Stéphane, éleveur en Dordogne de vaches Dexter et cochons Gascons en bio, a besoin de notre aide pour faire perdurer son activité.

Large_large_sauvons_la_ferme__thique_de_st_phane_dinard_-1479115489-1479115514-1479144096-1479144104

Présentation détaillée du projet

Stéphane, éleveur en Dordogne de vaches Dexter et cochons Gascons (bio), est un des pionnier en France dans la défense du bien être animal et dans le combat pour un abattage des animaux de ferme dans la dignité.

 

Photo_st_phane_-1479114453

 

L’abattage de ses bêtes dans des abattoirs de sa région n’a jamais répondu à ses exigences de respect et de dignité qu’il est nécessaire selon lui de témoigner aux animaux que nous consommons, aussi il y a quelques années, Stéphane a décidé d'aménager au sein de sa ferme, une salle dédiée à l'abattage et de confier l'abattage de ses bêtes à un professionnel (boucher écorcheur qui va de fermes en fermes faire ce travail ancestral qui a pratiquement disparu du fait de la création des abattoirs industriels).

 

La loi n’étant pas en sa faveur, l’abattage à la ferme n’est pour l’instant toléré que dans le cadre familial, Stéphane se bat tous les jours auprès des élus locaux et régionaux de sa région mais aussi au niveau national dans le cadre des auditions sur l’abattage à l’Assemblée Nationale, pour que cette loi qui privilégie aujourd’hui les abattoirs industriels change.

 

Stéphane a d’ailleurs été, en septembre 2015, l'un des initiateurs du collectif « Quand l’Abattoir vient à la Ferme » qui se bat au quotidien pour que la loi sur l’abattage change et que les conditions de transport, d’attente interminable dans des lieux inhospitaliers tels que les abattoirs mais aussi l’abattage en lui même évoluent vers plus de respect et d’humanité.

 

 

Le Collectif « Quand l'abattoir vient à la Ferme » soutient Stéphane dans sa démarche et l'aide à faire connaître son combat et ses talents, car Stéphane aime ses vaches Dexter et ses cochons Gascons et rêvent de pouvoir un jour commercialiser leur viande auprès des consommateurs sur les marchés de sa région mais aussi auprès des collectivités et des restaurants.

 

Pour l’instant la loi ne lui permet pas de vendre ses produits en toute quiétude. Seuls des consommateurs engagés à ne consommer que de la viande éthique (élever en plein air, en bio et abattus à la ferme en toute dignité) sont sollicités par un système de bouche à oreille ce qui n’est pas suffisant pour assurer des revenus réguliers à Stéphane, son rêve étant de pouvoir être autorisé à vendre légalement ses bons produits à des «consomm’acteurs» conscients de l’impact de leur consommation et du changement qui doit s’opérer dans les années à venir.

 

 

Les prochaines étapes du Collectif "Quand l'abattoir vient à la Ferme":

 

- Notre Collectif va tenter de déployer une expérimentation in situ soit du caisson d'abattage, soit du camion autrichien dans les mois qui viennent.

 

- Cela sous-entend la rédaction d'un cahier des charges, et l'obtention d'une dérogation départementale/régionale autorisant ce test.

 

- Une fois ces éléments viables, la question du financement de cet outil d'abattage à la ferme se posera : financement du camion d'abattage et financement du personnel.

 

- Actuellement, le Collectif travaille activement à la formalisation de tous les éléments qui permettront de mener à bien cette expérimentation.

 

- L'aide apportée à la ferme de Stéphane constitue une première étape fondamentale du projet dans la mesure où nous envisageons très sérieusement de mener l'expérimentation dans sa ferme, en Dordogne. Si la ferme de Stéphane ne survit pas au marasme économique ambiant, nous ne pourrons malheureusement pas mener cette action.

 

Quelques photos des projets d'abattoir mobile en cours: 

 

Le camion Schwaiger exploité en Autriche:

 

Abattoir_mobile-1479298532

 

Le caisson d'abattage exploité en Allemagne:

 

Sans_titre-1479320481

 

Voici des articles récents sur Stéphane et sa ferme: 

 

Les Jours, "Steak Assez!"

https://lesjours.fr/obsessions/steak-assez/ep7-abattoir-ferme/

 

Abattoirs à la ferme, Anne Leroy pour les Inrocks Portrait de Stéphane Dinard et processus d’abattage d’un cochon à la ferme.

 

Sud Ouest, "Ces Éleveurs qui ne vont plus à l'abattoir!"

