Spectacle de Nihon-buyô (danse traditionnelle japonaise) au Musée Guimet Auditorium : Shimehiro Nishikawa avec ses musiciens en avril 2014

Large_kiss3

Présentation détaillée du projet

      Demande de soutien pour la venue de musiciens accompagnant un spectacle de promotion de la danse Nihon-buyô à l’Auditorium du Musée Guimet.

 

      Pour répondre à une proposition du Musée Guimet, l’Association Zea (Association Loi 1901) présentera dans l’Auditorium de cette institution un Spectacle de Nihon-buyô, les 25 et 26 avril 2014, où la danseuse Shimehiro Nishikawa interprète les chefs-d’oeuvre de la danse Kabuki, Fuji-musume (1826) et Kyôkanoko Musume Dôjôji (1753).

 

Img_0011

 

Shiro_1

 

 

 

     Pour se faire, nous avons fait appel à trois musiciens virtuoses, spécialistes de cet art et qui viendraient de Tôkyô :

 

 Kazuhiko NISHIGAKI :TOU-ON (chant)  

Tomohisa TAKAHASHI : TOU-ON (shamisen) 

Musiciens_1

 

   

 

                                       Satoshi YAMAGUCHI:TOU-ON (shamisen)

Musiciens_2

 

 

        Leur venue offrirait au public français l’occasion – rare – d’écouter des artistes qui ont un parcours chevronné, un vécu authentique et une dévotion sincère envers leur art et leur culture, qu’ils sont toujours heureux de faire partager dans le cadre d’un spectacle de danse empreint de sacré et de raffinement.

 

       Le spectacle concourra à la diffusion de la danse Nihon Buyo, un art majeur du Japon qui ne bénéficie pas encore en France de la notoriété d’autres arts venus de l’archipel.

 

        Le spetacle sera fortement médiatisé car il est associé à l'exposition "Clemenceau, le tigre et l'Asie" (comme beaucoup de ses contemporains, Georges Clemenceau était fasciné par le Japon) et se déroulera dans le cadre du Festival Scènes d’Asie du musée Guimet. Plus de 800 journalistes spécialisés seront contactés.

 

 

                                                               Programme

 

1   Introduction                                                                                         – shamisen

2   Fuji-musume (fille à la glycine)                              – danse, chant, shamisen

3   Aki no irokusa                                                                         – chant, shamisen

4   Kyôkanoko Musume Dôjôji                                    – danse, chant, shamisen

 

                                                                                                             Durée 1h20 min

 

 

Shiro_2

 

                                                                                   

                                                                            Profil

 

Shimehiro NISHIKAWA (danse)

http://www.shimehiro-nishikawa.fr 

http://www.aya-sekoguchi.com         

 

       Vrai nom : Aya SEKOGUCHI. Commencé l’apprentissage du Nihon-buyô (Ecole Nishikawa) à l’âge de 7 ans, elle se fait attribuer le nom de scène, Nishikawa Shimehiro en 1981 par Nishikawa Senzô Xe, chef de l’école et Trésor national vivant. Elle est à présent dirigée par sa fille aînée, Nishikawa Yûko.

       Installée à Paris depuis 1998, elle a dansé au Service Culturel et d’Information de l’Ambassade du Japon en France, au Musée Guimet, et aussi dans de célèbres festivals ou grandes salles de spectacle d’Europe : Barcelone, Valencia, Saint-Florent-Le-Vieil, Malaussène, Nice, Tournée en Catalogne etc.

       Elle a par ailleurs développé des collaborations avec des artistes d'autres domaines : vidéo, danse contemporaine, Ikebana, musique éléctroacoustique, ballet classique, etc. En 2011, lors du Festival Son Miré, elle a présenté sa propre création « Kabuki-Kabuku », qui a été en 2012 diffusée aux Journées Nationales de l'Electroacoustique (Conservatoire à Rayonnement Régional d’Amiens, CRR).     

      Elle a fondé en 2009 l’Association Zea dont l’objectif consiste à promouvoir cette danse.

 

 

 

Kazuhiko NISHIGAK I:TOU-ON (chant)

 

        A reçu un prix Kineya-Jôkan shô. Diplômé de la section de musique japonaise de l’Université des Beaux Arts de Tôkyô (Major).

       Il a joué dans les concerts dans le cadre de l’amitié américano-japonaise à Los Angeles, Washington, et New York, les concerts à la demande de l’Agence pour les Affaires Culturelles, et aussi pour la NHK, le Théâtre National et des spectacles du nihon-buyô.

