Faisons du Prix Ali Boudoukha du meilleur article d'investigation le bouclier des journalistes et lanceurs d'alerte algériens.

Large_affiche_boudoukha_-1498510495-1498510579

Présentation détaillée du projet

Le Prix Ali Boudoukha du meilleur article d’investigation revient dans sa deuxième édition. En 2014, Maghreb Emergent, journal économique en ligne basé à Alger, lançait un prix pour soutenir l’effort de l’investigation de presse dans les rédactions en Algérie.

 

Grâce à vous déjà, contributeurs sur cette même plateforme de financement participatif, il réussissait à organiser le concours dans d'excellentes conditions. Trois lauréats ont ainsi été récompensés lors d’une cérémonie mémorable le 27 avril 2014 à l’hôtel Sofitel d’Alger.

 

Laure_at_-_1-1498348268

 

Laure_at_-_2-1498347795

 

L’émotion de la mémoire du défunt Ali Bey Boudoukha, cofondateur de Maghreb Emergent décédé en novembre 2011, se mêlait à la fierté d’avoir mobilisé les forces vives citoyennes autour de ce coup d’essai. 

 

Qui était Ali Boudoukha ?

 

Ali Bey Boudoukha est un éminent journaliste algérien décédé en 2011 à l'âge de 60 ans. Il a été cofondateur de l'agence de presse Interface Médias éditrice depuis avril 2010 de Maghreb Emergent. Après son départ de la chaine 3 de la radio algérienne à la fin des années 80, il a participé à de nombreuses aventures professionnelles (La Nation, Libre Algérie, L' Epoque...) et a été correspondant de RFI en Algérie.Photo_boudoukha-2-1498348816

Nous avons choisi de donner son nom au Prix du meilleur article d'investigation algérien parce que Ali Boudoukha cherchait toujours à en savoir plus. Il a beaucoup travaillé dans les situations d'urgence avec l'intuition et l'énergie de l'enquêteur de presse. Ce prix est un hommage à son engagement professionnel exemplaire pour la vérité des faits et la liberté de l'information.Photo_boudoukha-1-1498349052

 

Un contexte plus difficile

 

Le Prix Ali Bey Boudoukha ne s’est pas tenu en 2015 et en 2016. Les affaires qui appellent à des investigations de presse ont pourtant grandi durant la période en Algérie.

 

Le swissleaks HSBC et son lot d’évasions fiscales (révélé par Maghreb Emergent), le feuilleton à rebondissements des Panama Papers, les affaires de maltraitance des migrants subsahariens en Algérie, le retour de l’ex ministre de l’Energie Chakib Khelil, alors qu’il est poursuivi par le parquet d’Alger, etc., il y avait la place pour couronner un beau lauréat du Prix Ali Boudoukha en 2015-2016. Cela n’a pas pu se faire.

 

Le contexte est devenu entre temps plus dur pour les médias en général dans notre pays. Plus précaire pour les médias en ligne. Radio M, un autre média sur le web, associé à Maghreb Emergent a échappé à un sort funeste en septembre 2015 après que le général en retraite qu’elle a interviewé, Hocine Benhadid, ait été embastillé pendant près de neuf mois sans aucune forme de procès. Nous n’avons pas failli en différant la deuxième édition puisque nous voilà.

 

Un rôle de protecteur

 

Notre engagement repose sur une conviction forte. Pas de marche possible vers la démocratie sans des citoyens pleinement informés. Or l’information qui fait avancer la clairvoyance civique est souvent la plus périlleuse à produire car elle touche à des intérêts lourds, à des faits occultés. Souvent protégés par le recours à la menace implicite de représailles.

 

Soyons honnêtes. Depuis 2014 et le lancement du Prix Ali Boudoukha du meilleur article d’investigation, les conditions pour produire des enquêtes de presse indépendantes ne se sont pas améliorées dans les rédactions algériennes. Les budgets réservés à cet exercice exigeant et sans garantie de résultat, se sont même contractés. La presse papier est entrée en crise, sans que l’essor des médias électroniques n’atteigne encore sa plénitude du fait d’un contexte liberticide.

 

Quelques-unes des meilleures investigations de cette dernière année sur les Panama Papers n’ont pu paraître que sur Mediapart ou Le Monde, alors qu’elles ont été produites en Algérie par un journaliste algérien. Pour autant, des formations ont eu lieu notamment grâce aux aides multilatérales qui ont amélioré la qualité des investigations, même si elle demeure insuffisante.