Ils ont élevé leurs animaux avec amour, en sachant qu’ils doivent mourir. Ils les destinent à une mort sans souffrance. Exemple avec Stéphane Dinard, en Dordogne.  

 

Ils nous soutiennent: 

 

"L'association en faveur de l'abattage des animaux dans la dignité (AFAAD) soutient le Collectif pour le développement de l'abattage mobile, porté depuis sa création, par la voix et l'énergie de Stéphane Dinard. Cette alternative aux seuls abattoirs industriels permettrait de garantir aux animaux, une bien meilleure prise en charge de leur souffrance et de leur stress lors de cette ultime étape."

Caroline BROUSSEAUD, Présidente de l'AFAAD -

 

 

Thierry Bedossa - Vétérinaire - Clinique du Pont de Neuilly - Pet In The City

"Stéphane est courageux et lumineux.

Abattre à la ferme des animaux élevés tout au long de leur vie dans le respect de leur dignité, de leur sensibilité, de leur intelligence et de leur goût pour le plaisir est la seule manière "civilisée" et humaine de consommer leur chair. Ou alors, nous redevenons tous des chasseurs pêcheurs cueilleurs du néolithique. » Thierry est ancien élève de l'école vétérinaire d'Alfort ENVA - Ancien interne de l'hôpital vétérinaire de l'université de Montreal - Attaché de consultation en médecine du comportement du CHUVA (ENVA)

 

Caroline Dumas, Fondatrice du site "Bio-Where?"

"En tant que collectif de consommateurs engagés et conscients ("Bio-Where?"), il est essentiel pour nous d'avoir la garantie que les animaux que nous consommons ont été élevés avec respect et ce jusqu'au moment ultime.

Nous faisons confiance à Stéphane Dinard depuis le début pour que ce projet d'abattage éthique à la ferme voit le jour le plus vite possible."

Nous vous remercions pour votre soutien précieux!

 

Périco Légasse, Journaliste et critique gastronomique.

 

 

 

St_phane_vache_ferme-1479194472

À quoi servira la collecte ?

 

Nous vous sollicitons donc aujourd’hui pour aider Stéphane dans son combat. Il a besoin de nous pour développer sa ferme éthique le temps que la loi sur l'abattage évolue. 

 

St_phane_dans_sa_ferme-1479149595

 

Tant que la loi n’évoluera pas, Stéphane et ses bêtes seront menacés de disparition aussi est-il urgent que nous tous, consommateurs et citoyens engagés, l’aidions à développer son métier d’éleveur engagé tout en menant son combat pour les animaux.

 

Votre contribution servira à :

- Nourrir les bêtes cet hiver

- Financer une partie du tracteur que Stéphane doit acheter d’occasion (valeur totale 10 000€)

- Finaliser le remboursement des frais qui ont permis de construire la salle de transformation dans la perspective du développement prochain de l'abattage mobile.

 

Pour information les animaux de Stéphane sont élevés en bio et même au delà puisqu’aucun d’entre eux n’est traité aux antibiotiques (le bio autorise les antibiotiques 3 fois par an). Les soins apportés sont homéopathiques et ostéopathiques. Ils sont par ailleurs nourris en plein air dans des prairies semées en bio. Les animaux de Stéphane ne consomment aucune farine animale ou compléments alimentaires. Il n’y a pas d’entrant chimique sur sa ferme.

 

Vache-veau-dexter_original-1479114557

 

Thumb_photo_st_phane_-1479116296
Caroline Dumas

Stéphane est paysan en Dordogne depuis de nombreuses années. Il est un des instigateurs du Collectif "Quand l'abattoir vient à la Ferme" avec Jocelyne Porcher. Il défend de longue date le droit et l'éthique des animaux et se bat pour élever ses animaux dans la dignité jusqu'à la fin de leur vie, fin de vie qu'il effectue au sein de sa ferme.... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Le groupe Nature et Progrès Quercy Gascogne (dont je suis un des co-présidents) soutient bien évidement ta démarche. Si il faut encore du soutien financier fais nous signe avant la fin de la collecte. Cordialement Dominique
Thumb_default
Merci continuer ainsi!
Thumb_default
tant de pratiques d'elevage et abattage industrielles sont revoltantes, comment accepte-t-on de consommer de ce qui sort de ces endroits ? j'y arrive pas, suis poussée a 99% de vegetarisme depuis 20 ans. merci et bon courage dans votre lutte !