Sacrés caractères ! 12 films courts sur des polices qui ont du caractère !

Large_sc_presentation

Présentation détaillée du projet

Sans_titre-1

 

Découvrez l'extrait Helvetica !

 

 

Découvrez notre dernier extrait de l'épisode Mistral !

       

 

    Extraits de l'épisode Gotham    

 

            Tous les jours, dans la rue, au bureau, à la maison, nous sommes en contact avec des milliers de caractères typographiques différents. Leur omniprésence s’est encore renforcée avec la multiplication des écrans qui nous environnent. Nous les lisons, nous les écrivons, nous les envoyons. Times, Futura, Helvetica, Mistral, Bodoni, Garamond, etc. Ces « sacrés caractères » sont des intimes inconnus que nous fréquentons sans même le savoir.

 

            Et pourtant, il n’est qu’à imaginer un monde sans police de caractères pour comprendre leur importance. Sur les panneaux de circulation, les affiches, les vêtements, les enseignes, les journaux, les frontons des édifices publics, déclinées en logos, marques, messages ou slogans, elles nous font signe et nous orientent, nous aident à hiérarchiser les informations, nous identifient à un style ou à une tribu, nous poussent à consommer ou nous mettent en garde.

 

            Comme le savent bien les publicitaires et les départements marketing des grandes marques, les graphistes et les designers, chaque « typo » n’est pas là par hasard, mais répond à une nécessité, une fonction ; elle a son histoire, ses origines, ses « connotations » et donne aux objets et aux choses une « voix » propre, reconnaissable : on n’imagine pas le dernier gadget d’Apple sans sa typo design, le dernier opus de la trilogie du Hobbit sans sa typo « médiévale », le Monde sans sa page de titre en gothiques, et telle célèbre marque de confiture sans sa typo cursive, promesse d’un produit « fait à la main ».

 

              C comme Comic Sans ou Cooper Black, F comme Futura, G comme Garamond ou Gotham, M comme Mistral, etc. Au hasard de l’abécédaire, douze courts films raconteront les origines et les histoires toujours surprenantes de quelques-uns de nos « sacrés caractères » les plus emblématiques.

 

 

Sc_2

 

 

LE PROJET, par le réalisateur

 

 

 

            Times, Futura, Helvetica, Cooper Black… Je me suis toujours demandé d’où viennent ces noms (longtemps connus des seuls initiés de la typographie) qui apparaissent lorsque je déroule le menu « Police » de mon ordinateur. Je me souviens que mon premier logiciel de traitement de texte à la fin des années 80 ne proposait que trois polices de caractère par défaut : le Times, le Courier, et le Lucida. Les polices se sont multipliées en même temps que l’informatique prenait de plus en plus de place dans ma vie quotidienne, rendant le choix d’une police – pour un texte mais aussi pour un générique de film – de plus en plus acrobatique. J’ai ainsi  eu ma période Times avant ma période Arial ; je croyais avoir trouvé une police ronde et amicale en Century Gothic, jusqu’à ce que récemment je succombe au charme, un peu désuet, de la Baskerville. A force de passer en revue les polices de caractère, de dérouler toujours les mêmes noms intrigants sans avoir aucune accroche, je me suis plongé dans l’histoire de la  typographie. Non pas à la manière d’un spécialiste mais plutôt comme un amateur qui rêve sur le dessin et les formes des lettres, se laisse guider par le nom d’un caractère, ou se passionne pour la biographie d’un typographe. Très vite, je me suis rendu compte, et c’est cela qui m’a passionné, que les polices de caractères, pour des raisons à chaque fois diverses, étaient comme les innovations et les aspirations de leur temps.

 

 

 

 

 

Gotham_2

 

 

 

 

 

 

 

Gotham_1

 

Gotham

 

 

 

            Par exemple, derrière le Garamond, il y a son créateur Claude Garamond, né en 1499, humaniste passionné de calligraphie vénitienne. Ou encore : Cooper Black est la typo extra grasse dont rêvaient les publicitaires américains pour imposer leurs produits à la sortie de la première guerre mondiale ; Times New Roman est le caractère que Stanley Morison dessina pour le journal anglais le Times dans les années 30 pour répondre aux nouvelles exigences techniques de la presse ; Futura est le fruit des avant-gardes allemandes des années 1920. Plus récemment : Helvetica, la typo neutre par excellence, a accompagné la globalisation des grandes marques et des multinationales jusqu’à devenir l’écriture invisible de nos villes. Comic Sans est un de ces caractères dessiné spécifiquement pour les écrans d’ordinateurs qui a « muté » en envahissant le monde réel, répandant ses lettres irrévérencieuses et naïves tel un virus hors de contrôle.

