Aidez moi à financer mon 1er Album "Dangada" !

Large_12022015-img_9854-1464347646-1464347679

Présentation détaillée du projet

Bonjour à toutes et à tous, c'est la dernière ligne droite, nous avons atteint le montant demandé pour valider la collecte. Nous avons cependant toujours besoin de vous. Si nous dépassons ce montant (2900€) cela nous permettra de réaliser un beau clip vidéo, ainsi que d'engager un(e) attaché  de presse pour assurer la promotion du disque.

On compte sur vous!

Barka!

 

Simon

 

 

En exclusivité, le 1er morceau de mon disque: BEMAMENDARE

 

https://soundcloud.com/simon-winse/bemamendare/s-zNTpA

 

 

 

Bonjour les amis !

 

Mon nom est Simon Winsé. Je suis originaire du Pays San, au nord ouest du Burkina Faso. Ma musique vient de la terre rouge du Burkina, de la musique traditionnelle des cultivateurs de mon village, Lankue. C'est une fusion entre l'énergie issue des chants de travail et d'autres influences musicales qui me sont chères, telles que le blues et le rock.

 

 

 

 

 

Mon initiation aux instruments traditionnels

Je suis né dans une famille de musiciens. Enfant, mon père m’a appris à jouer de la flûte de masques, réservée aux initiés. On ne la joue que pour les funérailles et pour la fête des masques, une fête qui remercie les éléments : la terre, le ciel, l’eau, afin que la pluie tombe et que la récolte soit riche. Il m’a également initié à la flûte  « bergeuse », celle que joue le berger qui garde son troupeau, et à l’arc-à-bouche, ou « lolo », un instrument mythique aux vibrations envoutantes. Adolescent,  je rejoins Ouagadougou et  me spécialise dans la flûte peule et c’est  mon grand frère Tim Winsé, célèbre instrumentiste burkinabé, qui m’initiera à la Kora et au Ngoni.

 

 

 

 

 

 

 

Genèse de l’album "DANGADA"

 

Tout est parti d’une rencontre musicale avec le violoniste Clément Janinet et le musicien congolais Rido Bayonne, fondateur du Jazz Orchestra du Burkina, au Festival Jazz à Ouaga en 2005. Clément et moi avons commencé à nous envoyer des sons, des rythmes, des mélodies… Nous nous sommes ensuite retrouvés à Paris pour travailler. C’est ainsi que les premiers titres ont vu le jour.

Suite à cette rencontre, j'ai monté un groupe composé de Clément Janinet au violon, Moussa Koïta à la guitare, Jean Rollet-Gérard à la basse électrique et Jon Grancamp à la batterie.

 

 

 

2011, le groupe en concert au studio de l'Ermitage à Paris.

 

 

 

En 2012,  les organisateurs du festival Sun Art ont décidé de nous donner un coup de pouce et de nous faire notamment jouer en première partie de l’Orchestre Nationale de Barbès. C’est ainsi que nous avons été repérés par la Fondation de France et que nous avons bénéficié d’une résidence artistique dans le cadre du Festival Africolor 2013. En tant qu’artistes invités, nous avons profité de ce temps pour développer et peaufiner notre projet artistique, sous l’œil attentif du grand Cheick Tidiane Seck.

 

 

 

2013, vidéo présentation de mon projet à l'occasion du Festival Africolor avec la collaboration de Cheick Tidiane Seck.

 

 

 

Ma démarche artistique Je suis imprégné de la culture traditionnelle Samo et veille à sa survie. J'ai donc créé une musique qui tire son essence du rythme « Dangada » qui signifie « la joie », enrichie d’influences jazz, fusion et blues. La rencontre de mes instruments traditionnels (arc-à-bouche, flûte peule et Ngoni) avec le violon de Clément Janinet  constitue la clé de voûte de cette création musicale et lui confère toute son originalité. Violoniste de jazz ouvert à toute expérience musicale, Clément adapte son instrument à la polyrythmie Samo avec une virtuosité exceptionnelle en intégrant dans son jeu la technique du « Rourouga », ce violon traditionnel burkinabé monocorde.

Ce dialogue entre instruments traditionnels burkinabés et violon, enrichi des sonorités électriques de la guitare et de la basse, permet de mesurer toute la richesse de cette musique issue de la nuit des temps, source intarissable d’inspiration et de créations, résolument tournée vers l’interculturalité et la modernité. 

