"SHAKE TON BOULI A BOURBA !" est un projet qui va faire bouger l'agriculture au Burkina Faso !

Large_grouue-1427926922

Présentation détaillée du projet

                                                                      Shake ton bouli à Bourba !

 

 

  Mais avant tout, qu'est ce qu'un bouli ?

 

   Bouli est le nom local donné à une retenue d'eau pluviale collinaire au Burkina Faso.

En fait, il s'agit d'une digue en terre construite en fond de vallon destinée à retenir les eaux de la saison des pluies. Le bouli se remplit donc de juin à septembre et doit subsister pendant une année pour répondre aux besoins des villageois.  

 

Bouli_avant_travaux-1427918292

 

 

Bourba ?  

 

   Bourba est un petit village situé en pleine brousse subsaharienne. Sans commerce, eau courante ni électricité, le village qui compte environ 1 200 personnes vit en quasi-autarcie.

Le climat Sahélien qui y règne, avec 6 mois de saison sèche et une saison des pluies de juin à septembre, est typique de cette région du Nord du Burkina Faso. Le village, très étendu, est organisé en concessions. Chaque concession, composée d’une famille allant parfois jusqu’à quatre générations, travaille ses terres pour subvenir aux besoins de toute la famille durant l’année. L’économie régionale est basée sur l’élevage et sur l’agriculture : 90 à 93 % des foyers ont une de ces activités comme principale source de revenus. 

 

  Concession-1427918479    

 

 

Mais pourquoi ''bouger'' un bouli ?   

 

   Le bouli est la principale ressource en eau du village utilisée essentiellement pour l’élevage extensif et les besoins ménagers des habitants. 
La forte pression pastorale exercée sur le bouli et son bassin versant accentue la dynamique de désertification du milieu et freine la régénération naturelle de la végétation, entraînant l’érosion des sols durant la saison des pluies. Un phénomène qui engendre l’ensablement et le comblement de la retenue d’eau, réduisant au fur et à mesure sa capacité de stockage. À terme, le bouli est voué à disparaître laissant les populations dans une situation délicate. La ressource en eau, en quantité insuffisante pour satisfaire les besoins liés à la production agricole, pastorale et maraîchère, est un facteur limitant au développement du village de Bourba.  

 

 

D'où vient le projet ?   

 

    Suite à une demande de la part des villageois de Bourba, un nouveau projet d’aide au développement de la commune de Boala est engagé. Les objectifs et priorités du projet ont été définis par la population locale en concertation.   

 

    Ils s'articulent en deux grandes phases : 

 

1. La réhabilitation du bouli de bourba :

 

  Pérenniser et augmenter la ressource en eau du bouli ;

  Préserver durablement les ressources naturelles élémentaires (eau, sol, biodiversité...) avec des techniques de génie végétal et écologique bien maîtrisées

 

2. Mise en place d'une zone de maraîchage en agro-écologie aux abords du bouli :   

 

   Suivant la volonté du groupe local de gestion du bouli une zone de maraîchage va être mise en place à proximité du point d’eau. L’irrigation des plantations sera ainsi facilitée. La mise en place, la formation des femmes et le suivi du projet sera piloté par les autorités locales et nos partenaires locaux afin d’assurer la durabilité de ce dernier.

   Par la suite, sous la supervision d’un intervenant local, la fertilisation sera assurée par des processus agroécologiques (association de plantes, mise en place de fosses à compost, légumineuses, rotations etc.).  

 

 

Mais qui sommes nous ?

 

    Ingénieurs Sans Frontières Montpellier est une association étudiante d’élèves ingénieurs agronomes qui est sensibilisée aux problématiques de désertification en milieu sahélien et spécialisée en développement agricole. L'association ISF apporte un appui technique et financier à ce projet au travers d’un partenariat signé en mai 2013.

