Participez à la création d'un film de 13mn en Noir&Blanc original et ambitieux. Devenez les fiers contributeurs de SLEEPWALKER!

Large_sleepwalking10

Présentation détaillée du projet

Sleepwalker3

 

SYNOPSIS

Eva, comédienne, interprète un personnage au théâtre trop proche de ses fragilités et angoisses.

SLEEPWALKER  confronte la peur et le désir liés aux sentiments amoureux.

Un soir, Eva décide d’affronter cette dualité oppressante.

« Quand j’étais malheureux, je dormais, je rêvais mais les gens n’aiment pas qu’on rêve. Alors, ils vous cognent dessus histoire de vous réveiller un peu. Heureusement, j’avais le sommeil plus dur que leurs coups et je leur échappais en dormant. Oui, je rêvais, j’espérais, j’attendais .»                                                   Les enfants du paradis., Marcel Carné.

 « The people you love become ghosts inside of you like this you keep them in live .» Robert Montgomery.

 

« Le rêve concerne avant tout ceux qui ne rêvent pas. Dès qu’il y a rêve de l’autre,                 il y a danger. Le rêve des gens est toujours un rêve dévorant qui risque de vous engloutir. Les autres rêves sont très dangereux. Le rêve est une terrible volonté de puissance et chacun de nous est plus ou moins victime du rêve des autres. Si vous êtes pris dans le rêve de l’autre vous êtes foutu. » Gilles Deleuze à propos de Minnelli, Le rêve au cinéma.

 

 SLEEPWALKER  met en scène une femme, Eva, comédienne. Elle incarne au théâtre le personnage féminin d’  Hiver  de Jon Fosse. Son personnage étant trop proche de sa vie intime et de sa fragilité actuelle, elle perd pied. Cette promiscuité la renvoie à sa récente déception amoureuse et sa solitude. Elle n’arrive plus à avoir de prise aussi bien sur sa vie personnelle que sur son travail. La chambre où commence et se termine l’action du film se révèle être une forme de purgatoire amoureux.

 

000000005688

 

 

La narration fantasmatique et réaliste, amène le spectateur dans un entre deux permanent. Une prise de vue répétée, improvisée souvent, comme le sont les relations entre hommes et femmes, dans un contexte d’attente, de désir et de séduction.

 

T

 

 

L’action de SLEEPWALKER se déroule exclusivement dans une ambiance nocturne et parisienne. J’ai choisi le noir et blanc pour appuyer l’intemporalité du sujet de la narration, la quête d’un amour inassouvi et absolu.

Le noir et blanc accentue la dimension romantique d’un paris nocturne et noctambule où tout n’est qu’ombres, lumières et reflets.

La lumière oscille entre une ambiance fantasmagorique, onirique et réaliste.

 

Seinenight-copy1-e1305831893650

 

Champs-elysees-taxi-night-paris

 

Blinkk__bkfaedit221111--09

 

 

J’alternerais des cadres très serrés et esthétiques avec des plans plutôt larges presque impersonnels. Les cadres très serrés seront exclusivement sur les visages, des moments de suspension du temps dans la solitude de l’actrice. On sera au plus près d’elle, pour accentuer la dimension contemplative d’Eva sur le monde. Ce type de cadre apportera aux plans subjectifs d’ Eva sa vision du monde , sa perception de femme fragile.

 

Capture_d__cran_2012-07-01___17.41.54

 

 

L’alternance avec les cadres plus larges permettra de ne pas ressentir une oppression visuelle trop forte. Car le but est de faire ressentir la fragilité d’Eva et la force de sa présence. Les plans larges apporteront une autre perception du temps, du personnage, ils sont là pour nous rappeler que nous faisons partie  d’un ensemble. Un tout montré dans une sublimation mélancolique et pourtant réelle.

 

0000000002530

 

 

Par son traitement de l’ espace- temps, le montage du film alterne entre une narration réaliste et fantasmagorique. La dernière scène du film est similaire à la deuxième scène. Eva a t’elle rêvé ou vécu cette nuit tourmentée ?

