et nous continuerons à aller chercher des fonds, là où nous pourrons en trouver.

Derniers commentaires

Thumb_default
Vous donnez de l'Espérance à tous ceux qui souffrent, bravo et Merci.....Marie & Benoît
Thumb_default
Magnifique projet, bon courage à tous ;-)
Thumb_default
encouragement de Anne et sa famille pour la réalisation de "Rojava"