Large_kiss5

Présentation détaillée du projet

SENSITIVES

 

Création contemporaine inspirée des Chansons de Bilitis de Pierre Louÿs.

Texte et mise en scène \ Naéma Boudoumi

Chorégraphie \ Prune Petitdidier

Scénographie \ Camille Ansquer

Composition musicale \ Davia Santucci

Création lumière \ Laetitia Favret Costumes \ Sarah Topalian

Dessins \ Nicolas Némiri

Régie Mains d'OEuvres \ Gilles Davanture, Laetitia Favret, Michael Ghent

Avec \ Naéma Boudoumi, Camille Hugues, Ugo Gonzales, Flora Kaprielian, Ingrid Liavaag, Chloé Renaud

Production : Compagnie Ginko

Avec le soutien de Regards et Mouvements, Mains d'OEuvres, la Maison populaire de Montreuil et la Mairie de Paris.

La compagnie Ginko est en résidence d'accueil-création à Mains d’OEuvres depuis mai 2011.

 

Les sensitives sont des plantes sensibles au toucher, leur particulatité résidant dans le fait qu'elles attrapent leur nourriture avec leurs feuilles. Il s'agit de l'un des mouvements les plus spectaculaires du règne végétal. Originaire de la Réunion et des Antilles françaises, elles sont surnommées Mimosa Pudica, Marie-Honte, Honteuse femelle ou encore Trompe la mort.

 

Résumé

Sensitives aborde le thème féminin et la question du corps. Des femmes se dévoilent et nous racontent leurs histoires. L'effeuillage devient le prétexte d'une mise à nue plus profonde, celle du coeur. Chaque personnage incarne un imaginaire érotique spécifique et entretient un rapport particulier avec son corps. Une amplitude qui part de la solitude d'une femme face à elle-même à une utilisation du corps comme vitrine. Sensitives nous donne à voir les femmes en sublimant leur quotidien. Se dévoiler sans jamais s’imposer…

 

Notes d'intentions

 

L'effeuillage comme prétexte.

A la question « Faites-vous du strip-tease ? », je réponds non. Nous nous servons de l'effeuillage comme d’un prétexte. Bien que chaque personnage représente un imaginaire érotique spécifique, c’est avant tout le portrait d'une femme confrontée à son corps et c'est ce point qui m'intéresse. La mise en scène reprend l'imagerie et les codes du strip-tease mais comme un moyen et non une fin. L'influence par exemple, du strip-tease burlesque est présente à travers plusieurs personnages. Cependant, plus on avance dans le spectacle, plus les femmes sont simples et abordent leur corps sans artifice et de façon apaisée. Le personnage de la femme secrète est celui qui synthétise tout : la beauté cachée, imparfaite et involontaire est celle que le spectateur va apprendre à regarder et à laquelle il va s'attacher tout au long du spectacle. Etre belle en mangeant un kebab, être en lumière et se sentir seule, être ronde et ne pas le traiter en burlesque. Vivre tout simplement sa différence en se donnant le droit d'être plurielle. Loin de la mode du Girlpower, Sensitives n'est pas un spectacle féministe ou les femmes veulent affirmer une puissance. Au contraire, la pièce aborde le lien, la communication, l'égalité. Démystifier le rapport à l'autre. Etre naturel, trouver du beau dans le honteux, de la laideur dans les apparats, s'offrir. Donner à voir une vision presque naturaliste de la beauté humaine.

 

Une enquête de société.

Questionner, écouter, s'inspirer. Nous allons prendre comme support le témoignage de passants dans la rue, en enregistrant leurs pensées sur le rapport qu’ils entretiennent avec leur corps, C'est une manière pour nous d'aller au bout de notre propos et de rencontrer une grande diversité de publics qui ne fréquentent pas forcément les salles de spectacle. Telle une émission de société comme "STRIP-TEASE", nous nous intéressons à la vie et l'avis des gens. Cette forme de travail est liée à ma formation d’ethnoscénologue dans laquelle l'enquête de terrain est fondamentale ainsi que ces mois passés au Sex-shop à entendre les confidences des clients bien souvent préoccupés par autre chose que le sexe. Ces témoignages seront utilisés pour créer une émission radio « Les Sensitives » écouté à tour de rôle par les différents personnages.

