Bonjour, je suis aikidôka, en Master de japonais à l'Inalco et j'ai besoin de votre aide pour créer un "Guide du pratiquant d'aikidô au Japon"!

Large_photo_titre-1459717553-1459717557

Présentation détaillée du projet

Bonjour,

 

D_monstration_inalco_salut-1460897621

 

Je m'appelle Gabrielle Laumonier et voici huit ans que je pratique l'aikidô : je suis aujourd'hui shodan (premier dan, ceinture noire). Après quatre ans d'études en droit public (Paris 1, Panthéon-Sorbonne), je me suis tournée vers l'Inalco (Institut des Langues et Civilisations Orientales, ou "Langues' O"  et le japonais, afin de mieux comprendre la discipline que je pratique au quotidien. Je termine aujourd'hui une première année de Master, combinant études et  travail à temps partiel en qualité de bibliothécaire spécialisée pour l'Ecole Pratique des Hautes Etudes (EPHE).

 

Mon sujet de recherche universitaire porte par ailleurs sur les arts martiaux (ou budô) et la perception du corps : je m'axe pour cela sur la notion de "souplesse" (ou やわらみ pour les initiés), telle que l'on peut la concevoir dans des disciplines comme l'aikidô ou le judô de Kanô Jigorô.

 

Ayant bénéficié d'une bourse de la Fondation de France l'année dernière (2015), j'ai déjà pu me rendre deux mois au Japon afin de préparer mon mémoire et surtout de pratiquer l'aikidô dans divers dôjo. Ma connaissance de la langue japonaise m'a permis d'accéder à une diversité de pratiques dont je n'avais jusqu'alors pas soupçonné l'existence en dehors du cercle connu de l'Aikikai (organisation créée au Japon par le fils du fondateur de l'aikidô), tels que les entraînements proposés au centre d'arts martiaux du Shiseikan de Tôkyô.

 

A mon retour, j'ai souhaité partager ces découvertes, et c'est ainsi que j'ai eu l'idée d'élaborer un guide à l'attention de toute personne souhaitant se rendre au Japon et y pratiquer les arts martiaux, inédit dans la mesure où les guides touristiques les plus connus s'adressent essentiellement à un public de visiteurs, mais non de pratiquants d'arts martiaux.

 

Ce guide serait le fruit de mes cinq années d'études spécialisées de la langue et de la culture japonaise, ainsi que de ma pratique de l'aikidô au Japon. Il permettrait à toute personne le consultant de préparer au mieux son séjour, en lui donnant la possibilité de voyager de manière autonome, dans un pays où l'absence de connaissances linguistiques et culturelles peut vite se révéler handicapante au quotidien.

 

Il se composera de quatre parties :

 

1. Préparer son voyage (quels titres de transport acheter, comment choisir son logement, comment se repérer dans les villes sans nom de rue ni de numéro, comment trouver gratuitement du wifi ou se faire soigner sur place... comment dire "J'ai besoin d'un anti-inflammatoire !" en japonais : le système de santé diffère du système français : les pharmacies équivalent à nos parapharmacies, et pour se faire soigner il faut se rendre directement à l'hôpital, dans des conditions que je détaillerai dans le guide !)

 

2. S'entraîner (l'étiquette : comment s'adresser aux élèves, aux professeurs et aux divinités locales des dôjo ; comment affronter des températures de plus de 40 °C en été dans les dôjo sans risquer l'insolation ; à quoi être attentif sur un tatami lorsque l'on ne parle ni japonais ni anglais - les Japonais eux-mêmes utilisant rarement l'anglais - ; où et comment laver son keikôgi... comment dit-on "où puis-je acheter de la lessive et étendre mon linge" ? en japonais! ...)

 

3. Glossaire franco - japonais (vital ne serait-ce que pour se repérer dans les transports ; quelles formules de politesse adresser aux élèves et aux professeurs, comme "otsukaresama deshita" que l'on dit en fin de cours à tous les élèves mais non aux enseignants ; comment demander où sont les vestiaires et si on peut y laisser ses affaires...)

 

4. Éléments culturels et vie quotidienne (il est mal vu au Japon de manger dans la rue ou dans les transports; de même qu'il est choquant de se moucher en public - même dans un cadre plus privé-(il est préférable de renifler); que faut-il savoir pour emprunter les transports en commun ou dîner en compagnie sans être considéré comme un grossier personnage, "typiquement occidental"?; comment agir en cas de tremblement de terre?)

