Aidez l’ULB à financer des chaires d’accueil pour les chercheuses et chercheurs réfugiés.

Large_bannierekiss-1449759199-1449759207

Présentation détaillée du projet

La vague de réfugiés en provenance du Proche et du Moyen Orient nécessite de la part de toutes les institutions d’Europe, et notamment des universités, un effort particulier afin de manifester un accueil digne des valeurs éthiques que prétendent défendre les pays de l’Union européenne. Laccueil sinscrit également dans la défense des valeurs humanistes qui sont chères à l’Université libre de Bruxelles.

 

L’ULB agit dans les domaines qui sont les siens, la recherche et lenseignement, en développant des actions solidaires à destination des réfugiés qui arrivent en Belgique. Le projet de création de chaires de recherche qu’elle met en place s’inscrit sur le moyen terme et a pour but de préparer les chercheurs et chercheuses sélectionnés à retourner un jour dans leur pays pour aider leurs concitoyens, munies d’un nouveau bagage intellectuel et d’une expérience académique et professionnelle supplémentaire.

 

CAMPAGNE KISS KISS BANK BANK : APPEL À FINANCEMENT D’UNE CHAIRE D’ACCUEIL D’UN AN

 

 

L’ULB ouvre 10 chaires d’accueil postdoctorales d’un an, renouvelable une fois, destinées exclusivement à des réfugiés afin de poursuivre leurs recherches à Bruxelles, dans un environnement sécurisé et entouré de leurs pairs.

 

Une chaire coûte 40.000 euros par an, ce qui équivaut à un investissement de 800.000 euros pour 10 chaires de 2 ans. L’ULB a déjà mobilisé 520.000 euros sur ses fonds propres et lancé un large appel à dons pour financer le complément, notamment via la plateforme KKBB.

 

La campagne Kiss Kiss Bank Bank a pour objectif de récolter 40.000 euros, soit l‘équivalent d’une chaire de recherche d’une année.

Les dons de plus de 40€ sont déductibles fiscalement.

 

Ces chaires porteront le nom de Khaled al-A'sad, un archéologue de 82 ans, décapité par Daesh pour avoir participé à des colloques scientifiques internationaux et pour avoir collaboré avec des collègues étrangers. Sa mémoire constitue une évocation tragique et emblématique de la valeur de la solidarité académique internationale.

 

L’ULB s’associe avec Scholars at Risk, une plateforme internationale pour la défense et la promotion au niveau universitaire des Droits de l’Homme et en particulier des valeurs de liberté d’enseignement.

 

 

     Grandebanner-solidaire-1450105559

 

 

Comment sont recrutés les candidat.e.s potentiel.le.s ?

L’ULB a lancé un appel à candidature en français et en anglais qui a été envoyé et relayé à toute une série d’acteurs (associations, plateformes, professeurs, doctorants, etc.) dans le domaine de l’aide universitaire aux réfugiés, notamment l’association "Scholars at Risk".

 

Les candidats, ayant obtenu le statut de réfugiés dans un pays de l'UE, ne doivent pas avoir résidé ou mené leur activité principale en Belgique depuis plus de 24 mois au cours des 3 années précédant immédiatement le recrutement. Un dossier doit être introduit par e-mail avant le 15 février 2016 au plus tard. Consultez l'appel à candidatures.

 

Qu’est-ce qu’une chaire de recherche ?

Une Chaire est une entité soutenue financièrement par un fonds spécifique, privé ou public, qui contient les sommes nécessaires à la rémunération d’un ou d’une titulaire et à la conduite d’activités de recherche et de formation d’une relève scientifique.

Une Chaire de recherche garantit au titulaire une grande autonomie d’action quant à la manière de mener son programme de recherche. Ce programme se veut à la fois riche et original, axé sur l’avancement des connaissances dans une perspective de moyen à long terme, plutôt que sur la résolution de problèmes pointus sur le court terme.*

 

La chaire scientifique constitue ainsi un lieu privilégié́ de formation et d’intégration de la recherche pour les étudiants, principalement ceux inscrits aux études de cycles supérieurs, et elle démontre un potentiel d’attraction élevé pour ces derniers de même que pour les chercheurs intéressés à cette problématique. Elle se distingue effectivement comme un point de rassemblement d’expertises complémentaires et un lieu de synergie scientifique.*

[*Infos Université de Sherbrooke - Politique sur les chaires de recherche à l’ETS - https://www.ulb.ac.be/international/Financements-Bourses-Mobilites-IN.html]

 

Quelles activités pour le chercheur pendant son mandat ?

Et bien le chercheur ou la chercheuse cherche :-).

Dans un labo, en mission à l’étranger, dans les bibliothèques, en échangeant avec ses pairs et des étudiants, il ou elle fait expérimente et fait progresser sa discipline.

Il vérifie des hypothèses, il élabore et organise les interprétations théoriques des expériences et des analyses. Il rend compte de ses travaux et de ses découvertes par divers moyens de diffusion : publications, conférences…

La réalisation d'expériences nécessite parfois de manipuler des produits et appareils dangereux. Le chercheur a des horaires irréguliers et il peut effectuer des déplacements (conférences, séminaires…). *[*http://www.cidj.com/article-metier/chercheur-chercheuse]

À quoi servira la collecte ?

