SIMULACRE est un court-métrage sensitif et onirique, tourné il y a déjà un an, qui n'attend plus que votre soutien pour prendre son envol..

Large_icone_ppj_simulacre

The project

LA COLLECTE EST TERMINÉE, MERCI À TOUS !!

Grâce à vos soutiens le court-métrage peut entamer sa phase finale de post-production !

Avec les sommes supplémentaires récoltées, nous pouvons aussi :

- financer en complément du soutien de La Chapelle des Pixels un mixage et une masterisation audio en studio (réalisé par Benoit Vincent / IRS Studio)

- éditer des supports de communication, s'inscrire à de nombreux festivals, promouvoir le film 

- financer une avant-première cinéma de qualité

 

Et pour suivre l'actualité du film : simulacre.vincentvicario.fr

 

---

 

Synopsis :

Une route de campagne.

Une femme et une enfant marchent et s'enfoncent progressivement au coeur de la nature.

La femme avance d'un pas décidé. L'enfant suit le rythme mais son esprit vagabonde.

Images, bruits, odeurs...

A l'arrivée, un rituel connu des deux seuls personnages.

Rouge, vert, soleil couchant, les chants d'insectes et le bruissement intérieur.

L'attente puis la rêverie commencent...

 

 Affich_simulacre_web2

Affiche du film en sérigraphie par Antonin Malchiodi      

 

 

 

 

Reve11_o

 

"Simulacre" est un rêve.

Le mien, celui d'un été au sommeil agité qui est alors devenu celui d'un film, qui offrirait une plongée dans un univers sensitif et onirique.

Puis c'est celui d'une équipe qui s'est investie autour d'une proposition artistique ouverte et poétique.

Et enfin c'est le vôtre : celui que je souhaite vous partager et transmettre dans un ensemble de sensations, dont la salle de cinéma sera le vecteur.

 

Tourné en auto-production (sur mes propres fonds) via l'association Les Yeux de L'Ouïe, durant l'été 2012, le film est aujourd'hui monté (sur une durée de 12 minutes), la création sonore en cours. Il reste cependant plusieurs étapes essentielles pour finaliser ce "film-rêve" collectif.

Pour cela, la démarche de financement participatif complète parfaitement l'esprit collaboratif à l'œuvre dans d'élaboration du projet.

 

Criquet_titre

 

Note d'intention :

Ce projet est né d’un rêve. Été 2009, je me réveille après ce court voyage en compagnie de deux femmes, une adulte et une enfant, à travers une route de campagne.

Leur relation est unique, elles partagent un rituel connu d'elles seules. Mais au-delà de ce rituel partagé, c’est l’univers d'un enfant et de sa poésie qui est vécu à travers cette balade étrange. C’est l’ouverture de ses sens à la nature environnante, son ressenti et ses sensations. 

Lors de l’écriture j’ai nommé ces deux personnages « Mme Destin et Melle Hasard » car au delà de leur rapport c’est la symbolique de l’âge adulte et de l’enfance qui m’a intéressé à travers elles. 

Ensuite, l’émotion la plus forte de mon rêve (ou peut-être de sa répétition à l’état éveillé) se cristallise dans deux éléments essentiels : la gestuelle et les sons.

 

En chorégraphiant les gestes de chaque personnage, ils semblent les danseurs de leurs propres mécaniques, surtout en ce qui concerne la femme adulte. L’enfant est, quant à elle, souple comme une herbe et semble dissocier son corps de son esprit vagabond.

La comédienne et marionnettiste Delphine Bardot rejoint dans sa pratique artistique ce questionnement, elle est la personne idéale pour donner corps au personnage de la femme et guider le projet vers un travail du “corps manipulé“ face à l'esprit libéré.

L'enfant est interprétée par Astrid Ottinger (6 ans au tournage). Une révélation : elle donne toute sa dimension au film et magnétise littéralement l'image de son regard et de sa présence !

