FAITES LA DIFFÉRENCE | Soutenez un projet de solidarité internationale au Sénégal !

Large_capture_d_e_cran_2018-03-07_a__22.17.14-1520460930

Présentation détaillée du projet

Qui sommes-nous ? 

 

L’Association Étudiante d’Aide au Développement (AEAD) est une ASBL de droit belge créée en 2014 par des étudiants de l’Université Libre de Bruxelles (ULB), convaincus qu’un monde plus juste est possible à travers un engagement personnel et collectif. Depuis, c'est chaque année une vingtaine d’étudiants de toutes facultés confondues qui se rejoignent pour la solidarité internationale, en mettant en place des projets qui luttent contre les problématiques liées aux inégalités au Sénégal et, depuis 2016, aussi en Belgique.

 

Au Sénégal, nous menons chaque année un projet entre juin et mi-juillet qui est l’aboutissement d’une collaboration étroite avec notre association sénégalaise partenaire Afrique Développement (ADEV), pour lequel une récolte de fonds active de nos membres est mise en place.

 

Pour un résumé de notre association et ses objectifs :

https://www.youtube.com/watch?v=ka5Xv0NwaQo&rel=0

 

 

 

 

Comité AEAD 2018 - De haut en bas et de gauche à droite : Nathan (Subsides), Lara (Subsides), Pierre (Subsides), Hélène (Secrétaire), Augusta (Récolte de fond), Cendrine (Artistique), Elodie, Océane (Trésorière), Timothy, Elody (Vice-présidente), Victoria (Conférences), Victor (Président), Elena (Evénements), Juliann (Opération Thermos), Antoine (T-shirt), Antoine et plein d'autres ! 

 

En Belgique, nous nous engageons également à sensibiliser les étudiants de notre université aux enjeux de la coopération au développement à travers des ateliers, des conférences et des formations en collaboration avec l'ONG ULB-Coopération. Nous œuvrons aussi concrètement en organisant des actions telles que l’Opération Shoe-Box, l’Opération Thermos et le Speed-Sharing. Nous sommes aussi co-fondateurs de la Plateforme Discovering Diversity, qui depuis 2016, vise à promouvoir l’intégration et l’accompagnement des étudiants réfugiés sur le campus de l’ULB.

 

 

 

Construction de la salle de classe de Potou | 2017

 

 

Quel est notre projet 2018 ? 

 

La salle de classe

 

La première école dans le village de Ndadé date de 2014. Avant cela, les enfants du village devaient marcher 3 kilomètres pour se rendre à l’école de Leona, ce qui avait pour conséquence un faible taux de scolarisation, surtout chez les filles. La création de l’école a permis à 31 élèves d’avoir accès à une éducation dans leur propre village. Cependant, les conditions d’apprentissage restent difficiles. En effet, il n’y a pas d’accès à l’eau, et donc à des toilettes propres ; les murs ainsi que le toit de la salle de classe sont pour l’instant toujours en paille. Un mur de clôture ainsi qu’une classe « en dur » sont nécessaires.

 

La salle de classe en dur permettra d’améliorer les conditions d’étude des élèves, et donc, de manière générale, d’offrir un meilleur accès à l’éducation ainsi que le maintien des enfants à l’école, notamment des jeunes filles, tout en améliorant la qualité générale de l’enseignement.

 

Pendant notre séjour, notre équipe proposera des activités aux écoliers et à leurs familles durant les après-midis, allant de discussions sur des thématiques choisies en commun à des séances d’échanges de savoirs. Cependant, la collecte de fonds n'interviendra pas dans cette partie du projet : les déplacements et besoins sur place des participants seront pris en charge pas eux-mêmes. 

 

 

 

 

État actuel de la salle de classe de Ndadé | 2018

 

La case de santé et maternité rurale

 

Le village de Ndadé se situe à 3 kilomètres du poste de santé le plus proche situé à Leona. Pour le moment, les habitants doivent parcourir cette distance pour se faire soigner et l’absence de moyens de transport constitue une contrainte majeure pour accéder à des soins de base. Les cases de santé dans ce type de villages ruraux, lorsqu’il y en a, offrent des visites pré- et post-natales, des accouchements, des vaccinations, le dépistage des enfants contre la malnutrition (problème encore présent dans la région) mais aussi les premiers soins, la sensibilisation sur la contraception, sur le VIH, sur le paludisme et sur d’autres maladies telle que la tuberculose.

 

La case de santé qui sera construite grâce à l’AEAD aura pour but de prodiguer l’ensemble des soins susmentionnés et comportera donc une salle de consultation, une salle de soin, une salle d’accouchement et une salle d’observation (post-accouchement). Elle permettra d’améliorer sensiblement le suivi médical de la population du village, ainsi que celle des villages environnants. En investissant dans une maternité rural à Ndadé, c’est la situation des femmes et de leurs enfants qui sera améliorée de manière significative. Les femmes pourront être suivies dans de meilleures conditions dans les moments importants de leurs vies, notamment les grossesses et les accouchements, le tout dans l’intimité et la dignité.