 

 13montpellier__2_-1427917896

 

Partenaires : 

 

x Le Comité Villageois de Gestion du Bouli de Bourba. Il regroupe tous les acteurs et utilisateurs du bouli (agriculteurs, éleveurs et femmes), établi les objectifs du projet, réalise et assure la gérance des aménagements du bouli.

 

Img_0011-1427919013

 

x Le groupement Féminin de production maraîchère dénommé «  NOOM-BE-WENDE » regroupe 50 femmes du village qui ont cotisé afin de mettre en commun leurs moyens.  

 

Groupement_femme_mara_chage_-1427919137

 

x  La sous fédération UCODEP (Union des Comités pour le Développement des Peuples) joue le rôle de maître d’ouvrage pour le projet, c'est le principal interlocuteur sur place.  

 

x Peuples Solidaires Bagnols sur Cèze est une association loi 1901, créée en 1985 afin de renforcer la solidarité entre les hommes et d’apporter aux populations du Sud un soutien efficace au développement. Elle travaille en coopération étroite avec les populations de la commune de Boala depuis plus de 20 ans.    

 

4-1427919336

 

x Le CARI ( Centre d’Action et de Réalisation Internationales). Le CARI est une association spécialisée depuis 1998 dans l’accompagnement de ce type de projet, la lutte contre la désertification et la dégradation des terres au sahel.

 

Index-1427919288

 

 

La petite équipe :

 

Merlin  23 ans deuxième année du cycle d'ingénieur agronome :

 

" Particulièrement sensible aux questions environnementales et à la gestion des ressources naturelles, je partage entièrement les valeurs et l’éthique des approches agro-écologiques. Convaincu du rôle fondamental de l’agriculture paysanne et de l’alternative agro-écologique face aux défis de l’alimentation de demain, je soutiens une logique d’action pour la promotion et la démultiplication de cette solution d’avenir. Je suis engagé dans ce projet afin d'apprendre, d'échanger avec les populations locales et promouvoir une agriculture rentable, environnementale et sociale."

 

 

Maëliss, 21 ans, 1ere année du cycle d'ingénieur agronome :

 

"J'ai choisi de m'investir dans ce projet afin de soutenir le développement de l'agriculture biologique et de l'agro-écologie dans des zones difficilement cultivables. Ce projet me tient particulièrement à cœur de par son côté humain et son côté féministe qui vise à réduire la dépendance alimentaire et financière des femmes par rapport à la communauté masculine."

 

 

Margot, 23 ans, 2ième année du cycle d'ingénieur agronome :

 

"Déjà à vadrouiller à l'autre bout du monde alors que je n'étais pas plus haute que trois pommes, je suis convaincue que l'agriculture de demain ne doit pas être celle d'hier. Amoureuse de l'Afrique, ce projet sera à la fois formateur pour mon avenir professionnel mais surtout enrichissant grâce aux rencontres qu'on aura la chance de faire sur place. Engagée pour lutter contre l'insécurité alimentaire, l'installation d'une zone maraîchère à Bourba, lancée par les femmes du villages, est un projet permettant également de diversifier les sources de revenus des ménages. Alors go go go !"

 

                                                     Dsc09465-1427962911

 

 

Raythe, 20 ans, première année du cycle d'ingénieur agronome :

 

" L'agro-écologie est pour moi bien plus qu'une alternative à l'agriculture conventionnelle gourmande en intrants, c'est une vraie réponse aux enjeux de demain tant sur le point environnemental que social. Environnemental, pourquoi ? Parce que c'est un mode de production ne produisant aucune pollution. Social ? Car elle apporte l'indépendance des paysans vis à vis des grosses multinationales. C'est dans cet optique que je me suis engagé dans ce projet : pour participer à promouvoir l'agroécologie, rencontrer les personnes sur place et en apprendre un maximum à leur contact. "

 

 

Amandine, 20 ans, 1er année du cycle d ingénieur agronome :

 

"Mon action dans ce projet est gage d’un véritable engagement pour une agriculture durable et respectueuse de l’environnement. En effet, nos actions ont pour but d’apporter un réel développement social à Bourba. C’est pourquoi, les valeurs prônées me touchent particulièrement. Je souhaite, ainsi promouvoir une agriculture qui apporterait l’indépendance des villageois et ainsi amènerait des meilleures conditions de vie dans un milieu difficile."