Concrètement, la somme récoltée représente le salaire d’un chercheur pendant un an.

Cette somme contribuera donc à ce qu’un réfugié post doctorant puisse poursuivre ses recherches à Bruxelles et par conséquent également subvenir aux besoins de sa famille.

Outre l’aide matérielle et professionnelle, c’est un signal fort de solidarité et d’humanisme que l’ULB souhaite envoyer à l’ensemble de la communauté universitaire.

 

Pourquoi accueillir des réfugiés ? L’ULB n’a jamais cessé, depuis sa création en 1834, d’être une université d’accueil. Après la seconde guerre mondiale, l’ULB apporta son soutien aux étudiants et professeurs fuyant les dictatures espagnole, grecque ou chilienne. En 2015, c’est toute la communauté universitaire (étudiants, personnel administratif et académique) qui s’est mobilisée en faveur des réfugiés du Proche-Orient.

 

Pour plus d'infos sur notre engagement au fil des années, consultez notre page dédiée.

 

Financement_40_000-1450192723

Thumb_logoulbkkbb-1449759717
ULB

Fondée en 1834, L'Université libre de Bruxelles est une université complète couvrant toutes les disciplines et tous les cycles d'études. Forte de ses 25 000 étudiants dont 30% d'origine étrangère et d'un personnel lui aussi très cosmopolite, l'ULB est intrinsèquement internationale, ouverte à l'Europe et au monde. Avec cinq prix Nobel, une médaille... Voir la suite

FAQ Questions les plus fréquentes concernant le projet

+ Comment sont recrutés les candidat.e.s potentiel.le.s ?

L’ULB a lancé un appel à candidature en français et en anglais qui a été envoyé et relayé à toute une série d’acteurs (associations, plateformes, professeurs, doctorants, etc.) dans le domaine de l’aide universitaire aux réfugiés, notamment l’association "Scholars at Risk".

Les candidats, ayant obtenu le statut de réfugiés dans un pays de l'UE, ne doivent pas avoir résidé ou mené leur activité principale en Belgique depuis plus de 24 mois au cours des 3 années précédant immédiatement le recrutement. Un dossier doit être introduit par e-mail avant le 15 février 2016 au plus tard. Consultez l'appel à candidatures.

+ Qu’est-ce qu’une chaire de recherche ?

Une Chaire est une entité soutenue financièrement par un fonds spécifique, privé ou public, qui contient les sommes nécessaires à la rémunération d’un ou d’une titulaire et à la conduite d’activités de recherche et de formation d’une relève scientifique.
Une Chaire de recherche garantit au titulaire une grande autonomie d’action quant à la manière de mener son programme de recherche. Ce programme se veut à la fois riche et original, axé sur l’avancement des connaissances dans une perspective de moyen à long terme, plutôt que sur la résolution de problèmes pointus sur le court terme.*

La chaire scientifique constitue ainsi un lieu privilégié́ de formation et d’intégration de la recherche pour les étudiants, principalement ceux inscrits aux études de cycles supérieurs, et elle démontre un potentiel d’attraction élevé pour ces derniers de même que pour les chercheurs intéressés à cette problématique. Elle se distingue effectivement comme un point de rassemblement d’expertises complémentaires et un lieu de synergie scientifique.*
[*Infos Université de Sherbrooke - Politique sur les chaires de recherche à l’ETS - https://www.ulb.ac.be/international/Financements-Bourses-Mobilites-IN.html]

+ Que fait le chercheur pendant son mandat ?

Et bien le chercheur ou la chercheuse cherche :-).
Dans un labo, en mission à l’étranger, dans les bibliothèques, en échangeant avec ses pairs et des étudiants, il ou elle fait expérimente et fait progresser sa discipline.
Il vérifie des hypothèses, il élabore et organise les interprétations théoriques des expériences et des analyses. Il rend compte de ses travaux et de ses découvertes par divers moyens de diffusion : publications, conférences…
La réalisation d'expériences nécessite parfois de manipuler des produits et appareils dangereux. Le chercheur a des horaires irréguliers et il peut effectuer des déplacements (conférences, séminaires…). *[*http://www.cidj.com/article-metier/chercheur-chercheuse]

+ Pourquoi accueillir des réfugiés ?

L’ULB n’a jamais cessé, depuis sa création en 1834, d’être une université d’accueil. Après la seconde guerre mondiale, l’ULB apporta son soutien aux étudiants et professeurs fuyant les dictatures espagnole, grecque ou chilienne. En 2015, c’est toute la communauté universitaire (étudiants, personnel administratif et académique) qui s’est mobilisée en faveur des réfugiés du Proche-Orient.

Derniers commentaires

Thumb_transhumanist-cyberpunk-wallpaper-darkart.cz_-1454186312
Félicitation! Ce project construit une vision à long terme pour pouvoir aider autant le s réfugiés que la communauté scientifique. IL faudrait le généraliser pour d'autre université. Qui y croit?
Thumb_default
Niech żyją dobre pomysły, pomoc międzyludzka, tolerancja i postęp w nauce! Dorota
Thumb_default
bravo !