Par ce texte adapté au théâtre, continuons de rêver ensemble ! En nous soutenant vous réaliserez notre rêve et nous réaliserons les vôtres.

Large_afficherhr-1431521598-1431521895

Présentation détaillée du projet

En créant ce texte, « Le rêve d’un homme ridicule » d’un des plus grands romanciers de toute l’histoire de la littérature, la compagnie du Pas Sage continue son œuvre principale de contemporaniser des textes classiques et les rendre le plus accessible possible au plus grand nombre.

Fiodor Dostoievski, aujourd’hui considéré comme un grand maître de la littérature, a bâti son œuvre en écrivant des feuilletons populaires pour des journaux et des revues.

À son époque, l’auteur était aussi bien lu par des paysans que par des bourgeois et des aristocrates de la société russe.

Aujourd’hui, il intéresse tous les horizons et de tout âge confondu.

En effet, quand on rentre un peu plus en avant dans l’écriture de cet auteur, on s’aperçoit que nous n’avons nul besoin de connaissances particulières pour avoir accès à sa littérature.

Tout ce qui sera mis en œuvre pour la réalisation scénique du texte « Le rêve d’un homme ridicule » de Dostoievski, aura pour principal objectif de le rendre accessible au plus grand nombre.

Plusieurs lectures ont déjà été organisées notamment au théâtre du Lucernaire en Juin 2014.

Une représentation est prévue en avril 2016 aux Trois Pierrot à Saint-Cloud ainsi que 32 représentations prévues au théâtre de Belleville en juillet et Aout 2015 !

 

 

Cirius-1431535135

   

Extrait du texte: 

"Je suis un homme ridicule. Maintenant, ils disent que je suis fou. Ce serait une promotion, s'ils ne me trouvaient pas toujours aussi ridicule. Mais maintenant je ne me fâche plus, maintenant je les aime tous, et même quand ils se moquent de moi - c'est surtout là, peut-être, que je les aime le plus. Je me moquerais bien avec eux, pas de moi-même, non, mais en les aimant, si je n'étais pas si triste quand je les vois. Si triste, parce qu'ils ne connaissent pas la vérité, et, moi, je connais la vérité. Oh qu'il est dur d'être seul à connaître la vérité ! Mais, ça, ils ne le comprendront pas. Non, ils ne comprendront pas.Avant, pourtant, je me suis bien rongé d'avoir l'air ridicule. Pas d'avoir l'air, d'être. J'ai toujours été ridicule, et je le sais, peut-être, depuis le jour de ma naissance. J'avais sept ans, peut-être, je savais déjà que j'étais ridicule. Après, je suis allé à l'école, après, à l'université, et quoi ?"

 

 

LA FINE ÉQUIPE :

 

LE METTEUR EN SCÈNE

 

Olivier Ythier

 

323018_33-1431535373

 

Diplomé de l’Institut National Supérieur des Arts du spectacle ( INSAS , Bruxelles), Olivier Ythier a joué en Belgique sous la direction de Michel Dezoteux au Théâtre Varia . On a pu le voir notamment dans L'Eveil du printemps , Un Repas du soir européen , Excédent de poids , Insignifiant , ou encore dans Octobre et Extermination. On a pu le voir également jouer aux côtés de Pierre Arditi le rôle de Horace dans l’Ecole des femmes , mis en scène par Didier Bezace , spectacle créé au Festival d’Avignon dans la Cour  d’Honneur du Palais des Papes. Il collabore aussi régulièrement avec la compagnie La Question du Beurre sous la direction de Dominique Wittorski. Il travaille par ailleurs beaucoup pour la télévision. En 2010 , il intègre pour 4 saisons, la distribution de la série Un village français , il tourne en parallèle pour Canal plus dans les deux dernières saisons de la série Mafiosa .

 

LE COLLABORATEUR ARTISTIQUE

 

GILLES DAVID (sociétaire de Comédie Française)

 

102-1431535690

 

Gilles David a été engagé comme pensionnaire à la Comédie Française en 2007 et depuis 2014 il est sociétaire. Il a été également nommé Professeur au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris, à la rentrée 2014. Il y a joué Figaro divorce d’Ödön von Horvath, mis en scène par Jacques Lassalle, Bonheur? d’Emmanuel Darley, mis en scène par Andrés Lima et interprété le rôle d’Oronte dans Le Misanthrope de Molière, dans une mise en scène de Lukas Hemleb. Hors Comédie-Française, il a joué dans Lucrèce Borgia de Victor Hugo et Le Soulier de satin de Paul Claudel, dans une mise en scène d’Antoine Vitez, Le festin du cannibal, par Pierre Vial, La Dame de chez Maxim de Feydeau, La vie parisienne de Jacques Offenbach, Edouard II de Marlowe , Café d’Edward Bond, Les huissiers de Michel Vinaver et La remise de Roger Planchon, dans une mise en scène d’Alain Françon, Les trois sœurs de Tchekhov, mis en scène par Maurice Bénichou.

Il a également joué L’idiot de Dostoïevski, mis en scène par Joël Jouanneau, Maître Puntila et son valet Matti de Brecht et Pour un oui ou pour un non de Sarraute, mis en scène par Benoit Lambert, L’école des femmes de Molière dans une mise en scène de Didier Bezace, Homme pour homme de Brecht et Derniers remords avant l’oubli de Lagarce, mis en scène par Jean-Pierre Vincent. En 2005, il rejoint la troupe du Théâtre national de Strasbourg avec laquelle il créé Vêtir ceux qui sont nus, de Pirandello, L’enfant rêve de Hanokh Levin et Les trois sœurs d’Anton Tchekhov. Au cinéma, il a tourné dans de nombreux films dont RRRrrrrr !! d’Alain Chabat, Palais Royal de Valérie Lemercier et Selon Charlie de Nicole Garcia, Ecoute le temps d’Alante Kayate, L’homme qui marche d’Aurélia George et La personne aux deux personnes de Nicolas et Bruno.

