Aidez-nous à couper la tête du Chevalier Vert en participant à la post-production du film ! / Help us cut off the Green Knight's head!

Large_sire_gauvain_cf_visuel_couverture

Présentation détaillée du projet

Nous revenons tout juste du tournage de notre ambitieux court-métrage Sire Gauvain et le Chevalier Vert, (30 minutes) un film d’époque en costumes adapté du célèbre conte médiéval du même nom.

 

Le tournage long et compliqué (genre un château qui s’écroule !) nous a vu dépasser notre budget. Nous avons besoin de votre aide pour la post-production, les effets spéciaux... et pouvoir couper la tête de notre chevalier sans tête !

 

SYNOPSIS :

 

Le jeune Gauvain accepte un défi lancé par un mystérieux Chevalier Vert qui permet à tous de le frapper avec sa hache, à condition de subir de sa main le même coup un an et un jour plus tard. Gauvain accepte et le décapite d’un seul coup. Mais le Chevalier se relève, ramasse sa tête et rappelle à Gauvain son rendez-vous pour dans un an…

 

 

    Screenshot_2014-05-14_09.18.44

 

 

LE PROJET:

 

C’est une histoire extraordinaire. C’est un conte qui fait partie de la légende Arthurienne, Elle a été rédigée il y a 700 ans sur un parchemin conservé à la British Library. Elle est extraordinaire pour plein de raisons. D’abord on ne sait même pas qui, homme ou femme, est l’auteur de ce texte.

 

Ensuite, 700 plus tard, personne n’est en mesure d’expliquer exactement ce que veut dire cette histoire mystérieuse. L’intrigue est très riche, avec des éléments fantastiques, et est pleine de symboles et de thèmes variés. Après l’avoir lue, tout le monde retire son interprétation personnelle de cette histoire mais personne n’est réellement d’accord.

 

Comme le conte dont il est adapté, notre film Sire Gauvain et le Chevalier Vert met en scène un jeune homme entraîné dans une quête autant intérieure que physique, dans une nature hostile en plein hiver.

C'est un projet ambitieux, un film d'époque, en costumes, sur la chevalerie, que nous avons tourné en mars dernier dans la brume, les châteaux, et les paysages sauvages de la Bretagne. 

 

Le casting

Le premier rôle, Gauvain, est interprété par Ernst Umhauer (nominé meilleur espoir masculin, Césars 2013 pour Dans la Maison), Malik Zidi interprète Bertilak, Laure Marsac interprète la Dame, Betrand Constant le Valet, et Grégoire Colin le rôle du chevalier arrogant. 

 

 

    Screenshot_2014-05-14_11.49.11_copie

 

Un dossier complet du projet est disponible sur demande : contact@tfdfilms.com

 

 

 

POURQUOI NOUS AIDER? 

 

   

 

Nous avons dépensé tout notre budget sur le tournage de trois semaines en Bretagne.

 

Nous avons rencontré quelques imprévus qui ont eu une incidence importante sur le budget, notamment notre décor principal (intérieurs), le château de Pontivy qui s’est effondré trois semaines avant le début du tournage. Il nous a fallu trouver un autre décor qui se trouvait à 200 km de là. Ce qui a engendré des déplacements supplémentaires et des frais de location du site donc un coût supplémentaire important.

 

Ensuite l’abbaye où nous devions tourner la grande scène de la fête a finalement refusé de laisser entrer un cheval. Résultat : comme aucune autre salle médiévale en Bretagne n’était adaptée, (volumes & porte pouvant laisser passer un cavalier), nous avons du faire encore 600km pour aller tourner un week-end de plus en Bourgogne, à grands frais: prolongation de location des camions  et du matériel caméra et lumière, location de l’Abbaye car site privé, transport et hébergement des 25 figurants.

 

Sire Gauvain, c’est toute notre vie depuis deux ans… Deux ans que nous travaillons sans rémunération et depuis notre appartement.

 

Le travail a porté ses fruits et France 2 nous a préacheté le film. Ce préachat ne suffit pas à couvrir le budget, mais il témoigne d’une reconnaissance de la qualité de notre travail, étape indispensable pour évoluer vers le long-métrage et pouvoir à l’avenir vous apporter un film médieval en salles !   

 

Actuellement le film est tourné et n’attend plus que vous pour être finalisé !

