Soixante-Quinze, le premier magazine de société consacré à Paris. Aidez-nous à raconter la capitale autrement !

Large_sq_kkbb_620x376px3-1455793997-1455794004

Présentation détaillée du projet

Le 16/03/2016 : MERCI A NOS 316 KISSBANKERS ! 18 925 euros récoltés, ce sont des centaines d'abonnés avant même la sortie du numéro 1 et surtout une incroyable marque de confiance que vous nous avez témoignée.

 

Désormais, la balle est dans notre camp, à nous de fabriquer chaque mois un chouette magazine parisien. Rdv dans quelques jours, le 30 mars, pour la sortie du n°1 !

 

_____________________________________________________________

 

 

Le lancement de notre magazine est imminent. Ce mensuel papier, dont le premier numéro sort le mercredi 30 mars, s’appelle Soixante-Quinze. Un chiffre comme une ville, Paris, ses vingt arrondissements, ses dizaines de quartiers et ses millions de vies. Un nombre en toutes lettres, comme en seront truffés nos longs reportages, enquêtes, portraits et interviews, sur Paris et la proche banlieue.

 

 

 

Photo_kisskiss-1455109482

 

 

Soixante-Quinze est né dans l’esprit de l’équipe du magazine Le 13 du Mois qui s’est attachée pendant cinq ans (jusqu’en décembre dernier)  à redonner, dans les limites du 13e arrondissement, du fond, du mordant, de la narration, bref du caractère à l’information locale. Portée par la même exigence et dynamique rédactionnelle, l'équipe de Dixhuitinfo.com  premier site Internet d'Info locale parisien couvrant l'actualité du 18e arrondissement, a rejoint le projet.

 

Avec Le 13 du Mois, nous avons inventé la presse de qualité à l’échelle d’un arrondissement, et ça a marché ! La réussite de ce magazine (meilleure vente dans les kiosques du 13e tous magazines confondus), alliée aux huit années d'expérience de Dixhuitinfo, nous laisse présager que l’ensemble des Parisiens apprécierait de lire un magazine qui raconte leur ville, et un peu de leur vie.

 

En créant Soixante-Quinze, nous élargissons donc notre terrain de jeu, avec la même exigence éditoriale et graphique, la même indépendance d’esprit. Pas de bons plans culture, sorties, pas de lifestyle, pas de faits divers. D’autres le font très bien, déjà. Non, notre truc à nous, c’est fouiller, rencontrer, raconter. Dans Soixante-Quinze, les sujets sont longs, les histoires remarquables et les photos déployées. Au centre, dans un cahier nommé L’Entracte, nous avons regroupé une dizaine de formats courts (chroniques, dessins, fiction).

 

La publicité sera volontairement limitée afin de préserver notre indépendance éditoriale et nous permettre de dénicher de belles histoires dont personne d’autre ne parle.

 

Nous avons pour ambition que tous ceux qui habitent Paris, la traversent, y travaillent ou s’y rencontrent, s’approprient Soixante-Quinze. Ce magazine, nous le voulons accessible à tous : Soixante-Quinze comprendra 100 pages et sera vendu 4,90 euros dans tous les kiosques de Paris et de proche banlieue, ainsi que dans les Relay des gares de Paris, d’Île-de-France et de région desservant Paris. 

 

Extrait du n°0 de Soixante-Quinze

 

 

UN MENSUEL, UNE ÉQUIPE...

 

David Even, le directeur de la publication. À seulement 34 ans, David en est déjà à son deuxième lancement de magazine. En 2011, après avoir bossé dans la presse franco-allemande (Der Spiegel, Paris Berlin, La Gazette de Berlin), il crée Le 13 du Mois, le magazine indépendant du 13e arrondissement, avec son acolyte Jérémie Potée. Dans l’équipe de Soixante-Quinze, il s’impose naturellement comme « le chef », lui qui s’éclate autant à réaliser un chemin de fer qu’un business plan.   

 

Virginie Tauzin, 32 ans, journaliste, rédigeait déjà, dans Le 13 du Mois, les éditos, les newsletters, les dossiers et un peu de tout le reste. Tout le monde trouve pertinent qu’elle continue sur sa lancée pour Soixante-Quinze, en plus de prendre, à force, de la bouteille et de l’assurance dans les choix éditoriaux. Elle sera aussi l’auteure d’une chronique mensuelle, Des pas dans l’escalier, fiction sur la vie d’un immeuble parisien. A collaboré à Midi Libre et 20 Minutes.

 

Mathieu Génon, né sous Giscard, sera en charge de l'iconographie de Soixante-Quinze et d'une partie des photos. Lui aussi a l’expérience du lancement de magazine : c’était le photographe exclusif du 13 du Mois depuis son premier numéro. Comme il est photographe, il a toujours plein d’idées : une idée = un mail, et ça pèse lourd dans la boîte. Mathieu collabore également avec différentes collectivités, institutions culturelles et associations.

 

Philippe Schaller, 30 ans, journaliste « historique », lui aussi, du 13 du Mois, pour lequel il rédigeait principalement les pages société et politique. Normal, il a l’esprit carré et le goût de l’actu. Pour Soixante-Quinze, il élargit son champ d’action et son nombre de papiers, ce qui est a priori une bonne nouvelle. Enfin, ce n’est pas parce qu’on n’a pas précisé que les autres membres de l’équipe sont breton, catalane ou angevin qu’on doit se priver de dire qu’il est alsacien. A collaboré à Réforme, au Parisien magazine et aux Dernières nouvelles d'Alsace.