 

 

Sc_3

 

 

      Ces films très courts, au ton vif et léger, racontent ces histoires de caractères en choisissant les polices de caractères les plus emblématiques.

Ils montrent comment chaque caractère trouve son origine dans les évolutions contemporaines, dans les domaines des techniques d’impression, des arts, de la communication de masse et de la publicité. Ils révèlent les personnalités souvent excentriques et obsessionnelles de leurs créateurs. Sculpteurs, peintres, historiens ou typographes ont consacré des années de leur vie à dessiner des caractères qui, pour certains, leur survivront pendant des siècles. Au travers de ces courts documentaires d’animation, on verra que la typographie n’est pas un sujet ésotérique réservé à de seuls initiés. Elle est au cœur de la culture et de la civilisation. Les questions qu’elle soulève sont d’une richesse insoupçonnée.

 

 

 

Times_9

 

 

 

Times_1

 

 

 

 

Times_5

 

Times

 

 

            Ainsi la forme même des lettres de Futura sera mise en rapport avec les œuvres pionnières des avant-gardes européennes des années vingt ; celles de Comic Sans avec les « comics » américains tels que « Batman » et « Superman » ; celles de Garamond avec les recherches des artistes de la Renaissance sur la géométrie et les proportions idéales du corps humain… Comme dans le documentaire d’animation « I met the walrus» de Josh Raskin, les ressources des logiciels de compositing permettront de traiter et de « retravailler » les images d’archives pour « estomper » leur côté strictement documentaire et faire ressortir toute leur puissance, toute leur force graphique. Sur le plan sonore, un travail subtil de design sonore, sous la forme de bruitages ou de « samples » de musique, viendra ponctuer et rythmer la narration animée et rebondir sur le côté drolatique et surprenant du texte raconté. La « partition » sonore de chaque film sera bien sûr teintée par l’univers affectif et sonore que nous associons à chaque police.

 

 

 

 

Mistral_10

 

 

 

 

Mistral_6

 

Mistral

 

 

 

            A ma connaissance, aucun projet de cette ambition n’a été entrepris sur le sujet. «Sacrés caractères» repose sur d’importantes recherches documentaires, qui ont permis de révéler certains aspects peu ou mal connus de l’histoire de la typographie. Il revendique un ton particulier qui mêle érudition et fantaisie. Ces éléments seront mis au service d’un objet visuel non identifié, à base de lettres animées, de dessin et de collage photographique, qui vise à être surprenant, plastiquement élaboré et roboratif.

 

 

 

Sc_6

 

 

 

 

Gotham_3

 

Gotham

 

 

 

LE PROJET, par la productrice

 

 

Partir dans une aventure de production est toujours une entreprise stimulante, à plus forte raison lorsqu'elle nous entraine vers des territoires singuliers. C'est le cas pour "Sacrés Caractères", qui, à notre connaissance, est la toute première collection de films sur la typographie et n'a pas d'équivalent, ni en France ni à l'étranger. 

C'est une longue aventure que celle de ces films, une aventure réjouissante que nous espérons terminer en beauté dans les semaines qui viennent, grâce à votre soutien.

 

Lorsque Thomas est venu me parler de "Sacrés Caractères", il y a quelques années de cela, je ne connaissais rien à la typographie que j'utilisais sans trop me poser de questions. Un monde s'est ouvert à moi, dans lequel Thomas m'a donné envie de plonger et que j'ai eu à mon tour envie de faire connaitre en l'accompagnant.

J'aimais, dans l'approche qu'avait Thomas, cette manière d'allier la légèreté et la fantaisie au plaisir d’apprendre, « l’air de rien ». J'étais également séduite par son ambition en termes de proposition graphique.

 

Quand un désir de film nous tient vraiment, c'est difficile de le lâcher. La production de films documentaires d'auteurs est passionnante mais exigeante et s'exerce dans un cadre économique compliqué.

Mais nous avons eu la chance de pouvoir nous associer avec Radio France un partenaire engagé et mobilisé, qui coproduit le projet avec nous.

Une radio coproductrice d'un projet graphique ? Voilà qui peut avoir de quoi surprendre ! Radio France diffusera les 12 films sur son site web. Nous avons aussi rencontré sur notre chemin des initiatives riches et stimulantes, où notre projet a reçu un écho favorable. Ainsi, les manifestations "Graphisme en France" et "la Fête du graphisme" accompagneront la diffusion des films une fois qu'ils seront terminés.

 

Ceci étant dit,  nous n'en sommes pas encore là ! Car l'animation est un processus long, qui coûte très cher à fabriquer. Même si nous pouvons compter sur l'adhésion de Radio France, nous n'avons pas encore réuni les financements nécessaires pour terminer la collection. D'où cet appel à contribution qui nous permettrait de terminer les 6 derniers épisodes ainsi que le site internet.