 

Ce guide, dont la création m'enthousiasme au plus au point, est original: il n'existe à ce jour pas d'équivalent; les guides touristiques les plus complets sur le Japon (tels que le Lonely Planet ou le Guide du Routard), comme énoncé ci-dessus, ne couvrant pas les aspects que je souhaite mettre en évidence dans mon projet.

 

Il ne pourra cependant pas voir le jour sans votre aide. En effet, les fonds dont j'ai pu bénéficier l'année dernière sont aujourd'hui épuisés et je n'ai pas les moyens de retourner par moi-même au Japon.

 

Aussi ai-je décidé de recourir au Crowd funding dans l'espoir que toute personne intéressée par mon projet et par les dotations que je propose en contrepartie puisse me soutenir dans sa réalisation.

 

Ainsi, si vous aviez la gentillesse de m'aider, je pourrais retourner au Japon du 29 Juin au 8 Septembre  2016 (peu avant la rentrée universitaire), afin de récolter le matériau nécessaire à l'avancée de mes recherches (ouvrages spécialisés, interviews de pratiquants et d'enseignants Japonais, observation et participation aux entraînements...) et à la réalisation de mon guide, qui sera finalisé sous format électronique (PDF) dès mon retour en France au mois de septembre.

 

L'année dernière (juin-aout 2015), j'ai contracté des amitiés avec des dôjo de Tôkyô, Kyôtô et Ôsaka. Aussi cette année, je compte me rendre :

- à Tôkyô du 29 juin au 16 juillet ( pour pratiquer entre autres au centre d'arts martiaux national, Shiseikan, du Meiji Jingu),

- à Ôsaka du 16 au 31 juillet (pour pratiquer au hombu dôjo de l'Aikikai d'Ôsaka situé à Suita , ainsi qu'au Shodokan aikidô Ikuno),

- dans l'île de Kyûshû  du 31 juillet au 27 août (Fukuoka, Nagasaki, Kumamoto, Kagoshima, Beppu),

- du 28 août au 4 septembre, je remonterai vers Tôkyô en m'arrêtant à Hiroshima et Okayama, puis je resterai à Tôkyô jusqu'à mon retour sur Paris, le 8 septembre.

 

Le guide que je projette de mettre en place constitue un pour moi un projet à moyen terme. Par la suite, je souhaiterais  valoriser ces amitiés en mettant en place un système d'échange entre des dôjos français et japonais afin d'accueillir non seulement des professeurs mais aussi des élèves japonais... ce sur une base plus libre que dans le cadre des stages internationaux, souvent trop courts et onéreux.

 

Pour le moment, l'aide que je vous demande me permettra ainsi de financer (voir détail par la suite) :

-l'hébergement en auberge de jeunesse,

-les transports (et c'est ce qui coûte le plus cher au Japon!),

-les repas quotidiens,

-l'inscription et la pratique dans les dôjo (il s'agit de deux types de frais différents dont il faut s'acquitter pour pouvoir participer aux entraînements),

-un appareil photo - caméra pour réaliser des documentaires photos et vidéos et étayer mes comptes-rendus de voyage, qui seront déposés sur le site de l'Amicale Université Paris Ile-de-France et accessibles au moyen d'un mot de passe personnel,

-une assurance pour la pratique de l'aikidô,

-les frais de nettoyage de mes tenues d'entraînement (on ne peut se présenter dans un dôjo en tenue négligée),

 

J'espère de tout cœur que ce projet vous donnera l'envie de vous y associer, et je serais ravie d'en discuter avec vous si vous aviez besoin de plus de précisions.

 

Je vous souhaite une agréable journée!

どうぞよろしくお願いいたします。Dôzo yoroshiku onegai itashimasu. 

 

Pour finir, un grand merci à Blandine Pialoux http://blandinepialoux.com/) et Camille Talon (http://www.camilletalonbd.com/) pour leur aide dans la réalisation de la vidéo et de la page de présentation du guide.

 

Toutes les photos présentées dans le cadre du projet sont des photos personnelles, à l'exception des trois cartes du Japon ci-après.

 

Gabrielle Laumonier

 

D_monstration_inalco_tanto._2-1460897901

À quoi servira la collecte ?