 

 

 

LE COMEDIEN

 

JEAN-PAUL SERMADIRAS

 

 

86689_11-1431535823

 

Master en philosophie, il se forme à l’Atelier international de théâtre de Blanche Salant et au sein des Ateliers de l’Ouest, avant d’y assister Steve Kalfa. Il complète sa formation par des stages avec Robert Cantarella, Alexander Chéluguine (du GITIS de Moscou), Pierre Pradinas, Yves Adler et Lisa Wurmser. En 1990, il signe sa première mise en scène au Théâre du Zèbre, Moa binbin, avec Roshdy Zem. En 1995, il créé la Compagnie du Pas Sage. Passionné de théâtre contemporain, il monte Pour un oui ou pour un non de Nathalie Sarraute, spectacle itinérant conçu pour des lieux autres que des théâtres. Roucoulades, cabaret-théâtre avec Jean-Claude Bolle-Reddat, représenté aux théâtres de la Commune, du Rond Point, la Criée à Marseille. Voix de garage de Francis Parisot et L’absent, pièce commandées et co-écrites par cinq auteurs lauréats de la Fondation Beaumarchais (cinq monologues de femmes).

Deux créations réalisées lors d’une résidence de la Compagnie au Théâtre de Neuilly-sur-Seine où il a aussi créé Mais n’te promène donc pas toute nue de G. Feydeau, spectacle joué au festival d’Avignon et au théâtre international de Francfort. Sa dernière mise en scène La Banalité du Mal est créée en mars 2011 à la Manufacture des Abbesses et continue de tourner en France. En 2013, il joue La mort de Marguerite Duras d’Eduardo Pavlovski, à la Manufacture des Abbesses, dans une mise en scène de Bertrand Marcos. Il la joue ensuite au Lucernaire puis au festival d’Avignon 2013. Ce spectacle continue de tourner en France et une reprise à Paris est prévue à Paris au théâtre de Belleville en décembre 2014. En tant que comédien, il a joué dans une trentaine de pièces : L’Ecole des Femmes et Feydeau Terminus, deux mises en scène de Didier Bezace ; Le Misanthrope (m.s) par Dominique Wittorski, La Mégère Apprivoisée de Shakespeare (rôle : Petruccio), Le Parc de Botho Strauss (m.s. Florian Sitbon ; rôle : Obéron) ; Le Soixantième Parallèle (m.s. Pierre Strosser) au théâtre du Châtelet, L’ours et Une demande en mariage de Tchekhov (m.s. Christopher Buchholz) ; Tais Toi et Parle de David Thomas, mis en scène par Hocine Choutri à la Manufacture des Abbesses. Au cinéma et à la télévision, il tourne sous la direction de François Ozon, Edouard Molinaro, Didier Grousset, David Delrieux, Etienne Dahenne, Philippe Triboit, Patrick Jamain.

 

 

LE SCENOGRAPHE / CREATION LUMIERE:

 

JEAN-LUC CHANONAT

 

102f508-1431535946

 

Créateur de lumière depuis 1985, il collabore en France comme à l’étranger avec Harold Pinter (Ashes to ashes), Marcel Marèchal (Oncle Vania, Les Caprices de Marianne), Frédéric Bélier-Garcia (Yakich et Poupatchée), Thierry de Peretti (Le retour au désert Richard II), Jerzy Klesyk (Les sept Lear, Le Songe d’une nuit d’été), Anne Bourgeois (Mobile home, Le petit monde de Brassens), Pauline Bureau (Roméo et Juliette, Roberto Zucco), Anouche Setbon (Célibataires, Les diablogues), Edith Vernes (Délire à deux), Xavier Gallais (Les nuits blanches), Carmelo Rificci (La signora Julie, Le Tour d’écrou) Jean-Paul Sermadiras (L’absent, Voix de garage), Luc Bondy (Les noces de Figaro), John Malkovich (Hyséria) Patrice Chereau (qui a disparu, Dans la solitude des champs de coton, Richard III, Henri VI) et bien d’autres tous aussi talentueux. Conception de la scénographie et de la lumière avec Thibault de Montalembert, Stéphane Daurat, Anouche Setbon, Florian Sitbon, Isabelle Censier, Nadine Darmon, …

À quoi servira la collecte ?

Le besoin financier s'élève à 3 000 euros. Très concrètement, cette somme sera utilisée de la manière suivante :

 

- 1 300 euros serviront à la rémunération du metteur en scène

- 1 100 euros serviront à la scénographie et à la création des lumières

- 300 euros seront utilisés pour louer du matériel pour filmer une représentation

- 300 euros seront utilisés pour la création et l'impression de tracts et d'affiches

Thumb_266261-1431521965
Compagnie du Pas Sage

En 1995, à l’initiative de Jean-Paul Sermadiras, la Compagnie du Pas Sage voit le jour. Avec elle naît la volonté de travailler sur des auteurs et formes de théâtre contemporains. La Compagnie du Pas Sage a été accueillie pendant 4 ans en résidence au Théâtre de Neuilly-sur-Seine et a créé des spectacles au Festival d’Avignon, au Théâtre Essaïon, au... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_tchekov_avignon_10_04_2014carr_
Que de bonnes ondes pour ce beau projet qui m'a l'air bien parti!!!!! :-) Plein de bizzz Sophie