 

 

 

Mes textes

Je chante en samo mais également en mooré et dioula, les deux autres langues majeures du Burkina Faso. Je raconte l'histoire d'un peuple, l'avenir d'une jeunesse, les légendes où la richesse est dans l'homme. Mes textes évoquent l’amour sous forme de poésies, et des thèmes qui me sont chers comme les mauvais traitements à l’école, les inégalités hommes/femmes... Certaines chansons me sont également inspirées par le langage des masques de chez nous, ses vibrations spirituelles, ses adages.

 

L’important pour moi dans la musique est de toucher une personne, de susciter un sentiment de bonheur chez elle. Quand on joue au village, les gens éprouvent une joie telle qu’ils oublient tous leurs soucis. C’est ce sentiment que je veux provoquer chez mon public !

 

 

 

 

Mon premier album reflète donc ces influences en réunissant de nombreux musiciens d'origines diverses (Burkina, France, Cameroun, Congo Brazzaville...).

 

Un premier EP est sorti en Juin 2015. Il comporte 5 titres dont notamment le titre "Labatombouri"  enregistré au Burkina Faso avec le  grand Victor Démé quelques mois avant sa disparition.

 

J'ai besoin de vous pour m'aider à finaliser ce projet, c'est la dernière ligne droite !

 

Je vous remercie pour votre soutien !

 

 

 

2015, Festival Lafibala, Chambéry!!

 

    

À quoi servira la collecte ?

L'album "Dangada" comporte 11 titres avec plusieurs guests que vous découvrirez prochainement.

Nous avons auto-financé les 5 premiers titres sortis en EP en juin dernier ainsi que l'enregistrement des 6 autres titres. C'est donc la dernière ligne droite et on a besoin de votre aide !

 

Les frais déjà engagés:

 

5 morceaux ont déjà été réalisés (enregistrement et mixage) et les 6 autres ont été enregistrés.

-> 3 600 Euros: studio d'enregistrement et salaires en France et au Burkina Faso: 

-> 1 000 Euros: mixage des 5 titres 

 

Total auto-financé  : 4600 €

 

A QUOI SERVIRA LA COLLECTE ?

Il reste 6 morceaux à mixer ainsi que la totalité des titres à masteriser et bien sûr, la fabrication des CD.

Voici le détail des dernières étapes :

 

-> 1200 Euros TTC pour le mixage des 6 titres 

Mixage prévu au Studio Juno entre le 8 et 15 juillet 2016

 

-> 670 Euros TTC pour le mastering des 11 titres

Mastering prévu début Aout

 

-> 800 Euros TTC pour le pressage de 500 CD

Septembre 2016

 

-> 230 € : Commission Kiss Kiss Bank Bank

 

TOTAL : 2900 €

 

Et si nous dépassons les 2900 € ?

Si nous avons cette chance, nous pourrons notamment financer les postes suivants :

 

-> un clip vidéo: 1000 € 

 

-> Conception graphique d'un visuel affiche : 800 €

-

> un(e) attaché de presse pour valoriser le disque à sa sortie : 2000 €

 

-> la location d'une salle à Paris pour la sortie du disque: 1000 €

 

Sortie du disque prévu fin octobre 2016!!

 

Je vous remercie d'avance pour votre aide et de faire circuler l'info auprès de vos amis !

Milles merci !

 

Simon

 

 

Thumb_montage-simon-winse-1464546629
Simon WINSE

SIMON WINSE, chantre de la Culture Samo. « Chez moi on ne chante pas pour chanter. Si on n’a rien à dire, on se tait ». Simon Winsé est multi instrumentiste, interprète, compositeur et chanteur (Kora, N’Goni, Arc à bouche, Flûte Peul). Son univers musical se nourrit du jazz, du blues et de la musique traditionnelle Samo, du pays San dont il est... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Hello Pour la video on doit être bon maintenant A marseille pour mon anniversaire le 31 janvier Avec tte l'equipe? @ vendredi
Thumb_default
J'avais eu la chance d'écouter le mini-CD. J'ai hâte d'écouter le nouvel (et pas mini) album. Bonne chance pour votre projet !
Thumb_default
Un mot : BRAVO !