 

 

Librement inspiré du texte Hiver de Jon Fosse, SLEEPWALKER livre les angoisses, passions et errances d’une femme confrontée à un amour intransigeant à mi-chemin entre la peur des sentiments et une envie de les vivre.

Hiver  œuvre théâtrale contemporaine écrite en 2000, raconte l’histoire d’une rencontre rare et sulfureuse entre un homme et une femme. Par des dialogues épurés et intenses, la narration d’  Hiver  nous amène progressivement dans une perte de la notion du temps par une confrontation de sentiments amoureux quasi-violents et une force du dialogue en opposition avec la façon de les exprimer.

Je me suis inspirée de ce texte pour son écriture moderne, cinématographique et résolument poétique.

 

 

JON FOSSE

 

Jon-fosse

 

 

La musique de SLEEPWALKER crée une ambiance à la fois dangereuse et excitante.

Elle souligne et accompagne la solitude intérieure et l’état émotionnel d’Eva . Elle intervient donc dans les scènes extérieures comme celles de la rue et du nightclub.

Le son est alors réaliste, à l’exception de la première scène du film qui est en son off, où le silence renforce l’image onirique d’Eva.

 

11._monbarnight-c294f

 

 

J’aimerai faire un film dense mais ténu où la retenue est extrême mais étrangement cette subtilité nous fait aimer Eva, nous émeut dans sa difficulté à dire, dans sa fragilité tellement humaine. On a envie de la rassurer en la prenant dans nos bras.

Le film répondra peut-être comme un écho à notre peur des sentiments et notre furieuse envie de les vivre.

 

INFLUENCES

Les films qui ont influencé SLEEPWALKER, Opening night de John Cassavettes, Persona de Ingmar Bergman, Ascenseur pour l'échafaud de Louis Malle.

 

CASTING

Elodie Navarre incarne le rôle d'Eva . Elle a joué dans de nombreux longs métrages tel que L'art d'aimer d'Emmanuel Mouret, téléfilms (Les chataigners de Caroline Huppert),et de beaux rôles (Sunderland de Clement Koch).

 

Out16724342

 

Sylvain Jacques interprète le rôle masculin il a été découvert par Patrice Chéreau. Il a aussi bien joué dans ses films (Ceux qui m'aiment prendront le train) que dans ses mise en scène (Phèdre de Racine).

 

Sylvain-jacques

 

DIRECTEUR DE LA PHOTO

 

Léo Hinstin a travaillé sur de nombreux courts-métrages et longs-métrages.

Il a remporté  au Festival de Clermont Ferrand 2013 un double prix de la photographie pour les films Ce chemin devant moi d'Hamé et Lisières de Gregoire Collin.

À quoi servira la collecte ?

 

 

 Nous sommes à la recherche de sponsors et de fonds afin de pouvoir louer le matériel manquant adéquat,   

 

gérer une régie, déffrayer les acteurs et figurants , il nous manque: 2400 euros.

 

   - 2000 euros pour la location de la caméra ( monochrome red épic  avec les objectfs nécessaires) pour  

 

4jours.

 

  - 400 euros pour le défraiment acteurs et figurants (nourriture, taxi)  budget manquant   pour 4 jours.

                                         

 Cette somme est le minimum pour que le film puisse voir le jour

.                                                                         

 Un grand Merci! Nous comptons sur votre soutien!

Thumb_179590_10151086299897628_1681186274_n
lilly78

Après avoir étudié le jeu de l'acteur dans divers master class et le cinéma à la Sorbonne Nouvelle, le désir de réaliser est devenu une évidence . Aujourd'hui je travaille sur mon premier court-métrage Sleepwalker,le portrait d'une femme complexe et attachante.Un film qui je le souhaite vous fera découvrir un univers sensible, poétique et qui vous séduira.

Derniers commentaires

Thumb_default
Très beau projet!! je suis sure que ton film va être magnifique..je t'embrasse.
Thumb_default
Gros bisou Lidwine
Thumb_default
Beau projet, bon courage! bises.