 

Philippe Bordier, né sous De Gaulle (sans déc), est le fondateur et rédacteur en chef du site dixhuitinfo.com, site indépendant d’actu du 18e. Comme le reste de l’équipe, il est profondément attaché à l’idée de « labourer le terrain », ce qui signifie qu’il boit des cafés dans les troquets, mais pas seulement, bien entendu. Il sera en charge, notamment, de la rédaction et de la mise en ligne d’articles sur notre site internet www.soixantequinze.paris.   

 

Mathilde Azerot, 34 ans, journaliste déjà présente il y a six ans à la genèse du 13 du Mois, pour lequel elle a réalisé un paquet d'interviews. Aujourd’hui, elle s’investit tant dans cette campagne KKBB et dans la communication autour de Soixante-Quinze qu’elle s’impose comme sa future chargée de développement. La reconversion est en marche !  

 

Nastasia Godefroy et Jean-Baptiste Thiriet, graphistes, concepteurs de la maquette et du logo, ils seront à la direction artistique de Soixante-Quinze, comme déjà avec Le 13 du Mois.

 

George Kaplan, secrétaire de rédaction. Formé à Télérama, passé par le groupe Jeune Afrique, Vanity Fair et plus récemment We Demain, il se définit comme un « aristocrate du papier » et « manitou du code typographique ».

 

Rb9b5550_web-1455109458

  

 

... DES COLLABORATEURS RÉGULIERS...

 

Anatole Ayadi, seul vrai geek de l'équipe (c'est aussi notre benjamin), planche avec nous sur ce que sera Soixante-Quinze sur la Toile.

 

Jean-Laurent Cassely, journaliste, sera l'auteur de la chronique « L’Observatoire de la vie parisienne », analyse caustique et (parfois) juste des tendances de la capitale.

 

Elsa Depont, illustratrice fraîchement sortie de l'École Estienne, habillera plusieurs pages de L'Entracte.

 

Dominique Fabre, écrivain, livrera un billet sur ses pérégrinations dans Paris, avec des réflexions, des dialogues, de la poésie. 

 

Charlotte Fauve, auteure de la chronique « L’inconnu(e) du 75 », se rendra chaque mois au 75 d’une rue et racontera sa rencontre avec son ou ses habitants. 

 

Laurence Gonthier, présentatrice sur Europe 1 et Radio Classique, sera en charge de la rubrique « Un chef une recette », dans la lignée de son travail au 13 du Mois.

 

Gaëtan Goron, fabriquant de mots croisés qui a toutes ses cases, à Libé et chez nous.

 

Jérôme Hoff, journaliste proche de l’équipe depuis plusieurs années, endossera le costume de rédacteur des pages histoire.

 

Mai-Lan, illustratrice (depuis cinq ans pour Le 13 du Mois mais aussi Libé, Télérama et beaucoup d'autres), posera en BD son regard de maman sur la capitale.

 

Julien Mucchielli, chroniqueur judiciaire, en direct des comparutions immédiates du tribunal de Paris pour Soixante-Quinze (avec un dessin d'Emilie Oprescu).

 

Olivier Thomas, journaliste au magazine L'Histoire, a participé à la réflexion sur l'orientation éditoriale du magazine. 

 

Pascaline Vallée, journaliste culture, ancienne directrice de la rédaction d'Arts magazine, sera l'auteure de la chronique « À l’œuvre », ou comment on crée, en 2016, à Paris. 

 

Nicolas Vial, illustrateur de presse (pour Le Monde pendant 30 ans, au 1 actuellement) et peintre officiel de la Marine, proposera une création originale à chaque numéro.

 

 

Logo_hl_hd-1455186210

 

L'agence photographique Hans Lucas offrira tous les mois trois regards originaux sur la capitale et la banlieue.

 

 

Logo_pdp_copie-1455186409

 

Le Printemps des poètes, qui, comme dans Le 13 du Mois, sélectionne chaque mois un poème en lien avec Paris et la ville en général.

 

 

... DES INVESTISSEURS.

 

Rb9b5976-1455288399

 

À quoi servira la collecte ?

Notre modèle économique est basé sur la vente au numéro, les abonnements et la publicité. Ce que nous recherchons avant tout, c'est de la visibilité à long terme. Plus nous aurons de soutiens, plus nous aurons d'abonnés, mieux nous pourrons créer chaque mois, et dans la durée, un chouette mensuel parisien ! 

 

La collecte de 7 575 euros servira à financer la majeure partie de l’impression du premier numéro, une charge importante et incompressible. 

 

Avec 10 000, 15 000 euros ou beaucoup plus, nous pourrons envisager un peu plus sereinement l'avenir, équiper toute la rédaction en matériel neuf et faire appel à davantage de collaborateurs.

 

 

Thumb_sq_kkbb_200x200px-1455024826
Arrondiss'Presse

Arrondiss'Presse a édité pendant cinq ans "Le 13 du Mois", mensuel d'info locale dédié au 13e arrondissement de Paris. En 2016, nous étendons notre terrain de jeu à l'ensemble de Paris.

Derniers commentaires

Thumb_default
Bravo et longue vie au Soixante-Quinze !!!
Thumb_default
Good Luck !!! On attend avec impatience le 1er numéro ! A bientôt
Thumb_default
Tout plein de réussite pour ce projet !