 

La construction permettra aussi de créer de nouveaux emplois au village. Le personnel sera composé d’une matrone (qui assistera les femmes à l’accouchement) et de deux agents de santé communautaire, dont la formation sera assurée par l’infirmière Chef de Poste de Leona et le District Sanitaire de Sakal. Il est aussi prévu de recruter une sage femme d’état qui va assurer les consultations et les premiers soins. Sur base des échanges déjà menés avec l’infirmière en Chef de Poste de Leona, nous récolterons d’ici fin juin du matériel médical stérilisé en bon état pour l’amener sur place.

 

Qui en bénéficie ? 

 

Depuis sa création, l’AEAD a lancé des projets à hauteur de 50.950 €, a apporté de l’aide à 4 villages ruraux du nord du Sénégal et a permis à un total de 3.673 bénéficiaires de voir leurs conditions de vie améliorées. Nos secteurs d’intervention clé sont l’éducation, la santé et l’agriculture. Cette année, la première partie de notre projet permettra à 1.673 habitants du village de Ndadé et des villages avoisinants d'obtenir des soins via l'accès à une toute nouvelle case de santé. De plus, la seconde partie de notre projet permettra aux enfants du village d'accéder à de meilleures conditions d'enseignement, ainsi qu'aux enseignants d'obtenir de meilleures conditions de travail. 

 

 

 

 

Soutien scolaire de préparation à l'épreuve du BAC | Potou 2017

 

 

Bonnes nouvelles des projets passés

 

Lors de précédents projets, nous nous sommes rendus dans les villages de Mélakh. En 2015, la réalisation du système de pompage solaire pour l’irrigation du périmètre maraîcher des femmes de Mélakh a fortement contribué à redynamiser le développement communautaire des populations. En effet, grâce à cette réalisation financée par l’AEAD, les femmes ont pu développer leurs activités et croitre leur production en légumes. Parmi les résultats après 2 ans d’activités on peut noter : l’augmentation des revenus des femmes, un meilleur accès aux légumes frais, la valorisation du rôle socio-économique des femmes et l’amélioration de l’état nutritionnel des populations de Mélakh. De plus, le groupement des femmes vient de bénéficier d’une subvention de 5.000 euros de la Cellule de Lutte Contre la Malnutrition afin de construire un magasin de stockage, un nouveau bassin, ainsi que le renforcement du mur de clôture, et autres activités qui vont permettre d’optimiser un maximum leurs activités.

 

 

 

 

Système de pompage solaire pour l’irrigation du périmètre maraîcher des femmes de Mélakh | 2018

À quoi servira la collecte ?

Comment seront utilisés vos dons ?

 

Tous les fonds récoltés par notre association d’ici notre voyage de juin/juillet 2018 seront directement et uniquement utilisés pour le projet de construction de la salle de classe et de la case de santé du village de Ndadé. Nous tenons à cœur d’être transparent sur ce point. L'association percevra l'intégralité de la collecte. 

 

Chaque membre de l’association qui participe au voyage s’engage à s’autofinancer pour tous les frais relatifs au voyage et à la vie sur place (billets d’avions, nourriture, logement et déplacements). L’engagement au sein de l’AEAD est bénévole pour tous les membres.

 

Chaque montant est important et nous permettra de mener à bien notre projet. Les donations sont anonymes, sauf si vous désirez que votre nom ou entreprise figure dans la liste de nos donateurs.

 

Ensemble, nous pouvons offrir un accès amélioré à la santé et à l’éducation des habitants de Ndadé. Votre donation permettra d’investir dans la jeunesse sénégalaise de demain, en permettant à des élèves d’étudier dans de meilleures conditions, ainsi qu’aux femmes d’accéder à un suivi de grossesse de qualité, et plus largement à un meilleur accès aux soins de santé de tout le village.

 

 

 

 

Moment d'échange avec les élèves de Potou après la visite d'une case de santé | 2017

 

 

 

Le budget prévisionnel

 

Le budget prévisionnel pour la case de santé est de 8.757,92 €. Ce budget comprend les gros-œuvres, la charpente, la toiture, la menuiserie, les enduits et la peinture des différentes pièces de la case de santé.

Le budget prévisionnel de la salle de classe est de 7.557,86 €. Ce budget comprend les gros-œuvres, la charpente et couverture, la menuiserie, les enduits et la peinture.

Nous aurons donc besoin d’un total de 16.315,81 € afin de mener à bien nos projets dans le village de Ndadé. Il se veut aussi être participatif : sur place, notre partenaire Daha Diallo s’investit pour sensibiliser les habitants à notre venue et, ayant eux-mêmes contribué à l’élaboration du projet, ils appuient aussi financièrement les constructions selon leurs capacités, à une hauteur d’environ 1.300 €. L’AEAD, quant à elle, s’est engagée à récolter les 15.000 € restants.

 

Les contreparties

Toutes les contreparties de vos dons seront disponibles à tous nos événements AEAD, ainsi qu'auprès des membres du comité AEAD. N'hésitez pas à nous contacter pour nous rencontrer !