Voici mon budget prévisionnel:

 

1. Transports

 

Les moyens de transports constituent la dépense la plus importante au Japon. Par exemple, un aller simple entre Tôkyô et Kyôto équivaut à 200 euros. Ainsi, il est bien plus rentable d'investir dans des "Japan Rail pass" (nationaux ou régionaux) si l'on compte se déplacer dans le pays. On ne peut pas les acheter sur place: ces "JR Pass" sont réservés à un public de touristes étrangers et ne peuvent excéder une durée de 21 jours dans le meilleur des cas.

 

De plus, il n'y a pas de monopole d'Etat sur les transports. Aussi, il est fréquent au Japon de devoir alterner l'usage de compagnies publiques et de compagnies privées (telle que la compagnie JR), ce pourquoi il faut prévoir une somme conséquente pour les transports (les tarifs des tickets de métro et de train étant facturés au kilomètre et non à l'unité).

 

-billet d'avion A/R: 800 euros (estimation),

-JR Pass National 21 jours (accès illimité au réseau ferré de la compagnie privée JR, accessible seulement aux visiteurs étrangers): 470 euros x2= 940 euros,

-All Kyûshû pass 5 jours (accès illimité au réseau ferré de la compagnie privée JR pour l'ensemble de l'île de kyûshû): 140 euros,

-transports publics et privés (métro/bus...): 300 euros (estimation),

 

Sous-total:  2180 euros

 

Pr_sentation1-1460897473

 

Pr_sentation2-1460897503

Pr_sentation3-1460897519

 

 

2. Frais d'étude

 

Pour pouvoir pratiquer dans un dôjo régulièrement, il faut d'abord s'acquitter des frais d'inscription dans le dôjo, puis d'une inscription mensuelle ou quotidienne. Je pratiquerai en moyenne dans trois dôjo par mois:

- Tôkyô: le Shiseikan du Meiji Jingu (http://www.meijijingu.or.jp/shiseikan/guid/index.html) et le dôjo de Yamashima Takeshi,

- Ôsaka: le Hombu dôjo de l'aikikai de Suita ainsi que le Shodokan aikidô Ikuno (http://shodokanikuno.com/shodokan_ikuno/nyuumon.html),

-Nagasaki : le Shinshintô  (http://s-aikido.trpg-circle.com/),

-Kumamoto : le Shinshitô (http://kumamoto-aikido.com/),

 

 

-Frais d'inscription dans 6 dôjo : 6 x 100 euros en moyenne*= 600

-Frais d'entraînement mensuel : 6 x 80 euros en moyenne*= 480

 

Sous-total: 1080 euros

 

Shiseikan-meiji_jingu-1460895494

Dans le Shiseikan (Meiji jingu- Tôkyô- photo personnelle)

 

Aikikai_tokyo.jpeg-1460897443

 

3. Assurance spéciale pour la pratique de l'aikidô

 

90 euros (Chapka assurances, pour plus de 62 jours)

 

4. Achat d'un appareil photo-caméra pour les documentaires photos et vidéos

 

400 euros (compact sony)

 

5. Logement

 

70 nuits à 35 euros en moyenne* (Tôkyô plus cher que Fukuoka par exemple): 2450 euros

Hotel-1460897391

Le prix de cette chambre, située à 15 km du centre-ville, était de 35 euros.

 

 

6. Repas

70 jours à 15 euros par jour en moyenne*: 1050 euros

 

7. Autres (frais d'entretien et de lavage des vêtements et des tenues d'aikidô, etc.)

 

150 euros

 

 

TOTAL: 7400 EUROS

 

Divisé par deux: 4100 euros (ma demande sur Kiss kiss bank bank) .

Mes économies financeront le reste de la somme (3300 euros)

 

* le terme "en moyenne" fait état des fluctuations du cours du yen

 

Si la collecte dépasse le montant demandé, les fonds seront employés à financer partiellement la publication papier du guide.

Thumb_20141224_203635-1453045279
GabrielleL

J'ai découvert l'aikidô en 2008, au cours de mes études de droit public à l'Université Paris 1 (Panthéon Sorbonne), à la suite desquelles je me suis dirigée vers des études de Japonais à l'Inalco (anciennement Langues'O). Je termine actuellement (2015-2016) un Master d'études japonaises (langue et civilisation), co-habilité avec l'Université... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bon courage pour les préparatifs et très bon voyage ! Viviane
Thumb_default
Bon voyage Gabrielle :) Pratique bien
Thumb_default
Super projet! Félicitations pour ton beau parcours et bonne continuation pour la suite du projet!