Aidez la population d'Alédjo à ne pas quitter le village ou le pays grâce à la ferme solidaire qui se veut être une source de travail pour eux.

Large_benin_kkb_imag_visuel-1477658239-1477658246

Présentation détaillée du projet

Ali et Rita présentent SENAMA AMARAKA

 

 

SENAMA AMARAKA (signifie "Aide-moi") est une ferme agricole solidaire (solidarité morale) envers les jeunes et les adultes, femmes et hommes à Alédjo, petit village situé dans le nord du Bénin.

 

Actuellement, l'exploitation agricole produit des noix de cajou, de l'igname et du maïs. Ce dernier est utilisé pour notre propre consommation.

 

 

5dm32472-modifier-1477684179

Photo © Rita Strepenne - La maison, un jour de pluie, IP et Oloufadé attendent qu'elle s'en aille.

 

 

SENAMA AMARAKA souhaite devenir une source de travail pour les jeunes et moins jeunes du village, des régions limitrophes et du Togo.

 

 

5dm31915-1478729354 Photo © Rita Strepenne - Le champ et la brousse en arrière plan.

 

 

Aidez les jeunes et moins jeunes d’Alédjo et des environs proches à ne pas quitter leur village ou leur pays grâce à la ferme solidaire qui se veut être une source de travail pour eux.

 

Le paradis n'est pas de l'autre côté !

Le paradis est sous leurs pieds !

Le paradis est dans leurs mains !

Le paradis c'est votre don !

 

Aidez les jeunes à travailler, Aidez les jeunes à rester dans leur village, et ce, grâce à vos dons et au travail que SENAMA AMARAKA et ses cultures pourront leur procurer.

 

 

 

 

 

INTRODUCTION

 

 

 

Durant mes dernières vacances, j’ai opté pour un petit village situé au nord du Bénin. Celles-ci n’étaient en rien touristiques. À la base, un ami m’avait parlé de son village, de son champ et de la nourriture naturellement bio que l’on mange là-bas. Dès lors, mon premier objectif était de découvrir ce village situé dans la commune de Bassila et dans l’arrondissement d’Alédjo, cohabiter et partager réciproquement des moments de vie avec quelques familles du village d’Alédjo.

 

Lors de ces deux semaines et demie, j’ai donc eu l’occasion de vivre des moments incroyables et inoubliables avec certains villageois, la famille d’Ali et les travailleurs présents au champ. Tout comme ces derniers, j’ai mis la main à la pâte. J’ai sarclé les buttes à ignames.

 

Img-20160722-wa0002-1477343707

Photo prise par l'un des travailleurs - Débroussaillage des buttes à ignames.

 

Ce travail n’a rien de facile et est relativement dur et épuisant puisque tout se fait à la main, le dos courbé sous la chaleur et la poussière. Dos courbé d'une part, parce que le manche des outils est relativement court pour nous européens et d'autre part, parce qu'on leur enseigne cette technique à l'école du village.

 

28042016-5dm31390-1478453618

Photo © Rita Strepenne - Sarclage des mauvaises herbes.

 

02052016-5dm33144-1478812782

Photo prise par l'un des travailleurs - Débroussaillage des buttes à ignames.

 

28042016-5dm31564-1478810703 

Photo © Rita Strepenne - Poussière soulevée lors du débroussaillage.

 

29042016-5dm31778-1478813450

Photo © Rita Strepenne - Poussière soulevée lors du débroussaillage.

 

Vu que j’ai travaillé avec eux, étant donné que j’ai mangé dans les mêmes plats qu'eux, que j’ai rigolé et blagué avec eux tel une béninoise, un terrain de confiance s’est très vite installé. Cela m'a permis de les photographier en toute simplicité lors des travaux dans le champ.

 

La confiance entre les villageois et les membres de la famille de mon ami, m'a également permis de les prendre en photo en toute spontanéité.

 

27042016-5dm31225-1478802740

Photo © Rita Strepenne 

 

5dm33058-3-1478730839

Photo © Rita Strepenne - Alédjo

 

 

Dans le but de mettre sur pied notre projet solidaire et social, source de travail pour les jeunes et moins jeunes du village, des régions limitrophes et du Togo, nous nous adressons à vous, chers lecteurs et “donateurs” de projets sur KissKissBankBank.