 

 

Noémie, 20 ans, en 1ère année du cycle ingénieur agronome :

 

"J'ai choisi de m'engager dans ce projet car il était important pour moi de participer concrètement à la promotion d'une agriculture durable et respectueuse de l'environnement à travers le monde. En restaurant le bouli pour pérenniser la ressource en eau et en mettant en place ce maraichage agro-écologique, nous comptons améliorer durablement les conditions de vie des habitants de ce village africain. Ce projet est vraiment pour moi une expérience humaine exceptionnelle."

 

 

Céline, 20 ans, 1ère année du cycle ingénieur agronome :

 

"Ce projet est une représentation concrète de deux valeurs qui me tiennent à cœur, que je voudrais partager et transmettre : la solidarité et l'engagement qui sont selon moi des piliers de la société. De plus, m’étant engagée dans des études d’agronomie pour pouvoir poser ma pierre dans le changement vers un monde plus durable, ce projet permet d’être le premier grain de sable vers une vision plus grande dans le futur."

 

 

Anouk, 23 ans, 1ére année du cycle ingénieur agronome :

 

 

"J'ai choisi de m'investir dans le projet de réhabilitation du bouli de Bourba car il me permet de faire face à la réalité concrète des habitants du village, d'appréhender leurs demandes, leurs priorités, leur culture... Je peux ainsi prendre du recul sur mes études et mon futur métier d'ingénieur agronome. Il est un exemple des enjeux auxquels nous serons amenés à répondre.

Je me suis investie dans la lutte pour une autosuffisance alimentaire, une autonomie et un développement économique durables des habitants du village, mis en place par les habitants !"

                                                       

                                                                Dsc00533-1428993187

À quoi servira la collecte ?

   L'argent récoltée permettra de financer la mission de juin 2015. Les frais de la mission comprennent les déplacements (avion, location d'un fourgon sur place) de l'équipe d'ISF, le logement, la première session de formation des femmes à la conduite du maraîchage (réalisée par un professionnel local), la visite d'une ferme agroécologique pour les femmes du village, la mise en place d'une pépinière au village (grillage, piquet, fil de fer, sachet de rempotage etc...) et la plantation d'arbres d'intérêts.

 

  Cette mission est inscrite dans le cadre du projet global de réhabilitation du bouli de Bourba.  

 

  Le budget total du projet est détaillé ci dessous :  

 

Budget-1427917862     

 

   Nous pouvons également compter sur le soutien de L'Etudiant ! Qui nous a décerné le trophée de l'Etudiant en janvier 2015 à Montpellier. Il s'agit de trophées qui ont pour objectif de soutenir et d'encourager les jeunes à s'investir dans le cadre de la vie associative de leurs établissements.

 

On organise également des évènements tels que des repas partagés, des ventes de t-shirts ou un concert  (en cours) !

Thumb_logo2-1427925172
ISF Montpellier

Ingénieurs Sans Frontières Montpellier est une association étudiante d’élèves ingénieurs agronomes qui est sensibilisée aux problématiques de désertification en milieu sahélien et spécialisée en développement agricole. L'association ISF apporte un appui technique et financier à ce projet au travers d’un partenariat signé en mai 2013. ISF... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bravo à toute l'équipe si dynamique et pleine d'entrain ! Un beau projet en direction de personnes dignes et courageuses. Courage ! Vous y êtes presque... Jeanne
Thumb_default
A vous de jouer maintenant ! JME
Thumb_default
Permaculturant grâce à Merlin, à tout va, tous nos voeux de permaculteurs amateurs à l'équipe.