RoseHill, marque de mode responsable, s'envole en Afrique, en commençant par la Tunisie, pour y trouver des artisans et un atelier.

Large_cover-1426614064

Présentation détaillée du projet

« La beauté échappe aux modes passagères. »                 R. Doisneau

 

 

  Dscn3258-1426612809    

 

 

The RoseHill Project met à l'honneur des artisanats, de manière équitable, provenant du sud de l'Inde, de Bali, du Cambodge et bientôt de Tunisie. 

 

Je pars à la rencontre de ces artisans du monde entier qui, au fil des générations, se sont transmis des savoir-faire et donnent naissance à des broderies, étoffes, tricots hors du commun. Intemporels.

 

Je réalise de mini collections de chemises, de jupes, d’accessoires, des choses simples qui mettent en valeur les ouvrages des artisans et dont la destinée est d’arriver intacts dans le placard des générations suivantes.

 

Et toujours avec des matières naturelles : coton, soie, laine. Rien qui ne finisse en « ique », rien qui ne pique. Tout en douceur.

 

 

 

Index_2_close-1426612541

 

 

Après une année de recherche d'artisans et d'ateliers où assembler ces belles étoffes, RoseHill a besoin de vous pour participer à son développement.

 

Une nouvelle gamme de produits, féminins et masculins :

- de belles chemises bien coupées dans une magnifique popeline italienne rehaussée de tissus artisanaux uniques ;

- de beaux pantalons qui tombent bien dans un beau batik provenant de Bali ;

- de beaux accessoires, foulards, pochettes du soir et cravates réalisés à partir des mêmes matériaux nobles et naturels.

 

La collection Winter 14 de RoseHill a été réalisée à partir des tissus des artisans de la famille mais également à partir de tissus anciens provenant de Tunisie. 

 

La collection Summer 15 intègrera les artisans tunisiens identifiés au cours de ces derniers mois : des broderies à couper le souffle de finesse et du crochet comme vous n'en avez jamais vu.

 

 

« RoseHill voyage et fait voyager. »

 

Rose Hill raconte les artisans, leur histoire, leur savoir-faire, leurs petits soucis et leurs grandes joies à travers des films courts. Et la rencontre de la cliente RoseHill et de l’artisan se fait dans les deux sens. Les paquets contenant les achats RoseHilll sont envoyés avec une carte postale déjà adressée à l’artisan pour que la cliente lui envoie un petit mot.

 

Elle conte ses pérégrinations et raconte ses rencontres, à travers des images, des vidéos, des compilations de musique, des nouvelles, des bonnes adresses dans un blog auquel elle fait participer les talents qu’elle rencontre. Et ils sont nombreux.

 

 

Dscn4631-1426615203

 

 

« Moins mais mieux. »

 

Gildas Minvielle, responsable de l’Observatoire économique de l’Institut Français de la Mode indique que l’on chemine lentement mais sûrement vers ce type de consommation.

 

« Ma grand-mère a l’habitude de dire qu’elle n’est pas assez riche pour acheter bon marché. Elle entend par là qu’elle considère plus intelligent d’acheter des produits de qualité, qu’elle entretient et garde intacts pendant une longue période. Je la chéris d’ailleurs d’avoir entretenu tous les trésors que je trouve quand je fouille dans ses placards. »

 

RoseHill s’inscrit dans cette démarche qui, loin d’être passéiste, est plus que jamais actuelle. Une mode qui, par le temps qu’elle prend à être conçue et réalisée, illustre sa capacité à durer.

 

 

Dscn6067-1426612949

 

 

« Retrouver le sens du vrai. »

 

Margaux, la porteuse de projet, est une passionnée. De mode, de voyage, mais surtout des gens et de leur histoire.

 

Après une formation en école de commerce puis à l’Institut Français de la Mode, et avoir travaillé pour les plus grands noms de la mode parisienne, Margaux Brisard quitte job et appartement et s’offre un aller simple pour l’Inde.

Son idée : monter une collection de vêtements en donnant à la mode un sens plus humain.

 

C’est pendant sept mois, seule, sac au dos, en Asie, qu’elle enquête afin de trouver ces perles rares qui constitueront la famille RoseHill.

 

 

 

Index_1_close-1426613081

 

 

« La famille et son berceau. »

 

Après cette année de recherche pour constituer les fondements de la famille RoseHill, Margaux pose ses valises en Tunisie pour trouver des artisans mais également un atelier où confectionner l’ensemble des collections.

 

Les piliers de la famille RoseHill sont au complet puisque la soeur de Margaux s’occupe de la communication et du commercial.

 

 

Le développement de RoseHill c'est maintenant, et c'est avec vous ! 

 

therosehillproject.com

instagram.com/therosehillproject

twitter.com/RoseHillVoyage

À quoi servira la collecte ?

Vous avez soutenu RoseHill il y a un peu plus d'un an à hauteur de 1500€, ce qui avait permis de lancer les premières mini-collections en Inde, à Bali et au Cambodge.

 

Aujourd'hui, RoseHill souhaite installer la confection en Tunisie, un pays proche de la France où le savoir-faire de confection est reconnu.

 

Ce pays regorge également de merveilleux artisans à la rencontre desquels RoseHill souhaite aller.

 

Enfin, la gamme RoseHill va s'orienter vers une série de chemises, de foulards et pochettes, pour hommes et femmes. Des produits moyenne / haut-de-gamme, avec des matériaux de première qualité, à des prix accessibles.

 

 

Cette collecte servira donc à financer les deux premières collections de la manière suivante :

 

- 2300€ de tissus et matières premières artisanales provenant de Bali, du Cambodge, d'Inde et de Tunisie.

 

- 700€ de popeline de coton de haute qualité provenant d'Italie.

 

- 1500€ de confection en Tunisie.

 

- 500€ de shooting et packshots.

 

Cette opération est donc à renouveler deux fois, en y ajoutant des artisans provenant d'Afrique sub-saharienne, le pays est encore en cours d'étude.

 

Thumb_10375085_10152106859082060_1785176711060404312_n-1426685512
Margaux Rose Hill

30 ans, je vivais à Paris, je travaillais "dans la mode" sans vraiment y toucher, et le soleil et la douceur de vivre me manquait. Ah oui, parce que je suis montpelliéraine. Et puis un jour je me suis dit "mais pourquoi pas moi ?". Cliché, n'est-ce pas ? Et pourtant il a suffit de cette simple phrase pour que le projet Rose Hill prenne vie. Et me voilà... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Belle route, jolie Margaux!
Thumb_default
Continue! Les rêves sont faits pour être réalisés. Bises