Première série sur les dérives de l'Etat d'Urgence, qui a depuis 2015 injustement visé des milliers de familles.

Large_affiche_droit_de_reponse_hd-1503112551-1503112573

Présentation détaillée du projet

Group_6-1503407220

 

Depuis 2003, notre association recense, analyse et lutte contre les actes islamophobes qui ont lieu en France. C’est ainsi que nous publions, chaque année, des rapports détaillés sur les actes de discrimination qui visent les personnes de confession musulmane.

 

Notre dernier rapport montre cependant un élément nouveau dans ces statistiques : l’impact de l’Etat d’Urgence. Après les attentats tragiques qui ont bouleversé notre pays, une décision a été prise par le gouvernement, et celle-ci a provoqué une atmosphère très inquiétante où des milliers de personnes de confession musulmane ont été soupçonnées, sans preuves, d’être un danger pour la République.

 

Les chiffres sont là : plus de 4000 perquisitions, dont seulement une dizaine a mené à une enquête liée au terrorisme… Ce qui montre que la réaction du gouvernement ressemblait surtout à une démonstration de force, et a provoqué par-là un état de crispation et de paranoïa au sein de la population (8000 signalements pour radicalisation), dans un moment où les amalgames sont, plus que jamais, dangereux. Notre association a géré, dans ce contexte d’Etat d’Urgence, plus de 400 dossiers : des perquisitions, des assignations à résidence et des interdictions de sortie du territoire.

 

Droit_de_reponse_vide-1503405672

 

Nous avons été interpellés par le témoignage des personnes qui ont subi ces perquisitions, parfois, il est vrai, dans des conditions normales, mais aussi, trop souvent, dans des conditions où les forces de l’ordre ont outrepassé les procédures, en manquant de respect aux familles et en humiliant les personnes. Ces perquisitions ont par ailleurs souvent eu des conséquences graves, psychologiques et matérielles (notamment sur les emplois des personnes suspectées, leur réputation, etc.)

 

Aujourd’hui cet Etat d’Urgence tend à se normaliser avec le projet de loi "Sécurité intérieure et anti-terrorisme", qui prétend sortir de l’Etat d’Urgence, mais qui, en réalité, instaure un durcissement sécuritaire dans lequel il s’agit simplement d’inscrire dans le droit ce qui auparavant était réservé à l’Etat d’Urgence : les perquisitions, les restrictions de certaines libertés, les fermetures des lieux de culte, les assignations à résidence (rebaptisées « mesures de surveillance individuelles »), etc.

 

Ces témoignages que nous avons recensés nous ont conduits à faire le récit, inspiré d’une histoire vraie, d’une des personnes que nous avons accompagnées, juridiquement et psychologiquement, pendant l’Etat d’Urgence. Afin d’approfondir le sujet, et de faire le portrait de cette atmosphère très particulière, le meilleur format nous a paru être la websérie de fiction. C’est ainsi qu’est né le projet de série « Droit de Réponse », que nous projetons de diffuser gratuitement début 2018.

 

Group_5-1503407277

 

Droit de Réponse est donc une série de fiction basée sur des faits réels. Composée de 7 épisodes de 20 minutes, cette série raconte l’histoire de Soumayya, cadre dans une société de sécurité des pistes d'atterrissage, qui, du jour au lendemain, sans explications, est licenciée pour faute grave, alors qu’elle n’avait jamais reçu d’avertissement auparavant. Apprenant les raisons de son licenciement via les médias, elle décide d’exercer un droit de réponse très particulier…

 

 

 

 

Group_4-1503407289

 

Scenario-1503405773

 

La série, bien que tournant autour de l’histoire de Soumayya, raconte plusieurs histoires en parallèle, et s’introduit dans le quotidien de la lutte contre les discriminations en montrant les différentes complexités de ce travail, notamment en faisant une immersion dans les bureaux du CCIF. En plus bien entendu de l’histoire principale, la plupart des éléments qui composent ce scénario sont inspirés de faits réels.

 

Conçue comme un thriller juridique, la série mettra en scène certains procès, et montrera comment une procédure est menée par les juristes, sous les pressions politiques et médiatiques.

 

Sans trop en dévoiler, on vous annonce déjà les personnages principaux :

 

Soraya-1503405186

 

Walid-1503405212

 

 

 

Group_3-1503407339

7 épisodes de 20 minutes

Genre : thriller judiciaire

Série créée par Ubaydah Abu Usayd

Réalisation : Waheed Khan & Ubaydah Abu Usayd

 

Group_2-1503407353

 

Soraya Hachoumi

Sonya Mellah

Walid Ben Mabrouk

Sarah Perriez

Assia

Karine Dogliani

Flora Malzoum

Islem Sehili

Atika Taoualit

Brigite Masure  

Alexandre Dupretz

À quoi servira la collecte ?

La réalisation de la série a déjà commencé, mais s'est mise en pause pendant les vacances pour préparer la suite. Nous sommes parvenus à tourner 2 épisodes avec une équipe et un budget très réduits (la majorité des comédiens sont pour le moment bénévoles et nous les remercions chaleureusement). Afin de poursuivre, nous lançons cette campagne qui nous permettra de payer désormais les comédiennens et les comédiens, et de traiter plus efficacement la réalisation, le montage et le mixage sonore de la série.

 

IL RESTE 5 ÉPISODES À TOURNER. NOUS LANÇONS UN FINANCEMENT PARTICIPATIF POUR LA SOMME DE 27 000 €

(SOIT 5000 € PAR ÉPISODE + les 5% reversés à KissKissBankBank et les 3% de frais bancaires).

 

En moyenne, le coût d’un épisode est de 5000 € (variable selon les frais liés à la location de lieux de tournage, comme le tribunal par exemple).

Le détail par épisode se décline comme suit :

 

Réalisation : 1000 €

Location de matériel : 600 €

Comédiens : 800€

Ingé son : 400 €

Frais de logistique et défraiements : 400 €

Locations de lieux de tournage : 500 €

Montage : 800 €

Mixage son : 500 €

 

Les fonds collectés sur KissKissBankBank seront reversés sur le compte de l'association ADDH-CCIF 

Thumb_ccif-logo-1503112884
CCIF

Le Collectif Contre l’Islamophobie en France est une association de défense des droits de l’homme (ADDH) fondée en 2000, dont la mission est de combattre l’islamophobie depuis 2003. La genèse du CCIF répond à une absence et à un déni. Le CCIF s’est constitué parce que les organisations antiracistes traditionnelles n’ont pas reconnu la réalité et les... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bon courage. Hate de voir le résultat de votre effort.
Thumb_default
Assalam aleykoum, l'initiative est belle et j'espère qu'elle rencontrera le succès escompté in sha Allah. Bravoooo à vous :)
Thumb_default
Bravo j'espère que ce film permettra à tous de voir la réalité du racisme quotidien