 

Alors ? Etes-vous plutôt Garamond ou Comic Sans ? Plutôt Futura ou Mistral ? Quelle est l'histoire de votre police de caractères préférée ? Qui l'a créée ? Dans quel contexte ? A quelle histoire des Arts et des Techniques se rattache-t-elle ? Et finalement d'où vient la typographie et à quoi sert-elle ?

Vous le découvrirez bientôt, nous l'espérons, à travers 12 films et un site internet, que nous vous promettons ludiques, instructifs... et beaux à regarder !

 

 

 

Mistral_4

 

 

 

Mistral_5

 

Mistral

 

 

 

A PROPOS DE L’EQUIPE PORTEUSE DU PROJET

 

 

Thomas Sipp

 

Thomas Sipp est auteur-réalisateur de films documentaires et de documentaire sonores.

Ses films ont été sélectionnés dans de nombreux festivals et diffusés à la télévision. Il a dernièrement co-réalisé le film documentaire "Les champignons pourront-ils sauver le monde?" qui a été diffusé sur Arte et primé au festival Parisciences et "Deux compagnons des toits", présenté à la XXXème Biennale de São Paulo, au Brésil.

Ses documentaires sonores ont été diffusés sur France Culture. Il vit à Paris et à Toulouse, où il enseigne le cinéma et la vidéo à l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts.

Pour voir les films : https://vimeo.com/album/2756240, password : thomassipponvimeo

 

 

Mariannick Bellot

 

Elle travaille en Times New Roman comme scénariste. Mais ça, c'était avant qu'elle ne rencontre Thomas Sipp et qu'elle écrive avec lui les voix off de la série Sacrés Caractères : maintenant, elle écrit en Garamond et parfois en calibri.

 

 

 

Bureau 205 est un bureau de design multi-médias qui a été fondé par Damien Gautier, dessinateur de caractères et directeur artistique.

Nous revendiquons une approche globale, multi-supports, par la spécificité des savoirs-faire que nous proposons. La typographie et le dessin de caractères en particulier, la composition et la mise en page sont des atouts majeurs de notre équipe, qui permettent d'aborder avec exigence et acuité des commandes de natures différentes: logotypes et marques; programme d'identités visuelles, dessin de caractères "corporate", design éditorial, packaging, programmes signalétiques...    Nous aimons proposer une approche résolument pragmatique des projets qui nous sont soumis et développons une écriture contemporaine qui prend appui sur de véritables savoirs-faire.

 

 

Serge Elissalde

 

Réalisateur de longs métrages et de courts métrages, animateur, fondateur de la société de production « Les Trois Ours », il est aussi professeur à l'Ecole des Métiers du Cinéma d'Animation d'Angoulème.

 

Les Trois Ours

 

Créée au mois de mai 2008, la société de production Les Trois Ours est née d’une rencontre de trois professionnels de l’animation au profils complémentaires : Serge Elissalde, Olivier Catherin et Wang Hua Qiang (alias Jack Wang).

Le cœur de leur activité est la production déléguée, l’initiation de nouveaux projets, mais ils mènent aussi une activité de production exécutive, sur des projets, courts, séries, documentaires "animés" .

 

 

À quoi servira la collecte ?

La collecte Kiss Kiss Bank Bank est cruciale pour finaliser les 6 derniers films de la collection (seuls 6 films sont couverts à ce jour): Cooper Black, Bodoni, Transport, Garamond, Futura et Trajan

 

Votre participation nous permettrait de couvrir :

 

- la rémunération des animateurs ;

- le coût d'achat des images d'archives que les films utilisent ;

- la location d'un banc de montage et la rémunération du monteur.

Thumb_fdi_1_200x200
Les Films d'Ici

Les Films d'Ici ont grandi depuis près de trente ans dans la fidélité aux auteurs et aux réalisateurs ainsi que dans la découverte et l'accompagnement de nouveaux talents en France comme à l'étranger. Grandir ensemble pour faire exister les désirs de documentaire, de fiction, d'animation et maintenant de production interactive, quelque soit le support... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_perso_retouche
Bon courage pour votre projet qui à l'air super ! J'ai trouvé ça dans la même veine ! Bonne continuation ! http://filmmakermagazine.com/86916-watch-from-paper-to-screen-two-minutes-about-on-screen-typography/
Thumb_default
Fille et petite-fille d'imprimeur, votre projet m'intéresse et me touche. J'aime l'odeur de l'encre et du papier, la beauté simple et parfaite des caractères, le raffinement et l'inventivité de l'art de la composition. J'ai hâte de voir votre projet finalisé.
Thumb_logo-mmfr-960px-fb-1448872063
Voici un joli projet ludique et pédagogique dont je souhaite la réussite.