 

 

Le paradis n'est pas de l'autre côté !  

Le paradis est sous leurs pieds !  

Le paradis est dans leurs mains !  

Le paradis c'est votre don !

 

 

Aidez les jeunes à travailler, aidez les jeunes à rester dans leur village, et ce, grâce à vos dons et au travail que SENAMA AMARAKA et ses cultures pourront leur procurer.

 

 

27042016-5dm31158-1478803119

Photo © Rita Strepenne

 

 

ALI ET RITA, QUI SOMMES-NOUS?

 

 

 

ALI est agriculteur et propriétaire du champ. Il est né au Togo. Sa maman est de Bassila, au Bénin. Après avoir vécu quelques années au Togo, la maman accompagnée de ses enfants retourna dans son village natal au Bénin. A cette époque, Ali avait une quinzaine d’années. Avant d’avoir ses propres champs, il a travaillé comme dessinateur brodeur à Cotonou, au Bénin. Toutes ses broderies avaient un rapport avec la nature.

 

5dm31741-1477677677 Photo © Rita Strepenne - Ali.

 

Il a commencé à travailler dans l’agriculture dès l’âge de 12 ans. L'agriculture, c'est sa passion. Il aime ça, il ne vit que pour ça et ne rêve que de ça. C'est un agriculteur modeste et généreux avec un souhait : agrandir la culture de l’igname, du maïs et du cajou avec d’autres cultures, et ce, en vue de fournir du travail aux jeunes et moins jeunes du village et des environs.

 

Actuellement, il vit et travaille en Belgique. Après ses journées, il cherche des vêtements, du matériel électroménager et autres matériel à envoyer là-bas pour offrir ou parce qu'on le lui a demandé. Il donne une nouvelle vie aux objets et vêtements déjà usagés.

 

Quand il rentre au village, il s’occupe des travaux à réaliser au champ. Ali travaille et mange comme les autres membres de l’équipe. Ensemble, ils partent chasser dans la brousse afin de rapporter de quoi manger le midi ou le soir.

 

Ali travaille et mange comme les autres membres de l'équipe

 

28042016-5dm31439-1478456037

Photo © Rita Strepenne

 

28042016-5dm31561-1478456784

Photo © Rita Strepenne

 

 

De gauche à droite : Abremou, Ali, Nassirou, IP, Abrem, Oloufadé et Arafad.

 

28042016-5dm31476-1478456174

Photo © Rita Strepenne - Ali et l'équipe en train de manger de l'igname.

 

Ensemble, ils partent chasser dans la brousse afin de rapporter de quoi manger à midi et le soir.

 

28042016-5dm31626-1478456897

Photo © Rita Strepenne

 

S'il reste sur place durant quelques jours, il dort, comme les autres, sur une natte soit à la belle étoile autour d'un feu de bois, soit dans les chambres. Dès l'aube, ils reprennent tous ensemble les activités de la veille.

 

 

SON VŒU

 

Procurer du travail aux femmes comme aux hommes, jeunes et moins jeunes de son village, des régions limitrophes et du Togo et ainsi, les empêcher de quitter leur localité pour des contrées lointaines en prenant toutes sortes de risques.

 

Les jeunes s’entêtent à vouloir quitter leur lieu de vie car ils pensent que le paradis se trouve en Europe ou ailleurs. Certains s’en vont jusqu’à Cotonou ou dans les pays voisins comme le Ghana, le Burkina Faso, le Niger... D’autres traversent l’océan. Certains ne reviennent jamais. D’autres rentrent bredouilles car ils n’ont rien trouvé et se rendent compte que les aînés n’avaient pas tort en expliquant la vérité des choses. En leur exposant la réalité telle qu'ils la voyaient et ressentaient. En leur racontant qu'au final, le paradis sur terre n'est pas de l'autre côté de l'océan mais bien chez eux, sous leurs pieds.

 

En revanche, si les jeunes avaient un travail, ils resteraient plus facilement dans leurs villages et dès lors pourraient, dans un premier temps, aider financièrement leurs parents et dans un second temps, préparer leur avenir.

 

Il espère de tout cœur que SENAMA AMARAKA et son devoir "solidarité morale et aide" envers les villageois se concrétiseront grâce à vos dons.