 

La 2e édition du Prix Ali Boudoukha veillera à étendre leur audience. Elle protégera des « retours de bâton » institutionnels les journalistes qui s’y risquent. Elle rappellera la sacralité de la vérité des faits dans les enquêtes qui touchent au domaine public.

 

Une nécessité pour le contrat démocratique

 

Le concours pour le meilleur article d’investigation est ouvert à tous les journalistes professionnels qui auront publié sur un média algérien un article d’investigation avant le 30 juin 2017. Un jury composé de trois membres examinera les articles soumis par les candidats. Le prix sera décerné avant la fin du mois de juillet 2017.

 

Chers amis lecteurs de Maghreb Emergent, parfois aussi auditeurs de Radio M, cette souscription s’adresse à vous autant qu’à toutes les bonnes volontés, au Maghreb et dans le monde, sensibles au sort de l’indépendance du métier de journaliste en Algérie.

 

 

L’équipe de Maghreb Emergent côtoie au quotidien des citoyens qui doutent de l’équité de l’Etat, de la loyauté des médias envers la vérité. Elle travaille pour que les citoyens soient les premières sources d’alertes qui déclenchent les enquêtes de presse. Elle œuvre pour que les médias autant que les réseaux sociaux donnent aux lanceurs d’alerte la protection qu’ils méritent.

 

L’enquête professionnelle de presse restitue dans le style équilibré, à charge et à décharge, par recoupements, l’action, délictueuse ou déviante, des acteurs, grands et moins grands, de la vie publique. Elle est nécessaire au contrat démocratique à réaliser.

 

La meilleure caution de son indépendance est votre engagement à l’aider. En faisant du Prix Ali Boudoukha un bouclier lumineux au-dessus de tous les éclaireurs lancés sur les sentiers de la vérité.

À quoi servira la collecte ?

La seconde édition du Prix Ali Boudoukha prime des articles d'investigation parus dans la presse algérienne entre janvier 2016 et juin 2017. Comme pour la première édition, le président du Jury est Lotfi Madani, ancien collègue et ami de Ali Boudoukha avec qui il a débuté en 1974, le même jour à la même heure, sa carrière à Radio Alger. Professionnel de la radio, il a été également universitaire et expert international en communication. 

 

La souscription de 3000 euros que nous lançons correspond à la dotation du prix que recevra le lauréat, un ou une journaliste qui aura sans doute pris des risques professionnels pour mettre en lumière des faits enfouis. Nous voulons que la récompense vienne de vous, lecteurs-citoyens sensibles à l'émergence d'une presse d'investigation en Algérie. Le recours au financement participatif est une manière d'assurer l'indépendance du prix, sa crédibilité. 

 

Si nous dépassons l'objectif, nous pourrons alors financer la cérémonie de remise de prix, à savoir : 

- la location d'une salle pour une centaine de personnes : 1000 €

- le cocktail et la collation pour une centaine de personnes : 800 €

- la prise en charge du Jury dont le président Lotfi Madani est établi à Tunis : 150 €

 

Nota bene : Maghreb Emergent est édité par l'Agence Interface Medias, une société de droit algérien qui ne possède donc pas de compte en devises à l'étranger. De ce fait, la somme de la collecte sera versée sur le compte de Walid Boudoukha, fils de Ali Bey Boudoukha et un de nos actionnaires domicilié en France.

Thumb_avatar_maghreb_emergent
Maghreb Emergent

Maghreb Emergent est un pure-player algérien spécialisé en économie, né en 2010 à Alger, à l’initiative d’un collectif de journalistes qui en sont les actionnaires historiques. En sept ans, le journal électronique édité par l’Agence Interface Médias (IM) s’est imposé dans le paysage médiatique de l’Algérie et du Maghreb avec plus de 4 millions de pages... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bon courage !
Thumb_default
"Notre liberté dépend de la liberté de la presse, et elle ne saurait être limitée sans être perdue" (Thomas Jefferson, 1776, Déclaration d'Indépendance des Etats-Unis D'Amérique). Vive la Presse libre, éclairée et éclairante!
Thumb_default
Super projet que je soutiens depuis Paris !! :)