 

Danse, tissu aérien, pôle dance...: le physique au service de l'émotion.

Le travail de préparation physique est important. La mise en scène sous formes de tableaux enchevêtrés oblige les comédiens à être toujours en action ou transformation. Les émotions racontées sont denses et l'investissement total du corps amène le rythme du spectacle. Afin de créer une relation étroite de partage avec le public, les comédiens seront à la fois dans l'incarnation, la technique du spectacle et au sein même du public, installés parmi les spectateurs.

 

Dispositif scénique

 

Un dispositif décroissant.

La scénographie de Sensitives est à l'image de notre propos : une déconstruction des artifices pour arriver au brut. Nous débutons le spectacle par un cabaret dans lequel une barre de pole dance est installée, un ring et des passerelles métalliques, guirlande lumineuse. Le spectateur est accueilli dans une scénographie « esbroufe », ce qu'il imagine du strip-tease... Puis au fil des scènes, le décor se transforme, devenant un intérieur de maison, un océan, un jardin.... Le voyage l’entraîne vers un regard plus simple du corps, la scénographie devient de moins en moins exubérante, les lumières plus naturelles. Les corps deviennent accessibles, humains. Nous nous rapprochons des personnages afin de partager leur intimité. La création s'achève sur un décor quasi nu, accueillant juste un tapis sur lequel se prélasse Marie-Honte.

 

De Métal...

Nous utilisons des structures métalliques sur roulette. Je souhaite garder un rythme soutenu et dynamique durant tout le projet. En contraste avec la douceur des courbes des corps, nous avons choisi de travailler le métal. Les éléments scénographiques sont légers, transformables et permettent des changements rapides.

 

D'Ombres...

Voir, imaginer, titiller... Le théâtre d'ombres permet de mettre en lumière tout en suggérant les actes impudiques de la Femme Secrète dans sa salle de bain. Le spectateur est happé par sa silhouette et par certaines parties du corps dévoilées à travers les trous de la toile.

 

Et d'Air.

Dans notre voyage, nous croisons une sirène dont l’univers marin est aérien. Trapèze, épave, filet. Tout est suspendu. Le sol est comme une mer fellinienne, d'alluminium, laissant refléter la lune.

 

Actions de proximité

 

avec les femmes...

 

 

De Saint-Ouen

Ce projet s'invente et se nourrit du regard et du corps des femmes. En parallèle de la création, Naéma Boudoumi anime et travaille avec et pour les femmes. Des ateliers de sensualité animés par la metteur en scène construisent le projet. De 16 à 77 ans. Cabaret endimanché (Novembre 11 - janvier 12, Mains d'OEuvres) Des femmes de Saint-Ouen se sont laissées prendre au jeu de l'effeuillage et du cabaret. En collaboration avec Camille Mutel, danseuse-chorégraphe, nous avons développé avec chacune d’entre elles un autoportrait fantasmé dans lequel ces femmes se dévoilent. Festif et troublant, les participantes se rêvent icône. En janvier 2012, une restitution a été présentée dans le restaurant de Mans d'OEuvres, transformé en salle de cabaret pour l'occasion. Ce projet a reçu le soutien de Mains d'OEuvres et de l'aide à l'action artistique d'Arcadi.

 

Incarcérée.

Femme Secrète - Femme bijou (Août 2012, Maison d'Arrêt de Versailles) Nous avons choisi de développer plusieurs axes : l'intimité dans la promiscuité, la féminité, l'image de soi dans le milieu carcéral mais aussi la fête, le cabaret et la notion de spectaculaire. Cet atelier sera proposé à un groupe d'une dizaine de femmes de la Maison d'arrêt de Versailles. Ce projet a reçu le soutien du SPIP 78 et de la DRAC Ile-de-France.