 

SON CHAMP ET SES CULTURES

 

En ajoutant d’autres plantes telles que le manioc, le mil, la pomme de terre pour frites et le soja aux autres cultures actuellement cultivées, SENAMA AMARAKA apportera du travail aux jeunes et moins jeunes de la localité et des régions limitrophes qui veulent travailler dans les champs.

 

Les plantes sont cultivées et récoltées avec l’amour du travail de la terre, le respect de la nature, des plantations. Et surtout à SENAMA AMARAKA le travailleur est respecté. Puisque le labeur est épuisant, ils font durant la journée régulièrement des pauses. Elles sont importantes car ce sont des moments de plaisanteries entre eux et de repos.

 

28042016-5dm31437-1478733274

Photo © Rita Strepenne - Arafad se repose quelques instants.

 

03052016-5dm33251-1478808176

Photo © Rita Strepenne - Farad, le petit, m'a accompagnée au champ. Il souhaitait une séance photo.

 

RITA est fille d’un ouvrier agricole ardennais. Enfant, elle l'accompagnait souvent dans les champs. Lorsqu'elle avait entre 3 et 6 ans, elle rêvait d'une ferme différente des fermes belges.

 

Quand elle le peut, elle travaille dans un jardin communautaire, apprécie travailler la terre et aime la nature. Elle travaille également comme bénévole dans différentes associations sans but lucratif de sa ville.

 

Tout en recherchant un travail, elle poursuit des cours de photographie aux Beaux-arts de Namur. Et en parallèle, elle participe à deux ateliers photos numériques, l'un à Namur et l'autre à Bruxelles. C'est elle qui a pris, durant son premier séjour, les photos qui illustrent ce document.

 

Depuis son retour, elle envoie, au village par l'intermédiaire de son ami, des vêtements qu'elle reçoit en don suite à un appel lancé à ses amis et connaissances.

 

Grâce aux photos qu'elle prendra lors du futur voyage, vous serez informé de l'état d'avancement du projet.

 

 

Rita-1477677663

Photo prise par l'un des travailleurs. Une villageoise venue rendre visite, en orange Rita.

 

 

 

 

 

LE PROJET

 

 

 

Le projet agricole SENAMA AMARAKA se veut solidaire et social dans le sens où il fournira du travail et un revenu aux personnes (jeunes et moins jeunes) de la localité mais également à d’autres personnes provenant du Togo et d'autres régions limitrophes.

 

Carte du Bénin

 

Cartebenincomplete1-1478730074

© club-des-voyages.com

 

 

 

En vert, la situation géographique du lieu

 

Cartebenin-1478733804

Dessin © Rita Strepenne

 

À Alédjo au Bénin, l'exode rural est flagrant parce que les opportunités offertes aux jeunes pour trouver du travail sont rares et de ce fait, ils décident de quitter le village. Ils s'en vont soit pour un pays limitrophe, soit pour rejoindre l’Europe en prenant tous les risques inimaginables tels que la traversée de l’océan avec des bateaux de fortunes, l’entrée illégale en Europe… soit pour rejoindre Cotonou la capitale économique du Bénin.

 

Les jeunes côtoyés me disaient tous, "On veut partir pour l'Europe"… Ils m'ont aussi dit que le Paradis était de l'autre côté de l'océan...

 

Je leur ai demandé pourquoi, puisque vous avez tout à portée de mains ? Et tous me répondaient : "nous voulons de l'argent, nous voulons travailler"…

 

Je leur ai répondu que du travail, il y en avait beaucoup chez eux, qu'il fallait seulement le créer.

 

 

LE CHAMP, LA CULTURE, LA VIE SUR PLACE ET L'ÉQUIPE

 

AMARAKA est situé dans la brousse, entre deux villages. Le terrain a une superficie de 65 hectares dont 15 hectares sont déjà dédiés à la culture de l’igname et aux alentours il y a les anacardiers, la noix de cajou. Le restant sera partagé entre la culture du manioc, du mil et du soja à raison de plus ou moins 15 hectares par type de culture. Une parcelle de plus ou moins 5 hectares serait dédiée à la culture de la pomme de terre à frites.

 

5dm32100-1478736706

Photo © Rita Strepenne - Abrem ramasse nettoie l'allée entre les buttes à ignames.