 

Pour cela, nous avons besoin de votre aide pour financer une partie de la post-production, dernière étape essentielle pour garantir la qualité visuelle et sonore du film.

 

    Dsc00886

À quoi servira la collecte ?

Grace à vos soutiens, le montant collecté nous permettra de terminer le film, plus précisément de payer les salaires et les factures liées à la post production, c’est à dire:

 

- Le montage image: salaires incluant les charges sociales : 2797 €

 

- Les effets spéciaux (gommer éléments modernes, plans truqués…

  et surtout COUPER LA TETE !) : 4900 €

 

- L’étalonnage en auditorium : location auditorium

+ salaire et charges sociales : 1143 €

 

- Le montage son et bruitage: location salle de montage son Protools

  + auditorium bruitage + salaire incluant les charges sociales : 2752 €

 

- Le mixage son en studio : location auditorium

  + salaire incluant les charges sociales : 1443 €

 

- Fabrication de DCP (copie de diffusion en salle) et PAD (copie de diffusion TV) :1200 €

 

  TOTAL :  14 235  €

 

Bien entendu, si jamais la collecte venait à dépasser nos espérances initiales, l'argent supplémentaire ainsi récupéré serait utilisé pour payer les droits musicaux, les frais liés aux inscriptions et à l’envoi du film aux festivals internationaux, la commission de KissKiss BankBank (8% de la somme totale) et le développement du prochain film : un long-métrage médiéval.

 

 

    Capture_d__cran_2014-05-14___13.59.47

 

 

 

QUI SOMMES-NOUS?

 

 

MARTIN BEILBY, REALISATEUR :

 

Ouvrier dans les mines d’Australie du nord, créateur de spectacles historiques, veilleur de nuit, biographe de princesses, portier, convoyeur de camions en Afrique, régisseur et directeur de production en cinéma… tout a été bon pour financer mes projets de films et glaner des choses à y mettre.

 

Avec une tendance à toujours vouloir voir autre chose que ce que j’avais devant les yeux, à vouloir créer d’autres mondes, et les partager.

 

Depuis dix ans, je perfectionne mon écriture pour lancer la caméra qu'une fois que j'ai vraiment une bonne histoire à raconter. Je fais du cinéma parce que j'adore ça, le défi sans cesse renouvelé, la joie, l'humilité aussi que l'on ressent en voyant son travail, qui provoque le désir sans cesse renouvelé de passer à la prochaine création en se posant comme condition qu'elle soit beaucoup mieux que la précédente! C'est toute ma vie. Si vous aimez Gauvain, je ne demande qu’à pouvoir vous en amener plus encore.  

 

 

VANESSA BERTIN, PRODUCTRICE :

 

A l’ESRA où j’ai fait mes études, j’étais une des rares, le premier jour, à ne pas lever la main quand le prof a demandé qui voulait être réalisateur. Parce que s’il est beau de rêver, je voyais bien, qu’avec tant de rêveurs, il allait bien falloir quelqu’un pour les accompagner.

 

J’ai choisi la filière production : les paperasses, la logistique, la recherche de financements, la gestion d'équipe, les journées à rallonge, les 180 coups de fil par jour, le bureau de prod dans le salon, la CB bloquée, les dettes, le risque d’accident en tournage, la responsabilité pénale…

 

Sire Gauvain m’a donné mes premiers cheveux blancs. Mais en regardant les images, j’ai la satisfaction de savoir que j’ai contribué à, rendu possible même, quelque chose de beau, quelque chose de magique.

 

Thumb_img_4541
Vanessa et Martin

Martin & Vanessa, Realisateur & Productrice en quête de cinéma

FAQ Questions les plus fréquentes concernant le projet

+ What language will the film be in?

French with English subtitles. If we collect enough funds, or a foreign TV purchase permits it, we will consider making an English-dubbed version as well.

Derniers commentaires

Thumb_avatar_lidiriel
et oubliez pas de faire une projection dans l'est ! ( Lyon ou encore mieux Grenoble;))
Thumb_default
Dernière ligne droite, courage!
Thumb_default
Les quelques images que j'ai pu voir m'ont convaincues en plus de la passion affichée par le réalisateur sur cette époque si mal connue du Moyen-âge. Bonne chance!