Splish Splash en portugais, umma en tamoul, smack en français. Nos baisers sont nos fossés, est ce qu'il nous manque des mots ?

Large_11297876_10206255750255617_736523552_n-1432299846-1432299908

Présentation détaillée du projet

11297876_10206255750255617_736523552_n-1432300054J'ai eu la chance, et j'en profite encore – d'avoir grandi, d'avoir été éduqué même, par des parents issus de l'immigration nord-africaine et subsaharienne. J'ai de la chance car cela me permet d'être ouvert aux autres cultures bien que je ne pense absolument pas que l'un n'aille pas sans l'autre. C'est d'une banalité sans nom pour certains, et cela est tout à fait compréhensible mais ce que je trouve marquant dans ma position c'est la pluralité des langages.

La pluralité des langages avec lesquels j'ai grandi.

 

Cette pluralité, elle est évidemment culturelle, éducationnelle, sociale. Et au delà des apparences, je pense que beaucoup de gens s'accorderaient à dire que le  langage est notre  meilleur allié. 

 

Sans doute, m'accorderais-je avec ces gens puisque je pense cela aussi à la différence faible que je crois également qu'il est notre pire ennemi. Il est le prolongement de la pensée mais il est aussi son plus saisissant obstacle.

 

Plusieurs fois dans ma vie, il m'est arrivé de ne pas pouvoir m'exprimer, non pas à cause d'une censure politique, d'une pression extérieure, mais simplement parce que j'avais l'intuition profonde qu'il manquait des mots dans ma langue. Qu'il me manquait des mots.

 

Et quelle violence, pour moi, pour beaucoup d'autres, de ne pas savoir si les mots nous manquent par inculture ou parce qu'ils n'ont jamais été inventés. De ne pas comprendre si la pensée est mal structurée ou bien si elle ne se suffit tout simplement pas à elle même.

 

J'ai été bloqué de nombreuses fois par cette sensation que j'ai d'ailleurs peiné à réellement expliquer tant le langage m'est apparu être un concept extrêmement compliqué.

 

Pendant des années, je n'ai plus eu ce soucis que je combattais à l'aide de phrases longues et laides qui finissaient toujours par me faire perdre la sensation profonde , l'émotion ressentie, parfois aussi le sens même de ma phrase. 

 

Toute ces années, j'ai cru – donc- qu'il en était de même pour la totalité de la population. J'ai cru cela longtemps sans jamais le conscientiser. Et puis cela est devenu une habitude de ne pas réellement dire le fond de ma pensée au delà même de toute diplomatie que l'on peut imaginer.

 

Un peu plus tard, j'ai lu Gaspard de Peter Handke et sans le vouloir, en lisant seulement,  j'avais trouvé un modèle. Un livre expliquait simplement une sensation que j'avais toujours eu. Caricaturale certes, mais je pouvais m'identifier pour une fois à ce Gaspard dans ce que je me permettrais d'appeler les trouées langagières.

 

Plus tard encore, dans mes rencontres, j'ai beaucoup discuté avec des amis étrangers, qui parlent d'autres langues. Au fil de nos discussions, Llosha, mon ami russe, a été incapable de m'expliquer plusieurs mots russes, Mathilde , portugaise n'a pas pu définir Saudad, Jerry, mongole m'a dit de venir habiter en Mongolie pour comprendre la signification de son discours.

 

De ce jour là, je me suis promis d'approfondir le sujet, et de le traiter dans un documentaire.

 

Le thème peut paraitre un peu lourd et c'est pourquoi j'ai choisi d'en faire un docu-fiction. La fiction amène de la légèreté et une vulgarisation des interviews parfois complexes. En effet, les intervenants sont des chercheurs, des passionnés, des traducteurs, des professeurs. 

 

Nos expériences, nos voyages, nos cultures sont si différentes que nous semblons parfois hermétiques au langage de l'Autre. Je ne crois pas que l'on se comprendra tous un jour.

 

Je fais seulement le souhait que nos baisers soient différents mais qu'ils sachent nous rapprocher.