 

Les travailleurs restent sur place quelques jours et logent dans une petite maison qu’il faudrait aménager de manière à ce qu’elle soit plus conviviale. Actuellement, il y a quatre chambres, il en faudrait une cinquième. Le toit en tôle ondulée est percé. Par conséquent, il est utile de le réparer et le consolider. Pour terminer, il est essentiel et fondamental de construire une pièce pour la douche.

 

La maison est construite à la main à base de bako (terre séchée). Les ajoutes seraient pareillement construites, à la main en utilisant les mêmes matériaux.

 

L'équipe se forme en fonction du travail qu'il y a à réaliser. Il y a les habitués, en général des jeunes du village ou des membres de la famille d'Ali et il y a les travailleurs de passage.

 

Le champ et ses plantations sont protégés et surveillés par des gardiens de nuit qui viennent lorsque les ouvriers agricoles rentrent chez eux.

 

 

 

QUELQUES PHOTOS

 

 

LE TRAVAIL DANS LE CHAMP

 

28042016-5dm31540-3-1478813364

Photo © Rita Strepenne - Débroussaillage des buttes à ignames.

 

5dm31369-1477675537

Photo © Rita Strepenne - Débroussaillage des buttes à ignames.

 

 

5dm31436-1477675835

Photo © Rita Strepenne - Abremou se repose pendant que d'autres travaillent dans le champ.

 

 

5dm32067-modifier-1477683738

Photo © Rita Strepenne - Débroussaillage des buttes d'ignames.

 

 

5dm31460-1477676106

Photo © Rita Strepenne - IP place un tuteur sur une butte à ignames.

 

 

5dm32137-1477685795

Photo © Rita Strepenne - Olufadé porte des tuteurs pour les jeunes pousses d'ignames.

 

 

28042016-5dm31388-1478511675

Photo © Rita Strepenne - Brûlage des broussailles.

 

 

LA VIE SUR PLACE

 

5dm32284-1477684805

Photo © Rita Strepenne - Israfilou se repose. En arrière plan, la maison en bako.

 

 

5dm32418-1477686183

Photo © Rita Strepenne - Préparation du repas.

 

 

28042016-5dm31709-1478512241

Photo © Rita Strepenne - La chasse - IP cherche l'endroit d'où pourrait sortir le rongeur.

 

 

LA PAUSE REPAS

 

5dm31468-modifier-1477689388

Photo © Rita Strepenne - Repas d'ignames pris au bord de la route car le travail se faisait non loin de là.

 

 

29042016-5dm32012-1478809555

Photo © Rita Strepenne - Préparation du foufou d'igname.

 

30042016-5dm32424-1478809775

Photo © Rita Strepenne - On pille les graines pour préparer une sauce.

 

28042016-5dm31755-1478813593

Photo © Rita Strepenne.

À quoi servira la collecte ?

Notre souhait : permettre aux jeunes et moins jeunes de travailler et de gagner un salaire avec SENAMA AMARAKA.

 

 

 

Notre souhait : permettre aux jeunes et moins jeunes de travailler et de gagner un salaire avec SENAMA AMARAKA.

 

 

 

 

 

LA COLLECTE DE DÉPART

 

 

 

Elle servirait d’une part à l’achat des matières premières pour semer ou planter en fonction de la plante : du manioc, du mil, des pommes de terre et du soja mais aussi à l’achat du matériel de travail de base pour cultiver le sol dans de meilleures conditions et permettre ainsi à une équipe complète de préparer, cultiver, entretenir et récolter correctement le champ avec ses différentes parcelles de culture.

 

 

D'autre part, elle permettrait en plus de payer les ouvriers en attendant que les récoltes donnent leurs “fruits”, de participer aux premiers déplacements des travailleurs du village pour se rendre dans le champ.

 

 

 

Les récoltes seraient vendues, soit à des grossistes, soit à des particuliers. L’igname et la noix de cajou seraient vendues uniquement aux grossistes. Quant aux pommes de terre à frites, elles seraient, dans un premier temps, vendues aux restaurateurs de Cotonou.