       Directeur de Nagauta TOU-ON kai, organisateur de Nagauta Seiwa-kai, membre de Nagauta joyô-kai. Enseigne auprès des jeunes à l’Université des Beaux Arts de Tôkyô

 

 

 

Tomohisa Takahashi : TOU-ON (shamisen)

    

       A appris le shamisen et le nagauta de feu Yûkô KIKUOKA : TOU-ON depuis son enfance. A reçu un prix Kineya-Jôkan shô. Diplômé de Maîtrise de la section de la musique japonaise à l’Université des Beaux Arts de Tôkyô. A appris Ogie-bushi de Juyû OGIE Xie, le chef d’école Ogie.

     Il a joué aux Festivals de musique ASEAN en Malaisie, Finlande et Danemark, à un spectacle du nihon-buyô dans le cadre de l’amitié sino-japonaise à Pekin, au Grand Kabuki de Shôchiku à Hongkong. A joué au théâtre Kabuki, au Théâtre National, pour la NHK, aux Concerts de l’Agence pour les Affaires Culturelles, aux Concerts réguliers de TOU-ON kai.

      Membre de Nagauta TOU-ON kai, de Nagauta Goin-kai, et de l’Association de Nagauta, chargé de cours au Lycée des Beaux Arts à la Préfecture de Saitama.

 

 

 

Satoshi YAMAGUCHI :TOU-ON (shamisen)

 

      Dirigé par Goshû KINEYA depuis l’âge de 6ans, dirigé depuis 1993 par Gosaburô KINEYA, Trésor National Vivant. Au cours de sa 2e année de Lycée, il se fait attribuer le nom de Gosuke KINEYA. Dirigé par Gosasuke KINEYA. Diplômé de la section de la musique japonaise à l’Université des Beaux Arts de Tôkyô.

      A joué au théâtre Kabuki, pour la NHK, pour la radio FM, au Théâtre National, dans des spectacles du nihon-buyô.

    Membre de Nagauta TOU-ON kai, directeur d’un groupe Nagomi, assistant de la section de musique japonaise à l’Université des Beaux Arts de Tôkyô.

 

 

 

 

                                                                    Histoire du Nihon-buyô

 

         L’origine directe du nihon-buyô pourrait remonter à la danse kabuki-odori, qu’une danseuse appelée Okuni initia en 1603, et qui absorbe tous les styles anciens – danse de cour, danse cérémonielle religieuse, danse du nô et danse bouddhique.

         Ultérieurement, l’adjonction de l’élément théâtral au kabuki-odori donna naissance au théâtre Kabuki. Le chorégraphe, apparu dès la fin de XVIIe siècle, commençait à occuper une place importante avec l’essor de la danse théâtrale pendant la deuxième moitié du XVIIIesiècle, et à développer des activités en dehors des scènes de théâtre, accédant ainsi à l’indépendance par rapport au monde du kabuki, masculin : c’est le fondateur du nihon-buyô. L’Ecole Nishikawa a une histoire de 300 ans.

       Ainsi, un tiers de répertoire du nihon-buyô est interprété également par des acteurs de kabuki.

 

À quoi servira la collecte ?

         Le Musée Guimet s’engage à acheter le spectacle afin que nous puissions couvrir les frais d’organisation artistiques et techniques et il prend aussi en charge la totalité des coûts de communication.          

        Pourtant il reste encore à financer une partie de frais de transport en avion JAL entre Tôkyô à Paris pour trois musiciens (880 euros × 3 pers = 2640 euros) : c'est pourquoi nous souhaitons recueillir 1800 euros.

Thumb_img_0016__2_
shimehiro

Shimehiro Nishikawa Maître du Nihon-buyô (Danse traditionnelle japonaise) Directrice de l'Association Zea Née à Fukuoka, au Japon. A l’âge de 7 ans, elle a commencé l’apprentissage du nihon-buyô sous la direction de Nishikawa Shimeo. En 1981, Nishikawa Senzô Xe, chef d’école, Trésor national vivant, lui a attribué le nom de scène, Nishikawa... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
A très bientôt au musée Guimet!
Thumb_default
Bon allez hope tu vas arriver à récupérer les quelques centaines d'euros manquants !! @ tt vite Biz Hélène & Raj
Thumb_default
Non seulement une grande pédagogue elle-même, une occasion à ne pas rater pour admirer une danseuse exceptionnelle!!