 

L'équipe

 

Naéma boudoumi

Comédienne et metteur en scène.

Elle tient son apprentissage de l'Atelier International Blanche Salant et Paul Weaver, des Ateliers du Sudden Théâtre et participe à de nombreux stages auprès d'Ariane Mnouchkine, Mamadou Dioum, Tapa Sudana... Formée à la danse indienne, style Bharata Natyam, au centre Vijnana Kala Vedi dans le sud de l'Inde, elle cultive le goût de l'exotisme et puise également son inspiration dans les arts asiatiques tel que le Kabuki et le bondage. Elle fonde la Compagnie Ginko en 2007 pour la création de l'Arbre des tropiques de Yukio Mishima puis réalise en 2008 deux performances érotiques sur le Strip-tease à Paris ainsi qu'une mise en scène avec 650 jeunes danseurs pour 3 galas chorégraphiques sur les thème de la révolte et la ville au PACI. Elle travaille avec Cyril Menegun, Balthazar Barbault, Raymond Acquaviva, Roch-Anthoine Albaladejo, Anne de Petrini... Elle intègre en 2010 la Cie Casalibus, qui se produit notamment au Cabaret Sauvage dans une adaptation du Mahabharata pour le soutien des autistes. Parallèlement elle enseigne actuellement le théâtre dans deux Conservatoires de la région parisienne et à l’atelier théâtre amateur de Mains d’OEuvres, et transmet son goût de l'interdisciplinaire pour une culture alternative et ouverte. De plus en plus investie dans le Théâtre et le Handicap, elle intervient régulièrement à L'EMP de Rosny-sous-bois.

 

Camille Hugues

Comédienne. Après son apprentissage à la Comédie des Champs Elysées, et au Sudden Théâtre, Camille Hugues intègre la compagnie Ginko dès 2007 pour L'arbre des Tropiques puis Strip-tease. Elle tient dernièrement le rôle de la petite fille d'Amanda Lear dans Panique au Ministère mis en scène par Raymond Acquaviva au Théâtre de la Porte Saint-Martin. Prochainement elle interprétera le rôle du chat dans Alice aux pays des Merveilles, de Lewis Carrol, adapté par Anaïs Laforêt. Pour la création de Sensitives, elle se forme depuis plusieurs mois au trapèze et le tissu aérien.

 

Flora Kaprielian

Comédienne.

Formée aux Ateliers du Sudden, Flora Kaprielian travaille aujourd'hui pour le théâtre et le doublage. Dernièrement elle joue dans La Maison de Bernaba Alba de F.Garcia Lorca, Le retour au désert de B.M Koltès et La Nuit de Rois de Shakespeare mis en scène par Roch-Antoine Albaladejo. D'origine arménienne, Flora maîtrise l’espagnol, l’arménien et l’anglais, ce qui lui permet notamment de travailler en espagnol sur Sensitives.

 

Chloé Renaud

Comédienne.

Formée au Studio Pygmalion et aux Ateliers du Sudden, Chloé joue dans plusieurs pièces et prête régulièrement sa voix pour le doublage. Dernièrement, elle interprète le rôle de Bulle dans "Bal Trap" de Xavier Duringer mis en scène par Camille Hugues ainsi que le rôle d'Alice dans " Alice au pays des Merveilles", d'après Lewis Caroll, mis en scène par Jérémie Graine à l'Espace Paris Plaine. Prochainement, elle jouera dans "Juanita catcheuse mexicaine qui n'avait jamais connue d'homme". Elle pratique également le Pôle Dance.

 

Ugo Gonzales

Comédien.

Formé aux ateliers du Sudden, Ugo Gonzales intègre la compagnie Ginko en 2010 pour la création de Wanted. Il travaille également avec La compagnie Sans Chapiteau Fixe dirigée par Johana Boyé. Il joue récemment dans Le café des jours heureux, de J.Boyé et sera prochainement dans Captif, la dernière création de la compagnie du Temps Masqué.

 

Ingrid Liavaag

Comédienne.