 

 

 

 

L'équipe

 

Arthur Navarro

 

Arthur-1432120727

Comédien de base, Arthur se dirige ensuite vers l'écriture de scénarios et les techniques du cinéma et du spectacle, notamment à l'Ecole de Cinéma et de Télévision de Québec au Canada. De retour en France il intègre l'EICAR en alternance en tant que cadreur et monteur vidéo. Passionné par la caméra et la technique de l'écriture , ce documentaire lui permet d'utiliser ses deux passions.

 

 

Florian Le Prevost

 

Florian-1432120419

Après une licence de cinéma à Bordeaux, Florian prend la route du Canada pour suivre une formation de réalisateur et assistant réalisateur. Il réalise un documentaire et une symphonie urbaine qui sont tous deux projetés au festival de cinéma de la ville de Québec. Après son cursus, il s'installe sur Paris et travaille aujourd'hui sur un long métrage en tant qu'assistant réalisateur, deux autres courts métrages toujours en tant qu'assistant réalisateur. Il écrit son court métrage depuis presque un an et enchaine les petits projets pour l'amour du cinéma!

 

https://fr.linkedin.com/in/florianleprevost

https://vimeo.com/florianleprevost

 

 

 

Le compositeur

ExC et Jagger Jazz,membres du collectif Hypenoise sont Déjà actifs dans le beatmaking et la production chacun de leurs côtés depuis 2011. En 2012, les deux réunionnais laissent leur soucoupe en double file sur Paris. En 2013, ils décident d'unir leur force pour créer une antite qui mêlera hiphop, house et techno. Les Cosmic G travaillent a la réalisation de leur premier EP ATLAS qui sera disponible dans l'espace temps avant 2016.

 

https://soundcloud.com/hypenoisemob/cosmic-g-undress-sunset-remix

 

 

 

Le monteur

 

Alex-1432120471

Après avoir obtenu sa licence en Arts du Spectacle, Alex décide de changer d'air et part pour le continent américain et plus particulièrement au Canada. Il y suit une formation de montage vidéo au sein de l'École de CInéma et de Télévision de Québec et participe à quelques projets de cinéma direct et court-métrage avec Arthur et Florian .

À son retour dans le sud de la France, il travaille en collaboration avec l'artiste Ryon sur un clip et des sessions d'enregistrement acoustique.

Ce n'est que récemment qu'il s'installe sur Paris pour vivre pleinement de sa passion, il est actuellement engagé en tant que monteur sur un court-métrage et sur le pilote de l'émission web Kick Eat.

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

Les 500 euros que nous demandons permettent de couvrir certains frais que nous ne pouvons pas nous permettre d'avancer totalement.

 

Nous sommes aidés de toute part et l'engouement est réel autour de ce documentaire mais nous aimerions pouvoir défrayer au moins les gens qui travaillent dur pour nous.

En effet, nous disposons d'une caméra de très bonne qualité qu'une entreprise nous prête. Le son et la lumière nous sont aussi offerts. Les techniciens participent bénévolement à l'élaboration du projet. 

 

Voici à quoi servira la collecte :

- La composition de la bande originale du film : 150€

- Le défraiement des intervenants :                      50€

- La location des lieux :                                         80€

- L'assurance pour le matériel coûteux :             130€

- La nourriture :                                                     90€

 

Si la collecte dépasse nos espérances, nous pourrons investir dans un ou deux objectifs supplémentaires afin d'avoir une meilleure qualité et plus de flexibilité pendant le tournage. 

 

 

Thumb_arthur-1432057648
Flo23

Comédien de base, Arthur se dirige ensuite vers l'écriture de scénarios et les techniques du cinéma et du spectacle, notamment à l'Ecole de Cinéma et de Télévision de Québec au Canada. De retour en France il intègre l'EICAR en alternance en tant que cadreur et monteur vidéo. Passionné par la caméra et la technique de l'écriture , ce documentaire lui...

Derniers commentaires

Thumb_default
MILLE ENCOURAGEMENTS A TOUTE L'EQUIPE !!! DANIELLE
Thumb_default
ALLEZ LES JEUNES ! GRACE A VOUS LA FRANCE S'ENRICHIT ! BIG BISOUS. DANIELLE
Thumb_default
You can do it !