 

 

 

 

ESTIMATION DU COÛT

 

 

 

Le détail par poste

 

 

Cp_1__cout_des_postes_achat_du_materiel-001-1479590915

 

Les semis et plantations

 

 

Cp_2__cout_des_postes_achat_semences_graines_tubercules-page-001-1479590937

 

Amélioration du logement dans le champ

 

 

 

Cp_3__cout_des_postes_achat_toles_portes_fenetres-page-001-1479591201

 

Le salaire

 

Cp_4_-cout-des-postes_cout_salarial_travailleur-1478876134

 

Les transports

 

 

 

Cp_5__cout_des_postes_les_transports-page-001-1479593033

 

Le montant final de la collecte

 

Cp_6_cout_des_postes_montant_final-page-001-1479593049

 

 

Durée de la collecte : 2 mois

 

 

 

 

 

LES CONTREPARTIES

 

 

 

Au moment de vous écrire, il nous est impossible de vous donner une date précise concernant la remise des différentes contreparties. En effet, les bibelots des différentes contreparties concernées seront achetés sur place, chez des artisans béninois et de fabrication 100 % béninoiseSurtout, nous ne souhaitons pas vous tromper ni sur l'origine ni sur le lieu de fabrication de votre contrepartie.

 

 

 

En ce qui concerne les objets et tissus batik béninois, soit ils sont déjà fabriqués, soit l'artisan les réalisera dès réception des dons. Dans ce cas, on lui demanderait une œuvre unique, spécialement conçue pour vous "donateur kisskissbank". Bien sûr, chaque création ou chaque choix de cadeau sera réalisé en fonction de la contrepartie choisie.

 

 

 

Au sujet de la spécialité béninoise, l'enseigne n'a pas encore été choisie. En fait, vous la découvrirez tel un cadeau qu'on déballe lentement pour mieux profiter de l'émotion qu'est l'ouverture d'un cadeau enveloppé de "mille feux".

 

 

 

À propos des photos, vous pourrez les choisir, sur la page FACEBOOK "SENAMA AMARAKA".  Elles seront toutes postées sur cette page dans différents dossiers. Il vous suffira de nous envoyer un email à "senama.amaraka@gmail.com" afin de recevoir la photo ou les photos de votre choix, en fonction des conditions de votre contrepartie. Vous nous enverrez un courrier à l'adresse indiquée ci-dessus en y indiquant votre nom, votre contrepartie, le ou les dossiers selon votre choix. Au préalable, notez, dans le -s dossier s choisi -s, la ou les photos de votre choix par un petit commentaire sous la photo en question.

 

 

 

Quant aux noix de cajou, elles seront achetées, comme les autres objets, au Bénin. Soit elles proviendront de SENAMA AMARAKA, soit elles seront achetées chez l'un ou l'autre producteur béninois du village même ou des villages proches.

 

 

 

Pour ce qui est du transport de Cotonou-Alédjo et du logement sur place, relatif à votre visite du village et du champ, nous vous conseillons de nous en parler avant de partir. D'une part, dans l'intention de mettre au point votre voyage entre Cotonou et Alédjo. Et d'autre part, de manière à vous recevoir dans les meilleures conditions possibles.

 

 

 

 

 

REMERCIEMENTS

 

 

 

 

D'avance, toute l'équipe de SENAMA AMARAKA et nous-mêmes, nous vous remercions pour vos dons.

 

 

 

N'oubliez pas notre "refrain" :

 

 

 

Aidez les jeunes et moins jeunes d’Alédjo et des environs proches à ne pas quitter leur village ou leur pays grâce à la ferme solidaire qui se veut être une source de travail pour eux.

 

 

 

Le paradis n'est pas de l'autre côté !

 

 

Le paradis est sous leurs pieds !

 

 

Le paradis est dans leurs mains !

 

 

Le paradis c'est votre don !

 

 

 

Aidez les jeunes à travailler, Aidez les jeunes à rester dans leur village, et ce, grâce à vos dons et au travail que SENAMA AMARAKA et ses cultures pourront leur procurer.

 

 

 

5dm31799-modifier-1478864722

Photo © Rita Strepenne - SENAMA AMARAKA, un champ, des cultures... un avenir sous leurs pieds.

Thumb_avatar-1477496692
Senama Amaraka

ALI est agriculteur et propriétaire du champ. Il a commencé à travailler dans l’agriculture dès l’âge de 12 ans. L'agriculture, c'est sa passion. Il aime ça, il ne vit que pour ça et ne rêve que de ça. C'est un agriculteur modeste et généreux avec un souhait : agrandir la culture de l’igname, du maïs et du cajou avec d’autres cultures, et ce, en vue de... Voir la suite