 

Arret3_o

 

Les sons ensuite : ils sont au coeur de la mise en oeuvre de ce film car ils reflètent le parcours intérieur de l’enfant. Le travail de création de Marc Namblard, audionaturaliste et artiste sonore, m’a inspiré et une collaboration s'est imposée comme une raison d’être de cette réalisation.

 

Macrhe5_o

 

La nature est donc omniprésente, ses sons, ses couleurs enveloppent le film. L'image est signée Olivier Ulrich, premier assistant au cinéma et chef opérateur sur de nombreux courts-métrages, clips, etc.

 

Etant aussi, à travers ce film, attentif à une sensibilisation environnementale, le tournage s'est déroulé dans un ENS (espace naturel sensible, C.G. de Meurthe & Moselle), en respectant l'écosystème où se niche des espèces protégées (notamment le criquet ensanglanté).

 

 

• Pour en savoir plus sur le film et voir tous les autres participants à l'oeuvre dans le projet, visitez le site web que j'ai créé pour l'occasion :

simulacre.vincentvicario.fr

 

Why fund it?

J'ai personnellement auto-produit ce projet et l'investissement des participants à titre bénévole est d'une valeur inestimable. Il ne reste qu'un pas pour que l'oiseau prenne son envol !

 

Votre soutien permettra d'intervenir sur deux étapes essentielles de la post-production du film qui nécessitent des moyens humains et techniques.

 

Le son tout d'abord : il s'agit de permettre l'intervention d'un bruiteur pour donner "corps" et présence aux comédiennes au sein de l'environnement naturel capté et modelé par l'artiste sonore et audio-naturaliste Marc Namblard.

C'est JULIEN BAISSAT, bruiteur professionnel au palmarès déjà impressionnant, que j'ai choisi comme étant le plus à même de renforcer le film de ces présences sonores, subtiles mais essentielles.

 

L'image ensuite : il reste à donner à cet ensemble une unité et une cohérence visuelle : l'étalonnage est une étape artistique cruciale. Enfin il s'agira de réaliser un mastering DCP (cinéma numérique) afin de faire vivre le film en salle dans les meilleurs conditions possibles (avant-première, festivals, diffusions diverses,...). La salle de cinéma est un lieu unique. Un lieu de rêve, d'hypnose... Le moyen idéal pour profiter de cet univers que je souhaite partager avec le plus grand nombre.

Ces deux étapes seront assurées par le déjà très expérimenté FRED FLEUREAU (Untitled Studios).

 

Les sommes demandées et nécessaires pour terminer le film se répartissent donc ainsi :

Participation aux frais de bruitage : 400€

Participation aux frais de l'étalonnage et du mastering DCP : 520€

Pourcentage du site KissKissBankBank (8%) : 80€

TOTAL = 1000€

 

Au delà de cette somme minimum pour finir le film qui - je l'espère - sera réunie grâce à vous, la collecte ne dois pas s'arrêter !

Toute somme supplémentaire récoltée permettra de :

- louer un studio son 5.1 de qualité pour le mixage audio cinéma

- participer aux frais de l'avant-première cinéma

- développer des supports de communication de qualité

- aider aux frais d'inscription à divers festivals

 

Merci d'avance pour votre soutien, tel qu'il soit.

 

Thumb_homme_t_ted_ampoule_icone
Vincent Vicario

Diplômé d’un Master en Études Cinématographiques et Audiovisuelles, Vincent Vicario œuvre dès le début des années 2000 comme vidéaste, intervenant artistique et formateur audiovisuel. Il a, dans son parcours professionnel et artistique, toujours eu à coeur de mêler la théorie à la technique des « images en mouvement », la transmission à la création,... See more

Newest comments

Thumb_default
J'ai hâte de voir la suite !
Thumb_default
Bonne continuation pour ce film et j'espère de nombreux d'autres.
Thumb_default
On a tous hâte de découvrir le film en projection!! L'aboutissement d'un beau projet! Bises et à bientôt.