Etudiante à l'Ecole Internationale Jacques Lecoq, Ingrid s'est tout d'abord formée au Forstudium Teater d'Oslo en Norvège. Elle intègre cette année La compagnie Ginko pour Sensitives et travaille également en Corse avec La compagniie Acrobatica Machina dirigée par Lauriane Goyet, pour Calamity Jane, spectacle prévu pour 2013.  

 

Prune Petitdidier

Chorégraphe et comédienne.

Professeur de danse Jazz, diplômée d'état, enseigne aujourd'hui à l'Espace Icare d'Issy-les-Moulineaux. Aprés avoir dansé pendant cinq ans au sein de la compagnie Parallèle de Cathy Bisson, elle crée sa propre structure, Lalytik et devient chorégraphe. Elle travaille désormais avec Naéma Boudoumi et la Cie Ginko avec laquelle elle collabore à la chorégraphie de Sensitives et développe sa pratique théâtrale. Elle se forme et enseigne également selon la méthode Pilate.

 

Camille Ansquer

Scénographe.

Architecte, diplômée d'état à l'ENSA de Bretagne, elle se spécialise très vite dans la scénographie. En 2006, elle devient l'assistante de Jacques Gabel sur trois pièces d'E.Bond, mise en scène par Alain Françon au Théâtre de la Colline. Elle travaille ensuite sur la scénographie de quatre des opéras de l'Angers-Nantes Opéra et intégre La Cie Casalibus. Plus récemment, elle concevait et réalisait la scénographie de Parasites de M. Von Mayenburg, mis en scène par Philippe Calvario au théâtre des Amandiers et contribuait en 2010 à la réalisation des décors de La Fausse Suivante de Marivaux, mis en scène par Lambert Wilson au Théâtre des Bouffes du Nord.

 

Sarah Topallian

Costumière.

Après son diplôme de Costumière/ Styliste/ Modéliste - ESMOD Paris, Sarah travaille au sein de plusieurs projet au théâtre et au cinéma. Dernièrement elle travaille avec Barbara Kraft pour Les Pseudonymes - Court-métrage de Nicolas Engel. Chaz Production, My Perfect Baby - Long métrage de Pierre Schoeller. Archipel 35 et Les films du Fleuve dans lequel elle assiste Ursula Paredes Choto. Elle a intégré la Cie Ginko en 2008 et a réalisé les costumes des performances Strip-tease en collaboration avec Anne Monier. Formée à la technique du bijoux elle intègre dans son travail le métal et les pierres.

 

Davia Santucci

Compositrice.

Elle se forme au chant et au théâtre à Paris à ATLA, Manufacture Chanson, AIT et FACT. Auteur-Compositeur-Interprète, elle vient de sortir son premier album "Sur le chemin sauvage" en Octobre 2011. Professeur de chant et chanteuse dans Electric Lady Band et Acoustik Lab., elle tourne principalement en Corse où elle collabore avec Naéma Boudoumi qui devient metteur en scène de son projet de compositions. "Sensitives" est sa première création musicale pour le théâtre basée essentiellement sur l'harmonie des voix. En ce moment, elle travaille sur la musique de "Fée des rêves" dernière création théâtrale de la compagnie Crocambule prévue pour 2013.

À quoi servira la collecte ?

 

Objectif: 3700 euros

 

Répartition

15 créations costumes a 150€ = 2250€

Décors ( Barre de Pôle dance + créations) = 1450€

 

 

Thumb_avatar_1
Cie Ginko

La compagnie Ginko a été crée en 2007 par Naéma Boudoumi. La ligne artistique de la compagnie se situe dans l'interdisciplinarité et la nécessité d'aller chercher le public là où il ne s'y attend pas. Rompre l'isolement, solliciter l'imagination du spectateur, rassembler différentes communautés autour de problématiques sociales et culturelles. La... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
UN ENORME MERDE À TOUTE L'ÉQUIPE!!! A LUNDI
Thumb_default
Pour que "les sensitives" poursuivent leur croissance sensuelle....
Thumb_default
Dernière ligne droite avant le rêve...